• Voilà la douzième suite de la liste des personnages de 20th century boys.  Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Destroy machin 2

    Volume 16

    Ce catcheur est un survivant du grand bain de sang de l'an 2000, la nuit du 31 décembre durant laquelle des terroristes ont diffusé un virus mortel. Mais comme beaucoup d'autres, il a été sauvé par la parti de l'amitié japonais, dirigé par son mystérieux leader masqué, Ami, qui a distribué un vaccin qu'ils avaient mis au point en secret car le virus avait déjà fait des victimes en 1997. Par la suite, en 2015, un nouveau virus fait son apparition, quelques temps après qu'Ami soit assassiné. Mais alors que le pape fait un discours en l'honneur d'Ami, celui-ci se lève de son cercueil et montre au monde qu'il a ressuscité. Ensuite, il devient président du monde, et l'ère chrétienne prend fin pour devenir l'ère d'Ami. Pour protéger les citoyens de Tokyo, Ami fait ériger un mur géant autour de la ville, ce qui fait que celle-ci semble régresser vers l'époque des années 70, avec notamment le catch. Destroy machin 2 fait partie des catcheurs qui font alors fureur en l'an 3 après Ami. Après la défaite de Destroy Machin 1 face à Rising Sun, c'est donc à Destroy Machin 2 d'affronter le favori. Mais Destroy Machin 2 subit les attaques de son adversaire, qui frappe avec la paume de la main, comme au sumo. Du coup, Destroy Machin 2 est propulsé dans les cordes. Peu après, il est plaqué au sol par son adversaire et ne peut se relever avant le décompte fatidique. Destroy Machin 2 est donc lui aussi vaincu. C'est la dernière apparition de Destroy Machin 2 dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Après Ami".
    • Statut au volume 17 : Supposé vivant.

    Sanae

    Volume 16

    Sanae est une jeune fille née après le grand bain de sang de l'an 2000. En effet, la nuit du 31 décembre 2000, des terroristes dirigés par un certain Kenji ont diffusé partout dans le monde un virus mortel. Heureusement, le monde fut sauvé par le parti de l'amitié japonais, et son leur leader masqué Ami, qui a distribué à tous un vaccin que le parti avait mis au point en secret, le virus ayant déjà fait des morts en 1997. Ami est devenu le sauveur de l'humanité mais celui-ci a été tué d'une balle en l'an 2015. Peu de temps après a eu lieu la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo. Durant celle-ci, le pape faisait un discours en face du cercueil d'Ami quand soudain, celui-ci s'est levé et s'est avancé. Un coup de feu a retentit et Ami a plongé vers le souverain pontife pour le protéger. Peu après, des représentants portant mallette et masque à gaz ont diffusé dans le monde un nouveau virus, plus virulent que le précédent, ce qui a décimé la population. L'ère chrétienne a pris fin pour devenir l'ère d'Ami, ce dernier ayant ressuscité, et devenant par la même occasion le président du monde, érigeant un mur géant autour de Tokyo pour protéger sa population. Sanae et sa famille, ayant été présent à la cérémonie, ont tous reçu un vaccin. En l'an 3 après Ami, c'est-à-dire en 2018, Sanae râle sur son petit frère, Katsuo, qui regarde tout le temps le catch. Par contre, elle remarque que Katsuo met discrètement de la nourriture de côté. Le père de Sanae rentre encore une fois bourrée, et Sanae doit s'en occuper. La nuit venue, Sanae s'aperçoit que son frère se lève en sort dans le jardin. Un autre jour, la jeune fille participe à une manifestation contre le gouvernement, et aussi parce qu'un de ses amis, Naitô, a disparu. Elle téléphone à l'une de ses amies qui aurait dû venir mais qui a renoncé. Sanae voit que dans la manifestation, il y en a qui croient que les gens souffrent de l'autre côté du mur, tandis que d'autres pensent que c'est le paradis. Trempée par les canons à eau, la jeune fille se fait draguée par des garçons. Certains parlent d'une rumeur sur quelqu'un qui serait revenu de l'autre côté et qui ressemblerait à Hulk Hogan. Sanae comprend que Katsuo héberge un inconnu dans la réserve au fond du jardin. Elle les surprend et l'homme, blessé à la cheville, admet venir de l'autre côté. Sanae veut savoir comment c'est, et l'homme répond que c'est comme à Tokyo, dirigé par des petits Ami. Naitô avait dit à la jeune fille qu'Ami était louche et celle-ci veut savoir si Ami est gentil ou méchant. Mais l'inconnu préfère qu'elle se fasse son propre avis. Sanae aimerait rejoindre une organisation qui aide les prisonniers politiques, la bande à Genji. Elle a aussi entendu parler d'une autre bande, dirigée par une jeune femme surnommé la reine des glaces. Le lendemain, Katsuo interroge son grand-père sur Hulk Hogan, ce qui effraie Sanae. Mais le vieil homme confond le Hulk de comics avec le catcheur. Ensuite, c'est la jeune fille qui va donner à manger à l'inconnu. Elle dit ne plus savoir ce qui est bien ou mal, et que dans les manuels scolaires qui sont censurés, il n'y a que 2 pages après le bain de sang de l'an 2000. Elle veut pourtant en savoir plus. L'inconnu, Otcho, se demande si l'église de Kabukichô existe encore, et aimerait y aller. La nuit venue, une sirène retentit et la jeune fille va aller chercher l'inconnu, lui apprenant que des hommes de la bande à Genji ont été encerclé. L'homme veut aller voir cela à la télévision. Ils surprennent Katsuo et un de ses copains voulant regarder des contenus érotiques, mais l'émission est terminée. Sanae veut éteindre car c'est obligatoire, mais Otcho entend quelque chose. Il s'agit d'un appel à la rébellion armée pour le 20 août. Le jour suivant, la télévision est en panne, et Sanae et Katsuo en profite pour emmener Otcho à son église, caché sous une bâche. Sur le chemin, ils s'arrêtent pour prendre une boisson, puis un agent de police leur demande ce qu'ils vont faire mais les laisse poursuivre. Otcho aperçoit aussi un curieux bâtiment que Sanae décrit comme étant la base de la brigade de défense de la terre, car Kenji serait un extraterrestre et qu'il vont bientôt aller sur mars selon Ami. Mais Sanae n'y croit pas. Arrivés à Yodobashi, les enfants sont interrogés par des soldats de la brigade de l'amitié sur ce qu'ils ont entendu à la télévision. Otcho fait alors brûler celle-ci avant de s'enfuir avec les enfants, profitant de la fumée. Dans leur fuite, ils prennent une télévision au hasard. Ils tombent alors sur un bowling abandonné dans lequel entre Otcho. Là, ils rencontrent un vieil homme, Dieu, qu'Otcho connaît, et qui dit qu'il ne fait plus de rêves prémonitoires. Cela vaudrait signifier la fin du monde, et qu'Ami aurait l'intention de ranger la terre comme le vieux jouet d'un gamin...

    Volume 17

    Dieu distrait les soldats de la brigade de défense de la terre en prétendant être dur d'oreille puis rentre à nouveau dans le bowling pour dire que les enfants sont des criminels politiques. Otcho dit vouloir aller à l'église de Kabukichô, et Dieu leur dit de le suivre. Ils s'enfonce alors dans les égouts et arrivent près d'un tunnel étroit dans lequel Otcho ne pourrait pas entrer. Dieu est trop vieux pour y aller et ce sont donc les enfants qui iront. Pour se repérer, Dieu a dessiné des flèches blanches qu'il faut suivre. La soeur et le frère y vont et atterrissent dans une station de métro. Katsuo, qui découvre un train pour la première fois, est fasciné et entre dans un wagon. Sanae y trouve des journaux de 2015 mais soudain, son frère prévient qu'il y a quelqu'un dans le wagon d'à côté. Ils découvrent un homme blessé à l'épaule par la brigade de défense de la terre, et qui appartient à la bande à Genji. Les soldats arrivent, et l'homme, qui dit ne pas être un envahisseur, contrairement à ce que dit Ami, dit qu'il va se rendre pendant que les enfants partent. Mais il veut que ceux-ci préviennent la reine des glaces qu'il y a un espion chez elle au courant de l'insurrection du 20 août, car il y en avait un dans la bande à Genji. Pour la contacter, ils doivent aller dans un restaurant de sobas à Akebono Bashi. Ensuite, l'homme se rend mais se fait exécuter par un soldat, sous les yeux horrifiés des enfants. Katsuo retient sa soeur, qui veut intervenir auprès des soldats, puis ils poursuivent leur route. A un moment, Sanae dit à son frère de continuer seul pendant qu'elle va voir la reine des glaces. Katsuo pleure, mais sa soeur lui dit d'être aussi fort que le catcheur Rising Sun, son idole. Le garçon poursuit seul, et Sanae parvient au restaurant de sobas. Comme indiqué par l'homme décédé, Sanae s'assied à une table spécifique et commande un froid-froid, malgré le caractère glacial du serveur. Elle reçoit alors de simples sobas qu'elle trouve très bons et une jeune femme lui dit qu'elles parleront quand elles auront fini de manger. Sanae comprend que c'est la reine des glaces. Après que Sanae ait terminé son plat, la jeune femme demande à Nakagawa, le cuistot, de ramener des sobas dans sa chambre. Sanae est inquiète, mais Nakagawa la rassure en disant que Kanna est en fait très gentille. Sanae découvre alors une chambre décorée que Kanna dit être du style hippie des années 60, mais Sanae ne comprend pas. Après cela, elle transmet le message du type de la bande à Genji versant des larmes pour lui qui a été abattu, mais Kanna répond qu'elle surveille l'espion depuis un moment. Nakagawa entre et dépose les sobas, tout en montrant la marque de sa piqure de vaccination, au même endroit que celle de Sanae. Nakagawa était seul à la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, et ses parents sont morts du virus. Kanna montre alors une liste des 650.000 personnes présentes lors de la cérémonie, et Nakagawa n'y figure pas. Celui-ci rétorque qu'il était dans la tribune centrale, et Kanna montre une photo de cette tribune mais ne le trouve pas. Nakagawa répond qu'il était sans doute aux toilettes au moment de la photo. Mais Kanna se demande pourquoi il est vacciné s'il n'était pas à la cérémonie. Nakagawa craque alors et révèle les larmes aux yeux avoir accepté d'obéir pour recevoir le vaccin. Kanna lui dit de s'en aller, lui donne de l'argent pour sa petite soeur et accepte qu'il parle du restaurant de sobas car ils vont déménager. Une fois parti, Kanna demande à Sanae si elle a été horrible, mais Sanae répond que non, au contraire. Kanna lui a quand même pris son GPS, sachant le destin réservé aux espions qui se font prendre. En effet, elle a vu beaucoup trop de morts, même si elle s'est servie d'un vaccin pour elle. Par la suite, les 2 femmes s'en vont et Sanae se retrouve dans un ancien complexe commercial abandonné, où les hommes de Kanna creusaient un tunnel vers le building d'Ami pour l'attaquer. Ils savent qu'ils doivent partir mais restent positifs. Sanae leur dit alors de renoncer à leur projet du 20 août mais tous sont décidés à continuer. Kanna va prendre une douche et explique que quand elle a rencontré ces gens, aucun ne souriait. Elle met aussi une chanson que Sanae semble reconnaître, mais Kanna dit que c'est une cassette personnelle. La chanson se termine, et Kanna donne la cassette ainsi que plein d'autres du même auteur à Sanae. Dans la rue, en se dirigeant vers chez elle, Sanae est persuadé de connaître la chanson, et soudain, elle se rappelle même qu'elle connaît une suite. Sanae n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Après Ami".
    • Statut au volume 17 : Vivante.

    Blackie

    Volume 16

    Il s'agit d'un catcheur ayant survécu au grand bain de sang de l'an 2000 qui a eu lieu le dernier jour de cette année, lorsque des terroristes ont diffusé un virus mortel partout dans le monde, et que le monde fut sauvé par Ami, leader masqué du parti de l'amitié au Japon, qui a distribué un vaccin que son parti avait mis au point en secret, le virus étant déjà apparu en 1997. Par la suite, Ami fut malheureusement assassiné en 2015, mais quelques temps plus tard, dans la même année, lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo, alors que le pape faisait un discours en l'honneur d'Ami, celui-ci s'est levé de son cercueil, montrant à tous qu'il avait ressuscité. Dans le même temps, un nouveau virus, plus virulent que le précédent, fait son apparition, diffusé par des représentants portant une mallette et un masque à gaz. Grâce à son retour à la vie, Ami devient le président du monde et l'ère chrétienne prend fin pour devenir l'ère d'Ami. Celui-ci fait aussi érigé un mur géant tout autour de Tokyo pour protéger la ville contre le virus. Ensuite, en l'an 3 après Ami, Blackie doit affronter Rising Sun, le favori du moment. Malheureusement pour Blackie, il est totalement surclassé par son adversaire, qui attaque comme le ferait un combattant de sumo, avec la paume de la main. Blackie prend d'ailleurs un coup dans la mâchoire. On se doute que c'est finalement Rising Sun qui remporte le combat mais on n'en voit pas l'issue. C'est la seule fois que Blackie apparaît dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10. L'imagination d'un enfant".
    • Statut au volume 17 : Supposé vivant.

    Nakagawa

    Volume 17

    Ce jeune homme est l'un des survivants de la nuit du 31 décembre 2000, surnommé le grand bain de sang de l'an 2000. Durant cette nuit, des terroristes du monde entier ont répandu un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang, et en plein Tokyo, un robot géant est apparu, semant la panique dans la population. Cependant, des vaccins furent distribués par les dirigeants du parti de l'amitié, dont leur leader masqué, Ami, qui s'opposa en personne au robot géant. Après cela, Ami fut considéré comme le sauveur de l'humanité. Cependant, en 2015, alors qu'il se trouvait seul dans une école déserte en pleine nuit, Ami est assassiné d'une balle dans la poitrine. Peu après a lieu la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo, durant laquelle le pape fait un discours en l'honneur d'Ami en face de son cercueil. Mais la surprise est générale quand Ami se relève et se dirige vers le souverain pontife. D'un coup, il plonge sur le pape pour le protéger d'un coup de feu qui retentit. Ami est blessé mais vivant, ce qui a pour conséquence qu'il devient le président du monde et que l'ère chrétienne prend fin pour devenir l'ère d'Ami. Dans le même temps, partout à travers le globe, des représentants avec des masque à gaz et portant une mallette diffusent un nouveau virus mortel, plus virulent que le précédent, ce qui fait que la population mondiale est décimée. Au Japon, seuls ceux qui ont eu la chance d'être présents à la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle reçoivent un vaccin. Nakagawa n'est pas dans ce cas mais un jour, des membres du gouvernement lui mettent le vaccin sous le nez et acceptent de le lui donner s'il leur obéit. Nakagawa accepte et est envoyé comme espion auprès du groupe dissident de la reine des glaces, une jeune femme opposée à Ami et son gouvernement autoritaire. Là, Nakagawa apprend que la reine des glaces, Kanna, cherche à tuer Ami et qu'elle diffuse sur la télévision, après les programmes officiels, un appel à la révolte armée pour le 20 août. Un peu plus tard, une jeune fille, Sanae, entre dans le restaurant de sobas qui sert de couverture à Kanna, et cherche à entrer en contact avec la reine des glaces. Après que Sanae ait fini ses sobas, Kanna demande à Nakagawa d'en faire une autre part, lui disant qu'il a pris le coup de main. Nakagawa pense que c n'est pas encore tout à fait le cas, et Kanna monte dans sa chambre. Nakagawa rassure Sanae en disant que Kanna est en fait très gentille car elle l'a accueilli quand sa petite soeur est tombée malade. Quand il monte avec les sobas, Nakagawa constate que Sanae pleure. Elle explique avoir été présente à la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, et montre la marque de sa vaccination. Nakagawa montre la sienne, disant qu'il y a été seul, ses parents ayant été tués par le virus. Quant à sa soeur, elle semble immunisée, mais sa santé est fragile. Sanae s'arrête de pleurer, et dit à Nakagawa comprendre que Kanna est gentille. Celle-ci montre alors une liste des 650.000 personnes présentes à la cérémonie à Nakagawa, mais dit ne pas avoir trouvé son nom. Nakagawa répond qu'elle a dû mal regarder, car il était dans la tribune centrale et a tout vu. Kanna montre alors une photo de la tribune centrale, et même en zoomant, elle n'a trouvé personne lui ressemblant. Nakagawa commence à avoir des sueurs froides et dit qu'il était peut-être à la toilette à ce moment-là, car il y avait une queue terrible ce jour-là. Mais s'il n'y était pas, Kanna se demande pourquoi il est vacciné. Nakagawa finit par craquer et avoue la vérité. Kanna lui dit de s'en aller immédiatement. Nakagawa peut parler du restaurant car ils vont partir, et Kanna lui donne de l'argent pour acheter quelque chose de bon pour sa soeur. Nakagawa s'en va les larmes aux yeux et en tremblant. On ne le voit plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Chapitre 4. La reine des glaces".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Seiji Yamauchi

    Volume 17

    Seiji est un jeune homme japonais qui a survécu au grand bain de sang de l'an 2000. En effet, le 31 décembre de cette année-là, un robot géant est apparu en plein Tokyo, semant la panique. Il diffusait un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang, virus qui fut aussi répandu partout à travers le monde par des terroristes. Heureusement, les dirigeants du parti de l'amitié, et leur leader masqué Ami, ont distribué un vaccin qu'ils avaient secrètement mis au point car le virus avait déjà fait des morts en 1997. Ainsi, après avoir fait explosé le robot, Ami est devenu le sauveur de l'humanité. Par la suite, en 2015, Ami se fait assassiner en pleine nuit dans une école déserte. Pour lui rendre hommage, le pape fait un discours en son honneur en face de son cercueil, lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo. C'est alors qu'Ami se lève, montrant à tous sa résurrection, s'avance vers le souverain pontife, et plonge sur lui pour le protéger d'un coup de feu qui retentit. Pau après ces événements, un nouveau virus, plus virulent que le précédent, fait son apparition en étant diffusé partout dans le monde par des représentants en costume portant mallette et masque à gaz. Malgré le fait que la population soit décimée, le miracle du retour à la vie d'Ami fait de lui le président du monde, et l'ère chrétienne prend fin pour devenir l'ère d'Ami. Malheureusement, en l'an 1 après Ami, de nombreux cas d'infections sont détectés sur des gens qui n'étaient pas à leur domicile de Tokyo lors de l'application de la loi martiale. Donc, toutes les personnes qui ne se trouvaient pas à Tokyo à ce moment sont envoyées en campagne pour vérifier si elles ont été infectées, dont Seiji qui se trouve dans un camp à Niigata. Malgré tout, lui et d'autres personnes s'échappent et cherchent à joindre la capitale. L'un d'eux vient du camp de Fukuyama, et un autre évoque le camp d'Ishikawa, où ils seraient tous morts. Le jeune du groupe va aider Mr Kurata, qui a été blessé à la jambe par des gardes quand il s'est évadé du camp. Mr Ochiai les rejoint après avoir cru entendre une voiture. Tous préfèrent passer par les montagnes pour éviter les grandes routes, et ils arrivent dans un village désert où il y apparemment eu des émeutes. Ochiai et Kurata restent dehors pendant que les autres trouvent de quoi manger dans un magasin dévalisé. Une fois qu'ils ont pris ce qu'ils pouvaient, l'un d'eux laisse de la monnaie qu'il lui restait. Tous poursuivent leur chemin, et le jeune du groupe part en reconnaissance. A son retour, il dit qu'ils doivent traverser la nationale mais qu'il n'y a personne. Les autres lui donnent à boire pour son effort, et ils se promettent d'aller boire une bière une fois à Tokyo. Plus tard, le soleil est en train de se coucher quand Ochiai entend quelque chose. Il s'agit d'un facteur avec un masque à gaz qui arrive en mobylette. Celui-ci remet un paquet à Seiji car il était présent à la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle. Le facteur s'en va et Seiji ouvre le colis pour découvrir un vaccin. Mais un membre du groupe le lui arrache des mains. Seiji cherche à le récupérer car c'est à lui et la situation tourne au massacre, les membres du groupe s'entretuant pour le vaccin. Seiji fait partie des victimes décédées.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Chapitre 5. Le début du désespoir".
    • Statut au volume 17 : Supposé tué lors d'une rixe avec d'autres survivants du virus.

    Mr Kurata

    Volume 17

    Il s'agit d'un père de famille qui survit à la nuit du 31 décembre 2000, événement qui est surnommé plus tard grand bain de sang de l'an 2000 car des terroristes ont diffusé un virus mortel partout à travers le monde et d'un robot géant a semé la panique en plein Tokyo. Heureusement pour la population mondiale, les dirigeants du parti de l'amitié, et leur leader masqué Ami, ont distribué un vaccin qu'ils avaient mis au point en secret car le virus avait déjà fait des morts en 1997. Par la suite, Ami est devenu le sauveur de l'humanité. Cependant, en 2015 celui-ci est tué par balle. Mais lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle quelques temps plus tard, Ami se lève miraculeusement de son cercueil devant les spectateurs ébahis et sauve le pape d'un coup de feu. Suite à cet événement, l'ère chrétienne prend fin pour devenir l'ère d'Ami et ce dernier devient le président du monde. Malheureusement, dans le même temps, un nouveau virus, plus virulent que le précédent, fait son apparition partout dans le monde et décime la population. En l'an 1 après Ami, toutes les personnes qui n'étaient pas présentes à Tokyo lors de l'instauration de la loi martiale sont évacués à la campagne. Mr Kurata fait partie de ces personnes, mais comme il ne s'agit que de lits et de tentes, il s'évade avec l'aide de Mr Ochiai, un barbu très costaud. Cependant, dans sa fuite, il est blessé à la jambe. Avec d'autres fuyards, ils se dirigent vers Tokyo. L'un d'eux, un jeune homme, s'inquiète pour Kurata qui avance plus lentement, et vient l'aider. Ochiai revient après avoir entendu une voiture, et dit penser que la voiture est partie vers la nationale. Le jeune homme se demande si c'est dangereux de se déplacer en voiture, et Ochiai répond que les grands axes sont bouclés. Ils arrivent à un village abandonné, où des émeutes ont apparemment aussi eut lieu. Kurata préfère rester sur un banc à l'extérieur, et Ochiai lui tient compagnie. Kurata lui demande s'il a des enfants, mais Ochiai répond que non. Kurata explique que sa femme et sa fille sont à Tokyo et qu'ils était dans son bureau de Shinjuku quand il a été évacué et qu'il n'a même pas eu le temps de téléphoner. Le jeune homme arrive et demande si Kurata veut des biscottes. Kurata le remercie et dit qu'il critiquait facilement les jeunes mais qu'il va devoir revoir son point de vue. Le groupe se remet en route, et le jeune homme part en reconnaissance. A son retour, les autres lui proposent de boire de l'eau et se promettent d'aller boire une bière à Tokyo. Pour Kurata, cela fait plaisir de voir cela. A la tombée de la nuit, alors que le groupe s'est arrêté, ils aperçoivent un facteur avec un masque à gaz sur le visage arriver. Celui-ci a un colis pour Seiji Yamauchi, l'un des membres du groupe qui était présent lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo. Seiji découvre alors qu'il s'agit d'un vaccin. C'est alors que débute une rixe entre les membres du groupe pour s'accaparer le vaccin. Ils s'entretuent et c'est le jeune homme qui s'empare du vaccin. Mais Kurata utilise un rocher pour le frapper à la tête, probablement mortellement. Kurata tremble puis s'effondre en pleurs. Ochiai, qui semble être le seul autre survivant, s'en va seul et on ne sait pas ce que devient Kurata par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Chapitre 5. Le début du désespoir".
    • Statut au volume 17 : Inconnu.

    Hoshi

    Volume 17

    Ce jeune agent de police est notamment un survivant du grand bain de sang de l'an 2000, un événement qui s'est produit la nuit du 31 décembre de cette année. Cette nuit-là, un virus mortel, qui avait déjà fait des morts en 1997, a été diffusé par des terroristes en même temps partout dans le monde, et un robot géant est en plus apparu en plein Tokyo. Fort heureusement, les dirigeants du parti de l'amitié et leur mystérieux leader masqué Ami, ont distribué un vaccin qu'ils avaient mis au point en secret, et affronté le robot qui a fini par exploser. Ami est ainsi devenu le sauveur de l'humanité et le dirigeant du Japon. Ensuite, au début de l'année 2015, Ami est tué par balle. Cependant, lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo quelques temps plus tard, Ami s'est relevé de son cercueil, exposé face au pape qui faisait un discours. Il a alors sauvé le souverain pontife d'un tir inconnu, mais s'est révélé bien vivant. L'ère chrétienne a alors pris fin pour devenir l'ère d'Ami. Au même moment, un nouveau virus, plus virulent que le précédent, a été répandu partout sur le globe par des représentants en costume et portant mallette et masque à gaz. La population a été décimée et pour protéger Tokyo, Ami a décidé de bâtir un mur géant tout autour de la ville. Hoshi, lui, est envoyé dans le nord du pays, où une frontière en forme de grillage a été placée, car Ami, dont les prédictions se sont révélées exactes jusqu'ici, a déclaré que les extraterrestres allaient attaquer un jour. En l'an 3 après Ami, cela fait 2 ans que Hoshi surveille la frontière avec son collègue Chôno, et personne jusqu'à présent n'est venu à cette frontière. Hoshi prend la relève, et Chôno dit penser que tout est mort au nord. Hoshi pense au contraire que les extraterrestres vont attaquer. Soudain, l'alarme retentit, et Hoshi prépare son arme en tremblant. La voiture de Serizawa, leur supérieur, arrive, et via son mégaphone, il signale qu'il y a un fugueur et qu'il autorise à tirer. Un homme se glisse sous le grillage et fuit, mais Hoshi hésite à tirer. Un coup de feu résonne et l'inconnu s'écroule. C'est Serizawa qui a tiré, et qui va ensuite reprocher à Chôno de n'avoir pas réagi suffisamment vite. Il ordonne ensuite à Hoshi d'aller ramasser le corps, et ce dernier obéit. Un autre jour, Hoshi revient pour la relève, et Chôno demande si le bus postal est déjà passé. Hoshi répond que oui mais dit à son collègue de ne pas descendre tout de suite de son mirador. Il monte avec un colis reçu de Sir Richard, le dirigeant de la région, contenant des spécialités de tout le pays, malgré qu'ils ont déjà droit à une bonne ration de riz. Hoshi lui en est reconnaissant mais Chôno ne mange pas car il se demande ce qu'obtiennent les villageois. Hoshi rétorque qu'ils cultivent les terres de Sir Richard et qu'ils ont plein de choses, malgré qu'Ami a interdit les déplacements. C'est pour cette raison que Hoshi trouve ceux qui cachent le riz impardonnables. Il voit que Chôno voulait envoyer du riz, et celui-ci dit qu'il l'a économisé sur son salaire pour l'envoyer à sa mère, à Tokyo, mais dont il n'a aucune nouvelle. Hoshi, lui, a perdu ses parents il y a 3 ans et c'est pour cela qu'il protègera toujours la terre. A ce moment, Serizawa arrive et appelle Chôno car il y a un malade dans le village. Peu après, alors que le soleil se lève ou se couche, Hoshi, en poste dans le mirador, aperçoit quelque chose approcher avec ses jumelles. Il pense que les extraterrestres attaquent et prépare son arme. Il s'agit d'un homme sur une mobylette, et Hoshi menace d'ouvrir le feu, et demande le nom de l'inconnu si c'est un humain. Celui-ci demande d'abord le nom du patrouilleur, qui répond, et l'homme déclare que dans ce cas, il est Joe Yabuki, en référence aux mangas "Ashita no Jo" et "Kyôjin no Hoshi"...

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Chapitre 8. La police des contrées lointaines".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Serizawa

    Volume 17

    Serizawa est une sorte de shérif qui a survécu à la nuit du 31 décembre 2000, lorsque des terroristes ont propagé un virus mortel et qu'un robot géant est apparu en plein Tokyo, semant la panique. Heureusement, les dirigeants du parti de l'amitié, qui avaient mis au point un vaccin en secret car le virus avait déjà sévi en 1997, se mirent à distribuer celui-ci parmi la population, tandis que leur leader masqué, Ami, faisait face au robot qui a fini par exploser. Suite à ces événements qui furent surnommés grand bain de sang de l'an 2000, Ami devint le sauveur de l'humanité. Mais en 2015, celui-ci est assassiné alors qu'il se trouvait seul en pleine nuit dans une école. Lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo, la même année, le pape faisait un discours devant le cercueil d'Ami, qui s'est soudainement levé et a sauvé le souverain pontife d'un coup de feu. Revenu à la vie, Ami est alors devenu le président du monde et l'ère chrétienne a pris fin pour devenir l'ère d'Ami. Au même moment, un nouveau virus, plus virulent que le précédent, est diffusé par des représentants en costume et portant une mallette et un masque à gaz. La population mondiale est décimée, et pour protéger les citoyens de Tokyo, Ami fait ériger un mur géant autour de la ville. Serizawa, lui, se retrouve en poste à la frontière nord du pays, qu'il doit défendre d'une future attaque des extraterrestres, en même temps que gérer le village de Sir Richard, le dirigeant local. Un jour de l'an 3 après Ami, un homme ayant caché du riz s'enfuit en direction de la grille représentant la frontière, et Serizawa le poursuit avec sa voiture. Il annonce aux patrouilleurs Hoshi et Chôno qu'ils ont l'autorisation de tirer, mais aucun des 2 ne le fait. Alors que le fugueur a passé la grille, serizawa l'abat d'une balle dans le dos. Il réprimande ensuite Chôno, lui prenant l'entrejambe et lui disant qu'il ne suffit pas d'en avoir mais de s'en servir. C'est d'ailleurs pour cela qu'Ami s'est fait tiré dessus il y a 3 ans, Chôno ayant été présent à la cérémonie ce jour-là. Et si le chef de la police n'était pas intervenu, Chôno serait à la rue. Serizawa ordonne ensuite à Hoshi d'aller chercher le corps, et à Chôno d'aller chercher le riz pour le rendre à Sir Richard, dans son château. Ce dernier déclare que le vol de riz, de la fraude fiscale, est un crime de lèse-Ami, et Serizawa est d'accord. Sir Richard demande si les dispositions nécessaires ont été prises, et le shérif répond que oui. Sir Richard veut parler en particulier avec Serizawa, et celui-ci dit à Chôno de partir. Sir Richard parle ensuite d'une récompense pour Serizawa. Un autre jour, le shérif vient chercher Chôno au mirador car il y a un malade au village. Sur place, un homme dit que sa mère a juste un rhume et pas le virus mortel. Serizawa lui dit que ceux susceptibles d'être infectés doivent aller au Richard's memorial hospital. Mais l'homme répond que personne n'est jamais revenu de là-bas. Pour Serizawa, pendant qu'ils discutent, les enfants peuvent être infectés. Ils n'ont d'ailleurs pas l'air en forme. La femme dit qu'ils ont juste faim. Le shérif ordonne à Chôno d'emmener la malade. L'homme s'interpose et veut s'opposer, mais Serizawa l'abat d'une balle en pleine tête pour tentative de contamination et refus d'obtempérer. Il abat ensuite la malade et dit à Chôno d'emporter les corps. C'est la dernière apparition de Serizawa dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Chapitre 8. La police des contrées lointaines".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Sir Richard

    Volume 17

    Cet homme est à la tête d'un village du nord du Japon en l'an 3 après Ami. Ce dernier est en fait devenu le sauveur de l'humanité après la nuit du 31 décembre 2000, lorsque des terroristes ont diffusé un virus mortel à travers le monde et qu'un robot géant est apparu en plein Tokyo, semant la panique. Ami était à l'époque le mystérieux leader masqué du parti de l'amitié, un parti qui avait mis au point en secret un vaccin au virus qui avait déjà fait des morts en 1997 et qui a donc distribué ce vaccin pendant qu'Ami faisait face au robot. Par la suite, en 2015, Ami est assassiné dans une école déserte en pleine nuit. Peu après, lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo, le pape faisait un discours devant le cercueil d'Ami quand celui-ci s'est soudainement relevé et s'est avancé vers le souverain pontife pour ensuite le sauver d'un coup de feu. Par ce miracle, l'ère chrétienne a pris fin pour devenir l'ère d'Ami, qui est, lui, devenu le président du monde. Dans la même période, un nouveau virus mortel, plus virulent que le précédent, a apparemment été répandu par des représentants en costume et portant mallette et masque à gaz, décimant ainsi la population mondiale. Pour protéger les personnes de Tokyo, Ami a fait ériger un mur géant autour de Tokyo. De plus, dans l'une de ses prédictions, qui jusqu'à présent se sont toutes révélées vraies, il a déclaré qu'un jour les extraterrestres allaient attaquer et c'est pour cela qu'une frontière a été installée au nord du pays, avec des grillages. Sir Richard dirige donc un village à cette frontière, et un jour de l'an 3 après Ami, le shérif Serizawa vient après avoir abattu un homme ayant caché du riz appartenant à Sir Richard. Celui-ci dit que le vol de riz, qui est une fraude fiscale, est un crime de lèse-Ami. Serizawa acquiesce, et Sir Richard lui demande s'il a pris les dispositions nécessaires. Le policier répond par la positive, puis demande au patrouilleur Chôno de les laisser seuls. Sir Richard évoque alors une possible récompense mais nous n'en saurons pas plus. C'est la seule fois que l'on voit Sir Richard dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Chapitre 8. La police des contrées lointaines".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Damien Yoshida

    Volume 17

    Il s'agit de l'ancien guitariste du groupe Eloïm Essaïm, un groupe de rock dont les membres sont maquillés un peu comme les membres du groupe Kiss. Enfant, Damien a survécu au grand bain de sang de l'an 2000, lorsque durant la nuit du 31 décembre de cette année, un virus mortel a été répandu par des terroristes en même temps partout dans le monde. De plus, un robot géant est apparu en plein Tokyo, causant la panique. Cependant, les leaders du parti de l'amitié et leur leader masqué Ami ont distribué un vaccin au virus qui avait déjà causé des morts en 1997. De plus, Ami lui-même a fait face au robot jusqu'à son explosion, devenant ainsi par la suite le sauveur de l'amitié. En 2015, après un concert avec son groupe, en rentrant chez lui, il arrive à un carrefour de Nishi-nippori, et comme il avait bu et qu'il était joyeux, il a commencé à jouer de la guitare sur le trottoir. Un homme s'est alors rapproché de lui et lui a dit qu'il allait lui apprendre un truc. L'homme a jouer une chanson sur sa guitare et c'est à ce moment que Damien a remarqué que ce carrefour si animé d'habitude était complètement désert. Après, Damien a demandé le nom de cet inconnu, qui lui a retourné la question. Damien s'est présenté, et l'inconnu a alors dit que dans ce cas, il était le diable. Damien décide ensuite de quitter le groupe Eloïm Essaïm pour quelque chose de plus personnel. Durant la même période, Ami est assassiné alors qu'il se trouvait seul dans une école en pleine nuit. Peu après, lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo, le pape fait un discours en l'honneur d'Ami, dont le cercueil se trouve en face de lui. Mais le mort se lève alors de son sarcophage et s'avance vers le souverain pontife pour soudain plonger sur lui et le sauver d'un coup de feu. Suite à ces événements miraculeux, l'ère chrétienne a pris fin pour devenir l'ère D'ami qui, lui, est devenu aussi le président du monde. Au même moment, un nouveau virus mortel, plus virulent que le précédent a fait son apparition dans le monde, propagé par des représentants en costume et portant masque à gaz et mallette. C'est alors que la population mondiale est décimée et qu'Ami décide d'ériger un mur géant autour de Tokyo, coupant la ville de l'extérieur. Damien, lui, continue de jouer dans la rue le morceau qu'il a appris de l'inconnu, mais un jour de l'an 3 après Ami, il remarque qu'une jeune femme l'applaudit et dit l'avoir retrouvé. Elle dit s'appeler Kyôko Koizumi et être la présidente de son fan club. Elle a reconnu la voix de Damien Yoshida des Eloïm Essaïm, même sans le maquillage, et même s'il ne chantait qu'une seule chanson. Kyôko le trouve bon, et Damien est gêné. La jeune femme a tout enregistré et dit connaître quelqu'un de très important, car elle sait comment le vendre. Damien accepte de donner ses coordonnées, toujours un peu déboussolé. Kyôko trouve qu'il n'y a plus rien d'écoutable en ce moment, et qu'Ami contrôle tout. Ils vont donc chez monsieur Maruo, le manager de Namio Haru, qui a fait la chanson de l'exposition universelle de Tokyo. Le manager trouve la chanson bonne et demande si c'est Damien qui l'a écrite. Celui-ci ne dit rien, et Maruo explique qu'il n'y a plus de droits d'auteur et que tout est soumis à l'autorisation d'Ami. Au moindre faux pas, ils disparaîtraient. Kyôko demande des nouvelles de Yoshitsune ou Kanna, mais Maruo répond qu'il n'en a pas. Namio Haru arrive alors et écoute la chanson. Il dit ensuite à Maruo qu'il avait raison et demande lui aussi si la musique vient de Damien. Ce dernier admet la vérité, puis Maruo et Namio Haru se disent qu'une personne qu'ils connaissent était en vie en 2015. Maruo fait alors écouter une chanson qui passe à la radio, en dehors des heures autorisées par Ami. Damien reconnaît la voix de l'inconnu, mais ne connaît toujours pas son nom. Damien n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Chapitre 11. Rencontre à un carrefour : Cross counter".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    A suivre...

    Cronos


    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    Le projet date déjà de janvier 2015. A l'époque, je me réjouissais de cette adaptation de l'une des grandes oeuvres de Taniguchi, à savoir Le sommet des dieux. Il faut dire que la lecture de cette série sur l'alpinisme me plongeait littéralement dans l'univers des grimpeurs de haute altitude, et je frissonnais face aux défis que les héros devaient affronter comme le froid glacial, le manque de nourriture et la fatigue. Donc, quand la nouvelle d'une adaptation en film d'animation s'est fait connaître, je trépignais d'impatience de voir le résultat. Malheureusement, celui-ci se fait bien attendre.

    Fort heureusement, le projet n'a jamais été abandonné, et après une longue patience de plus de 5 ans, à l'occasion du festival international du film d'animation d'Annecy, l'équipe du film a enfin dévoilé les premières images. Patrick Imbert est toujours à la réalisation, et la production est toujours de Didier Brunner. A la vue de cette vidéo d'une minute, une chose me chiffonne. En effet, je ne retrouve pas le trait précis du mangaka dans cette vidéo. Je ne suis pas un grand connaisseur, mais l'animation me paraît pour l'instant assez simple, malgré des décors magnifiques. Cela ne ternit cependant certainement pas mon intérêt pour ce film qui devrait sortir au début de l'année 2021. Jugez par vous même :

    https://vimeo.com/428137439/0cf646bd5d?fbclid=IwAR1GEEut1Ear6_Ga-rITb5Hluy9-hmz0J31syv0_V3nJymngPxk13BA1f0Y

    Bon visionnage,

    Cronos


    votre commentaire
  • Bonjour à tous,

    J'espère que pour vous, le confinement n'a pas été synonyme de tragédie ou de mauvaise nouvelle comme une perte d'emploi. Si c'est malheureusement le cas, je suis de tout coeur avec vous. De plus, je présente mes condoléances à toutes celles et tous ceux qui ont perdu un proche à cause de ce virus. Par contre, le confinement semble toucher à sa fin, et la vie reprend son cours petit à petit, en espérant pour tous et toutes des jours meilleurs.

    Signe de cette reprise, aujourd'hui est jour de sortie manga. C'est particulièrement le cas pour Naoki Urasawa et sa dernière série en date Asadora. C'est effectivement ce vendredi que sort chez Kana le second tome de cette série que je n'ai pas encore eu le temps de découvrir. J'espère que cette série est à la hauteur de vos attentes. Personnellement, je suis toujours aussi occupé, malgré le confinement. Le retard s'accumule et je commence à douter de pouvoir le résorber. Néanmoins, j'essaie toujours de rester positif et j'espère pouvoir donner mon avis sur plusieurs tomes d'ici la fin de l'année.

    Sur ce, bonne lecture et bon courage à tous.

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la suite de la cinquième page de la liste des personnages de Master Keaton. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Lord Swan

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Al flare

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Hayes McCoy

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    McNeil

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Madame Fireman

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivante.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivante.

    Sir Charles Fireman

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : décédé d'une crise cardiaque en juillet 1988.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : décédé d'une crise cardiaque en juillet 1988.

    Brian Higgins (McDonnell)

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Monsieur White

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Pietro Rossellini (Hans Adler)

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Sergio

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Mort assassiné par la mafia.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Mort assassiné par la mafia.

    A suivre dans le prochain article.

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la treizième suite de la liste des personnages de Zipang. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Liu

    Volume 16

    Il s'agit d'un révolutionnaire communiste chinois qui est l'une des personnes influentes du parti communiste chinois auprès de Mao Zedong. En 1943, la Chine est divisée en 3 parties : celle dirigée par l'armée japonaise et avec Nankin pour capitale, celle avec Chongqing comme capitale et sous la gouvernance du parti nationaliste de Tchang Kaï-Chek, et la partie communiste avec Yan'an comme capitale. A cette époque, il y a surtout des batailles entre les nationalistes et les communistes. C'est alors que ces derniers apprennent la venue du général Kanji Ishiwara, celui-là même qui est l'un des instigateurs de l'incident de Mandchourie et donc responsable de nombreux morts parmi les communistes chinois. Ce militaire aurait des informations sur les nationalistes qui seraient utiles pour Mao Zedong. Malgré de nombreuses réticences de certains camarades quant à la venue de ce général, le leader communiste pense que les ennemis de ses ennemis sont ses amis, et qu'ils devraient donc au moins écouter ce qu'Ishiwara a à dire. Ce dernier est donc capturé et mis en cellule, le temps d'analyser les informations qu'il est venu apporter. Une réunion a donc lieu entre Mao, Liu, Tse et Chô. Apparemment, les japonais comptent attaquer les anglais dans l'océan indien et couper ainsi la route des alliés vers Tchang Kaï-Chek. Chô reconnaît que c'est l'opération idéale pour asphyxier les nationalistes, mais Liu doute que cela soit vrai. En effet, il a du mal à croire qu'un ennemi donne ainsi des informations secrètes militaires sur ses opérations. Pour lui, il s'agit plutôt d'une manoeuvre visant à déstabiliser leur mouvement avec de fausses informations. Pourtant, pour Chô, cela est vrai car il y a d'autres moyens de créer le chaos, sans pour autant se mettre en danger en venant ainsi à Yan'an. Tse pense alors qu'Ishiwara viendrait pour négocier, mais Chô lui rétorque que personne n'abattrait ainsi ses cartes avant d'arriver à la table des négociations. Liu se demande alors ce que ferait les anglais et les américains s'ils apprenaient cela. Chô lui répond que les japonais subiraient alors de lourdes pertes, et Liu comprend que les nationalistes survivraient. Tse s'interroge sur ce que penserait l'Union Soviétique. Chô pense que Staline en verrait un atout précieux et s'en réjouira, mais il ne sait pas ce qu'il ferait. Tous se tournent alors vers Mao pour voir quelle décision il va prendre. Liu n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 17 : Supposé vivant.

    Amiral Mineichi Koga (PH)

    Volume 17

    Ce haut militaire japonais se retrouve à la tête de la flotte combinée suite au décès de l'amiral Isoroku Yamamoto, lors de la guerre du Pacifique. Peu après cette prise de fonction, les capitaines Takumi Kusaka et Eiichirô Taki sont parvenus à obtenir la collaboration du Mirai, un croiseur japonais venu du futur, une soixantaine d'années après la guerre, et qui a prédit que le Japon allait non seulement perdre la guerre, mais aussi accepté une reddition sans condition. Avec la réduction de la ligne de front, notamment avec l'évacuation de la Nouvelle-Guinée, le commandement de la flotte combinée se réunit à bord du navire Kongô. Lors de cette réunion, le capitaine Taki présente des photos qui ont été prises par l'armée impériale mais dont la résolution a été améliorée par la technologie du Mirai. Taki déclare que dans l'analyse d'informations, le croiseur les surclasse sans conteste. Sur les photos, tous constatent que l'armée américaine ne prépare pas d'offensive dans l'immédiat, mais fait plutôt des manoeuvres de transport. C'est pourquoi Taki et Kusaka souhaitent mettre en place leur opération YZ qui vise à attaquer les anglais dans l'océan indien, forçant ainsi Churchill à demander l'aide des américains, qui devront précipiter leur offensive dans les Mariannes en étant moins bien préparés. Les 2 capitaines demandent donc l'incorporation des divisions de porte-avions et de tous les navires de la troisième flotte, avec les porte-avions Shôkaku et Zuikaku, Junyô et Hiyô, Hôshô et Ryûhô, les navires Kongô, Haruna, Kumano, Suzuya, Tone, Chikuma, ainsi que la 15ème division, un croiseur léger et 15 destroyers. Avec ces navires et le Mirai, ils pourront rendre inoffensives les bases de Ceylan, Chittagong et Dacca. L'amiral Shigeru Fukudome intervient alors car pour lui, ces mouvements américains ne prouvent pas que les Mariannes sont une zone sûre pour le moment. Et s'ils subissent une contre-offensive pendant qu'ils quittent leurs positions, la marine japonaise connaîtra une cuisante défaite. De plus, s'il arrive quelque chose aux bases de Palau ou Saipan, la responsabilité du capitaine Taki sera mise en cause, encore plus lorsque l'amiral Yamamoto a été tué, alors qu'il se trouvait aux côtés du capitaine Taki. Et pour en rajouter, cette opération n'a rien de décisif face à la flotte américaine et ne servira qu'à soutenir leur armée de terre en coupant les routes du soutien à Tchang Kaï-Chek. Selon lui, ils ne peuvent se permettre d'envoyer la troisième flotte dans sa totalité. Il propose donc de réduire la liste des navires à la suivante : Les porte-avions Hiyô, Junyô, Hôshô, Ryûhô et Ryûjô, le destroyer lourd Ashigara, les destroyers légers Kashii et Kuma et la première flotte de soutien. Taki se lève alors et tape du poing sur la table car il n'est pas d'accord car les navires de la première division sont de vieux navires de seconde ligne et les porte-avions qui constituent leur force principale sont des navires de commerce convertis. Or, pour attaquer les bases britanniques en Inde simultanément, il leur manquera de nombreux navires. Ils ne peuvent se battre dans cette configuration, et si quelque chose se passe mal dans cette opération, c'est Fukudome qui en portera la responsabilité. Ce dernier se range derrière le choix de l'amiral Koga, à qui revient la décision. Celui-ci, muet jusque là, réfléchit, puis déclare qu'ils ne peuvent pas réduire les défenses de leurs bases pour soutenir l'armée de terre. Il décide donc d'accepter la proposition de l'amiral Fukudome. C'est la dernière apparition de Koga dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 177 : Opération commune".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Amiral Shigeru Fukudome (PH)

    Volume 17

    Il s'agit de l'un des membres de l'état-major de la flotte combinée japonaise, lors de la guerre du Pacifique, suite à la mort de l'amiral Isoroku Yamamoto, qui a été remplacé par l'amiral Mineichi Koga. Depuis la bataille de Midway, la flotte combinée a appris l'existence d'un croiseur japonais venu accidentellement du futur, le Mirai, qui leur a appris que le Japon allait accepter une capitulation sans condition à l'issue de la guerre. Du coup, la flotte combinée a tout tenté pour que le croiseur et sa technologie bien plus avancée se joignent à la marine japonaise. Mais ses membres ont jusque là toujours refusé, jusqu'au milieu de l'année 1943. C'est alors que les capitaines Eiichirô Taki et Takumi Kusaka réussissent à faire changer d'avis les membres du Mirai, après une mutinerie à bord. Lors d'une réunion à bord du navire Kongô, Taki présente des photos dont la résolution a été améliorée par la technologie du croiseur, ce qui montre sa supériorité dans le domaine de l'analyse d'informations. Sur ces photos, tous peuvent constater sans erreur possible que les navires américains sont occupés à des manoeuvres de transport et non à préparer une offensive imminente. Taki et Kusaka veulent donc mener l'opération YZ dans l'océan indien, comme ils l'ont planifié. Celle-ci vise à attaquer les positions anglaises et de bloquer ainsi l'aide à Tchang Kaï-Chek, poussant ainsi Churchill a demander l'aide des américains qui devront précipiter leur offensive dans les Mariannes sans être totalement prêts. Taki demande notamment l'incorporation de tous les navires de la 3ème flotte, les porte-avions Shôkaku et Zuikaku, Junyô et Hiyô, Hôshô et Ryûhô, les navires Kongô, Haruna, Kumano, Suzuya, Tone, Chikuma, ainsi que la 15ème division, un croiseur léger et 15 destroyers. Avec le Mirai, ils seront ainsi capables d'atteindre leur objectif. C'est alors que l'amiral Fukudome intervient pour dire que même si on voit des manoeuvres de transports sur les photos, il n'est pas dit que les Mariannes sont une zone sûre pour autant. Si jamais ils subissent une contre-offensive des alliés pendant qu'ils quittent leurs positions, ils connaîtront une défaite cuisante. Et s'ils devait arriver quelque chose aux bases de Palau et Saipan, la responsabilité de Taki sera mise en cause, encore plus que lorsqu'il a laissé l'amiral Yamamoto se faire tuer alors qu'il était à ses côtés. De plus, il s'agit d'une opération qui n'a rien de décisif avec la marine américaine, et qui ne sert qu'à aider l'armée de terre. En conséquence, Fukudome suggère de réduire la liste des navires. Il propose les porte-avions Hiyô, Junyô, Hôshô, Ryûhô et Ryûjô, le destroyer lourd Ashigara, les destroyers légers Kashii et Kuma et la première flotte de soutien. Taki s'insurge avec le poing sur la table, car il n'y a que des vieux navires de seconde ligne et des porte-avions, qui doivent constituer leur force principale, qui sont constitués de navires de commerce convertis. Pour lui, ils manqueront de navires pour attaquer simultanément les bases britanniques. Et si cette opération se termine mal, c'est Fukudome qui en portera la responsabilité. Mais ce dernier se range derrière la décision de l'amiral Koga. Celui-ci réfléchit un instant, puis annonce qu'ils ne peuvent pas réduire les défenses de leur bases pour soutenir l'armée de terre. Ils réduiront donc la liste des navires comme proposé par l'amiral Fukudome. Ce dernier n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 177 : Opération commune".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Commandant Sin

    Volume 17

    Sin est un pilote de la royal indian air force, travaillant dans la base de Chittagong, dans l'actuel Bangladesh. Durant l'été 1943, Subhash Chandra Bose, un ami de Sin, avec qui il a joué au tennis, déclare par radio depuis Singapour qu'il a mis en place le gouvernement provisoire de l'Inde libre, dont il est le premier ministre et commandant suprême de l'armée nationale, et qu'il compte libérer l'Inde avec l'aide du Japon. Le soir venu, les soldats parlent de cette intervention à la radio, et se demandent s'ils pourront se battre contre leurs frères. Soudain, une coupure de courant fait griller plusieurs ampoules, et le nombre fait croire à certains à un mauvais présage. Sin intervient, donne une explication rationnelle et ajoute qu'il n'y a aucun lien avec le destin. Il ne doivent pas se laisser impressionner et sont les seuls pilotes de leurs appareils. Il terminent en disant que c'est parce qu'ils s'en sont remis à de tels signes que l'Inde a perdu son indépendance. Un autre soldat annonce que Sin est attendu par le colonel Langley. Avant de partir, Sin recommande de changer les ampoules grillées. Dans le bureau du colonel, ce dernier demande au commandant comment va son appareil. Sin répond que comparé à son ancien appareil qui pourrait être un âne, il a maintenant un pur-sang. Langley se souvient que Sin est originaire de Calcutta et que fidèle au rang de sa famille, il est allé à la Prince of Wales military academy. Sin acquiesce, et le colonel évoque alors Bose, demandant au commandant ce qu'il pense de lui. Sin répond qu'il est aujourd'hui son ennemi, et rien d'autre. Langley demande si c'est parce qu'il s'est allié aux fascistes, et Sin rétorque que c'est parce qu'il s'est positionné en ennemi de leur royal indian air force. Le colonel admire cette intégrité et cela ne l'étonne pas. Ensuite, Sin se rend dans un hangar où il remercie un soldat d'avoir fait les préparatifs. Il admire alors son appareil, un Spitfire, témoignage de reconnaissance de l'empire britannique. Il sait que lui et son ami Subhash ont pris des chemins différents, mais Sin se sent avant tout comme un soldat de l'empire britannique. Quelques temps plus tard, ceux de Chittagong apprennent que les 2 bases de Ceylan ont été détruites par l'armée japonaise. Du coup, après chaque averse, ils assèchent la piste le plus rapidement possible. Sin demande à son subalterne s'il écoute les émissions de radio diffusées depuis Singapour. L'homme répond que oui, mais que depuis une semaine, on ne l'entend plus. Sin se demande si en répondant à la force par la force, Subhash compte offrir ainsi une véritable dignité et un honneur au peuple. Par la suite, Sin est appelé chez Langley, qui lui explique que les patrouilles de détection ennemie ont été multipliées par 3 dans chaque base, mais il n'ont toujours aucune information sur la force aéronavale des japonais. Il a cependant quelque chose d'intéressant et remet un dossier au commandant, que l'amirauté s'est procurée auprès des américains, après un rapport sur la situation à Ceylan. Ce dossier et top secret et ne doit pas sortir du bureau. Il explique qu'en Nouvelle-Guinée, il y a eu des bombardements avec des conditions similaires à l'attaque sur Ceylan, c'est-à-dire des radars et des radios qui ne fonctionnent plus, et des attaques surprises avec une victoire écrasante à la clé. Ces opérations japonaises sont très limitées et les premières attaques de ce type ont eu lieu il y a plus d'un an. Toutes ces opérations sont liées à un navire de type croiseur, dont un dessin se trouve dans le dossier. Sin comprend que ces informations n'ont pas pu arriver si vite. Il s'interroge donc si celles-ci dormaient dans les tiroirs de l'état-major de la flotte d'Inde orientale ou si Langley l'aurait caché jusque là sachant qu'il n'est pas anglais. Il penche pour la seconde hypothèse mais dit au colonel que s'ils parviennent à couler ce croiseur, ce que même les Etats-Unis n'ont pas réussi à faire, leur royal indian air force sera probablement reconnue comme armée d'élite de l'empire britannique. Langley lui répond qu'ils ont déjà conscience de leurs qualités. Sin comprend que si les radars et radios s'arrêtent de fonctionner, ils devront faire décoller les appareils, éviter les bombardements et lancer une riposte. Le 25 juillet, les pilotes sont sur les nerfs à rester ainsi en alerte permanente. Pour les calmer, Sin leur demande si le ciel appartient aux japonais ou aux britanniques, pour leur répondre ensuite que le ciel leur appartient. Soudain, l'alarme résonne, et Sin ordonne de réfugier les bombardiers à 4000 mètres d'altitude. Sin décolle le premier, suivi par ses frères d'arme. Les japonais arrivent et bombardent plusieurs appareils encore au sol, mais Sin contre-attaque et abat un appareil japonais. On ne voit plus Sin par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 178 : La fierté du commandant Sin".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Colonel Langley

    Volume 17

    Ce militaire britannique est le commandant de la base de Chittagong, dans l'actuel Bangladesh, lors de la seconde guerre mondiale. La plupart des hommes sous ses ordres sont des indiens, faisant partie de la Royal indian air force. Parmi eux se trouve le commandant Sin, à qui l'empire britannique a donné un Spitfire à piloter, en remerciement de la loyauté de Sin. Malgré cela, en juin 1943, Subhash Chandra Bose, un indépendantiste qui prône de réagir à la force par la force pour libérer l'Inde, diffuse depuis Singapour un message important. Il déclare qu'il a mis en place le gouvernement provisoire de l'Inde libre, dont il est le premier ministre et le commandant suprême de l'armée nationale, et qu'il compte se rendre en Inde pour affronter les britanniques. Inquiet de ces mouvements nationalistes, Langley appelle Sin et lui demande comment va son appareil. Le commandant répond que s'il compare l'Hurricane à un âne, il a maintenant un pur-sang. Le colonel se rappelle que Sin est originaire de Calcutta et que fidèle à son rang de famille, il a intégré la Prince of Wales military academy. De plus, il a entendu que les membres de sa famille étaient connus dans les clubs de société. L'indien répond qu'il joue au billard et au tennis. Concernant ce dernier sport, Langley dit que Bose y joue aussi. Sin admet qu'il a souvent joué contre lui. Le colonel en profite pour lui demander ce qu'il pense de lui. Le commandant déclare qu'il est son ennemi et rien de plus. Langley s'interroge si c'est parce qu'il s'est allié aux fascistes, et Sin rétorque que c'est parce qu'il s'est positionnée en ennemi de leur royal indian air force. Le colonel dit admirer son intégrité, et que cela ne l'étonne pas. Plus tard, début juillet, les anglais apprennent que les 2 bases de Ceylan ont été attaquées et détruites par la marine japonaise. Inquiet, Langley décide de révéler à Sin des informations qu'il gardait pour lui et qu'il a reçu des américains concernant un mystérieux croiseur japonais qu'ils n'arrivent pas à couler. Le colonel explique d'abord au commandant qu'ils ont triplé les patrouilles de détection mais qu'ils n'ont encore aucune information sur la flotte ennemie. Il confie ensuite le dossier, précisant qu'il est top secret et qu'il ne doit pas sortir du bureau. Il explique ensuite qu'en Nouvelle-Guinée, il y a eu des bombardements avec des conditions similaires à l'attaque sur Ceylan. Les radars et la radio ne fonctionnaient plus, et les offensives surprises parfaitement menées ont conduit à des victoires éclatantes. Ces opérations où ce navire est impliqué sont très limitées. Langley donne aussi un dessin compris dans le dossier et ajoute que l'information vient d'OSS mais dit penser que les américains ne leur disent pas tout. Après avoir regardé le dossier, Sin se demande si la royal indian air force sera considérée comme une arme d'élite par l'empire britannique s'ils parviennent à détruire ce croiseur que même les américains n'ont pas réussi à couler. Le colonel lui répond qu'il ont déjà conscience de leurs grandes qualités. En se levant, le commandant dit alors que ce sera un honneur pour eux de combattre ce navire. Le 25 juillet, un soldat vient signaler que depuis 6h40, leurs systèmes de communication sont perturbés. Langley ordonne alors de lancer l'alerte générale pour faire décoller un maximum d'appareils le plus rapidement possible. A 7h25, l'attaque débute, et le colonel se trouve dans un bunker. Un soldat qui a en ligne la base de Dacca lui dit qu'ils ont été attaqués à 7h20. Avec ces indices sur une attaque simultanée, sachant que les avions japonais ont dû décoller à l'aube et qu'ils ont une autonomie d'environ 800 km, Langley trace des cercles autour des bases de Dacca et de Chittagong. Il en déduit alors que la flotte japonaise se trouve à 300 km au sud-ouest de leur base, à environ 15° de longitude nord et 90° de latitude est...

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 177 : La fierté du commandant Sin".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Vice-amiral Kakuji Kakuta (PH)

    Volume 17

    Il s'agit du commandant en chef de la deuxième flotte aéronavale de l'empire du Japon durant la seconde guerre mondial. au milieu de l'année 1943, il a pour mission d'aller attaquer les bases britanniques de l'Inde pour forcer Churchill à demander l'aide des américains, qui devront ainsi précipiter leur offensive dans les Mariannes sans être totalement prêts. Les capitaines Eiichirô Taki et Takumi Kusaka, qui sont à la base de ce plan, l'accompagnent d'ailleurs à bord du porte-avions Junyô. Le 16 juillet, la flotte arrive au détroit de Malacca, et Kakuta ordonne à tous les navires de couper les communications radio. Par la suite, une fois qu'ils sont à 230 miles au sud de Ceylan, ils se préparent à lancer la première offensive. Le vice-amiral se rend compte que par rapport à Pearl Harbor, leur puissance est bien moindre, et si l'attaque ne fonctionne pas correctement, cela peut conduire à un échec cuisant. Taki le rassure en disant qu'un navire les précédant va anéantir tous les moyens de communications et de détection des britanniques. Le vice-amiral lui répond que les hommes ne le savent pas et sont inquiets. Il se demande s'il peut se fier au capitaine, qui lui répond que ce navire a déjà fait ses preuves en Nouvelles-Guinée. Les appareils décollent alors à 5h20, et Kakuta dit qu'il va prier pour leur réussite. A 9 heures, la première vague revient et seuls 2 appareils sont manquants. Le chef d'escadrille fait son rapport et dit qu'aucun appareil ennemi n'était dans le ciel. Quelques temps plus tard, Taki vient voir le vice-amiral car les pertes dans la seconde vague, ce qui pourrait compromettre la suite de la mission. Il envisage donc un changement de plan. Kusaka demande des explications, et Taki lui répond qu'ils ne doivent pas oublier l'objectif de l'opération. Donc, s'ils subissent des pertes trop importantes, toute la flotte devra aller à l'est, à Dacca et Chittagong, en oubliant Bombay. Il estime que s'ils perdent un sixième de leurs forces, c'est-à-dire 30 de leurs 177 appareils, l'attaque sur Bombay devra être annulée. Kusaka essaie de le reprendre, mais Taki lui rétorque directement que ce n'est pas la couardise qui le pousse à agir ainsi, et que c'est une décision difficile. A 11 heures, la seconde vague est de retour, et tous regardent si 50 appareils au moins sont de retour. Cependant, une heure et demie plus tard, 49 appareils ont été rangés dans les hangars. Taki regarde directement à l'horizon, et Kakuta lui dit de se résigner et de s'estimer heureux que 49 appareils soient revenus d'une telle bataille. Ils ont atteint leur objectif qui était de détruire les bases britanniques de Ceylan et ils maîtrisent maintenant le passage dans l'océan indien. Donc, comme l'a dit Taki, l'opération en mer d'Oman doit être annulée. Soudain, un dernier appareil revient, ce qui fait qu'ils peuvent attaquer Bombay comme prévu. Le 20 juillet, la flotte se sépare en 2, et le vice-amiral part à l'ouest, dans la mer d'Oman, avec Kusaka, tandis que Taki part à l'est avec l'autre partie de la flotte. Lors de la séparation, tous les militaires, dont Kakuta, sont sur le pont de leur navire pour saluer leurs camarades. Le 25 juillet, les appareils s'apprêtent à décoller. Le vice-amiral sait qu'il y a une heure de décalage avec le golfe du Bengale. La 50ème flotte doit donc voir le jour se lever et prendre son envol en ce moment. On ne voit plus Kakuta par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 179 : La ligne à franchir".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Capitaine Akiyama

    Volume 17

    Akiyama est un pilote de la marine impériale. Durant la bataille de Midway, en juin 1942, il était à bord du porte-avion Akagi. Malheureusement, tous les appareils ont été détruits sur le pont, et l'Akagi a fini par couler. De nombreux pilotes sont morts. Par la suite, en juillet 1943, Akiyama participe à une opération dans l'océan indien, qui vise à attaquer plusieurs bases britanniques en Inde pour pousser Churchill a demandé l'assistance des américains, qui devront précipiter leur offensive dans les Mariannes sans être totalement prêts. Akiyama se trouve à bord du porte-avions Junyô. C'est alors qu'il reconnaît le capitaine Kusaka, qui était à bord de l'Akagi durant la bataille de Midway, et qu'il croyait mort. Celui-ci reconnaît Akiyama et dit avoir eu de la chance. Akiyama répond qu'il considère sa vie actuelle comme un sursis. Mais Kusaka lui rétorque que s'il a survécu, c'est plutôt pour faire face à une nouvelle peur. Akiyama le trouve curieux et pense qu'il a changé. L'appareil d'Akiyama fait partie de la seconde vague qui doit attaquer Ceylan, et il vole avec Tamura et Sugawara. En croisant la première vague, ils constatent qu'ils n'ont subit que peu de pertes. Mais sur place, ils s'aperçoivent que le feu ennemi s'est intensifié. Ils bombardent un navire de transport, mais Tamura est touché par une mitrailleuse. Akiyama constate qu'ils perdent du carburant, et il ferme l'alimentation pour stopper la fuite. Ensuite, il voit que l'avion de Murakami a été touché. Il demande des nouvelles de Tamura, mais Sugawara dit qu'il ne répond pas. A cause de leur problème de carburant, ils doivent retourner au navire. Sugawara demande si l'appareil va tenir, et le capitaine lui répond que oui. Soudain, Sugawara signale l'approche d'un bimoteur mosquito, qui attaque l'appareil de Yoshikawa. Akiyama décide d'attirer l'attention du mosquito sur lui, et il y parvient car l'appareil anglais se lance à sa poursuite. Le mosquito se rapproche, et Akiyama choisit d'entrer dans les nuages. Le capitaine sait cependant que s'ils n'échappent pas à ce mosquito, ils ne pourront pas retourner au navire. Et sans mitrailleuse arrière, ils sont à la merci de l'appareil anglais. Il demande des nouvelles de Tamura, et Sugawara répond qu'il a l'air de tenir le coup. Malgré tout, il estime que la situation est du gâteau par rapport à Midway car il n'est pas cloué au sol. Sugawara se demande si le mosquito n'a pas abandonné, mais Akiyama pense que c'est un bon pilote qui est toujours là. Comme il n'attaque pas, il espère sans doute les suivre jusqu'à la position de leur porte-avion et ne se fait donc pas remarquer. Sugawara comprend qu'ils ne pourront peut-être pas rentrer. Ils aperçoivent la sortie des nuages. Ils virent à l'est, mais le mosquito est juste au-dessus d'eux. Ils pénètrent à nouveau dans un nuage, et Akiyama sait que les anglais ont dû comprendre que leur mitrailleuse est HS. Sugawara pense que c'est foutu, mais pour Akiyama, s'arrêter de réfléchir, c'est mourir. Ils vont donc s'approcher de la surface de l'eau pour empêcher le mosquito de faire un piqué. Ensuite, ils voleront en zigzag. Une fois hors des nuages, Akiyama fait ce qu'il a dit. L'aile droite touche la surface de l'eau, mais l'appareil tient le coup. Soudain, un navire à l'horizon fait feu de son canon et abat en un seul tir le mosquito, ce qui surprend Sugawara qui se demande d'où vient ce navire. Akiyama l'ignore mais ils voient sur son pont arrière le drapeau japonais. Akiyama ne peut pas faire un second passage pour les saluer à cause du manque de carburant, mais l'appareil parvient à regagner le porte-avions juste à temps car il tombe à court de carburant. Suite à la réussite de l'offensive sur Ceylan, la flotte japonaise se sépare en 2, une partie allant à Bombay avec Kusaka notamment, l'autre partie se dirigeant vers Dacca et Chittagong avec notamment Akiyama et Sugawara. Sur le pont du porte-avions Ryûjô, Akiyama et les autres saluent ceux qui partent pour Bombay. Par la suite, il apprend que Tamura est tiré d'affaire. Sugawara pense qu'ils ont été exclus de l'attaque principale, mais Akiyama lui répond que c'est ainsi car leur équipe n'est pas complète, et que le gros des forces indo-britanniques sont à Dacca et Chittagong. Akiyama constate alors que le navire ralentit pour faire monter des mécaniciens, et que le capitaine Taki vient saluer un officier inconnu en personne. Le 25 juillet, Akiyama salue la première vague offensive sur Dacca et Chittagong, mais peu après, on lui signale que la seconde vague doit décoller en urgence pour aller en soutien de la première. Sugawara est prêt à aller au bout de l'enfer avec le capitaine, mais celui-ci rétorque qu'il n'y a rien de plus difficile qu'une situation d'urgence. Akiyama n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 181 : Le bombardement de l'île de Ceylan".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Première classe Tamura

    Volume 17

    Ce militaire de la marine impériale japonaise fait partie en juillet 1943 d'une mission dans l'océan indien, sous les ordres du vice-amiral Kakuji Kakuta. Leur objectif est d'attaquer les bases britanniques afin de pousser Churchill à demander le soutien des américains, qui devront lancer leur offensive dans les Mariannes sans être totalement prêts. Les premières cibles sont les bases de l'île de Ceylan. Tamura fait partie de la seconde vague d'attaque, et vole à bord d'un tenzan, en charge de la mitrailleuse, en compagnie de Sugawara et du capitaine Akiyama. C'est d'ailleurs ce dernier qui pilote l'appareil. En croisant la première vague, Sugawara constate qu'ils n'ont subi que peu de pertes et les félicite, ajoutant qu'ils s'occupent de la suite. Mais une fois à Colombo, Akiyama s'aperçoit que le feu ennemi s'est accentué. Ensuite, comme la fumée des explosions gêne leur visibilité, le capitaine réduit l'altitude au maximum. Ils foncent vers un navire de transport, et Sugawara le touche sévèrement avec une bombe qu'il largue. Mais juste après, une mitrailleuse britannique blesse grièvement Tamura, qui perd conscience. De plus, l'appareil a une fuite de carburant et doit donc rentrer au porte-avions. Cependant, ils se font prendre en chasse par un mosquito et ne peuvent donc pas regagner le navire immédiatement. Alors qu'ils se cachent dans les nuages, Tamura gémit pour signaler qu'il tient le coup, malgré le sang qu'il a perdu. Sugawara l'invite à tenir encore un peu, et finalement, le mosquito est abattu par un navire japonais inconnu. L'appareil peut alors rejoindre le porte-avions et Tamura est directement pris en charge par l'équipe médicale. Par la suite, on apprend que Tamura a été tiré d'affaire, mais il n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 181 : Le bombardement de l'île de Ceylan".
    • Statut au volume 17 : Vivant, bien que grièvement blessé par des tirs britanniques.

    Sugawara

    Volume 17

    Il s'agit d'un membre de la marine impériale japonaise, durant la seconde guerre mondiale. En juillet 1943, il fait partie d'une opération visant à attaquer les bases britanniques dans l'océan indien, et ce, afin que Churchill demande l'aide de Roosevelt, qui devra précipiter son offensive dans les Mariannes. Les japonais commencent donc par les bases de Ceylan, et Sugawara, ainsi que Tamura, montent à bord d'un appareil piloté par le capitaine Akiyama, et qui fait partie de la second vague. En vol, ils croisent la première vague, et en voyant qu'ils volent toujours en formation, Sugawara comprend qu'ils n'ont subi que peu de pertes. Il les félicite et leur dit qu'ils prennent la suite. Ils arrivent à Colombo et constatent que le feu s'est intensifié. La fumée des explosions gêne leur visibilité, et Akiyama doit réduire leur altitude au maximum. Sugawara vise alors un grand navire de transport et largue une bombe qui détruit une bonne partie du navire. Cependant, une mitrailleuse touche gravement Tamura, et Akiyama s'aperçoit que le 3ème réservoir de l'aile gauche est touché. Comme ils perdent du carburant, le capitaine coupe l'alimentation. Akiyama constate ensuite que l'avion de Murakami est touché. Il demande des nouvelles de Tamura, et Sugawara lui répond que Tamura ne répond pas. A cause de leur problème de carburant, ils doivent retourner au navire, mais le capitaine demande à Sugawara de continuer à appeler Tamura. Sugawara demande si l'avion va tenir, et Akiyama lui répond qu'ils devraient tenir jusqu'au porte-avions. Mais Sugawara constate l'approche d'un bimoteur mosquito britannique, qui prend en chasse l'appareil de Yoshikawa. Akiyama décide d'attirer l'attention de ce mosquito sur lui, et il y parvient. Le mosquito s'approchant, le capitaine choisit d'entrer dans les nuages. Peu après, Akiyama interroge Sugawara sur l'état de Tamura, et Sugawara répond qu'il a gémi, qu'il a perdu beaucoup de sang mais qu'il a l'air de tenir le coup. Il leur faudrait cependant rentrer au plus vite pour le soigner. Par la suite, Sugawara se demande si le mosquito les suit encore. D'après le capitaine, le pilote britannique doit être bon et comme il a disparu depuis qu'ils sont entrés dans les nuages, il en déduit que son objectif n'est pas de les abattre mais de trouver la position de la flotte japonaise. Sugawara comprend alors que s'ils continuent à aller vers le sud, ils ne pourront pas rentrer. Pour Akiyama, avec les 30 minutes de vol qu'il leur reste, ils devraient y arriver. En voyant la sortie des nuages, le capitaine dit qu'il va virer à l'est. Mais en sortant, ils aperçoivent le mosquito juste au-dessus d'eux. Ils pénètrent à nouveau dans les nuages, et Akiyama sait que le mosquito a dû remarqué que leur mitrailleuse est hors d'usage. Le mosquito va donc essayer de les abattre. Sugawara pense que tout est terminé, mais le capitaine lui rétorque que s'arrêter de réfléchir, c'est mourir. Ils vont plonger pour arriver à la surface de l'eau puis voler en S pour ne pas rester dans la ligne de mire. Une fois hors des nuages, Akiyama s'exécute. L'aile droite touche l'eau mais le capitaine parvient à maintenir l'appareil. Soudain, un navire au loin fait feu de son canon et détruit d'un coup le mosquito, ce qui stupéfait Sugawara. Ils n'ont jamais vu ce type de navire, mais Sugawara aperçoit le drapeau japonais sur le pont arrière. Il veut faire un second passage pour les saluer, mais Akiyama lui répond qu'ils n'ont pas assez de carburant pour cela. L'appareil parvient juste à temps sur le porte-avions, sa jauge étant tombée à 0. La flotte se sépare ensuite en 2, une partie allant à Bombay, l'autre, avec Akiyama et Sugawara notamment, va en direction de Dacca et Chittagong. A bord du porte-avion Ryûjô, Akiyama et Sugawara apprennent que Tamura a pu être sauvé. Sugawara pense que comme ils sont considérés comme des préparateurs mécaniques, ils ont été exclus de l'opération à Bombay. Le capitaine répond que c'est parce que leur équipe est incomplète et qu'ils n'y peuvent rien. Il y aura pourtant à faire dans le golfe du Bengale, où se trouve le gros des forces indo-britanniques. Le duo croise alors le capitaine Eiichirô Taki, à l'origine de cette opération dans l'océan indien, venu accueillir en personne un autre officier totalement inconnu. Le 25 juillet, la première vague décolle pour attaquer Dacca et Chittagong, mais un officier vient avertir Akiyama qu'il doit décoller en urgence pour venir en aide à la première vague car beaucoup d'appareils ennemis ont décollé et la première vague va être décimée. Sugawara dit être prêt à aller au bout de l'enfer avec le capitaine, mais celui-ci rétorque qu'il n'y a rien de plus difficile qu'une mission d'urgence. On ne voit plus Sugawara par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 181 : Le bombardement de l'île de Ceylan".
    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Commandant Epstein

    Volume 17

    Il s'agit d'un pilote britannique en poste à la base de Colombo, sur l'île de Ceylan, lors de la guerre du Pacifique. Son appareil est un bimoteur mosquito, et son copilote est Harrison. Mais en juillet 1943, à l'aube, les radars et communications tombent en panne, et peu après, une escadrille japonaise apparaît dans le ciel et commence son attaque surprise. Epstein et Harrison parviennent néanmoins à faire décoller leur appareil, et ils se mettent à attaquer les avions japonais. Mais à un moment, un tenzan arrive par l'arrière, semblant vouloir en découdre avec lui. Epstein décide de s'occuper d'abord de cet appareil et le prend en chasse, sachant qu'en vitesse pure, un monomoteur ne fait pas le poids. Le tenzan esquive les tirs puis pénètre dans les nuages, ce qui fait qu'Epstein les perd de vue. Il doit donc rester vigilant, mais refuse de tirer pour ne pas se faire repérer. En effet, il cherche aussi à découvrir la position de la flotte japonaise d'où venaient ces appareils. Un peu plus tard, le mosquito sort des nuages et Epstein aperçoit juste en dessous de lui le tenzan qui manoeuvre vers la gauche, à l'est. Il a aussi le temps de se rendre compte que la personne chargée de la mitrailleuse arrière du tenzan est blessée, et que l'arme est donc hors d'usage. Il en fait part à Harrison, puis, sachant que les passagers du tenzan les ont vus, Epstein comprend qu'ils ne rentreront pas à leur porte-avions. Il décide donc de l'abattre alors que le tenzan pénètre à nouveau dans un nuage. A la sortie de celui-ci, Harrison prévient Epstein que le tenzan fait une descente rapide en virant à gauche. Epstein choisit de le suivre et ouvre le tir. Mais même si l'aile droite du tenzan touche l'eau, l'appareil parvient à se redresser. Epstein comprend que le pilote ne veut pas se résigner. Le tenzan continue à esquiver les tirs et c'est alors que Harrison alerte Epstein de la présence d'un navire sur la ligne d'horizon, sur la gauche. Ils ne savent pas si c'est un navire japonais, mais Harrison préfère l'éviter. Pourtant, Epstein sait que ce n'est pas un porte-avions, et qu'ils sont trop loin pour qu'un canon les atteigne. Il décide d'en terminer d'abord avec le tenzan. Cependant, au moment où Epstein a l'appareil japonais dans sa ligne de mire, le canon du navire fait feu et détruit le mosquito d'un seul coup, tuant Epstein et Harrison sur le coup.

    • Première apparition : Volume 17, dans le chapitre intitulé "Sillage 182 : Deuxième offensive".
    • Statut au volume 17 : Tué dans la destruction de son appareil par un coup de canon tiré par le Mirai.

    A suivre...

    Cronos


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires