• Après avoir parlé de Kaiji Kawaguchi, le moins célèbre des mangakas en francophonie, il est temps de passer au plus connu d'entre eux, Naoki Urasawa, dont la popularité est telle que l'une de ses oeuvres va être adapté par le cinéma hollywoodien et que chaque sortie d'un volume d'une de ses oeuvres est un petit phénomène en soi.

     

    Naoki Urasawa est né le 2 janvier 1960 à Fuchu, ville située à 'ouest de la mégapole de Tokyo. Durant sa jeunesse, il découvre le manga avec les oeuvres de Ozamu Tezuka, l'homme qui a popularisé le manga tel que nous le connaissons aujourd'hui. Il se découvre aussi un attrait pour la musique et le rock des années 60 en particulier. Il a d'ailleurs acheté une guitare dans sa jeunesse mais s'est trompé en achetant une guitare classique au lieu d'une guitare électrique. Il est diplômé d'économie de l'université de Meisei.

    En postulant à la maison d'édition Shogakukan, il présente un manuscrit de return qui lui vaudra en 1982 le prix du meilleur jeune mangaka par son éditeur. il dévient alors assistant et l'année suivante, il publie sa première oeuvre : beta! Il commence alors à publier ses premières séries et connaîtra presque un succès immédiat avec entre autre Yawara!, manga sportif sur le judo. Depuis, le succès ne le quitte plus. Plusieurs de ses oeuvres sont adaptées en anime ou en drama (séries avec des acteurs). Il change légèrement de registre avec des thrillers assez sombres en commançant avec Monster. Suivront 20th century boys et Pluto.

    Urasawa a reçu de nombreux prix divers. Après le prix du mielleur jeune mangaka en 1982, il reçoit le 35ème prix Shogakukan en 1990 pour Yawara! Suivront le prix d'excellence du festival des arts médias pour Monster en 1997, le grand prix du prix culturel Ozamu Tezuka en 1999 et le prix Shogakukan en 2001, aussi pour Monster, le prix Kodansha en 2001, le prix d'excellence du festival des arts médias en 2002, le prix Shogakukan en 2003 et le prix de la série en 2004 à Angoulême, le prix seiun, catégorie comic en 2008, ainsi que le grand prix de l'association des mangakas japonais en 2008, pour la série 20th century boys, le grand prix du prix culturel en 2005, le prix d'excellence du festival des arts médias en 2005, le prix de l'ACBD en 2010 et le prix intergénérations du festival d'Angoulême en 2011 pour Pluto.

    Il partage ses temps libres entre ses 2 passions, le dessin et la musique (la musique a d'ailleurs une place importante dans 20th century boys).


    Citons parmi ses oeuvres :

    • Pineapple army : 1986-1988, série en 8 volumes, 1 volume traduit aux éditions Glénat.
    • Yawara! : 1986-1993, série en 29 volumes.
    • Master Keaton : 1988-1994, série en 18 volumes
    • Happy! : 1993-1999, série en 23 volumes, 6 volumes sur 15 de l'édition deluxe traduits aux éditions Panini comics
    • Monster : 1995-2001, série en 18 volumes, traduits aux éditions Kana
    • 20th century boys et 21th century boys : 2000-2007, séries en 22 volumes et 2 volumes, traduits aux éditions Panini comics
    • Pluto : 2003-2009, série en 8 volumes, 6 volumes traduits aux éditions Kana
    • Billy Bat : 2008-..., série en cours de 5 volumes.

    Cronos


    votre commentaire
  • Avant de parler des oeuvres de chacuns des mangakas de ce blog, je vais commencer par les présenter. Et je vais d'ailleurs commencer par le moins populaire des 3, c'est-à-dire Kaiji Kawaguchi.

     

    Kaiji Kawaguchi est né le 27 juillet 1948 à Onomichi, dans la préfecture d'Hiroshima. il fut étudiant à l'université de Meiji qui se situe à Tokyo. Sa première oeuvre date de 1968 avec Yoru ga aketara.

    Il a reçu à 3 reprises le prix Kodansha, prix remis par la maison d'édition du même nom, une fois par an pour des mangas prépubliés dans l'un de leurs magazines. Kawaguchi a reçu ce prix pour actor en 1987, pour Chinmoku no kantai (the silent service) en 1990 et pour Jipangu (Zipang) en 2002. Il a aussi reçu le Shogakukan manga award pour Taiyo no Mokishiroku dainibu (spirit of the sun) en 2006.


    Kawaguchi est devenu une référence dans le manga seinen parlant de guerre et de machines de guerres. L'un de ses sujet les plus récurrent est la politique fiction. j'en veux pour preuve, le 43ème et dernier tome de Zipang s'est classé dans le top 20 des ventes dans la semaine du 21 au 27 décembre 2009 : lien vers manga sanctuary .


    Voici une liste non-exhaustive de ses oeuvres :

    • Hard and loose : 1984-1987, série en 7 volumes
    • Actor : série débutée en 1985, en 14 volumes
    • Chinmoku no kantai : 1989-1996, série en 32 volumes.
    • Medusa : 1990-?, série en 12 volumes
    • Yellow : 19951997, série en 4 volumes
    • Araragi tokkyu : 1997-1998. série en 3 volumes
    • Ruri no kamikaze : 1998-1999, série en 4 volumes
    • Eagle : 1998-?, série en 11 volumes, traduits aux éditions Casterman.
    • Confession : one shot en 1999
    • Seizon life : 2000-2005, série en 3 volumes, traduits aux éditions panini comics (mais en arrêt de commercialisation)
    • The battery : 2001-2002, série en 4 volumes
    • Jipangu : 2001-2009, série en 43 volumes. 29 volumes traduits sur 43 aux éditions Kana sous le titre de Zipang
    • Taiyo no Mokishiroku dainibu : 2003-2008, série en 17 volumes, traduits aux éditions Tonkam sous le titre Spirit of the sun.
    • Taiyo no Mokishiroku dainibu, kenkoku hen : 2008-2011, série en 9 volumes.
    • KAI : artbook sur Zipang, 2010
    • Boku ha Beatles : 2010-..., série en cours de 4 volumes
    • Hyouma no hata : 2011-..., série en cours, aucun volume de sorti.

    Cronos


    votre commentaire
  • Bonjour,

    A vrai dire, l'idée de ce site/blog me trottait dans le tête depuis un sacré moment. En voyant les nombreux site parlant de divers mangas très popularisés en francophonie, je trouvais que certaines oeuvres méritaient une meilleure publicité que celle qu'on leur donne. Il ne sera donc pas question ici de "Naruto", "One Piece", "Saint Seiya", "Dragon Ball" ou encore n'importe quel manga appartenant à la catégorie des shonens. Bien que je lise, que je possède et que j'apprécie la plupart de ces mangas, je ne pense pas être en mesure de fournir plus d'infos que les nombreux sites qui pullulent sur le web à propos de ces mangas. Au lieu de ça, je vais m'intéresser à 3 auteurs qui dessinent des histoires appartenant à la catégorie des seinens. L'un d'eux est déja très populaire et je n'aurai pas grand chose à faire pour lui faire de la pub : Il s'agit de Naoki Urasawa, auteur entre autres de "Monster", "20th century boys" et de "Pluto" qui va être adapté au cinéma dans les mois prochains. Les 2 autres auteurs sont moins connus du grand public mais j'estime qu'on mériterait de s'y intéresser un peu plus car ils sont bien loin de l'image que l'on donne aux mangas. Je parlerai donc aussi de Kaiji Kawaguchi, auteur entre autres de "Eagle", "Spirit of the Sun" et "Zipang", et de Jiro Taniguchi, auteur entre autres de "Quartier lointain" et "Le sommet des dieux".


    Si Quelqu'un souhaite m'aider dans cette tâche ardue (connaissances en informatique, connaissance de la langue japonaise car moi je ne connais que quelques mots, ou autres connaissances), il ou elle est la bienvenu(e). Sur ce, j'espère bientôt vous retrouver sur ce blog


    1 commentaire

  • votre commentaire