• Voilà la douzième suite de la liste des personnages de Zipang. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Yôko

     

    Volume 15

    Il s'agit de la femme du chef Ôme, un membre de la force d'autodéfense japonaise. Celui-ci travaille à bord du Mirai, un croiseur des années 2000. Un jour, Ôme part en mer pour rejoindre Pearl Harbor où le Mirai devra faire des manoeuvres avec l'armée américaine. Yôko et Ôme ont ensemble un fils, Masahiko. Ôme garde sur lui une photo de Yôko et Masahiko, alors qu'ils étaient dans un parc d'attraction. Sur celle-ci, Masahiko est un bébé de quelques mois, et Yôko porte des lunettes, mais on ne sait pas si la photo est récente. C'est tout ce que l'on saura sur Yôko dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 161 : Choix et tentation".
    • Statut au volume 16 : Supposé vivante.

     

    Masahiko

     

    Volume 15

    Masahiko est le fils de Yôko et du chef Ôme. Ce dernier est membre de la force d'autodéfense japonaise, et lors des années 2000, il doit partir en mission à bord du croiseur Mirai, afin d'aller à Pearl Harbor pour y effectuer des manoeuvres en compagnie de l'armée américaine. On ne connaît pas l'âge de Masahiko, mais sur une photo où il apparaît dans les bras de sa mère dans une sorte de parc d'attraction, il ne doit pas avoir plus de quelques mois. Evidemment, on ne sait pas si cette photo est récente ou pas. Nous n'en apprendrons pas plus sur Masahiko dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 161 : Choix et tentation".
    • Statut au volume 16 : Supposé vivant.

     

    Lieutenant Tachibana

    Volume 15

    Ce lieutenant de la force d'autodéfense japonaise embarque dans les années 2000 à bord du Mirai, un croiseur de type Aegis qui doit faire des manoeuvres avec l'armée américaine à Pearl Harbor. Cependant, durant le voyage, des phénomènes étranges se produisent et le Mirai se retrouve face au Yamato, le cuirassé japonais de la seconde guerre mondiale, et dont le positionnement de la flotte autour de lui rappelle la bataille de Midway. Après avoir échappé à cette flotte, l'équipage du croiseur regarde au loin et avec incrédulité la bataille. Après celle-ci, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, commandant en second du Mirai, sauve un officier de la marine impériale de la noyade, le capitaine Takumi Kusaka. Ce dernier apprend ce qu'il advient du Japon après la guerre mais consent à ne pas intervenir. Malheureusement, lors d'une tentative de ravitaillement, ils sont repérés par un ancien subalterne de Kusaka, le lieutenant Tsuda. Contraint de faire quelque chose, les membres du Mirai décident d'aider à l'évacuation de Guadalcanal, qui doit bientôt être attaqué. Mais Kusaka déclare que futur changera irrémédiablement et pour pousser le croiseur à aider le Japon à ne pas perdre la guerre, il utilise alors la flotte combinée pour forcer le Mirai à montrer sa puissance. Suite à cela, le capitaine Saburô Umezu, le commandant du croiseur, accepte de rencontrer l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui suggère de retourner à Yokosuka. Umezu accepte, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki force le Mirai à affronter une escadrille américaine, puis à couler un porte-avion. Une fois à Yokosuka, l'équipage rencontre l'ancien premier ministre et amiral de réserve Mitsumasa Yonai, qui leur demande de ne pas intervenir car le Japon doit perdre la guerre pour se ressaisir. Pendant les réparations sur le croiseur, Kadomatsu part à la poursuite de Kusaka, qui tente de modifier l'histoire en Chine. Là-bas, le commandant en second du Mirai ne parvient pas à empêcher la mort de l'empereur Puyi. A son retour à bord du croiseur, celui-ci part pour les îles de Kiska et Attu pour évacuer les troupes sur place. Mais là-bas, ils combattent une flotte américaine, et Umezu est blessé à la tête durent la bataille, ce qui fait qu'il doit être hospitalisé. Kadomatsu prend sa place pendant son absence, et le Mirai se contente de neutraliser des sous-marins américains en évitant au maximum les victimes. A la demande de Yamamoto, le croiseur va aider à l'évacuation de la Nouvelle-Guinée, et grâce aux informations récoltées par l'umitori, le Japon fait une attaque préventive sur les aérodromes américains, détruisant les avions en ne faisant pas trop de victimes. Mais au moment de passer le détroit de Dampier, une escadrille américaine qui a échappé à la destruction apparaît soudainement et prend le Mirai pour cible. Lors du combat, le lieutenant Mamoru Satake se sacrifie avec l'umitori pour sauver le croiseur. Suite à cette tragédie, la différence de point de vue entre Kadomatsu, qui veut continuer à éviter un maximum de morts, et le capitaine Masayuki Kikuchi, le chef canonnier, qui préfère prendre une part plus active à la guerre en se mettant sous le contrôle de la marine impériale, s'intensifie. A un tel point qu'un jour, une conversation privée entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire. Kikuchi annonce qu'il prend le contrôle du Mirai, et Tachibana, sui se range plutôt du côté de Kadomatsu, décide d'aller voir dans la cabine de ce dernier. Mais soudain, il est menacé d'une arme par le lieutenant Yonekura et par Noguchi. Tranquillement, Tachibana demande à Noguchi s'il déteste Kadomatsu. Noguchi répond que non, et Tachibana explique qu'il est prêt à mourir pour le commandant en second, tout en s'avançant vers Noguchi. Celui-ci panique, et Tachibana en profite pour essayer de se saisir de son arme. Une empoignade débute, et Yonekura ne parvient pas à tirer. Finalement un coup part tout seul, et Noguchi s'écroule, touché à l'estomac. Tachibana et Yonekura se menacent mutuellement, jusqu'à l'arrivée de Kadomatsu, qui commence par transporter Noguchi pour qu'il soit conduit à l'infirmerie, avant de demande à Tachibana, qui refuse cette rébellion, de lui donner l'arme. Tachibana s'exécute, puis Kadomatsu annonce qu'il va quitter temporairement le croiseur pour éviter un bain de sang. Ceux qui veulent l'accompagner, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, peuvent le faire, et Tachibana fait partie de ceux-ci. Mais au moment de descendre à terre, Tachibana tremble et hésite. Kadomatsu lui conseille de rester à bord, et Tachibana s'excuse tout en pleurant. C'est alors que le reste de l'équipage monte sur le pont et salue ceux qui partent...

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 164 : La nuit la plus longue du Mirai".
    • Statut au volume 16 : Vivant.

    Lieutenant Shinohara

    Volume 15

    Il s'agit d'un membre de la force d'autodéfense japonaise qui fait aussi partie de l'équipage du Mirai, un croiseur des années 2000 qui doit partir en mission à Pearl Harbor pour y faire des manoeuvres avec l'armée américaine. Cependant, lors du trajet, des événements inexpliqués se produisent et d'un coup, le navire se trouve face à une flotte dirigée par un navire qui ressemble fort au Yamato, le cuirassé de la marine impériale de la seconde guerre mondiale. De plus, la disposition des navires fait penser à la bataille de Midway, en juin 1942. Après avoir échappé à cette flotte, les membres du Mirai assistent incrédules à la bataille qui se déroule au loin, puis le commandant en second du navire, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, sauve de la noyade un officier de la marine impériale, le capitaine Takumi Kusaka. Celui-ci accepte de les aider à se ravitailler, mais durant le processus, ils sont repérés par un ancien subalterne de Kusaka, le lieutenant Tsuda. Obligés de faire quelque chose, les membres du croiseur acceptent donc d'aider à évacuer Guadalcanal qui doit être attaqué par les américains. Malheureusement, Kusaka, qui avait pourtant promis de ne pas chercher à modifier l'histoire, envoie la flotte combinée attaquer les américains, ce qui pousse le Mirai à montrer sa puissance. Après des négociations, le commandant du croiseur, le capitaine Saburô Umezu, accepte de rencontrer l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui propose de retourner à Yokosuka. Umezu est d'accord, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki de la marine impériale force le Mirai à affronter une escadrille américaine, et à couler aussi un porte-avions. Ensuite, alors que le croiseur subit des réparations, Kadomatsu part à la poursuite de Kusaka, qui est allé en Chine. Il ne parvient malheureusement pas à l'empêcher de tuer l'empereur Puyi, et au retour du commandant en second, le croiseur part pour les îles d'Attu et de Kiska, dans les Aléoutiennes, pour y évacuer les troupes japonaises sur place. Là-bas, le Mirai doit affronter une flotte américaine. Durant la bataille, Umezu est fortement blessé à la tête et doit être hospitalisé. C'est donc Kadomatsu qui assure la relève temporairement. Le Mirai se met à neutraliser les sous-marins américains en minimisant au maximum les pertes humaines. Puis, pour l'évacuation des troupes de Nouvelle-Guinée, les informations récoltées par l'hélicoptère du lieutenant Mamoru Satake permettent à l'armée impériale de lancer une attaque préventive sur les aéroport américains de Nouvelle-Guinée, détruisant les appareils en ne faisant pas trop de victimes. Mais quand les navires arrivent dans le détroit de Dampier, une escadrille américaine ayant échappé à la destruction apparaît et vise spécifiquement le croiseur. Lors du combat, le lieutenant Satake se sacrifie avec l'umitori, ce qui a pour conséquence d'attiser les tensions entre Kadomatsu et le capitaine Masayuki Kikuchi, le chef canonnier. En effet, alors que le premier ne veut pas chercher une issue plus avantageuse pour le Japon en limitant au maximum les morts de chaque côté, le second veut plus s'impliquer dans la guerre, quitte à changer le cours de l'histoire en se mettant sous les ordres de la marine impériale. Et c'est alors qu'un jour, une conversation entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire. C'est à ce moment que Kikuchi annonce qu'il prend le contrôle du navire, ceux qui le suivent sortant des armes face à ceux qui soutiennent le commandant en second. Lors de cette mutinerie, l'un des hommes est blessé par balle, et pour éviter un bain de sang, Kadomatsu déclare qu'il va quitter temporairement le navire. Ceux qui le veulent, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, peuvent le suivre. Le lieutenant Shinohara fait partie de ceux-ci, tout comme le lieutenant Shibata, le chef Asô et le maître Yanagi. lors qu'ils descendent du Mirai, le reste du navire arrive sur le pont, et au signal d'Oguri, ils saluent ceux qui s'en vont...

    Volume 16

    Alors qu'ils s'en vont, le capitaine Kadomatsu et ses hommes croisent le capitaine Kusaka, qui se rend sur le Mirai. Mais le commandant en second du croiseur, après avoir dit à Kusaka qu'il s'est bien foutu de lui, préfère continuer son chemin, et lui et ses hommes embarquent dans un camion. Dans les jours qui suivent, ils se rendent à l'hôpital militaire de Yokosuka, pour rendre visite au capitaine Umezu. Puis, le 5 juin 1943, ils vont aux funérailles de l'amiral Yamamoto, à Tokyo, où Kadomatsu prend contact avec l'amiral Yonai pour s'entretenir avec lui dans sa maison. Pendant ce temps, Shibata reste à Yokosuka, tandis que Shinohara, Asô et Yanagi attendent le capitaine dans un café. Shinohara évoque la mine triste qu'avaient ceux qui assistaient aux funérailles. Yanagi a entendu qu'un temple Yamamoto devrait être construit, mais pour Shinohara, les dirigeants tentent de redonner l'espoir en liant religion et armée. Mais Yonai aurait refusé en disant que Yamamoto aurait détesté. Pour Shinohara, il faut être fou pour défier un militaire. Pour lui, civils et militaires perdent la raison, et ils annoncent des victoires tous les jours alors que même un enfant devinerait les mensonges. Asô demande à Shinohara de parler plus bas, et Yanagi se rappelle que le père du lieutenant était dans la force de défense terrestre. Shinohara acquiesce, et dit qu'il a été brimé et qu'il a failli craquer plusieurs fois. L'argent et la gloire ne l'intéressent pas, mais plutôt protéger les gens, ce qui lui a permis de tenir. Cependant, les militaires de cette époque n'ont pas ce genre de convictions. Comme cela fait 3 heures que Kadomatsu est chez Yonai et qu'il tarde, Shinohara suggère aux 2 autres de rentrer à Yokosuka, car il n'est pas prudent de rester longtemps ensemble dans un même endroit. Ils se promettent tous d'être prudents, puis Asô et Yanagi partent. Un homme, entré dans le café alors que Asô et Yanagi partaient, demande à Shinohara s'il a assisté aux funérailles. Il aimait les 2 armées réunies alors que le commandement vacillait. grâce à la mort de l'amiral, l'armée va pouvoir être remodelée. Pour lui, leur nation est immortelle et leur armée la plus puissante. Mais Shinohara répond qu'une confiance sans fondement ne vaut pas mieux qu'une illusion. L'homme s'assied alors à côté de lui et déclare qu'il pense comme lui. Il faisait autrefois de l'import-export à Hawaï et en Angleterre, et il a constaté que la puissance industrielle de ces pays est au-dessus de celle du Japon. S'ils continuent ainsi, ils risquent de perdre la guerre. De plus, ils n'ont pas pu empêcher l'extension du front sur le grand continent, mais ils ne peuvent pas abandonner. Shinohara lui dit alors que certaines personnes ont approcher la cour pour essayer de convaincre l'empereur de stopper le conflit. Kadomatsu arrive alors dans le café, et le lieutenant s'apprête à partir avec lui. Mais des hommes entrent et leur bloque la route. L'homme qui parlait avec Shinohara se révèle alors être de la police spéciale, et annonce qu'ils vont continuer la discussion au poste. Menottés, ils sont emmenés au commissariat de Kôjimachi, où ils sont torturés par des coups de sabre en bambou dans une salle d'interrogatoire. Mais Shinohara, qui se sent coupable d'avoir trop parlé, ne veut pas révéler le plan d'interruption de la guerre. Il dit à ses bourreaux qu'ils devraient avoir honte et que ce n'est pas en étouffant le peuple qu'ils gagneront la guerre. Mais pour ces hommes, arrêter les opposants fait partie de la protection du pays. Le lieutenant est ensuite ramené en cellule, où le capitaine lui demande de tenir le coup car Yonai est surveillé par Tôjô. Shinohara lui répond de ne pas s'en faire. C'est alors au tour de Kadomatsu d'être torturé, puis encore une fois à Shinohara. Malheureusement, celui-ci est touché au poumon ou à la plèvre et commence à s'étouffer. Affolé, et comme les policiers refusent d'amener un médecin, le capitaine leur dit de faire venir Yonai, qui pourra leur dire qui ils sont. Il demande au lieutenant de tenir le coup, mais celui-ci ne survit pas jusqu'à l'arrivée de l'amiral. Il rend son dernier souffle dans les bras de Kadomatsu.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 166 : Un nouveau champ de bataille".
    • Statut au volume 16 : Décédé après avoir succombé aux tortures infligées par la police spéciale du bureau de Kôjimachi.

    Lieutenant Shibata

    Volume 15

    Le lieutenant Shibata est un membre de la force d'autodéfense japonaise et il fait partie de l'équipage du Mirai, un croiseur de haute technologie des années 2000. Celui-ci, ainsi que d'autres navires japonais, sont envoyés à Pearl Harbor pour y faire des opérations avec l'armée américaine. Cependant, durant le trajet, des événements étranges se produisent, et le Mirai se retrouve transporté dans le temps, juste avant la bataille de Midway, en plein guerre du Pacifique. Après cette bataille, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, commandant en second du navire, sauve de la noyade un capitaine de la marine impériale japonaise, le capitaine Takumi Kusaka. Celui-ci découvre le futur du Japon mais accepte de ne pas intervenir. L'équipage du croiseur ne veut pas interférer dans la guerre, mais la marine impériale retrouve la trace du Mirai, qui avait été vu avant Midway. Obligé de se positionner, les membres du croiseur accepte de tenter un maximum de monde à Guadalcanal. Mais Kusaka a d'autres projets et veut éviter au Japon une capitulation sans conditions. Pour cela, il a besoin de la puissance du Mirai, mais son équipage refuse. Le capitaine Saburô Umezu, la commandant du croiseur, rencontre alors l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui propose de retourner à Yokosuka. Umezu accepte, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki de la marine impériale, force le Mirai à affronter une escadrille américaine, et à couler un porte-avion. Une fois à Yokosuka, l'équipage du Mirai rencontre l'amiral et ancien premier ministre Mistumasa Yonai, qui leur demande de ne pas intervenir et de laisser le Japon perdre la guerre. Kadomatsu ensuite part à la poursuite de Kusaka en Chine, pour l'empêcher de chambouler le cours de l'histoire, mais malheureusement, l'empereur Puyi est tué. A son retour, le croiseur part pour les îles de Kiska et Attu, dans les Aléoutiennes, où ses membres doivent affronter une flotte américaine. Durant la bataille, Umezu est blessé et doit être hospitalisé. Avec son absence, c'est Kadomatsu qui prend le relais. Le croiseur neutralise les sous-marins américains, tout en évitant au maximum les victimes. Yamamoto leur demande alors de les aider à retirer les troupes de Nouvelle-Guinée. Grâce aux informations récoltées par le Mirai, les japonais bombardent préventivement un aéroport américain pour pouvoir faire son retrait en toute sécurité. Or, une importante escadrille est parvenue à échapper à la destruction, et près du détroit de Dampier, celle-ci vise expressément le croiseur. Dans l'affrontement, le lieutenant Mamoru Satake décède et son umitori est détruit. Avec ce décès, des tensions commencent à apparaître entre Kadomatsu, qui veut continuer à préserver un maximum de vies et ne veut pas favoriser le Japon contre les américains, et le capitaine Masayuki Kikuchi, chef canonnier du Mirai, qui se laisse tenter par une intervention plus importante en collaborant avec la marine impériale. Mais un jour, une conversation privée entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire, et Kikuchi décide de prendre le commandement du Mirai par la force. La mutinerie d'une partie de l'équipage se solde par la blessure par balle à l'estomac de Noguchi, qui soutient le chef canonnier, quand le lieutenant Tachibana a essayé de lui reprendre son arme. Suite à cela, Kadomatsu choisit de quitter quelques temps le navire pour éviter un bain de sang. Ceux qui le veulent peuvent l'accompagner, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, qui doit rester pour continuer à occuper son poste et ses fonctions. Le lieutenant Shibata fait partie de ceux qui décident d'accompagner Kadomatsu, tout comme le lieutenant Shinohara, le chef Asô, le premier maître Yanagi et le lieutenant Tachibana. Mais au moment du départ, ce dernier prend peur, et Kadomatsu lui suggère de rester à bord. Tachibana lui demande pardon en pleurant, puis le reste de l'équipage arrive sur le pont, et aux ordres d'Oguri, ils saluent ceux qui partent...

    Volume 16

    En quittant le Mirai, Kadomatsu et ses hommes croisent Kusaka qui se rend sur le croiseur. Kadomatsu lui dit qu'il s'est bien foutu de lui mais préfère continuer son chemin et ordonne à ses hommes de monter dans le camion qui va les emmener. Par la suite, ils dorment dans des baraquements avant d'aller à l'hôpital militaire de Yokosuka pour rendre visite au capitaine Umezu. Ensuite, le 5 juin 1943, Kadomatsu, Asô, Shinohara et Yangi se rendent aux funérailles de l'amiral Yamamoto, tandis que Shibata les attend au quartier général de la marine. Le commandant en second du Mirai veut en profiter pour entrer en contact avec Yonai et lui faire part de la situation. Mais le soir venu, seuls Asô et Yanagi sont revenus à la base de la marine. Alors qu'il est déjà 00h40, et que le dernier train est passé depuis longtemps, tous les 3 se disent qu'il est soit arrivé quelque chose à Kadomatsu et Shinohara, soit les discussions avec Yonai se sont éternisées et qu'ils soient restés sur place. Mais Shibata rappelle qu'ils n'ont reçu aucun message. Asô décide d'alerter la marine dès le lendemain, ils font part de leurs inquiétudes à l'amiral Soemu Toyoda et lui demandent que la police locale soit informée afin d'entamer des recherches. Toyoda répond que Yonai l'a déjà appelé via un intermédiaire, car il est surveillé par la police militaire. Kadomatsu et Shinohara sont retenus par la police spéciale de Kôjimachi mais quelqu'un a été envoyé par les sortir de là. Toyoda ajoute que les parasites doivent éviter de créer des problèmes. Finalement, le commandant en second du croiseur est libéré, mais malheureusement, Shinohara a déjà succombé aux blessures causées par les tortures de la police spéciale. Une fois de nouveau ensembles, les 4 hommes se rendent dans la baie de Yokosuka avec les cendres de Shinohara, la mer étant le seul endroit où il pourra reposer en paix. Quand Asô disperse les cendres, Kadomatsu, Shibata et Yanagi saluent le défunt. Kadomatsu se dit qu'il retournera lui aussi un jour à la mer, mais que pour l'instant, afin d'arrêter ce pays et Kusaka, ils doivent d'abord récupérer le Mirai. Shibata n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 166 : Un nouveau champ de bataille".
    • Statut au volume 16 : Vivant.

    Subhash Chandra Bose (PH)

    Volume 16

    Surnommé Netaji, cet homme est un indépendantiste indien qui, contrairement à Ghandi, prône la résistance armée face au gouvernement britannique. En effet, il pense que les principes de non-violence ne seront pas suffisant et que cela prendra 150 ans pour obtenir l'indépendance. Pour cela, il est même prêt à s'allier aux ennemis de la Grande-Bretagne. Après avoir échoué avec Staline, il se rend à Berlin pour demander l'aide d'Hitler. Mais là aussi, il essuie un échec. Il quitte donc l'Allemagne nazie le 6 février 1943, et à bord d'un sous-marin allemand de type U-Boot, il prend la route de la pointe de Kibô, puis continue pour parvenir dans l'océan indien. Après avoir parcouru environ 6.000 kilomètres, le sous-marin arrive dans le sud-est de Madagascar, dans une mer assez agitée. Alors que les marins allemands n'arrivent pas à manger à cause du mal de mer, Bose continue à se nourrir. Voyant qu'un allemand lui disant qu'il a l'estomac bien accroché s'est arrêté de manger, il lui demande s'il peut finir sa conserve. Les marins se demandent aussi si les indiens peuvent manger du boeuf. Bose veut répondre en parlant de révolution, et l'allemand le complète en disant que la révolution doit aussi dépasser les principes religieux, ce qu'acquiesce Bose. Pour l'allemand, l'indien n'est qu'un gros mangeur, et Bose rétorque que lorsqu'une nation veut son indépendance, elle doit d'abord prendre des forces. Ils rigolent ensuite, et l'indien a bien compris que l'équipage du sous-marin est tombé sous son charme. Le 28 avril, le sous-marin refait surface dans une zone où l'attend un sous-marin japonais. Après avoir fait des transferts d'armes et de munitions, c'est au tour de Chandra Bose de changer de sous-marin. Il remercie le commandant allemand, à qui il dit aussi que son voyage ne s'arrêtera que lorsque l'Inde aura acquis son indépendance. Il se rend ensuite sur l'autre sous-marin avec un canot, avant que les équipages des 2 sous-marins ne se saluent avant de partir chacun de leur côté. Le 6 mai, Bose est arrivé dans une base japonaise au nord de Sumatra. C'est alors qu'un officier de la marine impériale japonaise demande à le voir. Bose accepte avec une certaine curiosité. L'homme entre et se dit honoré de rencontrer Bose. Il se présente comme étant le capitaine Takumi Kusaka. On ne voit plus Chandra Bose par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 168 : Le vent de l'océan indien".
    • Statut au volume 16 : Vivant.

    Chô

    Volume 16

    Chô est un membre du parti communiste chinois et il semble être un proche de Mao Zedong. En juin 1943, les communistes sont établis à Yan'an, dans la province de Shaanxi, tandis que les japonais et le gouvernement fantoche du Mandchoukouo sont à Nankin, et que les nationalistes de Tchang Kaï-Check occupent le reste du territoire de la Chine. Mais un jour, le général japonais Kanji Ishiwara, l'un des responsables de l'incident de Mandchourie, qui a eu pour conséquence la création du Mandchoukouo, avertit les communistes de sa venue à Yan'an car il aurait des informations pour eux à propos de Tchang Kaï-Chek. Les dirigeants se réunissent donc pour savoir ce qu'ils vont faire, et Chô fait partie de cette réunion. L'un des hommes présents pense qu'Ishiwara, qui est à la tête de l'armée japonaise de Nankin, est venu pour espionner leurs mouvements et que c'est une ruse du Japon. Chô se demande donc s'ils doivent le tuer ou le garder jusqu'à la fin de la guerre, mais son interlocuteur lui répond que ce n'est pas là le problème, mais qu'un malaise s'installe chez les jeunes car le japonais est responsable de la mort de beaucoup de leurs proches, et que l'accueillir porterait atteinte au moral des troupes. Mao intervient alors en disant que les imbéciles travaillent dans l'obscurité, mais que ceux qui savent voir quand ils le peuvent sont au-dessus du lot. Il ajoute que les ennemis de ses ennemis son ses amis. Un homme essaie de le contredire, mais le leader communiste continue en disant qu'ils obtiendront la victoire de leurs propres mains en mettant en place un gouvernement révolutionnaire, sans suivre les léninistes de Moscou mais en s'appuyant sur la maoïsme. Et donc, ceux qui ne peuvent pas mettre cela en pratique sont des anti-révolutionnaires. Finalement, Ishiwara est capturé avec ses hommes. Selon les informations qu'il a donné, les japonais auraient l'intention d'attaquer les routes d'approvisionnements des alliés envers les nationalistes dans l'océan indien. Lors d'une autre réunion avec Mao, Liu, Tse et Chô, ce dernier admet que c'est l'opération idéale pour asphyxier Tchang Kaï-Chek. Mais Liu n'est pas sûr que cela soit vrai et pense plutôt que c'est une manoeuvre pour déstabiliser leur parti et les alliés. Mais pour Chô, il y a d'autres moyens de créer le désordre et le japonais n'avait pas besoin de venir avec les dangers que cela implique. Tse se demande si ce n'est pas une manière de négocier, mais Chô n'y croit pas non plus, car aucun imbécile n’abattrait ses cartes avant même d'arriver à la table des négociations. Ils ne doivent pas oublier non plus qui est Ishiwara. Liu s'interroge donc sur ce qui arriverait si ces informations arrivaient aux oreilles des anglais et des américains. Chô suppose que les japonais devraient subir de lourdes pertes, et les nationalistes survivraient. Quant à Staline, il s'en réjouirait, mais il est impossible de savoir ce qu'il ferait. Chô, Liu et Tse se tournent donc vers Mao pour savoir ce que celui-ci va décider de faire. On ne voit plus Chô par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 16 : Vivant.

    Mao Zedong (PH)

    Volume 16

    Il s'agit bien sûr du dirigeant du parti communiste chinois durant la seconde guerre mondiale. En juin 1943, la Chine est séparée en 3 parties, la première, avec Nankin pour capitale, est le Mandchoukouo, dirigé par l'armé japonaise, la seconde est occupée par le parti nationaliste de Tchang Kaï-Chek, tandis que la dernière est prise par le parti communiste qui se trouve à Yan'an, dans la province de Shaanxi. Mais un jour, les membres du parti communiste apprennent que le général japonais Kanji Ishiwara, l'un des principaux responsables de l'incident de Mandchourie à la base de la création de l'état fantoche du Mandchoukouo, serait en route vers Yan'an avec des informations selon lesquelles les japonais comptent s'attaquer aux routes d'approvisionnements du parti nationaliste. Une réunion a donc lieu avec des dirigeants du parti communiste, dont Mao. L'un d'eux tape du poing sur la table en disant que ce dirigeant d'une armée japonaise à Nankin est là pour enquêter sur leurs mouvements. Le camarade Chô, plutôt calme, se demande donc ce qu'ils doivent faire d'Ishiwara, et un autre lui dit qu'un malaise s'installe parmi les jeunes car certains ont perdu des proches, tués par des japonais. Ils ne peuvent donc pas accueillir un général japonais. Mao intervient alors, et pour lui, les ennemis de ses ennemis sont ses amis. Un homme essaie de le contredire, mais Mao continue en disant que la victoire s'obtiendra par leurs propres mains, en mettant en place un gouvernement révolutionnaire, et qu'ils n'ont pas à suivre les léninistes de Moscou. Ils doivent s'appuyer sur la maoïsme et ceux qui ne peuvent pas le mettre en pratique sont selon lui des antirévolutionnaires. A son arrivée, Ishiwara et ses hommes sont arrêtés. Pendant ce temps, une autre réunion a lieu entre Mao, Chô, Liu et Tse. Chô pense que l'opération des japonais est idéale pour asphyxier le parti nationaliste, mais Liu n'est pas sûr que cela soit vrai. Pour lui, ce sont des fausses informations qui visent à troubler les alliés et leur parti. Mais pour Chô, il y a d'autres manière de créer le désordre, et Ishiwara n'avait pas à se mettre en danger. Tse se demande s'il ne s'agit pas d'une manière de négocier, mais Chô répond qu'un imbécile n'abattrait pas ses cartes avant de s'asseoir à la table de jeu. Liu se demande ce qu'il se passera si les anglais et les américains apprennent ces informations, et Chô répond que les japonais perdront beaucoup dans ces opérations et le parti nationaliste survivra. Quant à Staline, il y verra un atout précieux. Mao sait donc qu'en venant, Ishiwara serait à sa merci, et il se demande ce qu'il est venu chercher. Il l'invite donc à une discussion privée, et le japonais rentre alors que Mao est couché, dos à lui. Ishiwara cite un proverbe en chinois, puis dis que pour l'Angleterre, les Etats-Unis, et même Staline, la Chine, c'est surtout le parti de Tchang Kaï-Chek. Mais pour Mao, la Chine, c'est surtout lui-même. Le japonais tend alors une cane à pêche en direction de Mao, qui la repousse d'un revers de la main avant de se lever. Il interroge alors Ishiwara sur la raison de révéler les futures opérations japonaises contre Tchang Kaï-Chek, et le japonais répond qu'il veut que son interlocuteur soit le roi de ce pays, car contrairement à Tchang Kaï-Chek, il n'est lié à personne. Mao rétorque qu'il n'est pas plus lié au Japon et qu'il ne fera de concession à aucun pays. La japonais va ensuite prendre une carte de la Chine accrochée à un mur et la déchire, disant que la Chine y est beaucoup trop petite. Mao se demande si Ishiwara vient parler de la Chine qu'il imagine dans 10 ou 100 ans, mais le japonais répond qu'il vient parler de celle après la guerre. Pour le chinois, le Japon deviendra l'instrument des puissance occidentales, car il ne fait que copier celles-ci. Il ne sera pas non plus communiste, et une opposition aura lieu en extrême-orient entre les américains et les soviétiques. Dans dans cette situation que la Chine grandira et deviendra un tigre géant. Dans cette opposition, les grandes puissances tireront des profits, et le Japon aussi, mais pour Ishiwara, ils manquent de temps. C'est pour cela qu'en agissant ainsi, les japonais ouvriront la voie pour le "couronnement" de Mao. Ishiwara veut que le vent se mette à souffler sur le monde depuis Yan'an. Leur rencontre est donc une réalité. Satisfait, Mao veut préserver ce précieux trésor et fait appeler Lindsay, un journaliste anglais, pour que celui-ci les prenne en photo pour montrer qu'ils se sont bien rencontré. C'est la dernière apparition de Mao dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 16 : Vivant.

    Michael Lindsay

    Volume 16

    Cet anglais est un journaliste qui a réussi à se faire accepter parmi les membres du parti communiste chinois, installés à Yan'an, dans la province de Shaanxi en 1943. On ne sait pas si il fait cet immersion en tant que journaliste ou s'il est là par conviction. A cette époque, la Chine est divisée en 3 parties. La partie communiste donc, mais aussi la partie contrôlée par le parti nationaliste de Tchang Kaï-Chek, avec Chongqing comme capitale, et enfin la partie contrôlée par l'armée japonaise, qui y a établit l'état fantoche du Mandchoukouo avec Nankin comme capitale. Mais en juin 1943, les communistes apprennent que le général japonais Kanji Ishiwara, l'un des responsables de l'incident de Mandchourie qui a conduit à la création du Mandchoukouo, serait en route pour Yan'an avec des informations sur Tchang Kaï-Chek. Une réunion a donc lieu entre les dirigeants communistes pour savoir ce qu'ils doivent faire. Ils décident finalement de d'abord capturer Ishiwara pour savoir ce qu'il va faire. Lorsque ce dernier et ses hommes sont arrêtés par les communistes, Lindsay en profite pour faire une photo, qui fait légèrement sursauter les japonais, qui ne sont que quelques-uns. Le journaliste dit à Ishiwara qu'il est le premier général à pénétrer en zone libre, en plus du fait qu'il n'est pas un prisonnier de guerre. Pour l'anglais, c'est un miracle. La nuit venue, Mao Zedong, le leader communiste, choisit de s'entretenir seul avec Ishiwara. Après quelques minutes, il fait appeler Lindsay, qui s'adresse à Mao en l'appelant chef. Le journaliste se présente, et Mao présente le général comme étant leur ennemi. Pourtant, les 2 hommes posent pour une photo de Lindsay sur laquelle il ne se regardent même pas. Le lendemain, le journaliste développe ses photos, et se dit qu'il est curieux de savoir ce que vont se dire les dirigeants des alliés en voyant cette photo de la rencontre de 2 personnes qui n'ont rien en commun pour se comprendre. Ceci étant dit, il trouve quand même l'atmosphère étrange pour une conférence. Dans tous les cas, et alors qu'il met le film dans une enveloppe, Lindsay ajoute qu'il s'agit d'un scoop...

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 16 : Vivant.

    Tse

    Volume 16

    Il s'agit d'un membre du parti communiste chinois durant la seconde guerre mondiale. En 1943, la Chine est divisée en 3 parties, l'une d'elles étant dirigée par le parti communiste de Mao Zedong, une autre par le parti nationaliste de Tchnag Kaï-Chek et la dernière étant l'état fantoche du Mandchoukouo, aux mains des japonais. Mao et ses hommes se situent dans la province de Shaanxi, à Yan'an, et un jour de juin 1943, ils apprennent que le général japonais Kanji Ishiwara, l'un des responsables de l'incident de Mandchourie, à l'origine de la création de l'état du Mandchoukouo, se dirige avec quelques hommes vers Yan'an, avec l'intention de donner des informations aux communistes. Après un débat sur ce qu'ils doivent faire de cet homme, les communistes choisissent finalement d'emprisonner Ishiwara et ses hommes. Ils apprennent alors de celui-ci que les japonais ont l'intention d'attaquer les routes d'approvisionnement du parti nationaliste, dans l'océan indien. Une réunion a donc lieu, en présence de Tse, mais aussi de Mao, de Liu  et de Chô. Ce dernier pense que cette opération est idéale pour asphyxier le parti de Tchang Kaï-Chek. Mais Liu s'interroge si ces informations sont vraies, car il a du mal à croire que le général japonais puisse livrer des informations stratégiques ainsi. Pour ce serait plutôt un moyen de troubler leur parti et les alliés. Chô estime pourtant que c'est vrai car il y a d'autres moyens de créer le chaos, et sans venir à Yan'an en se mettant en danger. Tse se demande si ce n'est pas une carte pour négocier avec eux, mais Chô répond qu'un imbécile ne montrerait pas toutes ses cartes avec de s'asseoir à la table des négociations. Liu demande ensuite ce qu'il se passerait si les anglais et les américains recevaient ces informations. Chô suppose que les japonais subiraient de lourdes pertes, et Liu comprend que le parti nationaliste y survivrait. Tse s'interroge sur ce qu'en penserait alors l'Union Soviétique. ils pensent que Staline s'en réjouirerait au plus haut point, sans savoir ce qu'il ferait. Tse, Chô et Liu se tournent alors vers Mao pour savoir quelle décision il va prendre. C'est la dernière apparition de Tse dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 16 : Vivant.

    A suivre...

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la dixième suite de la liste des personnages de 20th century boys.  Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Mamoru Ikawa

    Volume 13

    Ce garçon est un survivant du grand bain de sang de l'an 2000, qui a eu lieu le soir du 31 décembre 2000. Durant cette soirée là, des terroristes à travers le monde ont répandu un virus mortel, et à Tokyo, un robot géant est même apparu, semant la panique dans la ville. Le pays, et monde entier ont cependant été sauvé par Ami, le mystérieux leader masqué d'un ancien groupe sectaire devenu le parti de l'amitié. Les membres de ce parti ont en effet mis au point dans le plus grand secret un vaccin au virus, qui avait déjà sévi en 1997. Par la suite, Ami est devenu le sauveur de l'humanité, et son parti dirige depuis le Japon. En 2015, alors qu'il a 20 ans, Mamoru est un étudiant de l'université de Yûmei. Au début de cette année 2015, il sort avec Tomoko, une lycéenne qui est fort jalouse. Un soir, il décide d'aller picoler avec ses copains de l'immeuble où il habite, à Setagaya. Il boit et il chante, et il envoie des vidéos à Tomoko. Ensuite, il fait une petite bouffe chez lui car l'un de ses voisins, Morisono, a apporté du saumon frais de Murobetsu. Les voisins ont donc choisi de faire un ragoût, et dans une vidéo, Mamoru les présente à Tomoko, notamment Morisono, qui a fait apparemment un stage à Ami-World, une sorte de parc d'attractions, qui est synonyme de poste important pour quiconque y va. Mais quand Mamoru veut présenter Morisono, celui-ci est allé cherché des bières chez lui, et il semblerait qu'il ai renversé quelques bouteilles qui se sont brisées. Les voisins vont voir si Morisono s'en sort, et ils le voient en train de nettoyer, tout en portant une combinaison de protection bactériologique. Le lendemain, Mamoru ne se sent pas bien et envoie un message à Tomoko, lui disant qu'il ne peut pas aller à leur rencard. Peu après, cette dernière retrouve Mamoru mort dans son appartement, totalement vidé de son sang. On apprend alors qu'il aurait contracté un virus mortel encore plus puissant que celui du bain de sang de l'an 2000.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Le début de la fin".
    • Statut au volume 16 : Tué par le nouveau virus mortel qui l'a vidé de son sang.
    • Statut au volume 20 : Tué par le nouveau virus mortel qui l'a vidé de son sang.

    Dany

    Volume 13

    Dany est un jeune garçon d'une dizaine d'années, vivant dans un petit village de l'état du Nouveau Mexique, aux Etats-Unis. Sa mère est apparemment morte depuis un certain temps, et il vit pauvrement avec son père qui semble porté sur la boisson. Près des pompes à essence, il s'amuse à faire semblant de jouer de la musique avec un balai, surtout le CD que son père écoute tout le temps, "20th century boy". Un jour de 2015, une belle jeune femme asiatique arrive dans le village et annonce que si elle ne se dépêche pas, tout le monde va mourir. En rencontrant Dany, elle dit que celui-ci lui rappelle son petit frère Kenji qui faisait la même chose avec un balai, et sur la même musique. Ensuite, la femme annonce qu'elle souhaite tester un médicament et qu'elle a besoin de volontaires. Elle est même prête à payer 100 dollars pour ce médicament. Mais tout le monde refuse. Dany va donc voir son père et lui explique la situation. Ce n'est qu'en apprenant que la femme est prête à payer que le père dit à son fils d'aller la voir et de lui réclamer 150 dollars. Dany voudrait s'acheter une guitare avec cet argent, et son papa est d'accord. Dany fonce donc, mais son père lui reprend l'argent pour s'acheter de l'alcool. Le semaine qui a suivi, le quincaillier est tombé malade et est décédé en se vidant de son sang. Ensuite est venu le tour de madame Morrison, puis la famille de Charlie, l'ami de Dany. Monsieur Watson, monsieur Ines et monsieur Drayton ont suivi. Quand ce fut le tour du père de Dany, celui-ci a dit à son fils que la femme asiatique était un démon et que son fils avait vendu son corps au diable. Après avoir récupéré son argent dans la poche de son père, Dany a commencé à enterrer tous les habitants du village. Après une semaine de travail acharné, et n'ayant plus rien à manger, Dany finit par s'écrouler d'épuisement. Avec les yeux à moitié ouverts, il voit quelqu'un s'approcher de lui et le prend d'abord pour un extraterrestre. Il s'agit de 2 asiatiques, père et fils, qui vendent des nouilles dans un food-truck. Le père donne des nouilles à Dany, qui les mange avant de tendre de l'argent. Le père dit que ce n'est pas nécessaire, et en apprenant que le papa de Dany prend toujours les choses sans payer, et qu'il a même pris les économies de son fils, il lui demande de le mener à son père pour lui dire un mot. Mais en voyant les nombreuses tombes creusées par Dany, les 2 asiatiques sont stupéfaits. Dany raconte ce qu'il s'est passé, et ajoute qu'il y a encore beaucoup de cadavres. Le père asiatiques dit à Dany que ce n'est pas sa faute, et que c'est le médicament qui l'a sauvé. Mais quand il apprend le prénom du petit frère de la femme asiatique, il dit aux 2 autres de monter dans son camion. Il dit qu'il y a 15 ans, il a refusé une invitation de ce Kenji et qu'il a fui. Mais il a maintenant trouvé un truc à faire. Il monte dans le camion, et en le démarrant, il dit qu'il va sauver le monde. C'est la dernière apparition de Dany dans ce tome.

    Volume 15

    Dany continue à voyager avec Croa-croa et son fils Shuichi. Ils sont à la recherche de la femme asiatique qui s'appelle Kiriko Endô, mais ils sont aussi à la poursuite de représentants portant un masque à gaz et une mallette, pouvant ainsi diffuser le nouveau virus mortel qui vide ses victimes de leur sang. Ils parviennent dans l'état du Missouri, et entrent alors dans un petit restaurant au bord de la route pour y interroger le patron. Celui-ci dit que des camionneurs ont effectivement vu un représentant avec un masque à gaz qui marchait vers le nord, mais selon lui, le fait qu'il diffuse un virus n'est qu'une rumeur. Croa-croa réfléchit alors avec Dany, dont le village du Nouveau-Mexique a été anéanti par le virus, une semaine avec la ville de Clinton, dans l'Oklahoma. Croa-croa demande au patron si c'est possible de faire cette distance à pied en une semaine. Le patron trouve cela fou, mais Croa-croa dit qu'il y a eu Galena au Kansas et Halltown dans le Missouri, et que donc le virus progresse vers le nord, ce représentant diffusant le virus sur toute la route 66. La patron pense à une histoire de gamins, et Croa-croa lui explique que c'est effectivement le cas. Mais le virus s'arrête à Halltown. Il veut donc aller voir seul ce qu'il se passe dans le nord et veut confier Shuichi et Dany au patron, ce que le jeune Dany refuse. De plus, cela n'arrange pas le patron. C'est alors que Shuichi signale la présence de motards en nombre. Ceux-ci rentrent, tandis que le patron va chercher une arme. Mais le leader des motards montre une fiole et demande s'il y a des malades. Croa-croa comprend que c'est un vaccin, tandis que Dany comprend que c'est Kiriko qui le leur a donné. Les motards disent l'appeler la Sainte Mère, et Croa-croa veut savoir où elle est. Le leader explique qu'elle n'avait plus de vaccin et qu'ils l'ont emmené voir un pote qui peut le produire en masse à côté du lac Michigan, à M.G.C. Pharma. Croa-croa, Dany et Shuichi se tournent alors vers la télévision qui annonce que l'origine de l'incendie qui ravage en ce moment M.G.C. Pharma est encore inconnue. Croa-croa comprend que c'est un coup des "autres" et fonce dans sa camionnette pour aller là-bas, laissant Dany et Shuichi sur place. Mais le leader des motards prend Dany par la capuche et le pose sur sa moto, tandis que Shuichi monte sur une autre moto. Les motards se lancent alors à la poursuite de Croa-croa pour aller protéger la Sainte Mère. On ne voit plus Dany par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 8. L'empire des grenouilles contre-attaque -1-".
    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Shuichi

    Volume 13

    Ce jeune homme est le fils de Croa-croa. Il est né un peu avant le grand bain de sang de l'an 2000, le soir du 31 décembre 2000, lorsque des terroristes partout dans le monde ont répandu un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang. A Tokyo, c'est un robot géant qui a diffusé le virus. Mais Ami, le leader masqué du parti de l'amitié a sauvé le monde en distribuant un vaccin qui avait été mis au point en secret, le virus ayant déjà fait des dégâts en 1997. Cependant, selon le père de Shuichi, Ami serait l'un de ses camarades de primaire, et ce serait lui qui aurait répandu le virus, faisait croire au monde entier que c'est Kenji Endô, un ami de Croa-croa, qui serait le responsable de ce bain de sang. Pourtant, Croa-croa a préféré fuir, et en 2015, il essaie d'avoir du succès dans la vente ambulante de nouilles soba aux Etats-Unis. Il se trouve alors dans le Nouveau Mexique, et Shuichi l'interpelle, mais Croa-croa veut que son fils l'appelle patron quand ils sont dans la camionnette. Shuichi se demande quand ils vont rentrer, et son père lui répond qu'ils ne peuvent pas aller à New York, Los Angeles ou une autre ville où il y a des plats du monde entier, car ce serait à nouveau un fiasco. Il veut conquérir la campagne et ainsi l'Amérique. Mais Shuichi voulait dire de rentrer au Japon. Il a appelé sa mère et celle-ci veut que son ex-mari arrête ses bêtises. Au Japon, Shuichi pourra encore passer les concours des facs, mais pour son père, pas besoin d'aller à la fac pour faire des sobas. Shuichi pense que faire des études de commerce lui apprendra comment s'implanter en ville. Cependant, pour Croa-croa, c'est n'importe quoi, et s'il rentrait maintenant, il ne pourrait plus se regarder en face et aurait passé sa vie à fuir. Alors que Shuichi baille, ils arrivent dans un village. Mais là, malgré les annonces, personne ne vient. Croa-croa confie alors à son fils une pancarte et un masque de grenouille, ce que Shuichi déteste. En faisant le tour du village, il trouve un garçon à terre, mort de faim, et il appelle son père. Ils donnent au garçon un plat de nouilles, et ce dernier veut payer, pour ne pas faire comme son père qui prend et ne paie jamais. Ce garçon, Dany, s'est même fait prendre ses économies par son père. Croa-croa veut lui parler, et Dany accepte de le mener à son père. Mais c'est une tombe que Dany leur montre, à côté de plusieurs dizaines d'autres, que Dany aurait fait tout seul en une semaine. Le garçon raconte qu'une femme asiatique est venue dans le village pour tester un médicament, et qu'elle était prête à payer pour cela, Dany a accepté pour s'acheter une guitare, et une semaine plus tard, les gens ont commencé à tomber malades puis à mourir, se vidant de leur sang. Dany, seul survivant, se sent coupable, mais Croa-croa lui dit qu'il a survécu grâce au médicament. Shuichi se met à trembler et veut partir au plus vite, mais son père interroge encore Dany à propos de la femme asiatique. Ce serait une belle femme, dont le frère jouait aussi de la guitare avec un balai, et qui s'appellerait Kenji. En entendant cela, Croa-croa se lève et dit à Dany de monter dans la camionnette. Il dit qu'il y a 15 ans, il a refusé une invitation et qu'il a fui, mais que maintenant, il a trouvé un truc à faire. Alors que son père démarre le moteur, Shuichi se demande ce qu'il fait. Croa-croa répond qu'il va sauver le monde. Shuichi n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 15

    Le père de Shuichi se lance à la recherche de Kiriko Endô, la soeur de son ami Kenji. Sur la route, Croa-croa, son fils et Dany apprennent qu'un représentant portant un masque à gaz et une mallette diffuserait le nouveau virus qui vide ses victimes de leur sang. Ils arrivent dans l'état du Missouri, et dans une petite restauration de la route 66, Croa-croa questionne le patron pour savoir s'il a vu Kiriko ou le représentant. Pendant ce temps, Shuichi regarde la télévision où les nouvelles annoncent que l'usine M.G.C. Pharma, au bord du lac Michigan, est toujours en proie aux flammes d'un grand incendie, malgré l'intervention des pompiers. Le patron dit que les camionneurs parlent d'un représentant se dirigeant vers le nord, mais que ce ne sont que des rumeurs. Une semaine après le village de Dany anéanti par le virus, celui-ci a décimé la population de Clinton, dans l'Oklahoma. Croa-croa demande au patron si c'est possible de faire la distance à pied en une semaine, mais le patron n'en voit pas l'intérêt. Croa-croa évoque alors le virus à Galena dans le Kansas, et Halltown dans le Missouri, montrant que le virus progresse vers le nord, le long de la route 66. Pour le patron, cela ressemble à une histoire pour gosses, et Croa-croa le lui confirme. Celui-ci veut aller seul vers le nord en confiant Dany et Shuichi au patron, mais le jeune homme fait part à son père de l'arrivée d'un groupe de motards. Le patron va chercher son arme, et Shuichi prend peur, mais le leader des motards tend une fiole et demande s'il y a un malade. Croa-croa pense à un vaccin, tandis que Dany comprend que c'est Kiriko qui leur a sauvé la vie. Les motards l'appellent la Sainte Mère, et ils disent qu'étant à court de vaccins, ils l'ont emmené voir un pote pour le produire en masse, à l'usine M.G.C. Pharma. Shuichi, son père et Dany se tournent alors vers la télévision, où ils disent que l'origine de l'incendie est encore inconnue. Croa-croa sait que c'est un coup des "autres" et fonce dans sa camionnette pour se diriger vers le lac Michigan, laissant son fils et Dany sur place. Ce dernier est pris par la capuche par le leader des motards, qui le met derrière lui sur son engin, tandis que Shuichi prend place à l'arrière d'une autre moto. Ils partent ainsi à la suite de Croa-croa, pour aller protéger Kiriko. C'est la dernière apparition de Shuichi dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 8. L'empire des grenouilles contre-attaque -1-".
    • Statut au volume 16 : Inconnu.

    Volume 20

    Dans un flashback remontant à la fin de l'année 2000, c'est-à-dire peu avant le grand bain de sang de l'an 2000, on retrouve Shuichi en tant que bébé, dans les bras de sa mère, alors que Croa-croa ne s'occupe pas de lui. Shuichi pleure beaucoup car il n'a pas encore eu de lait. D'ailleurs, sa mère s'en plaint auprès de Croa-croa car celui-ci ne travaille pas et elle ne peut donc pas acheter de lait. Ensuite, quand sa mère engueule encore une fois son père, Shuichi se remet à pleurer de plus belle. De retour en 2015, quand Shuichi et son père sont arrivés dans l'usine de M.G.C. Pharma, Croa-croa était prêt à s'engouffrer dans les flammes. Shuichi a tenté de le retenir car c'était trop dangereux, mais Croa-croa l'a repoussée, a versé un seau d'eau froide sur sa tête et a foncé dans les flammes pour secourir Kiriko. Il y est parvenu mais a eu le dos fortement brûlé car une poutre en feu lui est tombé dessus. Alors qu'il se faisait soigné, apparemment dans un hôpital, Croa-croa, Shuichi et Kiriko ont été enlevé par des hommes portant un masque à gaz, à la solde d'Ami, ceux-ci réclamant le vaccin mis au point par Kiriko. Au Japon, alors qu'Ami a été tué par balle le premier jour de l'année 2015, il s'est levé de son cercueil lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle à Tokyo, sauvant le pape du tir d'un sniper. Par la suite, le nouveau virus a été répandu partout à travers le globe, décimant la population. Ami, quant à lui, ayant ressuscité aux yeux de beaucoup, il est devenu le président du monde, et l'ère chrétienne s'est arrêtée pour devenir l'ère d'Ami. En l'an 3 après Ami, c'est-à-dire en 2018, Kiriko, Croa-croa et Shuichi parviennent à s'échapper, mais Kiriko prévient qu'un virus ultime va faire son apparition, et qu'il sera soi-disant répandu par des martiens, provoquant la fin du monde. Pendant que Kiriko tente de trouver un ultime vaccin, Croa-croa cultive du sarrasin avec son fils dans une coopérative. Un jour, Maruo, un ami de Croa-croa, vient voir Kiriko. Shuichi vient appeler son père car Kiriko est prêt à les recevoir, et Maruo se rappelle que Shuichi était tout rond quand il était bébé, ce qui fait rougir le jeune homme. Sur le chemin, Shuichi dit à Maruo que son père n'arrête pas de dire qu'il a trahi Kenji, qu'il a passé sa vie à fuir et qu'il est le pire des hommes. Mais il a pourtant risqué sa vie pour sauver Kiriko, et Shuichi montre les séquelles des brûlures que son père a encore. Maruo va donc réconforter son ami, et ils vont ensemble aller voir Kiriko. On ne voit plus Shuichi par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 20 : Vivant.

    Peter

    Volume 13

    Il s'agit d'un jeune allemand d'une dizaine d'année, qui vit dans le village de Heimertricht. Etant donné son âge, il n'a pas vécu le bain de sang de l'an 2000, lorsque le soir du 31 décembre 2000, des terroristes ont répandu en même temps à travers le monde un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang. Heureusement, le parti japonais de l'amitié, dirigé par un certain Ami, personnage masqué et mystérieux, a développé en secret un vaccin au virus, qui avait déjà sévi en 1997, et l'a distribué à tout le monde. Ceux-ci sont ainsi devenu les sauveurs de l'humanité. Malheureusement, en 2015, un nouveau virus, plus virulent et plus résistant que le précédent, fait son apparition. Beaucoup de personnes à Hermertricht sont affecté, dont la mère de Peter, qui doit rester alitée. Peter va donc faire seul les courses dans la petite supérette, dévastée par les saccages et les pillages dus à la panique générale. Il y croise un vieil homme qu'il connaît bien et qui regarde avec dépit les dates de péremption d'une bouteille en verre. Peter lui dit que les dates sont dépassées, mais que c'est encore bon car il a déjà essayé. Le vieil homme sait que les stock ne seront de toute façon pas renouvelés, mais remarque que Peter tousse malgré son masque, et lui déconseille de faire les courses. Mais comme sa mère est encore plus malade et qu'il ne s'agit peut-être que d'un rhume, il est là. Le vieil homme lui demande s'il est allé voir à l'hôpital ou chez un docteur, et Peter répond que oui mais qu'il a attendu toute une journée sans être ausculté. Le garçon demande si le masque est efficace, et l'homme répond qu'il y a tellement de rumeurs mais qu'il est préférable de quand même le mettre. Pourtant, Peter voit que le vieil homme n'en a pas. Celui-ci rétorque que c'est à cause de sa barbe. Arrivés à la caisse d'un magasin complètement vide, le vieil homme laisse de l'argent sur le tapis roulant. Peter s'interroge sur la raison de faire cela, et l'homme répond que c'est pour rester humain. Peter sort alors lui aussi de l'argent de sa poche et la pose près de la caisse. L'homme le félicite et Peter retourne chez lui. On ne sait pas ce que devient Peter, et on ne le voit plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10. Une ville allemande sans histoire".
    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Le vieux couple allemand

    Volume 13

    Ce vieux couple vit près de la ville de Hermertricht, en Allemagne. Tous les 2 ont vécu la séparation de l'Allemagne, du temps de la guerre froide, mais aussi le grand bain de sang de l'an 2000, le soir du 31 décembre 2000. Ce soir-là, simultanément à travers le monde, des terroristes ont répandu un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang. Mais le monde fut sauver par le parti japonais de l'amitié, dont le leader, Ami, est un homme masqué et mystérieux qui a mis sa vie en jeu pour combattre un robot géant à Tokyo. Ce parti développait en secret un vaccin au virus, qui avait déjà fait des victimes en 1997, et l'a distribué partout dans le monde, sauvant ainsi l'humanité. Ensuite, en 2015 lors des premières neiges, le couple allemand découvre une femme asiatique dans la forêt, inconsciente. Ils la ramènent chez eux, et à son réveil, celle-ci raconte qu'un nouveau virus devrait faire son apparition, mais qu'elle a fabriqué un vaccin en Afrique. Elle ne sait cependant pas s'il sera efficace, et s'il y a des effets secondaires. Elle veut le fabriquer en grande quantité rapidement, sinon ce sera la fin de l'humanité. Elle est allé en Suisse, où elle connaissait quelqu'un de confiance, mais celui-ci travaillait avec "l'autre", qui va l'utiliser pour son propre intérêt. Cet "autre" contrôle tout, et c'est pour cette raison que la femme a fui, et qu'elle s'est retrouvée poursuivie. Le vieil homme trouve que cela ressemble à une histoire pour enfants, et l'asiatique lui répond que c'est effectivement une histoire pour enfants. Par la suite, avant de partir, la femme donne au couple un échantillon de son vaccin car elle a confiance en eux, leur demandant de ne le donner à personne. Quelques temps plus tard, un nouveau virus fait en effet son apparition, décimant la population locale, et créant la panique en ville. Un jour, l'homme va faire des courses dans le magasin saccagé et complètement vide. Il y croise Peter, un jeune garçon, qui porte un masque sur le visage et dit au vieil homme que les bouteille qu'il regarde ont des dates dépassées, mais que c'est encore bon car il a goûté. L'homme sait que les stocks ne seront de toute façon pas remplacés, mais voit que Peter tousse. Celui-ci dit que sa mère est encore plus malade et que ce n'est peut-être qu'un rhume. L'homme lui demande s'il est allé à l'hôpital ou chez le docteur, et Peter explique qu'il a attendu toute une journée sans être ausculté. Il demande par contre si le masque est efficace. Le vieil homme ne sait pas car il y a beaucoup de rumeurs, mais qu'il vaut mieux le porter. Lui n'en porte pas à cause de la barbe. Arrivés à la caisse, l'homme laisse un peu d'argent, et Peter s'interroge sur le pourquoi de ce geste. Le vieil homme répond que c'est pour rester humain, et Peter laisse alors lui aussi un peu d'argent, ce dont l'homme le félicite. Sur le chemin du retour, l'homme entend à la radio que plusieurs régions sont coupées du reste du monde à cause du virus, et que le gouvernement demande de rester calme. L'homme ironise là-dessus quand il voit un policier en panne sur le bord de la route. En tant que vieux mécano, le vieil homme lui dit qu'il peut jeter un oeil, et le policier explique qu'il est allé jusqu'aux limites de la commune. L'armée a bouclé la zone, alors qu'il habite dans la ville d'à côté, où se trouvent sa femme et ses enfants. Il imagine déjà ne plus les revoir et commence à pleurer. Le vieil homme lui raconte alors qu'un mur séparait autrefois les familles dans ce pays, mais qu'il a été détruit, et que les hommes ne sont pas aussi bêtes que cela. Finalement, le moteur redémarre, et le vieil homme rentre chez lui. Durant le repas, il explique que Hermertricht est une ville fantôme, et voit que sa femme tousse. Le vieil homme est prêt à aller à l'hôpital le lendemain, et tous les 2 repensent à la femme asiatique. Tous les 2 veulent aussi que l'autre prenne le vaccin. Une fois dans leur lit, la vieille dame se demande si l'humanité va disparaître, et son mari pense qu'il n'y a pas de raison. Son épouse est d'accord. Soudain, le vieil homme a l'idée de donner le vaccin à Peter quand il le verra le lendemain. Tous les 2 tombent d'accord et ils éteignent la lumière. On ne sait pas ce qu'ils deviennent, et c'est leur dernière apparition dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10. Une ville allemande sans histoire".
    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Yasushi Ôba

    Volume 13

    Yasushi est un jeune homme de 22 ans qui, en 2015, habite le quartier de Setagaya. Le soir du 31 décembre 2000, aussi appelé le grand bain de sang de l'an 2000, un robot géant est apparu en plein Tokyo, et a semé la panique en même temps qu'un virus mortel qui vidait ses victimes de leur sang. Heureusement, les dirigeants du parti de l'amitié, une ancienne organisation sectaire qui est devenu par la suite un parti en vogue, et dont le leader est un homme masqué qui se fait appelé Ami, ont distribué un vaccin au virus qu'ils avaient mis au point en secret, le virus ayant déjà fait des victimes en 1997. Ami a lui-même fait face au robot géant, qui a explosé. Avec cet exploit, Ami est devenu le sauveur de l'humanité et dirige depuis le Japon. Yasushi a plusieurs copains dans l'immeuble où il vit, dont Kôichi Nakane, Juzô Hirabatake et Mamoru Ikawa. Mais il y a aussi Shigekatsu Morisono, un homme qui est allé à Ami-World, une sorte de parc d'attraction très spécial, et dont ceux qui y vont sont promis a un avenir certain. Un soir, Mamoru invite ses copains à aller boire ensemble. Ils picolent beaucoup, et Mamoru tourne des vidéos avec son téléphone pour sa nouvelle copine, Tomoko. Ils vont au karaoké et continuent à boire, pour finir par faire un ragoût de poisson avec le saumon frais de Morubetsu apporté par Morisono. Tous se présente face à la caméra, sauf Morisono qui est parti aller chercher des bières. Ils entendent alors du bris de verre, et Yasushi va ouvrir la porte. Les copains trouvent Morisono en combinaison de protection, en train de nettoyer le liquide qu'il a fait tomber. Le lendemain, Yasushi décède en se vidant de son sang, victime d'un virus mortel plus virulent que le précédent, et on comprend que c'est Morisono qui l'a amené.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 11. La peur s'insinue".
    • Statut au volume 16 : Tué par le nouveau virus mortel qui vide ses victimes de leur sang.
    • Statut au volume 20 : Tué par le nouveau virus mortel qui vide ses victimes de leur sang.

    Kôichi Nakane

    Volume 13

    Ce jeune homme de 21 ans vit en 2015 dans le quartier de Setagaya. Il fait partie des survivants du grand bain de sang de l'an 2000, événement qui a eu lieu la nuit du 31 décembre 2000. Ce soir-là, un robot géant a fait son apparition dans Tokyo, semant la terreur, surtout grâce à la diffusion d'un virus mortel qui vide ses victime de leur sang. Ce même virus, déjà apparu en 1997 dans plusieurs villes du monde, a été répandu partout à travers le monde en même temps par des terroristes. Heureusement, les dirigeants du parti de l'amitié, qui était auparavant une organisation sectaire, ont distribué un vaccin qu'ils avaient mis au point en secret. Leur leader, Ami, un mystérieux homme masqué, est allé lui-même faire face au robot géant, qui a fini par exploser. Suite à cela, Ami est devenu le sauveur de l'humanité et dirige depuis le Japon avec le parti de l'amitié. Un soir de 2015, Kôichi et ses amis, Mamoru Okawa, Yasushi Ôba et Juzô Hirabatake, partent faire la tournée des bars, buvant beaucoup et faisant un karaoké. Mamoru en profite pour faire des vidéos avec son téléphone pour sa nouvelle copine, Tomoko. Ensuite, ils se rendent dans l'appartement de Mamoru, où Shigekatsu Morisono, un autre habitant de l'immeuble, les a rejoint et leur a donné du saumon frais de Murobetsu pour faire un ragoût de poisson. Pendant que Mamoru présente ses copains dans une vidéo pour Tomoko, Morisono est allé chercher des bières chez lui. Mamoru explique que Morisono est une tête qui vient d'Ami-World, une sorte de parc d'attraction duquel ceux qui ont la chance d'y aller sont promis à une belle carrière. Mais les amis entendent un bris de verre et vont voir ce qu'il se passe. Morisono a apparemment renversé quelque chose, et il est en train de nettoyer en portant une combinaison de protection, disant à ses copains que ce n'est rien. Malheureusement, le lendemain, Kôichi meurt en se vidant de son sang, victime d'un virus encore plus virulent que celui du grand bain de sang, et qui avait été amené par Morisono.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 11. La peur s'insinue".
    • Statut au volume 16 : Tué par le nouveau virus mortel qui vide ses victimes de leur sang.
    • Statut au volume 20 : Tué par le nouveau virus mortel qui vide ses victimes de leur sang.

    Juzô Hirabatake

    Volume 13

    Juzô est, en 2015, un habitant de 24 ans du quartier de Setagaya. Avant cela, lors de la nuit du 31 décembre 2000, il a vécu l'apparition d'un robot géant en plein Tokyo, qui a semé la panique dans la ville. De plus, ce robot a diffusé un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang. Et pour couronner le tout, dans le même moment, partout dans le monde, des terroristes ont répandu le même virus, faisant de nombreuses victimes. C'est alors que sont intervenus les dirigeants du parti de l'amitié, une ancienne organisation sectaire dirigée par un leader masqué, Ami. Ceux-ci avaient mis au point un antidote au virus qui avait déjà sévi en 1997 dans plusieurs villes du globe et l'ont distribué partout, tandis qu'Ami est parti affronter le robot. Après l'explosion du robot, Ami est devenu le sauveur de l'humanité et dirige depuis le Japon avec le parti de l'amitié. Un soir, Juzô part boire en ville avec ses amis et habitants du même immeuble, Yasushi Ôba, Kôichi Nakane et Mamoru Okawa. Ce dernier en profite pour tourner des vidéos pour sa nouvelle copine, Tomoko. Dans l'une d'elles d'ailleurs, Juzô, déjà bien saoul, salue la jeune fille. Après un passage dans un karaoké et quelques bars, ils vont dans l'immeuble où ils préparent un ragoût de poisson avec le saumon frais de Murobetsu apporté par Shigekatsu Morisono, un autre jeune homme de l'immeuble. Juzô, Yasushi et Kôichi se présentent dans une vidéo de Mamoru, puis celui-ci veut introduire Shigekatsu, qui est cependant allé chercher des bières chez lui. Ils entendent alors un bris de verre et vont voir ce que c'est. Ils voient alors Morisono avec une combinaison de protection, en train de nettoyer quelque chose qu'il a renversé. Les copains ne font pas vraiment attention, mais le lendemain Juzô décède en se vidant de son sang, victime d'un nouveau virus, plus virulent que le précédent, et qui a donc en fait été amené par Morisono.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 11. La peur s'insinue".
    • Statut au volume 16 : Tué par le nouveau virus mortel qui vide ses victimes de leur sang.
    • Statut au volume 20 : Tué par le nouveau virus mortel qui vide ses victimes de leur sang.

    Shigekatsu Morisono

    Volume 13

    Il s'agit d'un jeune homme de 28 ans en 2015 qui habite le quartier de Setagaya. Il est un survivant de la nuit du 31 décembre 2000, appelé le grand bain de sang de l'an 2000, lorsqu'un robot géant est apparu en plein Tokyo, diffusant un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang. Ce virus a été répandu partout dans le monde en même temps par des terroristes, mais le parti de l'amitié japonais, une ancienne organisation sectaire dirigée par un certain Ami, un mystérieux leader masqué, a distribué un vaccin au virus qu'il avait développé en secret car le virus avait déjà fait parlé de lui en 1997. Après avoir fait face lui-même au robot, Ami est donc devenu le sauveur de l'humanité et dirige depuis le Japon. En 2015, Morisono revient d'Ami-world, une sorte de parc d'attraction dont ceux qui sortent sont promis à un bel avenir, mais qui est en fait un lieu de lavage de cerveaux du gouvernement dont personne ne ressort indemne. Devenu un sbire d'Ami, en réalité un leader liberticide qui est en fait à l'origine du virus mortel, Morisono loue un appartement dans un immeuble où se trouvent aussi Yasushi Ôba, Kôichi Nakane, Juzô Hirabatake et Mamoru Ikawa. Un soir, ces derniers partent faire le tour des bars pour picoler, ils rentrent dans l'immeuble et font un ragoût de poisson avec le saumon ramené par Morisono de Murobetsu. Ce dernier profite du fait que Mamoru fasse des vidéos pour sa nouvelle copine, Tomoko, pour aller chercher des bières chez lui. En réalité, il va chercher des récipients en verre contenant un nouveau virus, plus virulent que le précédent. Malheureusement, il en fait tombé un et le virus se répand sur le sol. Ayant heureusement une combinaison qui le protège du virus, Morisono nettoie le sol tandis que Yasushi, Kôichi, Juzô et Mamoru viennent voir ce qu'il s'est passé. Mamoru est toujours en train de filmer avec son téléphone, mais aucun ne réalise ce qu'il se passe, étant trop bourrés. Le lendemain, touchés par le virus, les 4 jeunes décèdent, se vidant de leur sang, et Morisono, après avoir disparu, décide d'effacer toutes les preuves. Il se rend donc chez Tomoko, la copine de Mamoru, et se fait passer pour un livreur de saumon frais. Alors que la jeune femme lui ouvre la porte, celle-ci reçoit un appel vidéo d'une amie qui s'appelle Kyôko sur son téléphone. Cette Kyôko demande à Tomoko de lui montrer le livreur. Et quand elle voit le visage de Morisono, elle a la tête d'une personne horrifiée. Elle dit à son copine de fermer la porte car c'est lui qui a tué Mamoru. Tomoko tente  de fermer la porte mais Morisono l'en empêche et frappe la jeune fille avec son poisson. Tomoko tombe à terre, et son amie lui dit de tourner le téléphone vers son agresseur. Elle menace Morisono car elle a elle aussi enregistrée la vidéo de Mamoru comme preuve. Morisono, pas déstabilisé, feuillette l'annuaire du lycée où va Tomoko, et trouve l'adresse de Kyôko Koizumi, de la même classe que Tomoko. Il annonce alors à Kyôko qu'il arrive, puis arrache le téléphone des mains de Tomoko, le jette à terre et le brise en l'écrasant avec son pied. On ne sait pas ensuite ce qu'il se passe mais un autre homme vient en tout cas sauver Tomoko des griffes de Morisono. On ne sait pas ce qu'il advient de ce dernier et on ne le voit plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 11. La peur s'insinue".
    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Yatsuyo

    Volume 15

    Ce journaliste japonais fait partie des survivants du grand bain de sang de l'an 2000. Le soir du 31 décembre de cette année-là,un virus mortel vidant ses victimes de leur sang a été répandu partout à travers le monde par des organisations terroristes. De plus, à Tokyo, un robot géant est apparu, semant le chaos sur son passage. Cependant, les dirigeants d'une ancienne organisation sectaire, devenu le parti de l'amitié, sont parvenus à développer en secret un vaccin à ce virus qui avait déjà fait des ravages dans plusieurs villes du globe en 1997. Ils ont donc commencé à distribuer ce vaccin et le leader de ce parti, un étrange homme masqué nommé Ami, est allé faire face au robot. Ce dernier a fini par exploser, et Ami est ainsi devenu le sauveur de l'humanité, dirigeant depuis le Japon. Malheureusement, en 2015, un nouveau virus, plus virulent que le précédent, fait son apparition, d'abord en Afrique, puis à Murobetsu, une ville de Hokkaido, et à Setagaya, un quartier de Tokyo. Aussitôt, les autorités mettent ces 2 endroits en quarantaine. Lors du journal télévisé, le présentateur fait appel à l'envoyé spécial Yatsuyo, qui se trouve à l'entrée de Murobetsu. Celui-ci montre que la gendarmerie mobile a dressé des barrages infranchissables à l'entrée de la ville, et que personne ne rentre ou ne sort. C'est la seule fois que Yatsuyo apparaît dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 13, dans le chapitre intitulé "Chapitre 11. La peur s'insinue".
    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    A suivre...

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la troisième suite de la liste des personnages de Master Keaton. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Rudolf Welf

    Volume 1

    Il s'agit d'un duc qui possédait un grand terrain hérité de ses ancêtres dans le sud de la Saxe. La famille Welf posséda ces terres durant plus de 800 ans, s'étendant  de Langensalza à Melsungen, mais à la fin de la seconde guerre mondiale, lors du partage de l'Allemagne, le domaine des Welf fut séparé en 2. Une barrière fut installé dans le jardin des Welf, et au début, Rudolf, 28ème héritier du nom, et son épouse Hermina regardèrent avec bienveillance les passages dans leur jardin, qui était ouvert à tous. Malheureusement, en 1961, avec la construction du mur de Berlin, la surveillance aux frontières fut beaucoup plus stricte, et le passage des gens dans le jardin des Welf devint interdit. Et par un malheureux hasard, Otto, le fils unique du couple Welf, âgé alors de 10 ans, alla jouer du côté est du domaine, et il n'en revint pas. Après plusieurs jours sans nouvelles, , le couple décide de faire une demande officielle à l'est en passant par le gouvernement ouest-allemand. Cependant, ils n'obtinrent aucune réponse. Rudolf et son épouse comprennent que l'Allemagne de l'est a enlevé leurs fils pour faire pression sur eux, ayant sans doute des vues sur les biens des Welf. Rudolf prit alors la décision de s'infiltrer en Allemagne de l'est. Sur place, il ne cessa de dire que ce pays était dans l'erreur. Mais la position est-allemande était que parce que le domaine des Welf était séparé en 2, la moitié des biens leur revenait de droit. Le gouvernement est-allemand voulut donc forcer Rudolf à donner les codes d'accès d'un compte ouvert en Suisse, où se trouvait la moitié de la fortune familiale. Malgré tout, Rudolf refusa de dire quoi que ce soit, et avant de mourir de faim, il laissa dans un testament son voeu que l'argent du compte soit utilisé pour lutter contre le régime de l'est. Il confia aussi la bague portant un béryl de Saxe qu'il avait caché dans son estomac, afin que son épouse puisse la recevoir après sa mort. On ne sait pas exactement en quelle année Rudolf est décédé, et c'est tout ce que l'on apprendra sur lui dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9 - Voyage avec une lady".
    • Statut au volume 1 : Mort de faim entre 1961 et 1976.

    Otto Welf

    Volume 1

    Ce garçon est le fils unique de Rudolf et Hermina Welf. Cette famille d'aristocrates possède des terres s'étendant de Langensalza à Melsungen, dans le sud de la Saxe, depuis plus de 800 ans. Otto est le 29ème héritier du nom. Cependant, en 1945, à la fin de la seconde guerre mondiale, la frontière qui sépara désormais les 2 Allemagnes passait au milieu du jardin des Welf. Une barrière fut d'ailleurs installée dans ce jardin, la demeure des Welf se trouvant en Allemagne de l'ouest. Au début, la famille regarda les passages, ouverts à tous, avec bienveillance, mais en 1961, avec la construction du mur de Berlin, les surveillances aux frontières furent plus strictes et le passage des gens fut interdit. Et c'est un malheureux hasard qui fit qu'à cette époque, Otto, âgé de 10 ans, alla jouer du côté de l'est et disparu. Il avait en fait été enlevé par le gouvernement est-allemand pour forcer la famille Welf à leur céder la moitié de leur fortune. De plus, pour éviter tout problème, l'Allemagne de l'est lava le cerveau d'Otto et en fit un officier fidèle à l'est. On ne sait pas ce qu'il lui est arrivé par la suite, et c'est tout ce que l'on apprendra sur lui dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9 - Voyage avec une lady".
    • Statut au volume 1 : Supposé vivant.

    Claire

    Volume 1

    Claire est une prostituée qui travaille pour Léo Hanuha. Cependant, ne pouvant plus supporter sa cruauté, elle décide de le fuir et de quitter Londres. Malheureusement, les hommes de Léo parvienne à la rattraper dans la gare de métro de White Chapel. L'un d'eux la gifle même au visage et un autre dit aux passants que ce ne sont pas leurs affaires. Mais un homme s'arrête et leur dit de relâcher la fille. L'un des hommes le prend au col et lui demande s'il a envie de mourir, mais l'inconnu sort un couteau et menace son agresseur. Deux hommes s'en vont, apeuré, tandis que le troisième et dernier retient encore Claire. Celle-ci parvient néanmoins à s'échapper et à s'éloigner en courant. Elle observe alors l'homme tuer l'agresseur quand celui-ci sort son arme à feu, en lui sectionnant le tendon de la main, puis en lui tranchant la carotide. Claire décide de suivre cet homme, qui lui dit de s'en aller, mais quand d'autres hommes sont dans la rue en train de chercher quelqu'un, l'inconnu fait semblant d'embrasser Claire pour ne pas éveiller l'attention. Claire comprend que l'inconnu est lui aussi poursuivi, et lui propose de venir dans sa planque. L'inconnu accepte, mais dans le lit, celui-ci cauchemarde en prononçant le nom de Karen. Claire lui demande si c'est sa copine, et l'homme, James Wolf, répond que c'est le nom de sa mère. Wolf explique qu'il a toujours été un chasseur, et qu'il a commencé par les lapins. Mais il va finir par être chassé lui-même. Il n'a pas peur de mourir, mais veut terminer ce qu'il a à accomplir. Claire dit qu'elle est elle aussi un lapin, et que Léo manie lui aussi très bien le couteau. Elle propose à Wolf de la toucher, mais l'homme refuse gentiment. Claire va alors chercher un paquet de cocaïne qu'elle s'apprête à sniffer, mais Wolf renverse la table en traitant ceux qui se droguent de vermines. Au dernier moment, il s'empêche de frapper Claire. Il préfère partir en laissant un peu d'argent, mais Claire lui promet d'arrêter la drogue car elle ne pourra pas s'en sortir seule. Wolf est prêt à l'aider, et dit que les vermines qui veulent s'en sortir ne sont pas des vermines, mais des humains. Plus tard, Wolf dit à Claire de partir pour Southport et d'aller dans l'hôtel "Sail yard inn" où il la rejoindra. Claire comprend maintenant qu Wolf est l'homme recherché par le syndicat, un groupe puissant du trafic de drogue, et provenant de Corse. Avant de s'en aller, Wolf dit que même un lapin peut tuer un chien de chasse si on le pousse à bout, et il lui conseille de ne jamais renoncer. Cependant, durant son absence, Léo déboule avec ses hommes. Claire tient une arme mais hésite à tirer. Léo en profite pour lui taillader la joue d'un geste avec son couteau, avant d'écrire sur le lit avec le sang qui coule. Claire est ensuite emmenée chez Lord Swan, un noble impliqué dans le trafic de drogues. Léo lui parle et la femme lui crache au visage. Un homme menace alors Léo avec son arme, lui rappelant que ce sont eux qui vont s'occuper de Wolf. Léo s'abaisse en faisant semblant de s'écraser pour mieux sortir son couteau et couper les tendons de la main qui tient l'arme. Léo reste donc seul avec Claire, et le soir venu, des gens attaquent la villa. Un homme en costume pénètre dans la salle en brisant la fenêtre, tandis que Wolf rentre par la porte. Un combat au couteau s'engage entre Wolf et Léo, et c'est Wolf qui gagne, sans pour autant tuer son adversaire. Claire va seule à Southport, dans le Lancashire, et une semaine plus tard, le tenancier de l'hôtel fait remarquer que Wolf n'a toujours pas donné de nouvelles. Claire remarque alors un lapin par la fenêtre, et le tenancier pense à un gibier facile à attraper. Claire lui répond alors que lorsqu'il n'a plus le choix, même un lapin est capable de se battre vaillamment...

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 1 : Vivante.

    Robin

    Volume 1

    Il s'agit de l'un des hommes de main de Léo Haniha, un trafiquants londonien de drogues et de prostituées. Un jour, l'une de ces dernières, Claire, tente de fuir Londres, et Léo envoie ses hommes, dont Robin, à sa poursuite. Ceux-ci rattrapent Claire dans le métro de White Chapel, et l'un des hommes la gifle au visage, ce qui la fait tomber à terre. Robin lui dit de ne pas abîmer ses affaires ou son visage car ce sont ses outils de travail. La jeune femme tente d'appeler à l'aide, mais l'un des hommes crie aux gens de passer leur chemin car ce ne sont pas leurs affaires. Pourtant, un homme leur dit de lâcher la fille. Celui qui a crié juste à l'instant le prend par le col et le menace de mourir, mais l'inconnu sort un couteau et répète de lâcher la fille. Deux des hommes de Haniha prennent peur et s'enfuient, mais pas Robin qui continue de tenir la femme. Celle-ci parvient néanmoins à s'échapper, et Robin s'apprête à sortir son arme à feu. Mais l'inconnu lui conseille de ne même pas y penser. Il explique que Robin pense sûrement qu'un coup de feu est plus rapide qu'un coup de couteau, mais que le flingue est une arme capricieuse et le coup peut ne pas partir ou bien rater sa cible. De plus, il faut 3 actions : sortir l'arme, viser et tirer, alors que le couteau ne nécessite qu'une action. Donc, à cette distance, l'inconnu est certain de gagner. Robin commence à paniquer mais sort tout de même son arme. D'un geste rapide, l'inconnu sectionne les tendons de la main droite de Robin, qui ne peut plus tenir son arme, puis il lui tranche la carotide. Robin décède alors rapidement.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 1 : Tué d'un coup de couteau à la carotide par James Wolf.

    James W. Wolf

    Volume 1

    James Wolf est un britannique qui est entré au SAS en 1963. Il a été en poste en Rhodésie, en Irlande du Nord, en Arabie Saoudite et à Oman. C'est lors de sa mission dans ce dernier pays qu'il a été touché à l'épaule. Officier ayant reçu le plus de distinctions de toute l'histoire du SAS, Wolf est ensuite devenu instructeur au quartier général du SAS, à Hereford. Là-bas, il a fini par se faire surnommer "professor" par ses élèves, ce qui était un surnom honorifique. Il a fait aussi la connaissance de Taichi Keaton, un élève avec un style unique, à qui il enseignait l'escrime, dont il disait que c'était comme la croix, qui protège le vainqueur et pourfend le perdant. Cependant, Keaton était trop gentil et ne sera jamais "professor", mais tout au plus "master". C'est alors que Wolf a appris que sa fille Karen commençait à se droguer. Il décida donc de quitter le SAS, et pour se faire réformer, il fit exprès d'interpeller Al Flare durant son cours d'arts martiaux. Celui-ci était un sadique avec qui les fractures étaient fréquentes. De plus, il ne supportait pas que Wolf ait reçu le surnom de "professor" et pas lui. Wolf demande donc à Flare d'arrêter d'étrangler Keaton. Flare le défia alors de faire un duel de démonstration aux arts martiaux, mais il fut rapidement maîtrisé par Wolf. Il glissa sa main vers sa poche arrière de son pantalon où il mettait toujours un révolver. Mais Wolf, expert du maniement du couteau, sectionna les tendons de la main de Flare avant qu'il n'ai pu tirer. Keaton fut affecté, mais Wolf lui répondit que ce n'était pas de sa faute. Avec Karen cependant, Wolf continua à se comporter comme un militaire. Et comme son père ne la rassurait pas, Karen finit par s'enfuir pour se jeter sous un camion. Après le décès de sa fille, Wolf enquêta sur les réseaux européens de drogues et appris que la trafic était contrôlé par la mafia corse. Il sollicita alors l'aide de son ancien collègue Paul Sparrow, et avec le soutien financier de lord Swan, il a commencé un trafic d'héroïne qui avait pour objectif d'énerver les corses contre lui. Or, comme les quantités étaient insignifiantes et que cela ne posait pas de problème, il a ramené de la cocaïne d'Amérique du sud, beaucoup plus prisé par les junkies. Malheureusement, Sparrow et Swan ont choisi de s'allier aux corses et d'éliminer Wolf. De plus, ce dernier a appris que Sparrow avait fourni de la drogue à sa fille. Dans un hôtel d'Earl's Court, à Londres, Wolf a compris le piège et a tué Sparrow au couteau. Dans sa fuite, il entre dans le métro à White Chapel, et constate qu'une prostituée de l'âge de sa fille se fait agressée par plusieurs hommes. Wolf lui vient en aide, et quand l'un des hommes veut sortir son arme, Wolf le tue avec son couteau après avec coupé les tendons de la main droite. La prostituée, Claire, décide de le suivre, et comprenant rapidement que Wolf est lui aussi suivi, elle l'emmène dans sa planque. Là, après des cauchemars sur Karen, il explique à Claire qu'il a commencé à chasser des lapins, mais qu'il finira bientôt par être chassé lui-même. Claire raconte que son patron, Léo Haniha, est cruel et qu'il manie lui aussi le couteau. Comme le sexe n'intéresse pas Wolf, Claire lui propose de la drogue, mais l'homme s'énerve et traite Claire de vermine. Il veut partir, et Claire lui promet alors d'arrêter la drogue. Wolf la rassure alors en disant que les vermines qui cherchent à s'en sortir sont plutôt des humains. Wolf va voir Haniha et lui propose de l'argent contre la liberté de Claire. Il part ensuite dire à Claire de l'attendre à l'hôtel "Sail yard inn", mais qu'il a confié de l'argent au patron au cas où quelque chose lui arriverait. En allant observer la demeure de Swan, Wolf voit qu'elle est très bien gardée, mais constate aussi une croix en bois, ce qui signifie que Keaton a été envoyé par le SAS pour le neutraliser. De retour à la planque de Claire, Wolf se rend compte que celle-ci a été enlevée par Haniha et emmenée chez Swan. Il téléphone à Scotland Yard pour laisser un message à Keaton, qu'il retrouve près de la tombe de Karen. Là, il raconte tout ce qu'il s'est passé, et Keaton lui suggère de se rendre. Mais Wolf doit d'abord sauver claire, et Keaton accepte de l'aider. Grâce à des astuces de ce dernier, tous les 2 parviennent dans la salle où est retenue Claire. Là, Wolf affronte Haniha au couteau et le blesse gravement dans le dos, tandis que Scotland Yard arrête Swan. Mais Wolf refuse de se rendre, même s'il sera toujours poursuivi par les corses. Il part donc rejoindre Claire à Southport, dans le Lancashire, mais après une semaine, il ne donne pas de nouvelles. On ne sait pas ce qu'est devenu Wolf par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 1 : Inconnu.

    A suivre...

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la seconde suite de la liste des personnages de Master Keaton. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Professeur Collins

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Abdulah Abas

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Sâdiq

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Décédé environ au 10ème siècle.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Décédé environ au 10ème siècle.

    Taihei Hiraga

    Volume 9

    Taihei revient à la maison et remarque que son fils a l'air soucieux. Celui-ci répond qu'il ne peut plus rien faire. Taihei demande de l'argent, mais son fils lui rétorque que Yuriko se fait du souci, et que c'est certainement pour une femme. Taihei dit qu'il n'a pas besoin de cela pour séduire une femme. Taichi accepte mais précise que c'est bien un prêt. Taihei soupire et dit que s'il agit ainsi, son fils n'aura plus d'amis. En effet, entre hommes, les dettes n'existent pas. Par contre, il ne faut pas avoir de dette envers une femme. Taichi lui demande combien il veut, et Taihei répond que 50.000 yens lui suffira, car c'est pour une amie assez coûteuse. Avec l'argent, le vieil homme se rend avec Taisuke chez le boucher, et commande 10 kg de viande. Puis, sur son chemin, il est arrêté par 2 malfrats qui lui demandent où il cache Meiling. L'un d'eux prend Taihei par le col, et ce dernier leur fait remarquer qu'il sont chinois, le pays du confucianisme, dont le respect des aînés est l'un des principes de base. Mais l'homme le projette dans les ordures. Taihei demande alors à Taisuke d'intervenir pour lui, mais le chien préfère bailler. Taihei lance alors un paquet de viande au visage de l'un de ses agresseurs, et Taisuke lui saute dessus pour lécher le jus de viande. Taihei en profite pour reprendre son vélo, et dit à Taisuke que s'il le suit, il aura un morceau de viande. Le chien et le vieil homme parviennent à s'échapper. De retour à la maison, Taichi dit à son père de se calmer vu son âge car il s'est blessé. Taihei prétend que Taisuke a trop tiré sur la laisse et qu'il est tombé. Taichi demande à ce moment si Meiling ne va pas s'inquiéter en le voyant blessé. Taihei est surpris, et Taichi ajoute qu'elle fréquente des types louches. Taihei comprend alors que son fils l'a vu et le traite de fils ingrat pour ne pas être intervenu. Il dit aussi qu'en amour, il y a toujours des risques. De plus, pour Meiling et Bailing, il est prêt à tout. Son fils comprend qu'il y en a 2 en même temps, et Taihei en semble fier. Le jour suivant, il part à nouveau, et préfère que cette fois, Taisuke reste à la maison. Il passe de nouveau commander 10 kg de viande, puis rentre dans un entrepôt. Là, quelqu'un entre et soulève un drap. Bailing, une jeune femme que Taihei connaît, veut assommer cet homme, mais se fait maîtriser. Taihei allume alors la lumière et comprend que cet homme est son fils. Il lui dit de lâcher Bailing, le traitant de rustre, puis présente Meiling, un tigre de Malaisie. Il explique que le père de Bailing tenait un magasin d'animaux à Taïwan. Avant la guerre, il y est allé dans le cadre de ses recherches et a beaucoup appris. Cependant, avec le marché de la bourse, le père de Bailing a fait de mauvais investissements et s'est retrouvé avec des dettes importantes. Un jour, une société s'est proposée de racheter ses créances, mais il s'agissait d'une organisation mafieuse. Le père de Bailing a perdu son commerce et découragé, il est tombé malade et est mort l'année précédente. Meiling est le seul animal qui lui restait. Le titre de propriété est au nom de Bailing, mais les mafieux l'ont quand même vendu au Japon. Taichi sait que le commerce de tigre de Malaisie est interdit sauf pour des recherches, et Taihei explique qu'ils ont falsifié un certificat d'exportation. C'est pourquoi ils ont volé le camion qui a embarqué Meiling à l'aéroport et qu'il l'ont caché dans le hangar d'un ami à Taihei. Mais Taichi est inquiet car ils ont commis un vol, ne peuvant prouver que le certificat est un faux. Mais il se demande aussi pourquoi, dans ce cas, ils ne font pas appel à la police. Pendant ce temps, Taihei donne la viande à Meiling. Taichi se souvient soudain qu'il a un rendez-vous et veut s'en aller, mais il referme rapidement la porte. En effet, les mafieux les ont retrouvés grâce à Taisuke. Taihei pense que son fils va s'en charger, mais Taichi n'est pas enthousiaste. Il parvient néanmoins à éliminer les 2 premiers malfrats en les assommant. Les suivants, pénètrent à l'intérieur, et Taisuke fonce vers son maître, le mettant en danger. Bailing fait à ce moment là tomber la cage sur les mafieux. L'un d'eux parvient à esquiver et prend Bailing en otage, mais c'est Meiling qui intervient. Une fois les bandits maîtrisés, Taihei dit à Taisuke d'en prendre de la graine. Ils comprennent aussi que les mafieux étaient en fait intéressés par les armes cachées dans la cage de Meiling. Taichi, lui, a loupé son rendez-vous. Une autre fois, Taihei dit à son fils qu'il y a une offre d'emploi pour lui dans le journal, mais il s'agit d'enquête pour une société d'assurance et pas d'un poste d'enseignant dans une université. Mais Taichi remarque dans le journal que la société d'un ami est en faillite. On ne voit plus Taihei par la suite dans ce tome.

    Volume 11

    Louise Moreau, une réceptionniste d'un hôtel de Montmartre, en France, prend contact avec Taihei car elle veut lui confier son bébé Emma. Louise est mourante et elle souhaite que le père d'Emma s'occupe d'elle. Cependant, il y a 2 pères potentiels dont elle est tombée amoureuse en même temps. Il s'agit de jumeaux, Edmond et Albert, promoteurs immobiliers, qui n'ont plus de contact avec Louise depuis un moment. Louise décède après avoir confié son bébé à Taihei, ainsi qu'une lettre pour le père de la petite. Taihei se rend dans le village de Saint-Géron, dans l'Auvergne, et séjourne dans la même auberge que les jumeaux. Laissant Emma se promener à sa guise, Albert tombe en butant sur le bébé, qui se met à pleurer. Taihei arrive avec un biberon, ce qui calme Emma. Les 2 jumeaux prennent le vieil homme pour le grand-père du bébé, mais Taihei répond qu'il est là pour trouver le père de l'enfant. Il dit qu'il a le nom et l'adresse, et les jumeaux pensent que cela sera facile, mais Taihei rétorque qu'il y a 2 pères potentiels. Edmond pense à une mère aux moeurs bien légères, mais Taihei n'y croit pas. Il évoque le nom de Louise Moreau avant de s'en aller, promettant à Emma de trouver son père. Les jumeaux continuent leur business avec la fille d'un riche homme d'affaires, Julie, et lors du repas du soir, Emma vient chez cette dernière, qui repousse le bébé. Emma se met à pleurer, et Taihei vient à son secours, une serveuse ayant apporter le biberon. Taihei en profite pour tenter de la séduire, avant de s'excuser auprès de Julie pour le tracas causé par le bébé. Une fois celle-ci endormie, Taihei téléphone à son fils et dit qu'il ne pourra pas être à Londres à la date fixée. Taichi pense à une histoire de femme, et son père répond que l'une d'elles a besoin de lui et qu'il est totalement indispensable. A ce moment, on frappe à la porte, et Taihei raccroche pour aller ouvrir. Ce sont les jumeaux qui se demandent si c'est une question d'argent. Or, Taihei leur demande de parler plus bas car la petite dort. Les jumeaux disent que le vieil homme n'a aucune preuve que l'un d'eux pourrait être le père, mais Taihei leur répond que Louise n'était pas aussi frivole qu'ils le laissent penser et qu'elle doit être triste d'entendre cela, évoquant son décès d'une crise cardiaque. Taihei parle aussi de la lettre, mais ne veut pas l'ouvrir et la lire en mettant le père en face de ses responsabilités. Il aimerait que le père se manifeste de lui-même. On frappe alors de nouveau à la porte, et il s'agit de la serveuse. Taihei s'apprête car il va sortir avec elle, confiant Emma aux jumeaux. Ceux-ci estiment que c'est du chantage, et Taihei leur dit de le prendre comme ils le veulent, avant de proposer à la serveuse d'aller en boîte de nuit car il est un grand danseur malgré les apparences. Le jour suivant, Taihei se rend dans la même grotte que les jumeaux, qui emmènent eux Julie, pour lui montrer le potentiel touristique du lieu. Taihei fait alors semblant de s'être tordu la cheville, et Edmond accepte de prendre momentanément Emma dans ses bras. Il remarque que la petite a fait ses besoins, et Taihei dit que les couches propres se trouvent dans son sac. Albert en profite pour emmener Julie plus profondément dans la grotte, et quand Edmond le rejoint, il dépose le bébé pour s'engueuler avec son frère. Mais Emma bouge, et l'écho de la grotte la rend introuvable par les jumeaux qui paniquent. Julie se demande qui est cet enfant, et les jumeaux crient chacun que c'est sa fille. Taihei se montre alors satisfait, et envoie René, le chien de l'hôtel, trouver rapidement Emma. Pour Taihei, comme le père ne vit pas l'accouchement, ce n'est pas facile de s'éveiller à la paternité. Rassuré, il ouvre la lettre et commence à la lire. Louise évoque les qualités de chacun des jumeaux, leur disant de prendre soin d'Emma à sa place, ce qui met les larmes aux yeux de Taihei, mais quand vient le moment de parler du père d'Emma, Taihei marque un temps d'arrêt. Il se sent tout d'un coup gêné et dit que le père serait un autre homme que Louise a rencontré après les jumeaux, et qui serait mort lui aussi. Le bébé se met à pleurer, et Taihei pense que c'est l'heure du biberon. Cependant, les jumeaux décident de s'occuper tous les 2 d'Emma, disant que c'est bien ainsi. C'est la dernière apparition de Taihei dans ce tome.

    Volume 12

    Taihei contacte son fils à propos de Yuriko, qui n'a fait qu'un seul choix d'université, c'est-à-dire celle d'Oxford. De plus, quand son professeur lui a dit d'avoir une approche plus réaliste, Yuriko s'est emportée, disant que les femmes devaient être plus indépendantes. Taihei trouve que Yuriko réfléchit très sérieusement à son avenir, mais il pense aussi qu'en agissant ainsi, elle ne trouvera pas de prétendant. En entendant cela, Taichi répond que sa fille n'a encore que 18 ans et qu'elle est nerveuse à cause des concours d'entrée à l'université. Taihei dit qu'il le sait, mais qu'avec son caractère, Yuriko risque de finir vieille fille. C'est alors que l'adolescente surprend son grand-père, avant de prendre le téléphone. Elle dit à son père que le vrai problème est que si elle part en Angleterre pour ses études, il n'y aura plus personne pour surveiller son grand-père. Celui-ci manque d'avaler son verre d'eau de travers, puis dit à Yuriko qu'il n'y a pas de soucis à se faire, et qu'il a des amies prêtes à s'occuper de lui. Cependant, cela confirme ce que dit Yuriko. Taichi finit par raccrocher, et Taihei trouve qu'il ne se soucie pas beaucoup de sa fille étudiante. Mais Yuriko rétorque qu'elle est une adulte et qu'elle est capable de gérer son orientation scolaire, ce que Taihei approuve avec un certain sentiment de peur. Par la suite, 2 semaines après les examens d'entrée, Yuriko s'apprête à aller voir ses résultats, et son grand-père lui demande quel numéro d'inscription elle a. Celle-ci répond 1118, et Taihei trouve que ça sonne bien, étant sûr qu'elle a réussi. Il lui dit que l’appeler quand elle connaîtra le résultat, puis s'en va décrocher le téléphone qui sonne. Il retrouve ensuite Yuriko aux tableaux des résultats, et en la trouva, il la félicite pour son résultat. Mais Yuriko est surtout contente pour un certain Shôri, et Taihei se demande qui il est. Et il dit aussi que s'il est là, c'est parce qu'un certain Shôri Nagai a appelé après le départ de Yuriko. Celui-ci a dit qu'il prenait le Shinkansen de midi pour Niigata. Sachant qu'il est déjà 11 heures, Yuriko veut se dépêcher et demande à son grand-père de l'accompagner à la gare. Sur place, Taihei essaie de suivre péniblement sa petite-fille, qui va parler au jeune garçon. Elle le prévient de sa réussite, et est prête à aller à Sôkei avec lui, mais Shôri lui répond de ne pas abandonner ses rêves et d'aller à Oxford. Quand le train part, Taihei se dit que l'indépendance des femmes est plus facile à dire qu'à faire. Le jour suivant, au téléphone avec Taichi, Taihei lui dit que Yuriko est plongée dans ses préparations pour Oxford, et qu'elle est capable d'y entrer. De plus, selon lui, Yuriko est de plus en plus féminine. Il s'y connaît d'ailleurs, et ils ont à faire avec une femme amoureuse. De plus, elle commence à avoir des rondeurs tout à fait bienvenues. Taichi lui répond d'arrêter ses bêtises avant de raccrocher. Par après, Taichi se trouve mêlé à une histoire concernant le trésor caché des Ceausescu, et manque de se faire tuer dans un petit village de Roumanie. Il décide pourtant de rester sur place, car ce village pourrait contenir la preuve de sa théorie sur l'existence d'une civilisation dans la vallée du Danube qui serait à l'origine de la civilisation européenne. La vie reprend son cours, et Taihei reste pareil à lui-même, touchant les fesses d'une serveuse tout en rougissant et en rigolant en se faisant prendre. Taihei n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Vivant.

    Volume Master Keaton remaster

    Après quelques années, Taihei est placé dans une résidence pour seniors, Gin No Mori, mais il continue de draguer les jeunes femmes, et prétend travailler comme magicien dans un club. Deux femmes du club Aphrodite viennent d'ailleurs le chercher, et Taihei les fait passer pour les soeurs de Taichi. Utilisant ses dons d'illusionniste, Taihei fait semblant de sortir des cartes de sa bouche, ce qui fait rire les jeunes femmes. Il dit ensuite qu'il lui en manque une, et le tire du décolleté très profond de l'une des femmes. Mais à l'entrée du club, Taihei aperçoit son fils. Il déclare alors qu'il a oublié un truc qu'il devait faire et veut s'en aller. Il demande s'il y a une sortie par l'arrière, mais Taichi le coince rapidement. Tous les 2 vont dans un café, et Taichi explique qu'il est revenu exprès au Japon car son père avait un service à lui demander. Taihei avait complètement oublié que son fils venait, et quand Taichi lui parle des 2 filles, Taihei sort à nouveau des cartes de sa bouche pour détourner l'attention. Il demande ensuite si son fils a vu Yuriko, qui fait maintenant des fouilles à Malte, et qui s'est séparé récemment de son mari. Taichi répond que non, et Taihei lui dit que Yuriko en veut à son père car celui-ci a demandé la raison du divorce alors que sa propre femme est partie. Taichi rappelle à son père son propre cas, et Taihei détourne la conversation avec le doctorat de Taichi. Celui-ci n'a pas encore eu le temps d'écrire son mémoire, et Taihei pensait que quand son fils a fait ces découvertes dans la vallée du Danube, cela allait lui permettre d'obtenir son doctorat. Pour Taichi, il ne fait aucun doute que cette région est le berceau de la civilisation européenne, mais la commission a refusé de l'admettre, à tel point qu'il ne sait plus quoi faire et qu'il déprime. Taihei explique alors qu'il voudrait que son fils protège Naomi Tremayne, une amie. Taichi accepte et découvre finalement que le voisin de cette dame cultive des espèces d'orchidées prohibées, violant la convention de Washington. Taihei retrouve Taichi et Naomi à Kamakura. Naomi avait donné peu d'indices, et pourtant, Taichi a trouvé la serre de cet homme bizarre. Ce qui lui a mis la puce à l'oreille, c'est la hache d'un art martial indonésien, l'odeur de vanille, le fait que le mari de Naomi l'appelait ma déesse et que son chat s'appelle Sabot, sabot de Vénus étant le nom de la plante. Taihei explique que le mari de Naomi était un biologiste reconnu, qui avait découvert cette espèce d'orchidée à Bornéo, qu'il a nommé Naomi et en a offert à sa femme. Celle-ci, même si elle les trouvait belles, a demandé à son mari de le remettre dans leur lieu naturel. Malheureusement, durant ce voyage, lord Tremayne a été pris dans un conflit tribal et a été tué. L'odeur de vanille a réveillé des souvenirs chez Naomi, alors qu'elle perd peu à peu la mémoire, et elle a voulu préserver ce dernier souvenir. Mais Taichi se demande pourquoi son père voulait absolument qu'il la rencontre. Taihei explique que c'était dans l'intérêt de son fils. En fait Naomi et son mari venait tous les 2 de Cornouailles, tout comme la mère de Taichi, Patricia, et ils se connaissaient d'ailleurs. Lors de la séparation de Taihei et Patricia, Naomi a voulu aider Taihei et Taichi, qui avait 5 ans à l'époque. Naomi invitait les garçons, surtout pour voir Taichi car après avoir perdu son mari, elle a fait une fausse couche d'un enfant qui aurait eu le même âge que Taichi. Elle préparait pour le garçon toutes ses spécialités, et Taichi comprend que tous les souvenirs qu'il a des plats préparés par sa mère sont en fait des plats de Naomi. Un jour, alors que Taichi jouait, Naomi a dit à Taihei qu'elle a demandé au jeune garçon quel genre d'homme il voudrait être, et Taichi a répondu qu'il voulait être quelqu'un qui réalise ses rêves. Taihei a rétorqué que cela allait lui demander beaucoup d'efforts. Et Taichi avait compris quelque chose en lisant des livres sur des personnes qui réalisent leurs rêves, c'est qu'ils ne renoncent jamais, et qu'ainsi, leurs rêves se réalisent à coup sûr. En entendant son père, Taichi comprend que c'est lui qui avait oublié quelque chose d'important. On ne voit plus Taihei par la suite.

    • Statut au volume Master Keaton remaster : Vivant.

    Taisuke

    Volume 9

    Un jour, Taisuke suit son maître Taihei chez le boucher, car celui-ci va acheter 10 kilos de viande de boeuf. Taihei est en vélo, tandis que Taisuke le suit en courant à ses côtés. Chez le boucher, Taisuke se couche près de son maître. Ils prennent ensuite la route, mais sont alors arrêtés par 2 hommes menaçants. L'un d'eux projette Taihei contre des poubelles, et ce dernier dit à Taisuke de le protéger. Mais le chien se met à bailler, complètement désintéressé par la situation. Taihei jette alors un paquet de viande au visage de l'un de ses agresseurs, et Taisuke se rue sur lui pour lui lécher le visage qui sent maintenant la viande. Taihei lui annonce que s'il le suit, il aura cette fois un morceau de viande. Taisuke est content, et aboie avant de suivre son maître. Le lendemain, Taihei s'apprête à sortir, et Taisuke veut le suivre, mais son maître lui demande cette fois de garder la maison, en compagnie de Taichi. Mais ce dernier suit son père, et en leur absence, des malfrats, dont les 2 agresseurs de la veille, viennent à la maison et se servent de Taisuke pour retrouver Taihei. Ils arrivent près d'un hangar et sur place, ils cherchent à rentrer, tandis que Taihei et Taichi se défendent comme ils le peuvent. Une fois que la porte du hangar est ouverte, Taisuke se précipite à l'intérieur et aboie, se dirigeant vers son maître. Celui-ci est menacé d'un arme par l'un des bandits, mais une femme fait tomber une cage sur celui-ci. Malheureusement, le brigand s'en réchappe et prend en otage la jeune femme, la menaçant de son arme. C'est alors une tigresse, Meiling, qui intervient et sauve la femme. Après avoir ligoté les malfrats, Taihei dit à Taisuke de prendre exemple sur Meiling. Taichi découvre à ce moment que les hommes étaient intéressés par des armes cachées dans la cage de Meiling. Un autre jour, Taichi promène Taisuke, et celui-ci urine pas très loin d'un terrain de rugby. Ils arrivent ensuite près d'un grand building en construction, mais Taisuke ne semble pas intéressé à monter aussi haut. Le duo manque de peu de se faire écraser par un camion qui passe par là. Puis, Taichi croise l'un de ses amis, qui travaille sur le building. Il va donc voir comment cela se passe au sommet de l'immeuble, tandis que Taisuke reste en bas et se repose, attaché à un poteau. Quelques jours plus tard, de nouveau en promenade avec Taichi, Taisuke passe à nouveau près du building en construction. C'est la dernière apparition de Taisuke dans ce tome.

    Volume 10

    Un jour de printemps, alors que Taihei est absent, Taichi revient de Londres et retrouve sa fille. Lorsque Taichi arrive dans la maison de son père, Yuriko s'y trouve déjà, ainsi que de nombreux chiens et chats, dont Taisuke. Celui-ci ne fait pas vraiment attention à Taichi, continuant de se promener dans la maison, et c'est la seule fois que Taisuke apparaît dans ce tome.

    Volume 12

    Alors que Taisuke est en train de se reposer dans le salon de la maison de son maître, ce dernier téléphone à son fils pour lui expliquer comment cela se passe avec les choix d'université de Yuriko. Celle-ci interrompt d'ailleurs la conversation, tandis que Taisuke reste tranquille. Plusieurs jours plus tard, alors que les choses ont évolué, Taihei téléphone à nouveau à Taichi pour lui dire ce qu'il s'est passé. Taisuke, lui, est toujours en train de se reposer, et baille même. Plusieurs mois pus tard, la vie continue, et Taihei reste le même, toujours à draguer les jeunes femmes. D'ailleurs, une fois, quand Taihei touche les fesses d'une d'entre elles, Taisuke est attiré par le cri de la jeune serveuse et observe ce que fait son maître. On ne voit plus Taisuke par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Vivant.

    Volume Master Keaton remaster

    Plusieurs années plus tard, après la guerre en Ex-Yougoslavie, Taisuke est confié par Yuriko à Mme Lorre, une habitante de Munich, en Allemagne. En fait, Yuriko ne peut pas s'occuper de lui car elle a reçu une mission de l'université de Munich pour aller faire des fouilles sur l'île de Malte. Mais par la suite, la fille et le gendre de Mme Lorre confient aussi leur chienne Nina, beaucoup plus petite que Taisuke. Cependant, cela ne l'empêche pas de provoquer Taisuke en levant la queue et en allant se positionner derrière lui. Pour se défendre, Taisuke aboie agressivement sur Nina, qui tente de répliquer avant de se sauver. Lorsque Taichi arrive lui aussi à Munich pour essayer de voir sa fille, Mme Lorre lui montre que Taisuke se montre méchant avec Nina, alors qu'elle espérait les voir gambader ensembles. Taichi retient Taisuke, et une fois Nina dans les bras de Mme Lorre, Taisuke aboie encore 2 fois puis se calme. Taichi, Mme Lorre et Nina entrent dans la maison, et Taisuke reste à l'extérieur, se couche et commence à bailler. Quelques jours plus tard, Taichi revient à Munich, et tendit qu'il retient Taisuke, il dit à Mme Lorre de lâcher Nina. Celle-ci provoque à nouveau Taisuke, qui lui aboie dessus. Mme Lorre sermonne Taisuke, mais Taichi explique que l'erreur vient de Nina, qui a voulu montrer que c'est elle, la nouvelle, qui commandait, ce qui a été pris par Taisuke comme une attitude hautaine et malveillante. Pour corriger le problème, Taichi dit qu'il faut les promener ensembles, l'un à côté de l'autre, et qu'il s'accepteront mutuellement. Taichi montre l'exemple, et effectivement, Taisuke et Nina se promènent tranquillement, l'un à côté de l'autre. Dans un souvenir d'enfance de Taichi, on voit ce dernier s'amuser avec Taisuke, ce qui paraît impossible pour un chien car ce dernier aurait vécu durant plus de 30 ans. C'est la dernière apparition de Taisuke.

    • Statut au volume Master Keaton remaster : Vivant.

    Kayoko Kida

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivante.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivante.

    Mr Shinjô

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Mamy Murata

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivante.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivante.

    Patricia Keaton

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivante.

    Volume Master Keaton remaster

    Dans ce tome, on apprend que Patricia avait des amis qui venaient eux aussi de Cornouailles, Lord Tremayne et sa femme Naomi. On apprend aussi que lorsque Patricia a décidé de quitter son mari, et que Taichi avait 5 ans, elle est d'abord repartie toute seule dans son pays, avant de revenir et de prendre son fils avec elle pour vivre en Angleterre. C'est tout ce que l'on apprendra sur Patricia.

    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivante.

    Louise Von Hohenstaufen (Hermina Welf)

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivante.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivante.

    A suivre dans le prochain article.

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la troisième suite de la douzième page de la liste des personnages de Zipang. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Professeur Leo Pasvolsky (PH)

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 41 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 43 : Supposé décédé.

    Sir Winston Churchill (PH)

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 41 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 43 : Supposé décédé.

    Franklin D. Roosevelt (PH)

    Volume 40

    Grâce à leurs contacts avec le cuirassé Iowa, le président Roosevelt, le capitaine Lemay, le général Groves et le capitaine Maclaury apprennent que le Yamato s'est remis en route vers la flotte américaine, et Lemay apprend au président, après un appel téléphonique, que le Yamato sera bientôt à portée de tir du navire amiral de Mitscher. Néanmoins, il semble que le reste de l'équipage ait abandonné le navire. C'est la seule fois que Roosevelt apparaît dans ce tome.

    • Statut au volume 41 : Supposé vivant.

    Volume 42

    Roosevelt continue à attendre des nouvelles en compagnie du capitaine Lemay, du général Groves et du capitaine Maclaury. Lemay reçoit alors un appel d'une certaine Catherine, et annonce avec regret que les 2 navires qu'ils voualient capturer, le Yamato et le Mirai, ont coulé. Mais Roosevelt se demande s'il y a des survivants malgré tout. C'est la seule apparition de Roosevelt dans ce tome.

    Volume 43

    Le capitaine Kernel informe la Maison blanche qu'il a réussi à trouver un survivant du croiseur Mirai. Celui-ci l'informe que la bombe atomique à bord du Yamato n'a pas été désamorcée et qu'elle va bientôt exploser. La flotte américaine s'éloigne donc et enregistre la première déflagration atomique de l'histoire. Pour obtenir plus d'information sur le Mirai, le prisonnier est transféré à Washington, tandis que l'amiral Spruance ordonne le retrait de la cinquième flotte. Roosevelt est déçu de n'avoir pu capturer aucun des 2 navires, ni la bombe atomique, mais il lui faudra plus que cela pour mettre un genou à terre. Il ouvre les rideaux du bureau ovale et annonce que le jour se lève sur Washington. Suite à l'annonce d'une bombe nucléaire japonaise avant les américains, les avis de l'état-major des Etats-Unis étaient partagés entre ceux qui voulaient une révision de la conférence du Caire, et donc une paix avec le Japon, comme le secrétaire d'état Joseph Grew et le secrétaire à la guerre Henri Stimson, et ceux qui étaient pour une poursuite de la guerre, quitte à payer le prix fort pour écraser le Japon et en faire un territoire occupé rattaché aux Etats-Unis ensuite, comme l'amiral King, commandant en chef de l'US Navy et le président Roosevelt. Le prisonnier, qui s'appelle Yôsuke Kadomatsu mais désire maintenant se faire appeler Denis Matsuoka, arrive alors et se fait introduire par le capitaine Clark de l'ONI, le capitaine Kernel, et le lieutenant Gould, un photographe qui avait déjà rencontré Kadomatsu auparavant. Ce dernier donna une analyse très exacte de l'évolution de la guerre contre l'Allemagne, ce qui fournit dès lors un argument de poids pour ceux qui prônent la paix. Du coup, Roosevelt finit par céder, et le 2 octobre 1944, sur l'île d'Oahu, à Hawaï, une conférence de paix a lieu en présence du Japon, chez qui le gouvernement Tôjô a été destitué 6 mois plus tôt, pour laisser place à un gouvernement dirigé par Fumimaro Konoe. La Japon a aussi rompu son alliance tripartite et a déclaré la guerre à l'Allemagne. Le Japon signe donc un traité de paix, acceptant dans sa quasi-totalité la note Hull, et s'engageant à restituer ses territoires occupés à l'étranger. Les mouvements des partisans de la poursuite de la guerre parmi l'armée de terre japonaise furent moins importants que prévu et le Japon peut donc penser à sa reconstruction. En mai 1945, Hitler se suicide et l'Allemagne capitule, mettant fin à la guerre. Mais une guerre froide se met en place entre les Etats-Unis et l'URSS. Suite à son échec à poursuivre la guerre contre le Japon, Roosevelt renonce à un quatrième mandat de président. On ne sait pas ce qu'il advient par la suite de Roosevelt.

    • Statut au volume 43 : Supposé décédé.

    Satoko

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 41 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 43 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 43 (alternatif) : Inconnu.

    Mme Umezu

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 41 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 43 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 43 (alternatif) : Inconnu.

    Général Hitoshi Imamura (PH)

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 41 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 43 : Supposé décédé.

    Michael

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 41 : Tué par un appareil japonais.
    • Statut au volume 43 : Tué par un appareil japonais.

    Smith

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 41 : Tué d'une balle par le capitaine Eiichirô Taki.
    • Statut au volume 43 : Tué d'une balle par le capitaine Eiichirô Taki.

    Noguchi

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 41 : Vivant.

    Volume 42

    Finalement, 8 personnes sont choisies, tandis que le lieutenant Kirino, aidé du chef Asô, resteront à bord du Mirai pour en assurer le commandement en l'absence du capitaine Kadomatsu. Celui-ci parvient à bord du Yamato, tandis que le croiseur doit subir les assauts de l'armée américaine. Mais le cuirassé parvient à se remettre en route vers la flotte américaine, pendant que les américains comprennent que le Mirai n'est plus en mesure de lancer ses missiles avec précision. Pour couvrir cette faiblesse, le lieutenant Hayashibara, son copilote Kakizaki et Sakurai utilisent le SH60J et quelques-uns des derniers hand arrow qui leur restent contre les appareils américains. Cela donne un répit au croiseur, mais Hayashibara et Kakizaki perdent la vie en crashant l'hélicoptère sur le pont arrière du Mirai. De son côté, Kadomatsu perd plusieurs membres de son équipe d'intervention, et déclenche accidentellement le compte à rebours de la bombe atomique. Il réussit néanmoins à s'accorder avec Kusaka pour que son équipe quitte le navire en même temps que les mutins du Yamato. Seuls Kadomatsu et Kusaka restent à bord. Quand le second blesse gravement le premier, l'équipage du croiseur décide de finalement lancer les tomahawks sur le cuirassé, grâce au dispositif mis en place par l'équipe d'intervention, et ce, sachant malgré tout que Kadomatsu et Kusaka sont peut-être toujours à bord. Le Yamato est touché de plein fouet, et pour empêcher les américains de s'emparer de la bombe atomique, le Mirai lance des tirs dissuasifs. Une fois que le cuirassé a disparu de la surface de l'eau, les membres du croiseur annoncent à l'armée américaine, qui tente de les couler avec de très nombreux tirs de canons, qu'ils sont prêts à se rendre. Les américains finissent par accepter et cessent leurs tirs, mais un dernier obus finit par perforer le Mirai. Il explose juste en-dessous du croiseur, ce qui a pour conséquence de le briser en 2 et de le couler en quelques instants, emportant tout son équipage, dont Noguchi, que nous ne voyons pas dans ce tome.

    Volume 43

    La seconde guerre mondiale se termine, et bien des années plus tard, un autre Noguchi naît exactement à la même date que celui-ci qui a périt avec le naufrage du Mirai. Mais en plus, celui-ci entame presque exactement le même parcours que son double et se retrouve lui aussi dans la marine de défense. Dans les années 2000, il doit lui aussi embarquer à bord d'un croiseur portant le nom de Mirai, et étant presque à l'identique de celui qui a coulé. En fait, tout l'équipage du croiseur, à part Kadomatsu qui est le seul à avoir survécu jusqu'à cette époque, se retrouve prêt à embarquer sur ce nouveau Mirai pour la même mission que ceux qui sont morts. Ils paradent devant la foule venue en nombre puis, une fois sur le navire, le capitaine Umezu leur ordonne de saluer les personnes présentes avant le départ. Le Mirai prend ensuite la mer, et contrairement à celui qui a voyagé dans le temps, celui-ci arrive sans encombre à Pearl Harbor...

    • Statut au volume 43 : Tué dans le naufrage du Mirai.
    • Statut au volume 43 (alternatif) : Vivant.

    Lieutenant Kirino

    Volume 38

    Soudain, les vigiles signalent au CIC que le SH60J a tiré des roquettes et abattu 3 appareils américains. Kirino contacte Hayashibara pour lui dire qu'il n'a pas donné l'ordre d'ouvrir le feu et qu'il doit laisser faire le canon et les CIWS du Mirai. Il lui ordonne donc de quitter la zone. Mais les américains repère l'hélicoptère, et Kirino autorise donc Hayashibara à tirer. Mais pour ce dernier, cela reviendrait à gâcher leur tentative de camouflage de l'impuissance du croiseur. Il veut dès lors tenter de les semer. Kirino insiste une fois mais Hayashibara refuse. Finalement Kirino comprend car effectivement, l'ultimatum américain est arrivé à terme et ils n'ont toujours pas attaqué. Il ordonne ainsi au SH60J de revenir à bord du Mirai. Ensuite, apprenant que l'hélicoptère est attaqué et touché, Kirino prévient à l'équipage du hangar de se préparer à une arrivée en catastrophe du SH60J. Il fait aussi préparer le canon principal. Quand l'hélicoptère apparaît, il est poursuivi par un appareil américain, et Kirino ordonne de le cibler. Le Hellcat est abattu mais un helldiver fait son apparition.  Il est détruit mais le rotor du SH60J est touché, et l'appareil part en vrille. Kirino ordonne à ses passagers de sortir de là, mais seul Sakurai saute à l'eau. L'hélicoptère percute le pont arrière par le nez avant de se renverser. Kirino est dès lors fort inquiet pour les pilotes. Il appelle rapidement l'équipe d'intervention pour connaître leur rapport. Ceux-ci disent avoir repéré Sakurai dans l'eau, et Kirino envoie directement une équipe de sauvetage à tribord. Par contre, l'équipe d'intervention n'a pas de bonnes concernant les pilotes, décédés dans le crash. Cependant, le radar de l'hélicoptère est encore opérationnel, et peu après, les personnes restées dans le hangar signalent que le Yamato a recommencé à bouger. Kirino est surpris, sachant que le cuirassé va repartir à l'assaut de la flotte américaine. C'est la dernière apparition de Kirino dans ce tome.

    Volume 39

    Quelques moments après les nouveaux mouvements du Yamato, un membre du Mirai annonce un signal sur le sonar qui inique que la flotte américaine se dirige maintenant vers le cuirassé et le croiseur. Cela inquiète Kirino qui reçoit un appel de l'équipe d'intervention sur le Yamato. Kadomatsu déclare qu'ils sont devant la bombe atomique et qu'ils vont commencer la procédure de désamorçage. Par contre, il explique qu'ils ont perdu le chef Ôme, puis le lieutenant Yonekura et enfin le chef Katsuragi. Kirino prend un temps pour encaisser le choc, puis prévient le capitaine que la flotte américaine s'approche de lui. Apprenant cela, le commandant en second du navire demande au Mirai de rester à au moins 50 km de distance du cuirassé. A ce moment, le chef Asô sort quelques instants, avant de revenir dans le CIC et de prendre la parole. Il veut reconsidérer le plan de départ. En effet, Kusaka a certainement prévu de lancer le cuirassé sur la flotte américaine, après avoir quitté le navire. Il veut donc tirer les tomahawks une fois que le Yamato sera vidé de ses occupants, et avant que les américains n'arrivent à proximité du cuirassé. Pourtant, pour Kadomatsu, cela reste une hypothèse, et il refuse donc le plan. Durant cette conversation, Kirino ne parle pas, mais reste fort concentré. Par la suite, la flotte américaine prévient elle-même le Yamato qu'elle arrive sur lui, et Kirino en fait part au capitaine. Il dit aussi qu'en maintenant leur vitesse et leur cap, ils seront à portée de leurs canons d'ici une heure. On ne voit plus Kirino par la suite dans ce tome.

    Volume 40

    Quelques instants par après, Kadomatsu appelle le Mirai pour leur signaler que malheureusement, le mécanisme d'enclenchement de la bombe atomique a été mis en marche, et qu'ils n'ont aucun moyen de le stopper. La bombe devrait exploser dans 97 minutes et 30 secondes, mais leur plan reste inchangé. Malgré tout, Kirino est choqué par la nouvelle. Par la suite, Kadomatsu négocie avec Kusaka pour que ses hommes puissent quitter le Yamato sans être inquiétés par l'équipage du cuirassé. Finalement, seuls Kadomatsu et Kusaka désirent rester à bord du Yamato. Cela est confirmé sur le radar du SH60J, resté intact, même après le crash. Kirino dit aux autres qu'ils doivent se dépêcher d'aller secourir leurs hommes. Asô ajoute que même s'ils ont accepté le plan de Kusaka, les mutins du cuirassé sont animés d'une volonté forte et qu'ils méritent leur respect. Kirino ordonne dès lors de se diriger vers le Yamato. Peu de temps après, alors que le cuirassé est attaqué par la flotte américaine, le croiseur reçoit un appel de Kadomatsu. Mais il s'avère que c'est Kusaka qui leur parle. Tous sont surpris, dont Kirino, et demandent où est leur commandant en second. Kusaka déclare qu'il est blessé à la jambe droite et qu'il ne peut plus se déplacer. Kirino lui répond qu'il ne peut pas lui faire confiance, que Kadomatsu est peut-être indemne mais que pour une raison ou une autre, Kusaka a réussi à lui prendre sa radio. Kusaka rétorque que si Kadomatsu a réussi sa mission et qu'il a quitter le navire, ils peuvent tirer leurs missiles sans hésitation. Mais il peut tout aussi bien être mort et dans ce cas aussi, ils peuvent tirer. Alors pour prouver que Kadomatsu est encore en vie, il le fait crier à travers la radio en le faisant souffrir. Kirino comprend qu'il est coincé et il ne sait pas quoi faire. Kirino n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 41

    A travers le micro, l'équipage du Mirai se met à entendre Kadomatsu, qui révèle qu'il n'a pas poursuivi Kusaka par sens du devoir et des responsabilité, mais par simple vanité de devenir un héro. Il se moque que la bombe explose ou pas, et veut simplement retrouver les siens. A bord du croiseur, c'est le choc, car ils avaient tous confiance en leur commandant en second. Kadomatsu demande à Kusaka de l'achever, et certains membres du Mirai se demandent s'il ne devrait pas tirer les missiles s'il en est ainsi. Mais Kusaka a compris que Kadomatsu le pousse à le tuer pour enlever la dernière once d'hésitation de l'équipage du croiseur. Ceux-ci comprennent que leur commandant en second est bien celui en qui ils ont placé leur confiance. Mais Kirino, qui s'est tû jusque là, se demande si Kusaka ne cherche pas non plus à sauver la vie de Kadomatsu. Mais pour Asô, cela ne change rien au fait qu'ils ne peuvent plus empêcher la bombe atomique d'exploser, et que si le commandant en second a agi ainsi, c'est pour qu'ils n'hésitent pas à faire feu et à couler le Yamato. Leur rôle est donc d'être à la hauteur de ce que Kadomatsu leur demande. Tout en s'approchant du cuirassé, ils tentent d'appeler le commandant en second, mais celui-ci ne répond pas. Mais dans le hangar, les membres assignés au radar du SH60J signalent qu'une division de 4 destroyers américains s'est détaché du reste de la flotte et s'approche du Yamato. Kirino se demande s'ils vont essayer de donner le coup de grâce au cuirassé avec des torpilles, mais Asô pense plutôt qu'il vont l'aborder, sachant que le Yamato est complètement désert. Kirino ordonne donc à tout l'équipage de se préparer à une bataille navale. Mais avant de pouvoir tirer les missiles, quelqu'un signale l'arrivée d'un cumulo-nimbus. Alors que l'averse s'abat sur le Mirai, le radar de l'hélicoptère montre que les navires américains changent de cap et veulent aborder le cuirassé par bâbord, ce qui va gêner leur vue. Kirino semble inquiet, mais reste concentré sur sa tâche. et dès qu'ils sortent de l'averse, personne n'hésite et Asô appuie sur le bouton qui déclenche l'envoi des missiles. Conformément au système de guidage installé sur le Yamato, les missiles vont foncer droit sur leur cible et devraient la toucher dans 2 minutes selon Kirino. Asô évoque le fait que l'un des 2 missiles peut avoir une avarie, et Kirino se demande si c'est une inquiétude ou plutôt un souhait. Les 2 missiles touchent le cuirassé mais l'un des destroyers américains est tout près du Yamato. Kirino sait que le cuirassé coulera dans quelques  secondes et que les américains ne pourront pas récupérer la bombe atomique, comme le souhaitait Kadomatsu. Mais pour éviter que les américains ne montent à bord du cuirassé, il ordonne de préparer la tourelle de bâbord pour une offensive imminente. C'est la dernière apparition de Kirino dans ce tome.

    • Statut au volume 41 : Vivant.

    Volume 42

    Le Mirai se met à tirer vers les destroyers américains, en évitant de les toucher. Mais après un moment, les radars signalent que la flotte américaine accélère sa route vers le croiseur. Certains demandent s'ils doivent arrêter les tirs, mais Kirino répond que non car ils doivent empêcher l'abordage du Yamato par les américains. Ensuite, les vigiles signalent de nombreux coups de canons à l'horizon, estimant l'impact à 50 secondes. Kirino sait que la portée maximale du canon principal du croiseur est de 23 km, et qu'il leur faut encore 7 km pour pouvoir atteindre la flotte américaine. Il sait donc qu'ils n'ont donc d'autre choix que de subir l'offensive. Un homme dit que la probabilité d'impact est de seulement 1%, mais Kirino sait qu'un seul impact suffit pour couler le Mirai. Les obus arrivent, et le croiseur les évite comme il peut. Soudain, dans le hangar, les hommes qui se trouvent à bord du SH60J déclarent que le signal du cuirassé a changé, et que la quille s'est probablement fendue. Kirino ordonne donc de cesser le feu car les américains ne pourront plus récupérer la bombe atomique. Kawashibara dit que le Yamato coule exactement comme dans leur histoire, mais Asô répond que c'est différent car cette fois, il n'y a presque personne à bord. Le croiseur continue d'esquiver les obus, et quand on lui signale la chute d'un obus à 20 mètres à bâbord, Kirino ordonne de virer à bâbord de 10°, car il y a vraiment peu de chances que 2 obus tombent au même endroit. Asô dit à Kirino qu'ils ont atteint leur objectif et qu'il ne leur reste plus qu'une seule chose à faire. Ils doivent envisager toutes les options, et si Kadomatsu était à bord, il prendrait la même décision. Kirino reste silencieux, puis prend sa radio pour envoyer un message à la flotte américaine. Il déclare que le Yamato a coulé et que les américains n'ont pas atteint leur objectif. Le Mirai n'a donc plus aucun intérêt à poursuivre la bataille. Le croiseur est de ce fait prêt à se rendre si les américains assurent la vie sauve et leur sécurité. Mais les obus continuent de pleuvoir, et les tirs américains s'avèrent de plus en plus précis, alors qu'ils ont dû recevoir leur message. D'un coup, un vigile annonce que les tirs de canons ont cessé. Kirino souffle un grand coup en relâchant la pression. Il dit que leur voyage en mer touche à sa fin, mais Asô recommande de rester prudent quelques instants encore envers les derniers obus. Mais justement, un impact se fait entendre à la poupe. On signale alors qu'un obus léger de gros calibre a transpercé le hangar en poupe en plein milieu. Asô et Kirino se regardent, et ce dernier prend alors le micro pour annoncer l'évacuation d'urgence à tout l'équipage, ajoutant que leur voyage n'est pas encore terminé. Tout le monde se dépêche d'évacuer, mais l'obus explose une fois en-dessous du navire. Celui-ci se brise en 2 et coule en quelques instants, emportant avec lui tout son équipage, dont Kirino, qui périssent dans le naufrage.

    Volume 43

    De nombreuses années après la seconde guerre mondiale, dans cette version alternative de l'histoire, un autre Kirino naît exactement à la même date que celui qui est décédé lors du naufrage du Mirai. Ce nouveau Kirino fait aussi le même parcours que son défunt double et se retrouve parmi les plus de 200 membres d'équipage d'un nouveau Mirai, quasiment identique à celui qui a coulé. A l'exception de Kadomatsu, qui est le seul à avoir survécu jusqu'aux années 2000, tous les autres membres d'équipage du Mirai ont fait la même chose que le nouveau Kirino. Le jour de l'embarquement pour leur mission dans le Pacifique pour aller prêter main forte aux américains, ils paradent devant la foule dans leur beau costume. Une fois à bord du Mirai, le capitaine Umezu leur ordonne de saluer la foule. Ensuite, le croiseur part pour sa mission, et contrairement au navire qui a voyagé dans le temps, ce Mirai arrive sans encombre à Pearl Harbor...

    • Statut au volume 43 : Tué dans le naufrage du Mirai.
    • Statut au volume 43 (alternatif) : Vivant.

    A suivre dans le prochain article.

    Cronos


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires