• Voilà la suite de la quatrième pas de la liste des personnages de Master Keaton. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Rudolf Welf

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Mort de faim entre 1961 et 1976.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Mort de faim entre 1961 et 1976.

    Otto Welf

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Claire

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivante.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivante.

    Robin

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Tué d'un coup de couteau à la carotide par James Wolf.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Tué d'un coup de couteau à la carotide par James Wolf.

    James W. Wolf

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Inconnu.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Inconnu.

    Commissaire Otter

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12: Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Paul Sparrow

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Tué au couteau par James Wolf.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Tué au couteau par James Wolf.

    Karen Margaret Wolf

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Décédée en 1982 par suicide en se jetant sous les roues d'un camion.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Décédée en 1982 par suicide en se jetant sous les roues d'un camion.

    Colonel Fox

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Supposé vivant.

    Léo Haniha

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 12 : Gravement blessé au couteau par James Wolf.
    • Statut au volume Master Keaton remaster : Gravement blessé au couteau par James Wolf.

    A suivre Dans le prochain article.

    Cronos


    votre commentaire
  • News relayée depuis le site de Manga-news :

    Bonjour à tous,

    Je viens de me rendre compte que cela faisait plus d'un an que je n'avais pas écris de news. Il est un fait que ma vie privée et professionnelle a été pas mal bousculée depuis quelques années. Du coup, j'ai moins de temps pour écrire. De plus, les nouvelles concernant les 3 auteurs dont je publie des nouvelles se font assez discrètes ces derniers temps. Il faut dire qu'avec un décès et un autre auteur qui n'a pas eu le succès escompté en langue francophone, il n'y plus grand chose à se mettre sous la dent.

    Mais ce n'est pas le cas aujourd'hui. En effet, il reste un auteur dont il est encore possible de parler ici. Il s'agit bien sûr de Naoki Urasawa, l'auteur d'entre autre Monster et 20th century boys. Après le signe des rêves, il avait entamé une nouvelle série : Asadora! Dans celle-ci, on voyage à nouveau à travers le temps (une habitude chez Urasawa), passant de 2020, à la veille des jeux olympiques de Tokyo, à 1959, à Nagoya, où la jeune Asa, une jeune fille de 12 ans, doit courir pour aller chercher un médecin pour aider sa mère qui doit bientôt accoucher, alors qu'un typhon va bientôt s'abattre. D'une certaine manière, on renoue avec ce qui fait le succès du mangaka, c'est-à-dire des faits historiques déviés pour servir l'histoire, des sauts dans le temps coupant net le récit, et très certainement des personnages attachants.

    La raison pour laquelle je parle de cette série, c'est que l'éditeur Kana va sortir le 31 janvier le premier tome en français de cette série qui compte déjà 2 volumes et qui a commencé en octobre 2018. Pour ma part, je vais bien évidemment acheter cette série, mais j'espère avoir assez de temps pour le lire avant que les poules n'aient de dents. Mais pour sûr, si j'y arrive, je donnerai mon avis le plus vite possible sur ce site.

    Sur ce, je vous souhaite déjà de belles fêtes de fin d'année.

    Bonne lecture.

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la suite de la treizième page de la liste des personnages de Zipang. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Yôko

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 26 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 30 : Supposé vivante.

    Masahiko

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 26 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 30 : Supposé vivant.

    Lieutenant Tachibana

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 26 : Décédé par noyade dans le naufrage du porte-avion Ryûjô.
    • Statut au volume 30 : Décédé par noyade dans le naufrage du porte-avion Ryûjô.

    Lieutenant Shinohara

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 26 : Décédé après avoir succombé aux tortures infligées par la police spéciale du bureau de Kôjimachi.
    • Statut au volume 30 : Décédé après avoir succombé aux tortures infligées par la police spéciale du bureau de Kôjimachi.

    Lieutenant Shibata

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 26 : Vivant.
    • Statut au volume 30 : Vivant.

    Subhash Chandra Bose (PH)

    Volume 25

    Le 6 novembre 1943, Chandra Bose est invité par les japonais à Tokyo pour la réunion de la grande Asie qu'ils comptent mettre en place. Le premier ministre japonais, Hideki Tôjô, propose de mettre à sa disposition gratuitement un appareil spécial, mais l'indien refuse car il ne veut pas avoir de dette envers qui que ce soit. Bose arrive dans son habit de militaire, et Tôjô prononce un discours dans lequel ils dit que l'Angleterre et les Etats-Unis oppriment les états étrangers pour assurer leur prospérité. C'est pour cela qu'ils doivent parachever leur projet ambitieux de la grande Asie et assurer leur stabilité par des fondations solides. Ainsi, ils pourront contribuer au maintien de la paix dans le monde. A cette réunion se trouvent aussi présents Wang Jingwei, président du Yuan et président du gouvernement national de Nankin, le prince Wan Waithayakon, représentant du chef du gouvernement de Thaïlande. Après la réunion et une photo officielle se tient une petite soirée. Bose en profite pour déployer toute son énergie à convaincre les japonais de l'aider dans sa volonté d'indépendance de l'Inde, appliquant la formule selon laquelle les ennemis de ses ennemis sont ses amis. On ne connaît pas le résultat de ces discussions, et c'est la dernière apparition de Chandra Bose dans ce tome.

    • Statut au volume 26 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 30 : Supposé vivant.

    Chô

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 26 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 30 : Supposé vivant.

    Mao Zedong (PH)

    Volume 26

    Le 12 décembre 1943, Mao apprend qu'une importante bataille a lieu dans les Mariannes, opposant les japonais aux américains. Après avoir eu une relation sexuelle avec une femme, Mao demande à l'un de ses hommes si tout est joué dans le Pacifique. Cet homme lui répond que l'issue de la bataille est incertaine. Mao sort de sa chambre en se mettant une serviette autour du bassin et déclare qu'il n'y a pas de raison de s'affoler. Il prononce alors une citation qui dit de se servir de ses ennemis contre ses ennemis. Il ajoute ensuite en se frappant la poitrine du plat de la main au niveau du coeur que s'ils utilisent le vainqueur habilement, la Chine appartiendra à leur parti communiste. C'est la seule fois que l'on voit Mao Zedong dans ce tome.

    • Statut au volume 26 : Vivant.
    • Statut au volume 30 : Supposé vivant.

    Michael Lindsay

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 26 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 30 : Supposé vivant.

    Tse

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 26 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 30 : Supposé vivant.

    A suivre dans le prochain article.

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la troisième suite de la liste des personnages de Master Keaton. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Rudolf Welf

    Volume 1

    Il s'agit d'un duc qui possédait un grand terrain hérité de ses ancêtres dans le sud de la Saxe. La famille Welf posséda ces terres durant plus de 800 ans, s'étendant  de Langensalza à Melsungen, mais à la fin de la seconde guerre mondiale, lors du partage de l'Allemagne, le domaine des Welf fut séparé en 2. Une barrière fut installé dans le jardin des Welf, et au début, Rudolf, 28ème héritier du nom, et son épouse Hermina regardèrent avec bienveillance les passages dans leur jardin, qui était ouvert à tous. Malheureusement, en 1961, avec la construction du mur de Berlin, la surveillance aux frontières fut beaucoup plus stricte, et le passage des gens dans le jardin des Welf devint interdit. Et par un malheureux hasard, Otto, le fils unique du couple Welf, âgé alors de 10 ans, alla jouer du côté est du domaine, et il n'en revint pas. Après plusieurs jours sans nouvelles, , le couple décide de faire une demande officielle à l'est en passant par le gouvernement ouest-allemand. Cependant, ils n'obtinrent aucune réponse. Rudolf et son épouse comprennent que l'Allemagne de l'est a enlevé leurs fils pour faire pression sur eux, ayant sans doute des vues sur les biens des Welf. Rudolf prit alors la décision de s'infiltrer en Allemagne de l'est. Sur place, il ne cessa de dire que ce pays était dans l'erreur. Mais la position est-allemande était que parce que le domaine des Welf était séparé en 2, la moitié des biens leur revenait de droit. Le gouvernement est-allemand voulut donc forcer Rudolf à donner les codes d'accès d'un compte ouvert en Suisse, où se trouvait la moitié de la fortune familiale. Malgré tout, Rudolf refusa de dire quoi que ce soit, et avant de mourir de faim, il laissa dans un testament son voeu que l'argent du compte soit utilisé pour lutter contre le régime de l'est. Il confia aussi la bague portant un béryl de Saxe qu'il avait caché dans son estomac, afin que son épouse puisse la recevoir après sa mort. On ne sait pas exactement en quelle année Rudolf est décédé, et c'est tout ce que l'on apprendra sur lui dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9 - Voyage avec une lady".
    • Statut au volume 4 : Mort de faim entre 1961 et 1976.
    • Statut au volume 8 : Mort de faim entre 1961 et 1976.

    Otto Welf

    Volume 1

    Ce garçon est le fils unique de Rudolf et Hermina Welf. Cette famille d'aristocrates possède des terres s'étendant de Langensalza à Melsungen, dans le sud de la Saxe, depuis plus de 800 ans. Otto est le 29ème héritier du nom. Cependant, en 1945, à la fin de la seconde guerre mondiale, la frontière qui sépara désormais les 2 Allemagnes passait au milieu du jardin des Welf. Une barrière fut d'ailleurs installée dans ce jardin, la demeure des Welf se trouvant en Allemagne de l'ouest. Au début, la famille regarda les passages, ouverts à tous, avec bienveillance, mais en 1961, avec la construction du mur de Berlin, les surveillances aux frontières furent plus strictes et le passage des gens fut interdit. Et c'est un malheureux hasard qui fit qu'à cette époque, Otto, âgé de 10 ans, alla jouer du côté de l'est et disparu. Il avait en fait été enlevé par le gouvernement est-allemand pour forcer la famille Welf à leur céder la moitié de leur fortune. De plus, pour éviter tout problème, l'Allemagne de l'est lava le cerveau d'Otto et en fit un officier fidèle à l'est. On ne sait pas ce qu'il lui est arrivé par la suite, et c'est tout ce que l'on apprendra sur lui dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9 - Voyage avec une lady".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Claire

    Volume 1

    Claire est une prostituée qui travaille pour Léo Hanuha. Cependant, ne pouvant plus supporter sa cruauté, elle décide de le fuir et de quitter Londres. Malheureusement, les hommes de Léo parvienne à la rattraper dans la gare de métro de White Chapel. L'un d'eux la gifle même au visage et un autre dit aux passants que ce ne sont pas leurs affaires. Mais un homme s'arrête et leur dit de relâcher la fille. L'un des hommes le prend au col et lui demande s'il a envie de mourir, mais l'inconnu sort un couteau et menace son agresseur. Deux hommes s'en vont, apeuré, tandis que le troisième et dernier retient encore Claire. Celle-ci parvient néanmoins à s'échapper et à s'éloigner en courant. Elle observe alors l'homme tuer l'agresseur quand celui-ci sort son arme à feu, en lui sectionnant le tendon de la main, puis en lui tranchant la carotide. Claire décide de suivre cet homme, qui lui dit de s'en aller, mais quand d'autres hommes sont dans la rue en train de chercher quelqu'un, l'inconnu fait semblant d'embrasser Claire pour ne pas éveiller l'attention. Claire comprend que l'inconnu est lui aussi poursuivi, et lui propose de venir dans sa planque. L'inconnu accepte, mais dans le lit, celui-ci cauchemarde en prononçant le nom de Karen. Claire lui demande si c'est sa copine, et l'homme, James Wolf, répond que c'est le nom de sa mère. Wolf explique qu'il a toujours été un chasseur, et qu'il a commencé par les lapins. Mais il va finir par être chassé lui-même. Il n'a pas peur de mourir, mais veut terminer ce qu'il a à accomplir. Claire dit qu'elle est elle aussi un lapin, et que Léo manie lui aussi très bien le couteau. Elle propose à Wolf de la toucher, mais l'homme refuse gentiment. Claire va alors chercher un paquet de cocaïne qu'elle s'apprête à sniffer, mais Wolf renverse la table en traitant ceux qui se droguent de vermines. Au dernier moment, il s'empêche de frapper Claire. Il préfère partir en laissant un peu d'argent, mais Claire lui promet d'arrêter la drogue car elle ne pourra pas s'en sortir seule. Wolf est prêt à l'aider, et dit que les vermines qui veulent s'en sortir ne sont pas des vermines, mais des humains. Plus tard, Wolf dit à Claire de partir pour Southport et d'aller dans l'hôtel "Sail yard inn" où il la rejoindra. Claire comprend maintenant qu Wolf est l'homme recherché par le syndicat, un groupe puissant du trafic de drogue, et provenant de Corse. Avant de s'en aller, Wolf dit que même un lapin peut tuer un chien de chasse si on le pousse à bout, et il lui conseille de ne jamais renoncer. Cependant, durant son absence, Léo déboule avec ses hommes. Claire tient une arme mais hésite à tirer. Léo en profite pour lui taillader la joue d'un geste avec son couteau, avant d'écrire sur le lit avec le sang qui coule. Claire est ensuite emmenée chez Lord Swan, un noble impliqué dans le trafic de drogues. Léo lui parle et la femme lui crache au visage. Un homme menace alors Léo avec son arme, lui rappelant que ce sont eux qui vont s'occuper de Wolf. Léo s'abaisse en faisant semblant de s'écraser pour mieux sortir son couteau et couper les tendons de la main qui tient l'arme. Léo reste donc seul avec Claire, et le soir venu, des gens attaquent la villa. Un homme en costume pénètre dans la salle en brisant la fenêtre, tandis que Wolf rentre par la porte. Un combat au couteau s'engage entre Wolf et Léo, et c'est Wolf qui gagne, sans pour autant tuer son adversaire. Claire va seule à Southport, dans le Lancashire, et une semaine plus tard, le tenancier de l'hôtel fait remarquer que Wolf n'a toujours pas donné de nouvelles. Claire remarque alors un lapin par la fenêtre, et le tenancier pense à un gibier facile à attraper. Claire lui répond alors que lorsqu'il n'a plus le choix, même un lapin est capable de se battre vaillamment...

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivante.

    Robin

    Volume 1

    Il s'agit de l'un des hommes de main de Léo Haniha, un trafiquants londonien de drogues et de prostituées. Un jour, l'une de ces dernières, Claire, tente de fuir Londres, et Léo envoie ses hommes, dont Robin, à sa poursuite. Ceux-ci rattrapent Claire dans le métro de White Chapel, et l'un des hommes la gifle au visage, ce qui la fait tomber à terre. Robin lui dit de ne pas abîmer ses affaires ou son visage car ce sont ses outils de travail. La jeune femme tente d'appeler à l'aide, mais l'un des hommes crie aux gens de passer leur chemin car ce ne sont pas leurs affaires. Pourtant, un homme leur dit de lâcher la fille. Celui qui a crié juste à l'instant le prend par le col et le menace de mourir, mais l'inconnu sort un couteau et répète de lâcher la fille. Deux des hommes de Haniha prennent peur et s'enfuient, mais pas Robin qui continue de tenir la femme. Celle-ci parvient néanmoins à s'échapper, et Robin s'apprête à sortir son arme à feu. Mais l'inconnu lui conseille de ne même pas y penser. Il explique que Robin pense sûrement qu'un coup de feu est plus rapide qu'un coup de couteau, mais que le flingue est une arme capricieuse et le coup peut ne pas partir ou bien rater sa cible. De plus, il faut 3 actions : sortir l'arme, viser et tirer, alors que le couteau ne nécessite qu'une action. Donc, à cette distance, l'inconnu est certain de gagner. Robin commence à paniquer mais sort tout de même son arme. D'un geste rapide, l'inconnu sectionne les tendons de la main droite de Robin, qui ne peut plus tenir son arme, puis il lui tranche la carotide. Robin décède alors rapidement.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 4 : Tué d'un coup de couteau à la carotide par James Wolf.
    • Statut au volume 8 : Tué d'un coup de couteau à la carotide par James Wolf.

    James W. Wolf

    Volume 1

    James Wolf est un britannique qui est entré au SAS en 1963. Il a été en poste en Rhodésie, en Irlande du Nord, en Arabie Saoudite et à Oman. C'est lors de sa mission dans ce dernier pays qu'il a été touché à l'épaule. Officier ayant reçu le plus de distinctions de toute l'histoire du SAS, Wolf est ensuite devenu instructeur au quartier général du SAS, à Hereford. Là-bas, il a fini par se faire surnommer "professor" par ses élèves, ce qui était un surnom honorifique. Il a fait aussi la connaissance de Taichi Keaton, un élève avec un style unique, à qui il enseignait l'escrime, dont il disait que c'était comme la croix, qui protège le vainqueur et pourfend le perdant. Cependant, Keaton était trop gentil et ne sera jamais "professor", mais tout au plus "master". C'est alors que Wolf a appris que sa fille Karen commençait à se droguer. Il décida donc de quitter le SAS, et pour se faire réformer, il fit exprès d'interpeller Al Flare durant son cours d'arts martiaux. Celui-ci était un sadique avec qui les fractures étaient fréquentes. De plus, il ne supportait pas que Wolf ait reçu le surnom de "professor" et pas lui. Wolf demande donc à Flare d'arrêter d'étrangler Keaton. Flare le défia alors de faire un duel de démonstration aux arts martiaux, mais il fut rapidement maîtrisé par Wolf. Il glissa sa main vers sa poche arrière de son pantalon où il mettait toujours un révolver. Mais Wolf, expert du maniement du couteau, sectionna les tendons de la main de Flare avant qu'il n'ai pu tirer. Keaton fut affecté, mais Wolf lui répondit que ce n'était pas de sa faute. Avec Karen cependant, Wolf continua à se comporter comme un militaire. Et comme son père ne la rassurait pas, Karen finit par s'enfuir pour se jeter sous un camion. Après le décès de sa fille, Wolf enquêta sur les réseaux européens de drogues et appris que la trafic était contrôlé par la mafia corse. Il sollicita alors l'aide de son ancien collègue Paul Sparrow, et avec le soutien financier de lord Swan, il a commencé un trafic d'héroïne qui avait pour objectif d'énerver les corses contre lui. Or, comme les quantités étaient insignifiantes et que cela ne posait pas de problème, il a ramené de la cocaïne d'Amérique du sud, beaucoup plus prisé par les junkies. Malheureusement, Sparrow et Swan ont choisi de s'allier aux corses et d'éliminer Wolf. De plus, ce dernier a appris que Sparrow avait fourni de la drogue à sa fille. Dans un hôtel d'Earl's Court, à Londres, Wolf a compris le piège et a tué Sparrow au couteau. Dans sa fuite, il entre dans le métro à White Chapel, et constate qu'une prostituée de l'âge de sa fille se fait agressée par plusieurs hommes. Wolf lui vient en aide, et quand l'un des hommes veut sortir son arme, Wolf le tue avec son couteau après avec coupé les tendons de la main droite. La prostituée, Claire, décide de le suivre, et comprenant rapidement que Wolf est lui aussi suivi, elle l'emmène dans sa planque. Là, après des cauchemars sur Karen, il explique à Claire qu'il a commencé à chasser des lapins, mais qu'il finira bientôt par être chassé lui-même. Claire raconte que son patron, Léo Haniha, est cruel et qu'il manie lui aussi le couteau. Comme le sexe n'intéresse pas Wolf, Claire lui propose de la drogue, mais l'homme s'énerve et traite Claire de vermine. Il veut partir, et Claire lui promet alors d'arrêter la drogue. Wolf la rassure alors en disant que les vermines qui cherchent à s'en sortir sont plutôt des humains. Wolf va voir Haniha et lui propose de l'argent contre la liberté de Claire. Il part ensuite dire à Claire de l'attendre à l'hôtel "Sail yard inn", mais qu'il a confié de l'argent au patron au cas où quelque chose lui arriverait. En allant observer la demeure de Swan, Wolf voit qu'elle est très bien gardée, mais constate aussi une croix en bois, ce qui signifie que Keaton a été envoyé par le SAS pour le neutraliser. De retour à la planque de Claire, Wolf se rend compte que celle-ci a été enlevée par Haniha et emmenée chez Swan. Il téléphone à Scotland Yard pour laisser un message à Keaton, qu'il retrouve près de la tombe de Karen. Là, il raconte tout ce qu'il s'est passé, et Keaton lui suggère de se rendre. Mais Wolf doit d'abord sauver claire, et Keaton accepte de l'aider. Grâce à des astuces de ce dernier, tous les 2 parviennent dans la salle où est retenue Claire. Là, Wolf affronte Haniha au couteau et le blesse gravement dans le dos, tandis que Scotland Yard arrête Swan. Mais Wolf refuse de se rendre, même s'il sera toujours poursuivi par les corses. Il part donc rejoindre Claire à Southport, dans le Lancashire, mais après une semaine, il ne donne pas de nouvelles. On ne sait pas ce qu'est devenu Wolf par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 4 : Inconnu.
    • Statut au volume 8 : Inconnu.

    Commissaire Otter

    Volume 1

    Ce policier londonien est un jour appelé pour un homicide. Sur place, il comprend que le coupable est un expert du couteau, la victime ayant la carotide tranchée, après avoir eu le tendon de la main coupé. Une dame déclare que le coupable était venu en aide à une prostituée malmenée par plusieurs hommes, dont la victime, et qu'il a réagit quand celle-ci a sorti une arme. Mais un autre policier vient prévenir Otter qu'ils ont trouvé une autre victime dans une chambre d'hôtel. De retour à Scotland Yard, Otter explique à ses collègues que la victime du métro était un malfrat, tandis que l'autre, Paul Sparrow, était un marchand de fourrure, et qui a fait partie de l'armée de terre. Les policiers pensent au trafic d'héroïne, et Otter leur demande d'être prudent. Il raconte qu'il a été soldat et qu'il a rencontré un spécialiste du couteau qui utilisait son arme de la même façon que le suspect, avec des gestes plus rapide qu'un coup de revolver. Un peu plus tard, le commissaire reçoit la visite du colonel Fox de l'armée de terre. Celui-ci souhaite avoir accès à toutes les informations de l'enquête. Otter répond qu'ils nagent en plein brouillard, mais ayant fait partie de l'armée, il comprend que le fait qu'un colonel se déplace signifie quelque chose. Il suppose que Fox appartient au SAS, tout comme Sparrow. Le colonel l'admet, et dévoile que Sparrow ramenait de l'héroïne d'Afghanistan. Quant à son bourreau, il s'agirait de James Wolf, aussi un ancien du SAS, qui est devenu instructeur après avoir été blessé. Mais il a été réformé après avoir frappé au couteau l'un de ses collègues. Par la suite, il a perdu sa fille dans un accident. Pourtant, ils ont eu du mal à croire qu'il s'était ensuite associé à Sparrow, et Otter pense à une dispute. Le commissaire explique alors qu'un ancien militaire est bien placé pour connaître le marché noir des armes et toucher ainsi à l'opium. Pour acheminer la drogue vers l'Europe, ils passent soit par les Balkans, soit par la Sicile. Mais pour parvenir à l'Angleterre, ils ne s'appuient pas sur la mafia mais sur le syndicat corse, en transportant la drogue à bord de yachts appartenant à de riches aristocrates. Comme le SAS a déjà enquêté, Otter suppose qu'ils doivent connaître le "sponsor" de Sparrow et Wolf. Fox répond qu'ils n'ont pas de preuves mais qu'ils pensent à lord Swan. Le commissaire en est surpris, et le colonel ajoute que selon eux, Wolf a été trahi par Swan et Sparrow, et qu'il accomplit sa vengeance. Otter comprend alors que la prochaine cible de Wolf pourrait être Swan. Fox annonce alors qu'un conseiller sera mis à la disposition de la police, et le commissaire suppose qu'il s'agira plutôt d'un chasseur. Mais le colonel rétorque que cet homme n'a rien d'un chasseur. Arrive alors à Scotland Yard Taichi Keaton, ancien élève de Wolf, à qui Fox et Otter expliquent la situation. Ce dernier dit que le syndicat laissait Wolf et Sparrow faire car leurs quantités vendues n'étaient rien comparé à celles du syndicat, jusqu'à ce que Wolf ramène de la cocaïne d'Amérique du sud, drogue préférée par les junkies. Le syndicat n'a pas de route jusqu'en Amérique du sud et a vu d'un mauvais oeil l'action de Wolf. Swan et Sparrow ont décidé de tenter une alliance avec le syndicat, sacrifiant par la même occasion Wolf. Mais Keaton ne voit pas le Professor, le surnom d'instructeur de Wolf, devenir trafiquant, et il admet ne pas être à la hauteur pour l'affronter. Otter et Keaton vont voir Swan dans sa demeure, mais celui-ci dit ne pas connaître Wolf. Mais en voyant le nombre de gardes, le policier sait que le lord s'attend à être attaqué. Mais Keaton décide de monter dans un arbre, et ils sont repérés par les gardes et leur chien. Otter n'arrive pas à se faire comprendre, mais Keaton oui, en parlant français et italien. Une fois de retour dans la voiture, Keaton dit que même Wolf ne passera pas. Keaton a compris que les gardes avaient un aspect méditerranéen mais des armes françaises. Otter répond qu'ils appartiennent à la mafia corse, mais demande aussi à Keaton s'il compte aider Wolf. Keaton répond que oui, et raconte que Wolf était aussi son professeur d'escrime, et que le collègue qu'il a blessé était un homme cruel qui a provoqué Wolf en duel. Le commissaire accepte de laisser Keaton faire, ayant compris qu'il a laissé un signal à Wolf dans l'arbre. Plus tard, Keaton revient avec des informations sur Swan. Le policier profite ensuite de l'opération de sauvetage par Keaton et Wolf de la prostituée que Wolf avait déjà aidé, et qui était retenue prisonnière dans la demeure de Swan, pour aller arrêter Swan à Douvres, en perquisitionnant son yacht transportant de la drogue. Otter n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Paul Sparrow

    Volume 1

    Il s'agit d'un ancien officier du SAS britannique qui, après avoir quitté l'armée, s'est engagé dans le trafic de drogues, principalement d'héroïne provenant du croissant d'or. Pour couvrir son activité, il se fait passer pour un marchand de fourrures qu'il achète au moyen-orient. Il vend même de la drogue à Karen, la fille unique de l'un de ses anciens collègues, James Wolf. Après un certain temps, il devient l'un des gros acheteur du croissant d'or. Son trafic est "sponsorisé" par lord Swan, un aristocrate qui importe l'héroïne grâce à son yacht privé, qui permet d'éviter les contrôles douaniers. Un jour, Karen décède dans un accident, et peu après, Wolf choisit de s'associer à Sparrow dans le trafic de drogues. Six ans après avoir quitté l'armée, Sparrow et Wolf font leur petit trafic mais ne peuvent pas inquiéter la mafia corse avec leurs trop petites quantités revendues. Cependant, Wolf a une idée et finit par rapporter de la cocaïne d'Amérique du sud. Cette drogue, bien que déjà connue, est beaucoup plus appréciée par les junkies, car elle ne les endort pas comme l'héroïne, et est très à la mode. A ce moment, le syndicat corse, qui n'a pas réussi à avoir de route vers l'Amérique du sud, décide d'agir. Mais Sparrow et Swan, qui se doutent que Wolf s'est associé à son ancien collègue pour se venger de la mort de sa fille, dont il juge Sparrow responsable, choisissent de tenter une alliance avec le syndicat corse et de sacrifier Wolf. Mais, dans un hôtel d'Earl's Court, à Londres, Wolf devine le piège, et grâce à son grand maniement des couteaux, il tue Sparrow en lui tranchant la carotide.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 4 : Tué au couteau par James Wolf.
    • Statut au volume 8 : Tué au couteau par James Wolf.

    Karen Margaret Wolf

    Volume 1

    Karen est la fille du sergent-chef James Wolf du SAS, de l'armée britannique. Elle est née en 1963, mais à cause des nombreuses absences de son père, elle se met à se droguer, aidée en cela par un ancien collègue de son père, Paul Sparrow. Pour pouvoir s'occuper de sa fille, James fait exprès de blesser un autre de ses collègues et il est réformé. Malheureusement, il ne se comporte pas avec sa fille comme un père mais comme un officier militaire. Ce qui fait que Karen continue à se droguer. Un jour de 1982, James surprend sa fille avec une seringue. Après avoir renversé la table contenant la drogue, James déclare que ceux qui prennent cela sont pires que la vermine. Il s'apprête à frapper Karen mais s'arrête en voyant la tête apeurée de la jeune femme. Celle-ci lui dit de frapper sa propre fille, mais James préfère s'éloigner. Karen le supplie de dire quelque chose, les larmes lui coulant des yeux, sans succès. Karen s'enfuit alors de la maison et dans la rue, elle finit par se jeter sous les roues d'un camion, se tuant sur le coup.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 4 : Décédée en 1982 par suicide en se jetant sous les roues d'un camion.
    • Statut au volume 8 : Décédée en 1982 par suicide en se jetant sous les roues d'un camion.

    Colonel Fox

    Volume 1

    Il s'agit d'un officier de l'armée de terre britannique, appartenant au SAS. Un jour, le corps auquel il appartient apprend que l'ancien agent spécial Paul Sparrow a été égorgé dans un hôtel londonien d'Earl Court. Cette affaire intéresse beaucoup le SAS car d'après la façon dont Sparrow a été tué, son meurtrier devrait être James Wolf, un ancien sergent-chef instructeur, l'un des plus doués dans le maniement du couteau. Le colonel Fox est donc dépêché auprès du commissaire Otter afin de se tenir informer de l'avancée de l'enquête. Face au policier, Fox va droit au but et souhaite avoir accès à toutes les informations de l'enquête. Pourtant, Otter répond qu'il nage en plein brouillard, mais qu'ayant été dans l'armée lui-même, il a compris que si c'est un officier du grade de colonel qui se déplace, c'est qu'il y a une signification particulière, et que Fox appartient donc probablement au SAS. Il sait que Sparrow a fait partie de l'élite, et que l'affaire sent la drogue à plein nez. Otter veut donc savoir ce que Fox sait. Celui-ci admet que Sparrow ramenait de l'héroïne d'Afghanistan et qu'il était l'un des gros acheteur du croissant d'or. Il révèle en plus que Wolf est sans doute le meurtrier. Celui-ci, après avoir été blessé à Oman lors d'une mission, a été rapatrié en Angleterre puis est devenu instructeur à Hereford. Là, il a été réformé après avoir blessé au couteau l'un de ses collègues, l'instructeur en arts martiaux. Wolf a été traduit en court martiale et aurait dû être révoqué sans les honneurs, mais ses états de service ont joué en sa faveur et il a été réformé. Otter se demande comment il a pu en arriver au meurtre, et Fox répond qu'il ne sait pas. Après avoir quitté l'armée, Wolf a perdu sa fille dans un accident et a eu une vie difficile, mais il n'était pas du genre à finir criminel. Ils ont eu du mal à croire que Wolf soit devenu l'associé de Sparrow dans la drogue. Otter pense à une dispute et explique que les anciens militaires connaissent bien les marchés noirs des armes et de l'opium. Celle-ci passe par la Turquie avant de prendre la mer noire, parvenir en Sicile et être transporté en Italie par la Costanora. L'héroïne peut passer aussi par la Hongrie, l'Allemagne de l'ouest, la Pologne, ou encore par la Yougoslavie et l'Autriche. Par contre, pour arriver en Angleterre, ils pensent que cela se fait par les corses et de riches aristocrates ou hommes riches anglais qui le transportent par yacht, échappant ainsi aux contrôles douaniers. Otter suppose donc que Fox connaît le "sponsor" de Sparrow et Wolf. Le colonel, surpris admet donc qu'ils ont des soupçons mais pas de preuves envers lord Swan. Ils pensent que Wolf a été trahi et qu'il accomplit sa vengeance. Otter comprend alors que Swan est la prochaine cible de Wolf. Fox déclare que c'est la faute du SAS et qu'un conseiller sera mis à la disposition de la police. Mais le commissaire se doute qu'il s'agit d'un chasseur qui fera taire les bavards. Fox esquisse un sourire et dit que quand Ptter verra l'homme, il comprendra qu'il n'a rien d'un chasseur. En effet, Fox fait appel à Taichi Keaton, un ancien élève de Wolf, qui est enquêteur pour des assurances. Otter et Fox lui expliquent la situation et le policier explique que Sparrow et Wolf étaient des amateurs dans le milieu de la drogue. La quantité qu'ils vendaient n'étaient rien en comparaison du syndicat, qui les laissait donc faire. Mais cela a changé quand les 2 hommes ont ramené de la cocaïne d'Amérique du sud. Fox ne comprend pas car ce n'est pas nouveau, et Otter explique que les junkies préfèrent la cocaïne et ses vertus excitantes. Les Etats-Unis sont d'abord passés à la cocaïne, mais le syndicat européen n'avait pas de route directe vers l'Amérique du sud. Sentant le vent tourner, le syndicat a donc proposé à Lord Swan un rachat ou une absorption de son circuit. Swan a donc préféré gagner gros et a décidé de sacrifier Wolf. Mais Keaton ne voit pass non plus le Professor devenir trafiquant de drogue. Fox explique à Otter, interloqué, que Professor était le surnom de Wolf lorsqu'il était instructeur. Le commissaire raconte aussi que Wolf a commis un autre meurtre, tuant un malfrat qui tentait avec ses collègues de récupérer une prostituée qui tentait de fuir son employeur, et venant donc en aide à celle-ci qui a l'âge de sa fille décédée. Fox pense que Keaton peut les aider car il était l'élève préféré de Wolf, mais Keaton ne se sent pas de taille à l'affronter. Mais Fox veut surtout éviter le meurtre de Swan. Finalement Swan est arrêté apr la police sans être tué, mais Wolf doit continuer à fuir les corses qu'il a fâché. On ne voit plus Fox par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Léo Haniha

    Volume 1

    Ce mafieux londonien travaille dans le quartier de Mayfair et est impliqué dans le trafic de drogue et les prostituées. Très bon manieur de couteaux, on raconte qu'il a déjà frappé l'une des filles avec un couteau. Un jour, Claire, l'une d'elles, tente de s'enfuir, et Leo envoi ses hommes à sa poursuite. Mais non seulement ils reviennent bredouille, mais en plus, l'un d'eux, Robin, a été tué au couteau par un homme qui est intervenu en faveur de Claire. Leo s'informe et apprend que l'inconnu est un ancien sergent du SAS, James Wolf. Celui-ci a plongé lui aussi dans la drogue mais a ramené de la cocaïne en Angleterre, ce qui n'est pas du goût des corses, qui risquent de voir ainsi leur trafic d'héroïne s'effondrer. Peu après, alors que Leo se lime les ongles, l'un de ses hommes entre dans son bureau, maîtrisé par Wolf. Celui-ci propose une mallette pleine d'argent en échange de la liberté de Claire. Leo lui demande s'il se fout de sa gueule, tout en se préparant à prendre son couteau, mais Wolf lui dit de laisser sa main gauche sur le bureau. Leo dit qu'il est droitier, car il tient sa lime de cette main, mais Wolf a déjà compris qu'il utilise son couteau de la main gauche car il y là des cals à la première articulation. Il s'en va, et Leo le prévient qu'il a fait une erreur en touchant à la cocaïne car la ville grouille de corses. Leo sait que Wolf a été financé par Lord Swan, un noble peu scrupuleux, et que son circuit de cocaïne va bientôt être racheté par le syndicat des corses. De plus, Wolf s'est embrouillé avec son associé, Paul Sparrow, lui aussi un ancien du SAS, et l'a tué en l'égorgeant. Et comme Wolf compte s'en prendre maintenant à Swan, Leo décide de contacter ce dernier pour lui donner des informations. Il retrouve Claire dans un appartement, mais celle-ci le menace avec une arme. Il s'approche prudemment d'elle, se baisse et se relève brusquement en faisant usage de son couteau, tailladant la jour de Claire qui laisse échapper l'arme. Avec le sang coulant de la joue, Leo écrit sur le lit que Claire est avec Swan. Dans la propriété du lord, Leo dit à Claire, attachée, qu'il va se faire un plaisir de la taillader. Claire lui crache dessus, et l'un des hommes de Swan menace Leo de son arme, lui disant que son travail est terminé et qu'ils vont se charger de Wolf. Leo lui répond qu'ils ne sont pas de taille, puis se baisse en faisant semblant de s'excuser. Il profite du fait qu'un autre homme distrait celui qui le menace pour sortir son couteau et taillader la main de celui-ci, qui ne peut plus tenir son arme. La nuit venue, des bruits se font entendre à l'extérieur de la demeure, puis soudain, la fenêtre de la salle se brise, un homme pénétrant à l'intérieur. Ce n'est pas Wolf, mais celui-ci entre tout de suite après par la porte, tous les autres hommes ayant été maîtrisés. Wolf et Leo entame alors un duel au couteau, et c'est ce dernier qui parvient à bloquer le bras de son adversaire. Wolf se débat pourtant et parvient à planter son couteau dans le dos de Leo, qui s'écroule au sol. L'ami de Wolf arrête le duel, et on peut supposer que Leo est ensuite arrêté par la police, mais cela n'est pas précisé. C'est la dernière apparition de Leo dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 10 - La saison des chasseurs".
    • Statut au volume 4 : Gravement blessé au couteau par James Wolf.
    • Statut au volume 8 : Gravement blessé au couteau par James Wolf.

    A suivre Dans le prochain article.

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la douzième suite de la liste des personnages de Zipang. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Yôko

    Volume 15

    Il s'agit de la femme du chef Ôme, un membre de la force d'autodéfense japonaise. Celui-ci travaille à bord du Mirai, un croiseur des années 2000. Un jour, Ôme part en mer pour rejoindre Pearl Harbor où le Mirai devra faire des manoeuvres avec l'armée américaine. Yôko et Ôme ont ensemble un fils, Masahiko. Ôme garde sur lui une photo de Yôko et Masahiko, alors qu'ils étaient dans un parc d'attraction. Sur celle-ci, Masahiko est un bébé de quelques mois, et Yôko porte des lunettes, mais on ne sait pas si la photo est récente. C'est tout ce que l'on saura sur Yôko dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 161 : Choix et tentation".
    • Statut au volume 18 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 22 : Supposé vivante.

     

    Masahiko

    Volume 15

    Masahiko est le fils de Yôko et du chef Ôme. Ce dernier est membre de la force d'autodéfense japonaise, et lors des années 2000, il doit partir en mission à bord du croiseur Mirai, afin d'aller à Pearl Harbor pour y effectuer des manoeuvres en compagnie de l'armée américaine. On ne connaît pas l'âge de Masahiko, mais sur une photo où il apparaît dans les bras de sa mère dans une sorte de parc d'attraction, il ne doit pas avoir plus de quelques mois. Evidemment, on ne sait pas si cette photo est récente ou pas. Nous n'en apprendrons pas plus sur Masahiko dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 161 : Choix et tentation".
    • Statut au volume 18 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 22 : Supposé vivant.

     

    Lieutenant Tachibana

    Volume 15

    Ce lieutenant de la force d'autodéfense japonaise embarque dans les années 2000 à bord du Mirai, un croiseur de type Aegis qui doit faire des manoeuvres avec l'armée américaine à Pearl Harbor. Cependant, durant le voyage, des phénomènes étranges se produisent et le Mirai se retrouve face au Yamato, le cuirassé japonais de la seconde guerre mondiale, et dont le positionnement de la flotte autour de lui rappelle la bataille de Midway. Après avoir échappé à cette flotte, l'équipage du croiseur regarde au loin et avec incrédulité la bataille. Après celle-ci, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, commandant en second du Mirai, sauve un officier de la marine impériale de la noyade, le capitaine Takumi Kusaka. Ce dernier apprend ce qu'il advient du Japon après la guerre mais consent à ne pas intervenir. Malheureusement, lors d'une tentative de ravitaillement, ils sont repérés par un ancien subalterne de Kusaka, le lieutenant Tsuda. Contraint de faire quelque chose, les membres du Mirai décident d'aider à l'évacuation de Guadalcanal, qui doit bientôt être attaqué. Mais Kusaka déclare que futur changera irrémédiablement et pour pousser le croiseur à aider le Japon à ne pas perdre la guerre, il utilise alors la flotte combinée pour forcer le Mirai à montrer sa puissance. Suite à cela, le capitaine Saburô Umezu, le commandant du croiseur, accepte de rencontrer l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui suggère de retourner à Yokosuka. Umezu accepte, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki force le Mirai à affronter une escadrille américaine, puis à couler un porte-avion. Une fois à Yokosuka, l'équipage rencontre l'ancien premier ministre et amiral de réserve Mitsumasa Yonai, qui leur demande de ne pas intervenir car le Japon doit perdre la guerre pour se ressaisir. Pendant les réparations sur le croiseur, Kadomatsu part à la poursuite de Kusaka, qui tente de modifier l'histoire en Chine. Là-bas, le commandant en second du Mirai ne parvient pas à empêcher la mort de l'empereur Puyi. A son retour à bord du croiseur, celui-ci part pour les îles de Kiska et Attu pour évacuer les troupes sur place. Mais là-bas, ils combattent une flotte américaine, et Umezu est blessé à la tête durent la bataille, ce qui fait qu'il doit être hospitalisé. Kadomatsu prend sa place pendant son absence, et le Mirai se contente de neutraliser des sous-marins américains en évitant au maximum les victimes. A la demande de Yamamoto, le croiseur va aider à l'évacuation de la Nouvelle-Guinée, et grâce aux informations récoltées par l'umitori, le Japon fait une attaque préventive sur les aérodromes américains, détruisant les avions en ne faisant pas trop de victimes. Mais au moment de passer le détroit de Dampier, une escadrille américaine qui a échappé à la destruction apparaît soudainement et prend le Mirai pour cible. Lors du combat, le lieutenant Mamoru Satake se sacrifie avec l'umitori pour sauver le croiseur. Suite à cette tragédie, la différence de point de vue entre Kadomatsu, qui veut continuer à éviter un maximum de morts, et le capitaine Masayuki Kikuchi, le chef canonnier, qui préfère prendre une part plus active à la guerre en se mettant sous le contrôle de la marine impériale, s'intensifie. A un tel point qu'un jour, une conversation privée entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire. Kikuchi annonce qu'il prend le contrôle du Mirai, et Tachibana, sui se range plutôt du côté de Kadomatsu, décide d'aller voir dans la cabine de ce dernier. Mais soudain, il est menacé d'une arme par le lieutenant Yonekura et par Noguchi. Tranquillement, Tachibana demande à Noguchi s'il déteste Kadomatsu. Noguchi répond que non, et Tachibana explique qu'il est prêt à mourir pour le commandant en second, tout en s'avançant vers Noguchi. Celui-ci panique, et Tachibana en profite pour essayer de se saisir de son arme. Une empoignade débute, et Yonekura ne parvient pas à tirer. Finalement un coup part tout seul, et Noguchi s'écroule, touché à l'estomac. Tachibana et Yonekura se menacent mutuellement, jusqu'à l'arrivée de Kadomatsu, qui commence par transporter Noguchi pour qu'il soit conduit à l'infirmerie, avant de demande à Tachibana, qui refuse cette rébellion, de lui donner l'arme. Tachibana s'exécute, puis Kadomatsu annonce qu'il va quitter temporairement le croiseur pour éviter un bain de sang. Ceux qui veulent l'accompagner, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, peuvent le faire, et Tachibana fait partie de ceux-ci. Mais au moment de descendre à terre, Tachibana tremble et hésite. Kadomatsu lui conseille de rester à bord, et Tachibana s'excuse tout en pleurant. C'est alors que le reste de l'équipage monte sur le pont et salue ceux qui partent...

    Volume 17

    Une fois le capitaine Kadomatsu et ses hommes partis, le capitaine Kikuchi révèle au reste de l'équipage du Mirai que le plan des capitaines Kusaka et Taki est d'attaquer les bases de Ceylan, de Bombay, de Chittagong et de Dacca, dans l'océan indien, avec une flotte suffisamment conséquente. Le but est de pousser les mouvements indépendantistes en Inde à bouger et à se mettre à lutter contre le régime britannique. Cela poussera alors Churchill à demander l'aide des Etats-Unis qui devront dès lors précipiter leur offensive dans les Mariannes avant qu'ils ne soient totalement prêts. Malheureusement, lors d'une réunion de l'état-major de la marine impériale, Kusaka et Taki n'obtiennent que des portes-avions de seconde zone et doivent s'en contenter. Durant le trajet vers Ceylan, le chef canonnier ordonne qu'un appareil de reconnaissance britannique soit abattu, mettant la priorité sur l'opération, et plus sur le sauvetage des vies. Ensuite, l'assaut est donné sur la base de Ceylan par les appareils japonais, tandis que le Mirai brouille les communications pour obtenir un meilleur effet de surprise. L'attaque est un succès, et le croiseur sauve même un avion japonais poursuivi par un appareil britannique qui avait réussi à décoller. Ensuite, la flotte se sépare en 2 parties, la première, avec Kusaka, se dirige vers Bombay, tandis que la seconde, avec Taki et accompagnée du Mirai, prend la direction de Chittagong et Dacca. A bord du croiseur, la rumeur se répand que 2 hommes du navire vont être dépêchés sur le porte-avion Ryûjô afin de maintenir une communication avec le Mirai malgré la mise en marche du brouillage ECM. Du coup, Tachibana se porte volontaire auprès du capitaine Oguri. Kikuchi convoque donc Tachibana et le premier maître Okishima, auquel le chef navigateur a pensé. Le chef canonnier explique l'importance de leur mission, puis demande à Tachibana la raison de son choix. Celui-ci répond qu'il se demande pourquoi il n'a pas quitté le navire avec le capitaine Kadomatsu et pense que son corps l'a trahi. Il a eu peur des hommes qui ont accepté la guerre et la mort, et a trahi le commandant en second du croiseur. Il s'est toujours senti incapable de faire quoi que ce soit sur le Mirai, n'ayant nulle part où aller pour échapper à cette souffrance. Il s'est donc dit que cette mission était une chance de vaincre cette peur. Kikuchi lui dit alors qu'il ne doit pas s'habituer à la guerre et la mort, mais qu'il préfère qu'il trouve la force de vaincre sa peur. Le 24 juillet à bord du porte-avion, Tachibana et Okishima s'apprêtent à faire un test, et malgré un bruit indésirable provoqué par Tachibana, tout fonctionne. Tachibana annonce que l'opération du lendemain dans le golfe du Bengale peut avoir lieu comme prévu. Le soir venu, dans leur cabine, Tachibana regarde la carte, et Okishima se demande s'ils auront besoin des masques à gaz. Tachibana en doute tant que l'Aegis du Mirai fonctionnera. Taki entre dans la cabine, et Tachibana le remercie pour le traitement qu'ils ont reçu. Il ajoute qu'il mentirait en disant qu'ils ne sont pas anxieux car ils ont beau être sur un grand navire, celui-ci a coulé dans leur histoire lors de la deuxième bataille des îles Salomon, le 23 août 1942. Il a pourtant du mal à imaginer un si grand navire couler. Taki lui explique que l'Akagi, qui fait 4 fois le Ryûjô, a coulé à Midway avec 263 marins. Il a l'impression que ceux du Mirai ont toujours l'impression qu'ils vont survivre alors que ceux de cette époque pensent qu'ils seront les prochains sur la liste. Il se demande si dans le futur, il existe des batailles où les 2 camps s'en sortent indemnes, ce qui fait réfléchir Tachibana et Okishima. Le lendemain matin, les 2 membres du croiseur vont saluer les appareils qui décollent sur le pont. Peu après, dans la salle des communications, Tachibana reçoit un message du Mirai, qui leur signale qu'une escadrille anglo-indienne décolle de leurs cibles, ce qui risque de causer de lourdes pertes parmi la première vague offensive. Un officier dit à Taki qu'ils doivent rappeler leurs hommes, et Tachibana signale que le croiseur doit d'abord désactiver l'ECM. Mais Taki ne le veut pas pour ne pas risquer de donner leur position à leur ennemi. Il ordonne plutôt que la seconde vague décolle plus rapidement que prévu pour partir en renfort. Tachibana ne sait rien répondre et c'est sa dernière apparition dans ce tome.

    Volume 18

    Quelques temps après le début de la première offensive, le Mirai appelle le Ryûjô pour dire que tous les appareils de la première vague ont été abattus et que 38 appareils de l'armée anglo-indienne se dirigent maintenant vers le lieu où se trouve la flotte japonaise. Tachibana est effrayé par cette information, mais le capitaine Kikuchi prévient que le croiseur va se charger de cette contre-offensive, demandant l'annulation du décollage de la seconde vague. Tachibana dit au capitaine Taki que Kikuchi a raison, mais Taki lui dit de répondre au Mirai de ne faire aucun mouvement. Il ordonne alors à tout le monde de se préparer à un combat antiaérien. En voyant les appareils décoller sur les radars du croiseur, le chef canonnier appelle Tachibana pour obtenir des explications. Taki prend alors le micro et explique qu'il n'aime pas mettre en danger ses hommes et ses navires, mais qu'un navire en particulier ne doit absolument pas être coulé, c'est le Mirai. Il raconte qu'il a assisté au décès de l'amiral Yamamoto mais que depuis, il s'est ouvert à la possibilité de réécrire le futur, dépassant ainsi son statut de militaire. La seconde escadrille décolle donc pour affronter les appareils anglo-indiens mais ils ne font pas le poids et les appareils anglo-indiens restants foncent vers la flotte japonaise. Tachibana est nerveux, et Okishima, qui met son casque, se demande si ça va aller. Tachibana lui répond qu'il va voir la situation sur le pont. Sur le chemin, il se fait engueuler par un soldat car il ne ferme pas la porte d'étanchéité derrière lui. L'homme lui donne même une gifle pour avoir mis en danger la vie des 924 marins du porte-avion. Ensuite, des pilotes passent devant lui, et une photo tombe au sol. Tachibana interpelle donc son propriétaire, pour qui la photo est une sorte de talisman, et qu'il a oublié de donner au capitaine Akiyama, qui est son vrai propriétaire. L'homme remercie Tachibana, qui le salue puis retourne à la salle des communications. Là, Okishima lui dit qu'il a un message du Mirai. Kikuchi va envoyer le SH60J pour venir les récupérer, alors que Taki dirige la flotte vers un squall pour éviter l'attaque ennemie, utilisant le Ryûjô comme appât pour permettre la fuite des bateaux plus lents. Mais Taki est juste derrière et reprend le micro. Il trouve cette manoeuvre très dangereuse et propose plutôt de faire décoller un appareil pour emmener Okishima et Tachibana à Rangoon. Le croiseur accepte, mais Tachibana explique alors que pour faire décoller l'appareil, le porte-avion doit changer de direction. Quant à la récupération par hélicoptère, il faudrait que le Ryûjô s'arrête. Le chef canonnier lui répond alors qu'il est normal que leur sécurité soit assurée, qu'il s'est laissé absorber par l'atmosphère d'un navire de la marine impériale et que lier leur destin à celui de ce navire ne fait pas partie de leur mission. Mais Tachibana rétorque que c'est parce qu'il a été absorbé depuis longtemps qu'il est sur ce porte-avion, et que tous les membres du Mirai sont maintenant absorbés par la guerre du Pacifique. Et il refuse catégoriquement de mettre en danger les 924 marins du Ryûjô pour sauver 2 vies. Lui et Okishima rentreront quand l'opération sera terminée. Il coupe ensuite la communication. Taki, avant de repartir, dit que leur sort est maintenant lié à l'équipage du Ryûjô. La bataille commence, et Tachibana a même du mal à entendre sa propre voix. Ils sentent que le navire change plusieurs fois de direction pour éviter les torpilles, et Okishima part s'informer pour savori quand ils vont rentrer dans le squall. Tachibana lui dit d'être prudent. Plus tard, Tachibana entend du bruit et va voir dans le couloir. Celui-ci est envahi par les flammes et tachibana ne peut plus sortir. Via les communications internes, Okishima lui explique que le porte-avion est touché à de nombreux endroits et soudain, par un choc, une poutrelle pénètre dans sa salle des communications et blesse Tachibana à la jambe, le coinçant dans un coin de la salle. L'évacuation générale est annoncée mais Tachibana dit à Taki qu'il est inutile de lui envoyer du secours, notamment avec sa jambe cassée. Il dit à Okishima de partir sans l'attendre. Reprenant ensuite la radio, il explique la situation au croiseur, et Oguri lui demande de partir. Pourtant, Tachibana continue et dit qu'il cherchait une réponse à la question "qu'est-ce que la guerre ?", pensant trouver une réponse à bord du Ryûjô. Pourtant, il n'a toujours pas de réponse et sait qu'il va manquer de temps pour en trouver une. L'eau envahit la salle des communications, et il continue en disant que tous les membres du Mirai cherchent une réponse. Il n'a pas le temps de terminer sa phrase que l'eau le submerge, coupant la communication. Tachibana finit décéder par noyade.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 164 : La nuit la plus longue du Mirai".
    • Statut au volume 18 : Décédé par noyade dans le naufrage du porte-avion Ryûjô.
    • Statut au volume 22 : Décédé par noyade dans le naufrage du porte-avion Ryûjô.

    Lieutenant Shinohara

    Volume 15

    Il s'agit d'un membre de la force d'autodéfense japonaise qui fait aussi partie de l'équipage du Mirai, un croiseur des années 2000 qui doit partir en mission à Pearl Harbor pour y faire des manoeuvres avec l'armée américaine. Cependant, lors du trajet, des événements inexpliqués se produisent et d'un coup, le navire se trouve face à une flotte dirigée par un navire qui ressemble fort au Yamato, le cuirassé de la marine impériale de la seconde guerre mondiale. De plus, la disposition des navires fait penser à la bataille de Midway, en juin 1942. Après avoir échappé à cette flotte, les membres du Mirai assistent incrédules à la bataille qui se déroule au loin, puis le commandant en second du navire, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, sauve de la noyade un officier de la marine impériale, le capitaine Takumi Kusaka. Celui-ci accepte de les aider à se ravitailler, mais durant le processus, ils sont repérés par un ancien subalterne de Kusaka, le lieutenant Tsuda. Obligés de faire quelque chose, les membres du croiseur acceptent donc d'aider à évacuer Guadalcanal qui doit être attaqué par les américains. Malheureusement, Kusaka, qui avait pourtant promis de ne pas chercher à modifier l'histoire, envoie la flotte combinée attaquer les américains, ce qui pousse le Mirai à montrer sa puissance. Après des négociations, le commandant du croiseur, le capitaine Saburô Umezu, accepte de rencontrer l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui propose de retourner à Yokosuka. Umezu est d'accord, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki de la marine impériale force le Mirai à affronter une escadrille américaine, et à couler aussi un porte-avions. Ensuite, alors que le croiseur subit des réparations, Kadomatsu part à la poursuite de Kusaka, qui est allé en Chine. Il ne parvient malheureusement pas à l'empêcher de tuer l'empereur Puyi, et au retour du commandant en second, le croiseur part pour les îles d'Attu et de Kiska, dans les Aléoutiennes, pour y évacuer les troupes japonaises sur place. Là-bas, le Mirai doit affronter une flotte américaine. Durant la bataille, Umezu est fortement blessé à la tête et doit être hospitalisé. C'est donc Kadomatsu qui assure la relève temporairement. Le Mirai se met à neutraliser les sous-marins américains en minimisant au maximum les pertes humaines. Puis, pour l'évacuation des troupes de Nouvelle-Guinée, les informations récoltées par l'hélicoptère du lieutenant Mamoru Satake permettent à l'armée impériale de lancer une attaque préventive sur les aéroport américains de Nouvelle-Guinée, détruisant les appareils en ne faisant pas trop de victimes. Mais quand les navires arrivent dans le détroit de Dampier, une escadrille américaine ayant échappé à la destruction apparaît et vise spécifiquement le croiseur. Lors du combat, le lieutenant Satake se sacrifie avec l'umitori, ce qui a pour conséquence d'attiser les tensions entre Kadomatsu et le capitaine Masayuki Kikuchi, le chef canonnier. En effet, alors que le premier ne veut pas chercher une issue plus avantageuse pour le Japon en limitant au maximum les morts de chaque côté, le second veut plus s'impliquer dans la guerre, quitte à changer le cours de l'histoire en se mettant sous les ordres de la marine impériale. Et c'est alors qu'un jour, une conversation entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire. C'est à ce moment que Kikuchi annonce qu'il prend le contrôle du navire, ceux qui le suivent sortant des armes face à ceux qui soutiennent le commandant en second. Lors de cette mutinerie, l'un des hommes est blessé par balle, et pour éviter un bain de sang, Kadomatsu déclare qu'il va quitter temporairement le navire. Ceux qui le veulent, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, peuvent le suivre. Le lieutenant Shinohara fait partie de ceux-ci, tout comme le lieutenant Shibata, le chef Asô et le maître Yanagi. lors qu'ils descendent du Mirai, le reste du navire arrive sur le pont, et au signal d'Oguri, ils saluent ceux qui s'en vont...

    Volume 16

    Alors qu'ils s'en vont, le capitaine Kadomatsu et ses hommes croisent le capitaine Kusaka, qui se rend sur le Mirai. Mais le commandant en second du croiseur, après avoir dit à Kusaka qu'il s'est bien foutu de lui, préfère continuer son chemin, et lui et ses hommes embarquent dans un camion. Dans les jours qui suivent, ils se rendent à l'hôpital militaire de Yokosuka, pour rendre visite au capitaine Umezu. Puis, le 5 juin 1943, ils vont aux funérailles de l'amiral Yamamoto, à Tokyo, où Kadomatsu prend contact avec l'amiral Yonai pour s'entretenir avec lui dans sa maison. Pendant ce temps, Shibata reste à Yokosuka, tandis que Shinohara, Asô et Yanagi attendent le capitaine dans un café. Shinohara évoque la mine triste qu'avaient ceux qui assistaient aux funérailles. Yanagi a entendu qu'un temple Yamamoto devrait être construit, mais pour Shinohara, les dirigeants tentent de redonner l'espoir en liant religion et armée. Mais Yonai aurait refusé en disant que Yamamoto aurait détesté. Pour Shinohara, il faut être fou pour défier un militaire. Pour lui, civils et militaires perdent la raison, et ils annoncent des victoires tous les jours alors que même un enfant devinerait les mensonges. Asô demande à Shinohara de parler plus bas, et Yanagi se rappelle que le père du lieutenant était dans la force de défense terrestre. Shinohara acquiesce, et dit qu'il a été brimé et qu'il a failli craquer plusieurs fois. L'argent et la gloire ne l'intéressent pas, mais plutôt protéger les gens, ce qui lui a permis de tenir. Cependant, les militaires de cette époque n'ont pas ce genre de convictions. Comme cela fait 3 heures que Kadomatsu est chez Yonai et qu'il tarde, Shinohara suggère aux 2 autres de rentrer à Yokosuka, car il n'est pas prudent de rester longtemps ensemble dans un même endroit. Ils se promettent tous d'être prudents, puis Asô et Yanagi partent. Un homme, entré dans le café alors que Asô et Yanagi partaient, demande à Shinohara s'il a assisté aux funérailles. Il aimait les 2 armées réunies alors que le commandement vacillait. grâce à la mort de l'amiral, l'armée va pouvoir être remodelée. Pour lui, leur nation est immortelle et leur armée la plus puissante. Mais Shinohara répond qu'une confiance sans fondement ne vaut pas mieux qu'une illusion. L'homme s'assied alors à côté de lui et déclare qu'il pense comme lui. Il faisait autrefois de l'import-export à Hawaï et en Angleterre, et il a constaté que la puissance industrielle de ces pays est au-dessus de celle du Japon. S'ils continuent ainsi, ils risquent de perdre la guerre. De plus, ils n'ont pas pu empêcher l'extension du front sur le grand continent, mais ils ne peuvent pas abandonner. Shinohara lui dit alors que certaines personnes ont approcher la cour pour essayer de convaincre l'empereur de stopper le conflit. Kadomatsu arrive alors dans le café, et le lieutenant s'apprête à partir avec lui. Mais des hommes entrent et leur bloque la route. L'homme qui parlait avec Shinohara se révèle alors être de la police spéciale, et annonce qu'ils vont continuer la discussion au poste. Menottés, ils sont emmenés au commissariat de Kôjimachi, où ils sont torturés par des coups de sabre en bambou dans une salle d'interrogatoire. Mais Shinohara, qui se sent coupable d'avoir trop parlé, ne veut pas révéler le plan d'interruption de la guerre. Il dit à ses bourreaux qu'ils devraient avoir honte et que ce n'est pas en étouffant le peuple qu'ils gagneront la guerre. Mais pour ces hommes, arrêter les opposants fait partie de la protection du pays. Le lieutenant est ensuite ramené en cellule, où le capitaine lui demande de tenir le coup car Yonai est surveillé par Tôjô. Shinohara lui répond de ne pas s'en faire. C'est alors au tour de Kadomatsu d'être torturé, puis encore une fois à Shinohara. Malheureusement, celui-ci est touché au poumon ou à la plèvre et commence à s'étouffer. Affolé, et comme les policiers refusent d'amener un médecin, le capitaine leur dit de faire venir Yonai, qui pourra leur dire qui ils sont. Il demande au lieutenant de tenir le coup, mais celui-ci ne survit pas jusqu'à l'arrivée de l'amiral. Il rend son dernier souffle dans les bras de Kadomatsu.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 166 : Un nouveau champ de bataille".
    • Statut au volume 18 : Décédé après avoir succombé aux tortures infligées par la police spéciale du bureau de Kôjimachi.
    • Statut au volume 22 : Décédé après avoir succombé aux tortures infligées par la police spéciale du bureau de Kôjimachi.

    Lieutenant Shibata

    Volume 15

    Le lieutenant Shibata est un membre de la force d'autodéfense japonaise et il fait partie de l'équipage du Mirai, un croiseur de haute technologie des années 2000. Celui-ci, ainsi que d'autres navires japonais, sont envoyés à Pearl Harbor pour y faire des opérations avec l'armée américaine. Cependant, durant le trajet, des événements étranges se produisent, et le Mirai se retrouve transporté dans le temps, juste avant la bataille de Midway, en plein guerre du Pacifique. Après cette bataille, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, commandant en second du navire, sauve de la noyade un capitaine de la marine impériale japonaise, le capitaine Takumi Kusaka. Celui-ci découvre le futur du Japon mais accepte de ne pas intervenir. L'équipage du croiseur ne veut pas interférer dans la guerre, mais la marine impériale retrouve la trace du Mirai, qui avait été vu avant Midway. Obligé de se positionner, les membres du croiseur accepte de tenter un maximum de monde à Guadalcanal. Mais Kusaka a d'autres projets et veut éviter au Japon une capitulation sans conditions. Pour cela, il a besoin de la puissance du Mirai, mais son équipage refuse. Le capitaine Saburô Umezu, la commandant du croiseur, rencontre alors l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui propose de retourner à Yokosuka. Umezu accepte, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki de la marine impériale, force le Mirai à affronter une escadrille américaine, et à couler un porte-avion. Une fois à Yokosuka, l'équipage du Mirai rencontre l'amiral et ancien premier ministre Mistumasa Yonai, qui leur demande de ne pas intervenir et de laisser le Japon perdre la guerre. Kadomatsu ensuite part à la poursuite de Kusaka en Chine, pour l'empêcher de chambouler le cours de l'histoire, mais malheureusement, l'empereur Puyi est tué. A son retour, le croiseur part pour les îles de Kiska et Attu, dans les Aléoutiennes, où ses membres doivent affronter une flotte américaine. Durant la bataille, Umezu est blessé et doit être hospitalisé. Avec son absence, c'est Kadomatsu qui prend le relais. Le croiseur neutralise les sous-marins américains, tout en évitant au maximum les victimes. Yamamoto leur demande alors de les aider à retirer les troupes de Nouvelle-Guinée. Grâce aux informations récoltées par le Mirai, les japonais bombardent préventivement un aéroport américain pour pouvoir faire son retrait en toute sécurité. Or, une importante escadrille est parvenue à échapper à la destruction, et près du détroit de Dampier, celle-ci vise expressément le croiseur. Dans l'affrontement, le lieutenant Mamoru Satake décède et son umitori est détruit. Avec ce décès, des tensions commencent à apparaître entre Kadomatsu, qui veut continuer à préserver un maximum de vies et ne veut pas favoriser le Japon contre les américains, et le capitaine Masayuki Kikuchi, chef canonnier du Mirai, qui se laisse tenter par une intervention plus importante en collaborant avec la marine impériale. Mais un jour, une conversation privée entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire, et Kikuchi décide de prendre le commandement du Mirai par la force. La mutinerie d'une partie de l'équipage se solde par la blessure par balle à l'estomac de Noguchi, qui soutient le chef canonnier, quand le lieutenant Tachibana a essayé de lui reprendre son arme. Suite à cela, Kadomatsu choisit de quitter quelques temps le navire pour éviter un bain de sang. Ceux qui le veulent peuvent l'accompagner, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, qui doit rester pour continuer à occuper son poste et ses fonctions. Le lieutenant Shibata fait partie de ceux qui décident d'accompagner Kadomatsu, tout comme le lieutenant Shinohara, le chef Asô, le premier maître Yanagi et le lieutenant Tachibana. Mais au moment du départ, ce dernier prend peur, et Kadomatsu lui suggère de rester à bord. Tachibana lui demande pardon en pleurant, puis le reste de l'équipage arrive sur le pont, et aux ordres d'Oguri, ils saluent ceux qui partent...

    Volume 16

    En quittant le Mirai, Kadomatsu et ses hommes croisent Kusaka qui se rend sur le croiseur. Kadomatsu lui dit qu'il s'est bien foutu de lui mais préfère continuer son chemin et ordonne à ses hommes de monter dans le camion qui va les emmener. Par la suite, ils dorment dans des baraquements avant d'aller à l'hôpital militaire de Yokosuka pour rendre visite au capitaine Umezu. Ensuite, le 5 juin 1943, Kadomatsu, Asô, Shinohara et Yangi se rendent aux funérailles de l'amiral Yamamoto, tandis que Shibata les attend au quartier général de la marine. Le commandant en second du Mirai veut en profiter pour entrer en contact avec Yonai et lui faire part de la situation. Mais le soir venu, seuls Asô et Yanagi sont revenus à la base de la marine. Alors qu'il est déjà 00h40, et que le dernier train est passé depuis longtemps, tous les 3 se disent qu'il est soit arrivé quelque chose à Kadomatsu et Shinohara, soit les discussions avec Yonai se sont éternisées et qu'ils soient restés sur place. Mais Shibata rappelle qu'ils n'ont reçu aucun message. Asô décide d'alerter la marine dès le lendemain, ils font part de leurs inquiétudes à l'amiral Soemu Toyoda et lui demandent que la police locale soit informée afin d'entamer des recherches. Toyoda répond que Yonai l'a déjà appelé via un intermédiaire, car il est surveillé par la police militaire. Kadomatsu et Shinohara sont retenus par la police spéciale de Kôjimachi mais quelqu'un a été envoyé par les sortir de là. Toyoda ajoute que les parasites doivent éviter de créer des problèmes. Finalement, le commandant en second du croiseur est libéré, mais malheureusement, Shinohara a déjà succombé aux blessures causées par les tortures de la police spéciale. Une fois de nouveau ensembles, les 4 hommes se rendent dans la baie de Yokosuka avec les cendres de Shinohara, la mer étant le seul endroit où il pourra reposer en paix. Quand Asô disperse les cendres, Kadomatsu, Shibata et Yanagi saluent le défunt. Kadomatsu se dit qu'il retournera lui aussi un jour à la mer, mais que pour l'instant, afin d'arrêter ce pays et Kusaka, ils doivent d'abord récupérer le Mirai. Shibata n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 166 : Un nouveau champ de bataille".
    • Statut au volume 18 : Supposé vivant.

    Volume 19

    Le capitaine Kadomatsu et ses hommes ont quitté Yokosuka, et prennent un bateau. A bord, ils apprennent par les journaux que l'armée impériale a mené une opération dans l'océan indien, notamment à Bombay. Yanagi se dit que l'armée impériale est quand même très forte, surtout que cette opération n'existe pas dans leur histoire. Mais le chef Asô répond que cela a pu se faire grâce au Mirai. Le commandant en second du croiseur décide alors d'aller prendre l'air. Dans un flashback, on voit Kadomatsu et ses hommes chez l'amiral Yonai. Celui-ci explique qu'avec cette offensive dans l'océan indien, le premier ministre Tôjô est entré dans les grâces de l'empereur. Le marquis Kido, qui essaie de mettre en place un accord de paix, n'est donc plus écouté par l'empereur. Le commandant en second du croiseur explique que l'Italie va pourtant bientôt annoncer sa reddition sans conditions, en septembre, mais Yonai lui répond que personne ne comptait sur l'Italie. Pour l'amiral, la réduction du front est une bonne chose, mais la victoire en mer d'Oman arrive au mauvais moment et une pacification précoce n'est plus à l'ordre du jour. Kadomatsu demande si Yonai a des nouvelles du capitaine Umezu, qui est parti à Nankin pour essayer de retrouver l'uranium apporté d'Europe par le capitaine Kusaka et empêcher la construction d'une bombe atomique. Malheureusement, l'amiral n'a pas eu de contacts. Il ajoute que Kusaka et Taki ont commencé à avoir plus d'influence au sein de la flotte combinée, mais que personne n'a parlé d'uranium, ce qui veut dire que Kusaka et Taki le cachent à tout le monde. Kadomatsu en déduit que personne ne pourra ainsi empêcher Kusaka d'en faire usage. Yonai admet que sa route est barrée et que c'est donc à Kadomatsu et ses hommes d'agir. Il a confié les préparatifs au lieutenant Shigeyoshi Inoue, et il prévient le commandant en second du Mirai qu'il faudra peut-être couler le croiseur. Il se demande donc si Kadomatsu en est capable. Celui-ci répond qu'ils sont responsables des changements survenus dans l'histoire. De retour dans le présent, Kadomatsu et ses hommes arrivent à Tsuhima et achètent une petite embarcation à un pêcheur local. A 22h30, ils arrivent à un point de rendez-vous, et Shibata utilise sa lampe torche pour envoyer un signal. En écoutant le fond de la barque, Yanagi entend un bruit d'évacuation d'eau, ce qui signifie qu'un sous-marin fait surface. Celui-ci se montre devant eux et ils montent rapidement à bord. Ils font la connaissance du commandant Hotta, et lui annoncent qu'il doit les emmener jusqu'à Palau, sans être vu par le reste de la marine impériale. Au nord-est au large d'Okinawa, le sous-marin Igô plonge, et Shibata trouve que c'est déjà bien. Il savait que ce serait un vieux modèle mais c'est pire que ce qu'il pensait. Yanagi explique qu'à cause de problèmes mécaniques récurrents, ce type d'Igô a été radié pour être classé comme navire abandonné. Shibata sait que dans leur histoire, il a été démonté au chantier de Harima, donc il n'a pas été coulé. Mais selon Yanagi, il n'a pas non plus de grands faits d'armes. Pour Asô, peu importe, il n'y a qu'en mer qu'il se sent bien. Une nuit, alors que cela fait 2 heures qu'ils sont en plongée, Shibata constate qu'ils n'ont toujours pas refait surface pour prendre l'air, car il fait très chaud à l'intérieur du sous-marin. Pour Yanagi, l'air conditionné lui manque. Soudain, ils se mettent à plonger plus profondément. Yanagi craint des navires américains, mais Asô rappelle que même si ce sont des navires japonais, cela se saura à l'état-major de la flotte combinée, et ils ne pourront pas rejoindre le Mirai. Peu après le passage du navire, sans encombres, le sous-marin semble faire émersion, ce qui ravit Shibata et Yanagi. C'est la dernière apparition de Shibata dans ce tome.

    Volume 20

    Le trajet en sous-marin continue, le navire pouvant maintenant naviguer durant un temps en surface. Shibata, tout comme Yanagi, peut donc dormir en toute tranquillité. Ensuite, l'Igô parvient dans les Philippines, près de l'île de Luçon. Lors d'une réunion avec Kadomatsu et ses hommes, dont Shibata, le commandant Hotta voyait 2 possibilités pour parvenir à Palau. Soit passer par l'est du canal de Bashi et atteindre Palau directement, mais qui est une zone trop facile, où ils ne peuvent se cacher nulle part et où se trouvent les patrouilleurs. Soit comme il le suggère passer par l'ouest des Philippines pour passer entre Luçon et Mindoro par atteindre la mer de Sibuyan. Ils devront donc passer entre de nombreuses petites îles, ce qui est un passage compliqué pour les sous-marins car ce sont des eaux peu profondes, parsemées de récifs et avec un fort courant. Par contre, ils ne peuvent pas trouver mieux pour ne pas être repérés. Le commandant en second du Mirai partage l'avis du commandant Hotta et ils prennent donc ce chemin dangereux. On ne voit plus Shibata par la suite dans ce tome.

    Volume 21

    Le sous-marin parvient en mer de Sibuyan, mais c'est à ce moment que l'équipage repère la présence d'un destroyer de la marine impériale, le Shimakaze. Celui-ci a repéré la présence du sous-marin, et pour le faire sortir de son trou, il largue des mines. Pour éviter que celles-ci n'abîme trop ses tympans, Shibata se bouche les oreilles. Hotta décide de plonger jusqu'à 120 mètres, mais cela ne suffit pas à ce que le destroyer lâche sa proie. Hotta choisit donc de profiter du bruit des explosions pour lancer les moteurs et fuir un peu plus loin. Pourtant, le Shimakaze n'abandonne toujours pas. Le sous-marin va donc foncer vers le destroyer pour tenter de lui passer en-dessous. Shibata reste avec Yanagi dans la cabine, et tous les 2 écoutent avec attention ce qu'il se passe. Soudain, Hotta fait émerger le sous-marin. Pour éviter la collision, le Shimakaze vire de bord, et comme il l'avait prévu, Hotta touche le gouvernail du destroyer. Juste après, il plonge à nouveau et évite les tirs de canon du Shimakaze, qui ne veut pas abandonner. L'Igô parvient enfin à s'enfuir, et quelques temps plus tard, il refait surface pour constater les dégâts et respirer de l'air frais. Shibata constate qu'ils vont contre le courant marin des Philippines, et que c'est pour cela qu'ils n'avancent pas. Il se dit aussi qu'ils peuvent remercier le ciel de pouvoir encore voir les étoiles. Il avait aussi oublié combien l'air frais est bon. Mais Yanagi déclare qu'il n'en peut plus et qu'il veut retourner sur le Mirai. Shibata lui répond que même s'ils le retrouvent, il n'est pas dit qu'on les laissera monter à bord. Asô dit alors qu'il y a quelques heures, leur question était de savoir s'ils allaient survivre. Et maintenant, ils peuvent penser à autre chose et apprécier le fait d'être vivants. Shibata approuve, et Asô ajoute qu'avoir quelque part où rentrer, ce n'est pas si mal. Shibata est d'accord mais se demande où ils pourront rentrer une fois qu'ils seront sur le croiseur. Plus tard, alors qu'ils arrivent à Palau, Kadomatsu et Asô ont une réunion avec Hotta, tandis que Yanagi et Shibata attendent dans la cabine. Ce dernier dit espérer qu'on ne les prendra pas encore une fois pour un sous-marin américain. Yanagi le rassure en disant que le Mirai a de meilleures oreilles que le Shimakaze. Pourtant, c'est maintenant que ça va se compliquer car ils ne sont pas sûrs de pouvoir monter à bord du croiseur, surout si le clan de Kikuchi s'est renforcé. Ils se demandent donc tous les 2 ce que compte faire Kadomatsu si on leur refuse de monter à bord du Mirai. Quand ils arrivent sur place, le croiseur est apparemment en train de lever l'ancre. Ils savent que si le Mirai prend la mer, il sera impossible de le suivre avec le sous-marin. Kadomatsu a alors l'idée de faire surface avec le sous-marin et d'envoyer un message par signaux lumineux pour demander de pouvoir monter à bord du croiseur. Mais Kikuchi envoie un message de réponse disant qu'étant en route pour une mission importante, ils sont dans l'obligation de refuser. Mais le commandant en second du Mirai ne se démonte pas et demande au commandant Hotta de mettre un canot à la mer, même si celle-ci est agitée. A l'extérieur, il remercie Hotta, puis monte à bord du canot avec ses hommes, dont Shibata. Le sous-marin replonge et quitte la zone, tandis que le canot est éclairé par le croiseur. Tous les 4 attendent alors la réaction de Kikuchi...

    Volume 22

    Finalement, Kikuchi envoie le SH60J pour récupérer Kadomatsu et ses hommes. Une fois à bord du Mirai, ils reçoivent des vêtements de rechange et sont accueillis par le lieutenant Kirino, qui leur signale qu'ils sont considérés comme des naufragés et que de ce fait, leurs déplacements seront limités à bord. De plus, leurs armes leur ont été confisquées. Le commandant en second du croiseur comprend surtout qu'ils sont aux arrêts, et Kirino lui répond que ce sont les ordres du chef canonnier. Shibata réagit ensuite pour dire qu'il ne pensait pas trouver Kirino là, ajoutant qu'il a pris du grade. Il engueule ensuite Kirino en disant que le commandant de bord est censé venir les accueillir, alors que Kikuchi n'est pas là. Kadomatsu retient alors Shibata, et Kirino répond que le navire est en alerte opérationnelle. Le commandant en second du Mirai comprend que Kikuchi est sur le pont et dit qu'il doit attendre qu'on vienne le saluer. Sans plus écouter Kirino, Kadomatsu se rend vers le pont. Il lui dit que pour le moment, il se tiendra en tant qu'observateur. Le croiseur continue alors sa route vers l'île de Betio, dans l'atoll de Tarawa, où il doit poser des systèmes de surveillance. En effet, Les japonais vont quitter cette île en laissant des leurres, et il veulent voir si l'armée américaine va bien dépenser beaucoup de munitions et de carburant sur une île déserte. Durant le trajet, le 10 septembre, la radio officielle japonaise annonce que, comme dans leur histoire, l'Italie fasciste s'est rendue sans condition 2 jours plus tôt. Dans la salle des officiers, Shibata écoute attentivement cette nouvelle. Plus tard, dans la cabine du capitaine Kadomatsu, se tient une petite réunion avec le commandant en second, Shibata, Asô, Yanagi et Sakurai. Celui-ci dit que le chef canonnier va descendre à terre à Betio, et que beaucoup se demandent ce qu'il feront si Kadomatsu tente de reprendre le contrôle du navire en l'absence de Kikuchi. En effet, la mentalité de l'équipage a changé suite à l'opération dans l'océan indien. Mais Kadomatsu refuse car il ne veut pas agir aussi lâchement. Sakurai se dit qu'ils doivent pourtant faire quelque chose. Le commandant en second fait confiance au lieutenant Kawashibara qui s'occupera des affaires du navire, et a d'autres choses à faire. Cette attitude surprend Shibata, mais celui-ci ne dit rien. Shibata n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 22 : Vivant.

    Subhash Chandra Bose (PH)

    Volume 16

    Surnommé Netaji, cet homme est un indépendantiste indien qui, contrairement à Ghandi, prône la résistance armée face au gouvernement britannique. En effet, il pense que les principes de non-violence ne seront pas suffisant et que cela prendra 150 ans pour obtenir l'indépendance. Pour cela, il est même prêt à s'allier aux ennemis de la Grande-Bretagne. Après avoir échoué avec Staline, il se rend à Berlin pour demander l'aide d'Hitler. Mais là aussi, il essuie un échec. Il quitte donc l'Allemagne nazie le 6 février 1943, et à bord d'un sous-marin allemand de type U-Boot, il prend la route de la pointe de Kibô, puis continue pour parvenir dans l'océan indien. Après avoir parcouru environ 6.000 kilomètres, le sous-marin arrive dans le sud-est de Madagascar, dans une mer assez agitée. Alors que les marins allemands n'arrivent pas à manger à cause du mal de mer, Bose continue à se nourrir. Voyant qu'un allemand lui disant qu'il a l'estomac bien accroché s'est arrêté de manger, il lui demande s'il peut finir sa conserve. Les marins se demandent aussi si les indiens peuvent manger du boeuf. Bose veut répondre en parlant de révolution, et l'allemand le complète en disant que la révolution doit aussi dépasser les principes religieux, ce qu'acquiesce Bose. Pour l'allemand, l'indien n'est qu'un gros mangeur, et Bose rétorque que lorsqu'une nation veut son indépendance, elle doit d'abord prendre des forces. Ils rigolent ensuite, et l'indien a bien compris que l'équipage du sous-marin est tombé sous son charme. Le 28 avril, le sous-marin refait surface dans une zone où l'attend un sous-marin japonais. Après avoir fait des transferts d'armes et de munitions, c'est au tour de Chandra Bose de changer de sous-marin. Il remercie le commandant allemand, à qui il dit aussi que son voyage ne s'arrêtera que lorsque l'Inde aura acquis son indépendance. Il se rend ensuite sur l'autre sous-marin avec un canot, avant que les équipages des 2 sous-marins ne se saluent avant de partir chacun de leur côté. Le 6 mai, Bose est arrivé dans une base japonaise au nord de Sumatra. C'est alors qu'un officier de la marine impériale japonaise demande à le voir. Bose accepte avec une certaine curiosité. L'homme entre et se dit honoré de rencontrer Bose. Il se présente comme étant le capitaine Takumi Kusaka. On ne voit plus Chandra Bose par la suite dans ce tome.

    Volume 17

    Au début du mois de juin 1943, Bose se retrouve à Singapour et proclame la création du gouvernement provisoire de l'Inde libre dont il est le premier ministre et le commandant suprême de l'armée nationale. Dans son annonce, il dit que les 3 millions d'indiens répartis en Asie appellent à l'indépendance de leur pays. Il promet la libération des 380 millions d'indiens car selon lui, l'idée que l'Angleterre renonce d'elle-même à ses colonies est une pure utopie. A Manille, où a lieu un défilé militaire, le premier ministre japonais Hideki Tôjô apporte son soutien à Bose par sa présence. Par la suite, on apprend que Bose est un ami du commandant Sin, un pilote de la royal indian air force, rattaché à l'armée britannique. Ceux-ci ont souvent joué au tennis ensemble, mais ils ont pris des chemins différents. Puis, avec l'indian national army, Bose se déplace en train depuis Singapour, pour passer par Bangkok, Phitsanulok et Moulmein. Alors qu'il prend la direction de Rangoon, un de ses hommes lui dit qu'il est à la tête d'une armée constituée de prisonniers de guerre indiens, autrefois soldats de l'armée britannique. Celle-ci comptera bientôt 20.000 hommes et foulera le sol de sa patrie. Bose, lui, se souvient de sa rencontre avec Kusaka. Ce dernier a révélé à Bose que dans la seconde moitié du mois de juillet, l'armée japonaise bombardera les bases de Chittagong, Dacca et Calcutta, puis celle de Bombay. Bose a compris qu'il devra prendre la tête de l'armée basée à Singapour pour envahir l'Inde. Le japonais lui a répondu que c'est précisément ce que craint Churchill et que maintenant qu'il a ces informations, Bose ne peut plus reculer. Celui-ci s'est demandé qui a donné ces informations, et le capitaine lui a répondu qu'il n'agit sur les ordres de personne, car personne le lui reconnaît ses droits, tout comme Bose. Ce dernier en a compris qu'ils sont tous les 2 rebelles. Kusaka a approuvé, ajoutant qu'ils devaient agir vite. Il a cependant déclarer qu'ils étaient différents sur un point. Si Bose réussit, il deviendra un héro, tandis que si le monde change comme il le souhaite, le japonais sera pris dans le grand tourbillon de l'histoire et disparaîtra sans laisser de trace. Après s'être remémoré cette rencontre, Bose constate qu'à l'extérieur du train, il se met à pleuvoir. Bose n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 168 : Le vent de l'océan indien".
    • Statut au volume 18 : Supposé vivant.

    Volume 19

    Subhash Chandra Bose parvient à Rangoon avec son armée, tandis que comme prévu, les japonais attaquent les bases anglo-indiennes dans l'océan indien. Bose constate qu'il a réussi à rassembler 30.000 hommes depuis Singapour, même si c'est loin d'être suffisant. Il espère que certains des prisonniers qui sont là à Rangoon vont rejoindre ses rangs. Il se rend pour cela à la prison d'Insen. Le gardien japonais lui dit que nombreux sont ceux qui accepteraient à condition d'être libérés. Mais il y en a d'autres qui s'y opposeraient pour ne pas avoir à s'affronter entre indiens. Bose demande comment réagissent les officiers, et le gardien signale qu'il y a quelques jours, un pilote leur a été remis par la marine. Bose entre dans la cellule en question et reconnaît son ami Nayan Placash Sin qu'il n'a pas vu depuis 10 ans. Bose lui propose de redonner l'indépendance à leur pays et en profiter pour rentrer au Bengale. Mais pour Sin, le gouvernement de l'Inde libre qui a été formé avec le soutien de fascistes ne correspond pas à la liberté, constatant que son ami s'est tourné vers Tôjô après avoir essayé avec Hitler. Selon Sin, même si son ami parvient à chasser les anglais de l'Inde, le peuple ne verra pas en lui un libérateur. Il sait que le Japon n'a pas la puissance pour prendre le contrôle de toute l'Inde et son objectif est juste de créer des dommages chez les alliés. Cependant, il se demande ce que fera son ami si le Japon planifiait de contrôle l'Inde. Bose répond que ce jour-là, ils combattraient le Japon. Hitler lui a dit qu'il faudrait 100 ans pour que l'Inde devienne indépendante, et selon lui, c'est ce qui arrivera si on laisse faire Gandhi. Sin l'interroge pour savoir s'il est prêt à plonger le pays dans une guerre civile pour son but, et il reçoit pour réponse un sourire. Sin dit qu'il ne peut pas trahir ses hommes qui ont combattu dans l'armée anglo-indienne parce qu'ils avaient confiance en lui. Il ne peut pas non plus tuer ses frères. Bose explique qu'en tant que militaire et homme, il a raison, mais que lui aussi a raison car en tant de guerre, il estime qu'il n'y a pas qu'une seule justice. Bose s'en va ensuite et c'est sa dernière apparition dans ce tome.

    • Statut au volume 22 : Supposé vivant.

    Chô

    Volume 16

    Chô est un membre du parti communiste chinois et il semble être un proche de Mao Zedong. En juin 1943, les communistes sont établis à Yan'an, dans la province de Shaanxi, tandis que les japonais et le gouvernement fantoche du Mandchoukouo sont à Nankin, et que les nationalistes de Tchang Kaï-Check occupent le reste du territoire de la Chine. Mais un jour, le général japonais Kanji Ishiwara, l'un des responsables de l'incident de Mandchourie, qui a eu pour conséquence la création du Mandchoukouo, avertit les communistes de sa venue à Yan'an car il aurait des informations pour eux à propos de Tchang Kaï-Chek. Les dirigeants se réunissent donc pour savoir ce qu'ils vont faire, et Chô fait partie de cette réunion. L'un des hommes présents pense qu'Ishiwara, qui est à la tête de l'armée japonaise de Nankin, est venu pour espionner leurs mouvements et que c'est une ruse du Japon. Chô se demande donc s'ils doivent le tuer ou le garder jusqu'à la fin de la guerre, mais son interlocuteur lui répond que ce n'est pas là le problème, mais qu'un malaise s'installe chez les jeunes car le japonais est responsable de la mort de beaucoup de leurs proches, et que l'accueillir porterait atteinte au moral des troupes. Mao intervient alors en disant que les imbéciles travaillent dans l'obscurité, mais que ceux qui savent voir quand ils le peuvent sont au-dessus du lot. Il ajoute que les ennemis de ses ennemis son ses amis. Un homme essaie de le contredire, mais le leader communiste continue en disant qu'ils obtiendront la victoire de leurs propres mains en mettant en place un gouvernement révolutionnaire, sans suivre les léninistes de Moscou mais en s'appuyant sur la maoïsme. Et donc, ceux qui ne peuvent pas mettre cela en pratique sont des anti-révolutionnaires. Finalement, Ishiwara est capturé avec ses hommes. Selon les informations qu'il a donné, les japonais auraient l'intention d'attaquer les routes d'approvisionnements des alliés envers les nationalistes dans l'océan indien. Lors d'une autre réunion avec Mao, Liu, Tse et Chô, ce dernier admet que c'est l'opération idéale pour asphyxier Tchang Kaï-Chek. Mais Liu n'est pas sûr que cela soit vrai et pense plutôt que c'est une manoeuvre pour déstabiliser leur parti et les alliés. Mais pour Chô, il y a d'autres moyens de créer le désordre et le japonais n'avait pas besoin de venir avec les dangers que cela implique. Tse se demande si ce n'est pas une manière de négocier, mais Chô n'y croit pas non plus, car aucun imbécile n’abattrait ses cartes avant même d'arriver à la table des négociations. Ils ne doivent pas oublier non plus qui est Ishiwara. Liu s'interroge donc sur ce qui arriverait si ces informations arrivaient aux oreilles des anglais et des américains. Chô suppose que les japonais devraient subir de lourdes pertes, et les nationalistes survivraient. Quant à Staline, il s'en réjouirait, mais il est impossible de savoir ce qu'il ferait. Chô, Liu et Tse se tournent donc vers Mao pour savoir ce que celui-ci va décider de faire. On ne voit plus Chô par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 18 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 22 : Supposé vivant.

    Mao Zedong (PH)

    Volume 16

    Il s'agit bien sûr du dirigeant du parti communiste chinois durant la seconde guerre mondiale. En juin 1943, la Chine est séparée en 3 parties, la première, avec Nankin pour capitale, est le Mandchoukouo, dirigé par l'armé japonaise, la seconde est occupée par le parti nationaliste de Tchang Kaï-Chek, tandis que la dernière est prise par le parti communiste qui se trouve à Yan'an, dans la province de Shaanxi. Mais un jour, les membres du parti communiste apprennent que le général japonais Kanji Ishiwara, l'un des principaux responsables de l'incident de Mandchourie à la base de la création de l'état fantoche du Mandchoukouo, serait en route vers Yan'an avec des informations selon lesquelles les japonais comptent s'attaquer aux routes d'approvisionnements du parti nationaliste. Une réunion a donc lieu avec des dirigeants du parti communiste, dont Mao. L'un d'eux tape du poing sur la table en disant que ce dirigeant d'une armée japonaise à Nankin est là pour enquêter sur leurs mouvements. Le camarade Chô, plutôt calme, se demande donc ce qu'ils doivent faire d'Ishiwara, et un autre lui dit qu'un malaise s'installe parmi les jeunes car certains ont perdu des proches, tués par des japonais. Ils ne peuvent donc pas accueillir un général japonais. Mao intervient alors, et pour lui, les ennemis de ses ennemis sont ses amis. Un homme essaie de le contredire, mais Mao continue en disant que la victoire s'obtiendra par leurs propres mains, en mettant en place un gouvernement révolutionnaire, et qu'ils n'ont pas à suivre les léninistes de Moscou. Ils doivent s'appuyer sur la maoïsme et ceux qui ne peuvent pas le mettre en pratique sont selon lui des antirévolutionnaires. A son arrivée, Ishiwara et ses hommes sont arrêtés. Pendant ce temps, une autre réunion a lieu entre Mao, Chô, Liu et Tse. Chô pense que l'opération des japonais est idéale pour asphyxier le parti nationaliste, mais Liu n'est pas sûr que cela soit vrai. Pour lui, ce sont des fausses informations qui visent à troubler les alliés et leur parti. Mais pour Chô, il y a d'autres manière de créer le désordre, et Ishiwara n'avait pas à se mettre en danger. Tse se demande s'il ne s'agit pas d'une manière de négocier, mais Chô répond qu'un imbécile n'abattrait pas ses cartes avant de s'asseoir à la table de jeu. Liu se demande ce qu'il se passera si les anglais et les américains apprennent ces informations, et Chô répond que les japonais perdront beaucoup dans ces opérations et le parti nationaliste survivra. Quant à Staline, il y verra un atout précieux. Mao sait donc qu'en venant, Ishiwara serait à sa merci, et il se demande ce qu'il est venu chercher. Il l'invite donc à une discussion privée, et le japonais rentre alors que Mao est couché, dos à lui. Ishiwara cite un proverbe en chinois, puis dis que pour l'Angleterre, les Etats-Unis, et même Staline, la Chine, c'est surtout le parti de Tchang Kaï-Chek. Mais pour Mao, la Chine, c'est surtout lui-même. Le japonais tend alors une cane à pêche en direction de Mao, qui la repousse d'un revers de la main avant de se lever. Il interroge alors Ishiwara sur la raison de révéler les futures opérations japonaises contre Tchang Kaï-Chek, et le japonais répond qu'il veut que son interlocuteur soit le roi de ce pays, car contrairement à Tchang Kaï-Chek, il n'est lié à personne. Mao rétorque qu'il n'est pas plus lié au Japon et qu'il ne fera de concession à aucun pays. La japonais va ensuite prendre une carte de la Chine accrochée à un mur et la déchire, disant que la Chine y est beaucoup trop petite. Mao se demande si Ishiwara vient parler de la Chine qu'il imagine dans 10 ou 100 ans, mais le japonais répond qu'il vient parler de celle après la guerre. Pour le chinois, le Japon deviendra l'instrument des puissance occidentales, car il ne fait que copier celles-ci. Il ne sera pas non plus communiste, et une opposition aura lieu en extrême-orient entre les américains et les soviétiques. Dans dans cette situation que la Chine grandira et deviendra un tigre géant. Dans cette opposition, les grandes puissances tireront des profits, et le Japon aussi, mais pour Ishiwara, ils manquent de temps. C'est pour cela qu'en agissant ainsi, les japonais ouvriront la voie pour le "couronnement" de Mao. Ishiwara veut que le vent se mette à souffler sur le monde depuis Yan'an. Leur rencontre est donc une réalité. Satisfait, Mao veut préserver ce précieux trésor et fait appeler Lindsay, un journaliste anglais, pour que celui-ci les prenne en photo pour montrer qu'ils se sont bien rencontré. C'est la dernière apparition de Mao dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 18 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 22 : Supposé vivant.

    Michael Lindsay

    Volume 16

    Cet anglais est un journaliste qui a réussi à se faire accepter parmi les membres du parti communiste chinois, installés à Yan'an, dans la province de Shaanxi en 1943. On ne sait pas si il fait cet immersion en tant que journaliste ou s'il est là par conviction. A cette époque, la Chine est divisée en 3 parties. La partie communiste donc, mais aussi la partie contrôlée par le parti nationaliste de Tchang Kaï-Chek, avec Chongqing comme capitale, et enfin la partie contrôlée par l'armée japonaise, qui y a établit l'état fantoche du Mandchoukouo avec Nankin comme capitale. Mais en juin 1943, les communistes apprennent que le général japonais Kanji Ishiwara, l'un des responsables de l'incident de Mandchourie qui a conduit à la création du Mandchoukouo, serait en route pour Yan'an avec des informations sur Tchang Kaï-Chek. Une réunion a donc lieu entre les dirigeants communistes pour savoir ce qu'ils doivent faire. Ils décident finalement de d'abord capturer Ishiwara pour savoir ce qu'il va faire. Lorsque ce dernier et ses hommes sont arrêtés par les communistes, Lindsay en profite pour faire une photo, qui fait légèrement sursauter les japonais, qui ne sont que quelques-uns. Le journaliste dit à Ishiwara qu'il est le premier général à pénétrer en zone libre, en plus du fait qu'il n'est pas un prisonnier de guerre. Pour l'anglais, c'est un miracle. La nuit venue, Mao Zedong, le leader communiste, choisit de s'entretenir seul avec Ishiwara. Après quelques minutes, il fait appeler Lindsay, qui s'adresse à Mao en l'appelant chef. Le journaliste se présente, et Mao présente le général comme étant leur ennemi. Pourtant, les 2 hommes posent pour une photo de Lindsay sur laquelle il ne se regardent même pas. Le lendemain, le journaliste développe ses photos, et se dit qu'il est curieux de savoir ce que vont se dire les dirigeants des alliés en voyant cette photo de la rencontre de 2 personnes qui n'ont rien en commun pour se comprendre. Ceci étant dit, il trouve quand même l'atmosphère étrange pour une conférence. Dans tous les cas, et alors qu'il met le film dans une enveloppe, Lindsay ajoute qu'il s'agit d'un scoop...

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 18 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 22 : Supposé vivant.

    Tse

    Volume 16

    Il s'agit d'un membre du parti communiste chinois durant la seconde guerre mondiale. En 1943, la Chine est divisée en 3 parties, l'une d'elles étant dirigée par le parti communiste de Mao Zedong, une autre par le parti nationaliste de Tchnag Kaï-Chek et la dernière étant l'état fantoche du Mandchoukouo, aux mains des japonais. Mao et ses hommes se situent dans la province de Shaanxi, à Yan'an, et un jour de juin 1943, ils apprennent que le général japonais Kanji Ishiwara, l'un des responsables de l'incident de Mandchourie, à l'origine de la création de l'état du Mandchoukouo, se dirige avec quelques hommes vers Yan'an, avec l'intention de donner des informations aux communistes. Après un débat sur ce qu'ils doivent faire de cet homme, les communistes choisissent finalement d'emprisonner Ishiwara et ses hommes. Ils apprennent alors de celui-ci que les japonais ont l'intention d'attaquer les routes d'approvisionnement du parti nationaliste, dans l'océan indien. Une réunion a donc lieu, en présence de Tse, mais aussi de Mao, de Liu  et de Chô. Ce dernier pense que cette opération est idéale pour asphyxier le parti de Tchang Kaï-Chek. Mais Liu s'interroge si ces informations sont vraies, car il a du mal à croire que le général japonais puisse livrer des informations stratégiques ainsi. Pour ce serait plutôt un moyen de troubler leur parti et les alliés. Chô estime pourtant que c'est vrai car il y a d'autres moyens de créer le chaos, et sans venir à Yan'an en se mettant en danger. Tse se demande si ce n'est pas une carte pour négocier avec eux, mais Chô répond qu'un imbécile ne montrerait pas toutes ses cartes avec de s'asseoir à la table des négociations. Liu demande ensuite ce qu'il se passerait si les anglais et les américains recevaient ces informations. Chô suppose que les japonais subiraient de lourdes pertes, et Liu comprend que le parti nationaliste y survivrait. Tse s'interroge sur ce qu'en penserait alors l'Union Soviétique. ils pensent que Staline s'en réjouirerait au plus haut point, sans savoir ce qu'il ferait. Tse, Chô et Liu se tournent alors vers Mao pour savoir quelle décision il va prendre. C'est la dernière apparition de Tse dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 16, dans le chapitre intitulé "Sillage 175 : Le général de Yan'an".
    • Statut au volume 18 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 22 : Supposé vivant.

    A suivre dans le prochain article.

    Cronos


    votre commentaire