• Comme la version de La forêt millénaire que je possède ne possède qu'un seul et unique tome, il s'agira ici de ne faire qu'un seul résumé. ATTENTION : Ce résumé possède des "spoiler" (révélations sur l'intrigue).

     

    Chapitres : La forêt millénaire - le récit; Les racines du projet; Les carnets de l'auteur; Biographie de Jirô Taniguchi.

    Personnages : Wataru Yamanobé, Nobuo, Tetsu.

    Résumé : Cette année, un tremblement de terre de magnitude 6 a lieu dans la région de San'in, faisant surgir une nouvelle forêt. Au début de l’été, Wataru Yamanobé arrive dans le village de ses grands-parents maternels, Kaminobe, qui se trouve dans les montagnes, à 4 kilomètres de la ville. Un an plus tôt, ses parents avaient divorcé, et Wataru est resté avec sa mère. Cependant, celle est tombée malade et a dû être hospitalisée. Ne pouvant s'occuper de son fils, ce dernier est envoyé chez ses grands-parents. Dans la petite école, Wataru fait la connaissance de sa nouvelle classe. Mais le garçon est triste. Son grand-père le comprend, et lui dit qu'il peut pleurer, mais il veut que Wataru comprenne ses parents, et qu'ils feront tout pour qu'il se sente bien dans le village. Un jour, alors qu'il se balade seul dans la forêt, Wataru est attaqué par des jets de pierres des autres enfants. Ceux-ci n'aiment pas le tokyoïte et le défient de monter au grand arbre. Le garçon entend alors une voix qui l'encourage et il commence à grimper. Alors qu'il parvient très haut, il chute mais est sauvé par une liane qui traîne. Une fois de retour au sol, il est accepté par les autre enfants, ce qu'il raconte le soir à ses grands-parents. Mais Wataru continue à entendre des voix venant de la forêt, mais aussi du chien de ses grands-parents...

    Mon avis : Comme ce récit a été édité en un seul volume, mon avis est le même que celui de l'article présentant cette oeuvre.

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà un one-shot qui a une saveur particulière. C'est en effet le tout dernier manga sur lequel Taniguchi a travaillé, juste avant de décéder, malheureusement, en cours de création, et des suites d'une maladie. Cette oeuvre n'est donc pas complète, et mon avis sur celle-ci sera certainement légèrement tronqué. Mais passons au vif du sujet.

     

    Fiche technique :

    • Année : 2017.
    • Editeur VF : Rue de Sèvres.
    • Nombre de volumes VF : One-shot.

    Synopsis :

    Un an après le divorce de ses parents, Wataru Yamanobé, 10 ans, doit aller dans le village de ses grands-parents maternels car sa mère est hospitalisée pour épuisement. Le jeune garçon arrive donc dans un village dans la montagne, à 4 kilomètres de la ville, où il ne connaît personne. Ce changement est difficile pour le jeune garçon, mais le plus étrange, c'est qu'il semble entendre des voix venant de la forêt, qui l'attire et éveille sa curiosité. Wataru va-t-il se faire accepter par les autres enfants du village ? Quels sont ces voix qu'il entend ? Ses grands-parents savent-ils quelque chose ? Et que va-t-il se passer s'il pénètre dans la foret ?

    Mon avis :

    Du fait du décès de l'auteur, il y a une chose que l'on remarque directement après avoir lu ce manga, c'est que l'histoire est incomplète. On a juste le temps de s’imprégner de l'ambiance que c'est déjà fini. Evidemment, on ne peut blâmer que la fatalité et il est donc très difficile de se faire un avis sur le scénario sans savoir exactement ce que Taniguchi comptait faire de ses personnages. Par contre, on peut déjà voir certains thèmes chers au mangaka, à savoir la protection de l'environnement, la nature, les personnages mélancoliques, mais aussi le divorce et la séparation. Autre élément, les dessins sont magnifiques, tous en couleurs, ce qui est plutôt rare pour un manga. Cela se comprend mieux quand on sait qu'il s'agit surtout d'une collaboration avec une maison d’édition française, Rue de sèvres. Ces dessins appuient bien la mélancolie du récit, et cela nous permet de profiter des derniers dessins de ce génial mangaka à leur juste valeur. La maison d’édition, qui a choisi de publier cet ouvrage incomplet malgré le décès de l'auteur, a eu l'intelligence de publier le manga dans une édition cartonnée, en ajoutant à la fin du récit des commentaires de son éditeur chez Shogakukan et de son agent pour ses échanges avec l’étranger, mais aussi traductrice. Ceux-ci nous parlent du projet que comptait faire Taniguchi, et de son état d'esprit peu avant son décès. On ferme ce volume en ayant une pensée pour l'auteur et son entourage, et en ayant l'impression de tourner une page de l'histoire de la bande dessinée. C'est en tout cas mon sentiment car Taniguchi m'aura beaucoup marqué durant ces 12 dernières années, depuis que j'ai fait la connaissance de cet auteur via Terre de rêves. Il s'agit donc d'un tome surtout pour les fans et les connaisseurs de Taniguchi. Les autres pourront passer leur chemin.

    Cronos


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique