• Pour finir ce second tour de table des oeuvres de mes 3 auteurs, il est temps que je parle du magnifique Quartier lointain. Ce manga a une telle force que même Jaco van Dormael, réalisateur belge (entre autre le huitième jour avec Daniel Auteuil) s'y est interessé et a décrit sa beauté. De plus, un autre réalisateur belge, Sam Gabarsky, en a fait un film, mais cela sera le centre d'un autre article. Ce chef d'oeuvre, je l'ai reçu lors de mes 25 ans.

     

    Fiche technique :

    • Titre VO : Harukana machi-e
    • Editeur VO : Shogakukan
    • Nombre de volumes VO : 2 (série terminée)
    • Années : 1998
    • Editeur VF : Caterman
    • Nombre de volumes VF : 2 ou 1 selon les éditions (séries terminées)

    Synopsis :

    Hiroshi Nakahara est un architecte qui a la quarantaine. Il retourne à Tokyo après un voyage d'affaire mais, suite à une soirée un peu trop arrosée, il se trompe de train et revient dans sa ville natale. Ayant un peu de temps avant le prochain train, Il fait un tour et arrive devant la tombe de sa mère. Là-bas, pris d'un malaise, il s'évanoui et se réveille un peu plus tard...dans le corps de ses 14 ans. S'offre alors à lui une seconde jeunesse. Il va pouvoir séduire la fille qu'il n'a jamais su approcher. Mais aussi, il va avoir la chance de peut-être comprendre le départ de son père. En effet celui-ci a disparu un jour d'été sans explication quand Hirochi avait 14 ans. Qu'est-ce qui peut donc pousser un père d'une famille heureuse à partir comme ça du jour au lendemain, sans le moindre indice pour le retrouver.

    Mon avis :

    Quest-ce que vous changeriez si on vous offrait la chance de revivre votre enfance ou votre adolescence. Est-ce que vous ne changeriez rien ou bien vous feriez tout différemment. C'est l'un des thèmes de Quartier lointain. Cette aventure magique où Hiroshi retourne en enfance est tout bonnement sublime. L'histoire aborde avec une douceur incroyable la nostalgie de nos années insouciantes où nous n'avons à nous occuper que de nous-même. Et ce rapport humain entre le père et le fils, qui rappelle à Hiroshi sa propre paternité, est abordé avec merveille. Finalement, pour résumer, ainsi va la vie.

    Ainsi se termine le second tour de table,

    Cronos


    votre commentaire
  • Comme la version de Quartier lointain que je possède ne possède qu'un seul et unique tome, il s'agira ici de ne faire qu'un seul résumé. ATTENTION : Ce résumé possède des "spoiler" (révélations sur l'intrigue).

     

    Chapitres : La porte vers le lointain; 14 ans; Second printemps; Un étourdissement; Le cours du temps; Le jardin secret de mon père; Le ciel de l'âme; Une tablette inconnue; Papa et maman; Les chemins de l'amour; Une belle femme; Une famille heureuse; Une scène d'été; J'attends mon père; Chacun sa vérité; Au voyageur du temps.

    Personnages : Hiroshi Nakahara, Yûko Nakahara, Akiko Nakahara, Kazue Nakahara, Kyôko Nakahara, monsieur Ôta, Yoshio Nakahara, la grand-mère d'Hiroshi, Masao, Daisuké Shimada, Tomoko Nagasé, Takashi Hamada, Tôru Ônishi, Ayako Nakahara, Shin'Ichi Kotani, Shinji Kotani, Tamiko Ôsawa, Akihiko Nagasé.

    Résumé : 9 avril 1998. Hiroshi doit revenir de Kyoto vers Tokyo, Ayant fort bu la nuit précédente, il s'endort et quand il se réveille, il se rend compte qu'il s'est trompé de train et qu'il se dirige vers sa ville natale. Une fois là-bas, il a le temps de se balader et revient sur la tombe de sa mère. Pris d'un malaise, il s'effondre et se réveille dans le corps de ses 14 ans. Il retrouve donc l'échoppe de son père, ainsi que sa mère et sa grand-mère, encore vivantes toutes les deux et bien sur sa jeune soeur.

    Le lendemain, cet étrange rêve ne s'est pas arrêté et Hiroshi doit aller à l'école. Sur place, il retrouve tous ses amis d'enfance et se fait remarquer très rapidement par ses bons résultats scolaires et son hatitude étrange. Il se fera même aborder par la plus jolie fille de la classe, qu'il n'avait jamais pu approcher à l'époque. Plus tard, il refait connaissance avec son ami Daisuke et abuse un peu de l'alcool, qu'il digère plus difficilement avec son corps d'enfant. Quand son père vient le chercher, il se rapelle que c'est cette année-là qu'il va quitter sa famille sans laisser le moindre message ni la moindre trace. Après être sorti avec Tomoko, sa grand-mère lui explique que son père avait ramené les cendres du premier mari de sa mère après la seconde guerre mondiale et qu'il était finalement resté suite à des concours de circonstances.

    Hiroshi croit alors que son père a une maitresse et le suit dans la ville voisine quand il prétend partir pour affaires. Il découvre qu'il y a juste une amie d'enfance de son père à l'hopital. Après une sorite en mer avec Tomoko, la jeune femme décède et finalement le jour de la disparition arrive. Hiroshi tente une dernière fois de stopper son père qui veut retrouver une vie qu'il a choisi, mais sans succès. hiroshi boit pour oublier et perd connaissance dans le cimetière. Il retrouve le corps de ses 48 ans et se rend compte dès lors que lui aussi cherchait à fuir sa famille. De retour chez lui, il reçoit un livre de son ami Daisuke qui prouve que tout ceci n'était peut-être pas un rêve...

    Mon avis : Comme ce récit a été édité en un seul volume, mon avis est le même que celui de l'article présentant cette oeuvre : Quartier lointain

    Cronos


    1 commentaire
  • Un fois n'est pas coutume, je vais changer un peu mes habitudes et parler de l'adaptation en film de l'une des séries mangas dont j'ai déjà parlé. En effet, en 2010, le réalisateur belge Sam Gabarsky a adapté Harukana Machi-e, c'est-à-dire Quartier lointain en un film. Le lieu de l'action a été déplacé en France mais garde la même trame générale.

     

    Fiche technique réduite :

    • Réalisateur : Sam Gabarsky
    • Scénario : Sam Gabarsky, Jérôme Tonnerre, Philippe Blasband.
    • Musique : groupe Air
    • Durée : 98 minutes
    • Budget estimé : 18 millions de dollars

    Distribution partielle :

    • Pascal Greggory : Thomas Verniaz, adulte
    • Alexandra Maria Lara : Anna Verniaz
    • Jonathan Zaccaï : Bruno Verniaz
    • Léo Legrand : Thomas Verniaz, jeune
    • Laura Martin : Sylvie Dumontelle
    • Laura Moisson : Corinne Verniaz
    • Pierre-Louis Bellet : Rousseau

    Synopsis :

    Thomas, cinquantenaire, est un dessinateur de bandes dessinées en panne d'inspiration. De retour d'un festival de la bande dessinée, il se trompe de train et atterrit dans le village de son enfance. Ayant un peu de temps, il décide d'aller dans le cimetière où se trouve sa mère. Mais là-bas, il est pris d'un malaise et s'évanouit. En se réveillant, il se retrouve dans le corps de ses 14 ans et à la même époque. Avec cette seconde chance, va-t-il pouvoir séduire la fille qu'il n'avait jamais pu aborder? Mais surtout, va-t-il pouvoir empêcher le départ de son père, disparu le jour de son anniversaire?

    Mon avis :

    Les critiques des experts de la presse ont été bien variés sur ce film. Pour connaître leur différents avis, il vous suffira de naviguer sur le web (Allo ciné, Première). Certains qualifie ce film de véritable ratage, d'autres parlent d'incroyable poésie. En bref, la presse est loin d'être unanime. Mais c'est ici mon point de vue que je vais exposer. Et il est plutôt positif. D'abord, je trouve que malgré que l'action soit transposée en France, le film respecte bien l'oeuvre originale. La plupart des personnages y sont présents, la trame a subit juste de légers aménagements et l'esprit du manga, à savoir une seconde chance de faire sa vie et l'occasion d'empêcher un départ inexpliqué, est bien présent et est le même. Donc pour moi (et cela n'engage que moi), c'est une adaptation réussie. La musique est jolie et enveloppe bien le récit d'une certaine nostalgie et les acteurs sont assez bons. Le film n'est cependant pas exempt de défauts. A certains moments du film, j'ai l'impression de voir des scènes qui n'ont rien à voir entre elles et je trouve que le film manque de continuité et nuit à sa fluidité. Le réalisateur passe un peu du coq à l'âne sans transition et je regrette un peu cet aspect. Et l'ami de Thomas n'est pas écrivain comme l'est l'ami du héro dans le manga, ce qui efface le clin d'oeil à la fin du récit. Cependant, nous avons droit à une apparition de Taniguchi lui-même à la fin du film. Un bon film donc, assez réussi, mais qui souffre néanmoins de quelques défauts.

     

    Et pour finir, la bande annonce :

     

    Cronos


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique