• Trouble is my business : Personnages (9)

    Voilà la huitième suite de la liste des personnages de Trouble is my business. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Tamura Takayuki

    Volume 5

    Takayuki est un ancien yakuza, qui appartenait apparemment au même clan que Kurosaki, mais avant l'arrivée de ce dernier. En 1970, il était l'un des sous-fifres de Kôsaka. Mais comme celui-ci allait se faire prendre pour avoir tenté d'écouler 10.000 dollars en faux billets, Takayuki a rédigé une lettre d'aveux qu'il a envoyé par la poste avant de filer à l'étranger, abandonnant au Japon sa femme et sa fille de 2 ans le 31 mars. Il revient seulement 18 ans plus tard, 2 ans après le décès de sa femme, et espère renouer des liens avec sa fille. Il va voir celle-ci dans le bar du port dans lequel elle travaille, "l'Anchor", et établit le contact. Les jours suivants, il va voir Kurosaki, et lui demande un dédommagement de 30 millions de yens pour s'être pris le blâme pour Kôsaka et avoir dû fuir en Asie du sud-est. Il veut en faire profiter sa fille. Hors, personne ne se souvient de lui et il n'apparaît pas dans les données du clan. De plus, aucun cadre de l'époque n'est encore là. Du coup, Kurosaki refuse. Takayuki appelle alors le Poisson Globe, un indic qui loue aussi des armes à feu. Celui-ci demande 50.000 par jour, plus les consommables, mais il exige de payer d'avance. Takayuki propose de payer le double quand il aura reçu l'argent de Kurosaki, Mais le Poisson Globe refuse. Takayuki se saisit alors d'une brique qui traîne, et assomme l'indic pour pouvoir prendre le flingue. Dans la rue, il menace Kurosaki, qui ne se souvient toujours pas de lui, même quand Takayuki tire aux pieds du yakuza. Celui-ci fait semblant d'avoir vu une connaissance pour distraire Takayuki, et en profite pour le désarmer et lui mettre un coup de genou dans l'estomac. Une fois à terre, Kurosaki appelle ses hommes pour emmener Takayuki. Celui-ci va être envoyé en Amérique latine pour servir aux basses besognes d'un gang en relation avec Kurosaki, sans avoir la possibilité de remettre un jour les pieds au Japon. C'est la dernière apparition de Takayuki dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 33 - Dix-huit ans d'absence".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Kimitsu Kôzô

    Volume 5

    Il s'agit d'un homme politique puissant du parti conservateur, surnommé le faucon. Celui-ci est à la base un yakuza, et ses anciens collègues évitent de s'y frotter. C'est un personnage qui peut s'avérer colérique, mais qui a aussi un penchant pour le travestissement. Hors, lors d'un bal déguisé privé, le photographe d'un tabloïd l'a pris en photo en se mêlant parmi les invités. Ce photographe suivait le cas Kimitsu depuis longtemps et exige de voir les données sur la corruption instituée, sinon il publiera les photos. Kimitsu a donc fait pression sur l'éditeur, qui a pris peur, mais pas le photographe, qui est prêt à imprimer les photos sur des tracs et à les distribuer dans la rue. Kimitsu essaie donc la force pour retrouver les négatifs, sans succès. C'est alors que le secrétaire de Kimitsu mandate un avocat pour récupérer ces négatifs. Celui-ci engage un détective privé, Jôtarô Fukamachi, qui, après quelques tentatives infructueuses, parvient à récupérer les négatifs. On ne voit plus Kimitsu par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 34 - Châtiments à ma guise".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Ikebe

    Volume 5

    ce photographe pour un tabloïd poursuit Kôzô Kimitsu, le faucon du parti conservateur, pour essayer d'obtenir les données sur la corruption instituée. Un jour, alors qu'il le suit dans un bal masque privé, il réussit à faire des photos de Kimitsu en travesti. Du coup, il vient le voir à l'assemblée, le menaçant de publier les photos. Mais Kimitsu fait pression sur l'éditeur, qui prend peur et refuse d'imprimer les photos. Mais Ikebe ne lâche pas le morceau et est même prêt à imprimer les photos sur des tracs qu'il distribuera dans la rue. Puisque c'est ainsi, Kimitsu envoie des hommes chez le photographe, qui pénètrent chez lui, le mettent à terre d'un coup de poing dans l'estomac, puis mettent à sac son studio pour tenter de retrouver les négatifs, tandis que l'un des hommes tabasse Ikebe. Cependant, celui-ci ne se laisse pas intimider et les négatifs sont introuvables. Un jour, alors qu'il s'apprête à prendre le train, un homme interpelle le photographe pour discuter. Sur la défense, Ikebe lui envoie son sac dans la figure avant de pénétrer dans le train. Plus tard, devant sa maison d'édition, Ikebe retrouve le même homme. Celui-ci dit qu'il ne veut pas lui faire de mal et veut seulement lui parler. Mais le photographe estime que cet homme veut museler la presse, et appelle les autres en disant qu'un gangster veut les attaquer. Les autres journalistes arrosent l'homme avec un tuyau d'incendie, puis le rouent de coups de pied, celui-ci ne pouvant s'en aller qu'avec l'arrivée de la police. Le soir, Ikebe sort de chez lui et va dans le port où vont fréquemment des bikers. Il met de l'huile sur le sol puis, peu après, il photographie les motards en train de faire des chutes. Le lendemain, l'inconnu revient à la charge, et Ikebe essaie de lui échapper en courant. Mais l'homme le rattrape et le fait chuter avec un croche-pied. Il l'emmène dans un bar, et lui montre des photos d'Ikebe en train de verser de l'huile sur la route, avant le passage des motards. Mais le photographe estime que ce sont des rebus de la société. Mais l'homme, qui est détective privé, dit que c'est cette société qui les a créé, et que sa grand-mère disait de se méfier d'une justice qui ne s'applique qu'aux autres. Il veut les photos de Kimitsu, et Ikebe trouve qu'il utilise des sales méthodes. Mais pour le détective, cela est aussi le cas des méthodes du photographe. Il estime que se travestir relève de la vie privée, même si c'est risible. Ikebe répond que c'est un politicard et un faucon, mais pour le privé, du moment qu'il fasse son boulot, ses hobbies sont peu importants. Il n'en est pas fan, mais ceux qui croient détenir la justice, il les aime encore moins. Le photographe sait qu'il n'a pas le choix, et le détective lui dit de se placer devant les étagères à bouteilles. Après l'avoir placé, il lui fonce dessus et le frappe au visage, Ikebe étant projeté contre les bouteilles, qui se brisent. Le privé dit que la boîte d'Ikebe paiera les dégâts, et il estime qu'ils sont maintenant quittes. Ikebe n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 34 - Châtiments à ma guise".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Le client

    Volume 5

    Cet homme est un simple employé qui habite dans les hauteurs de Yamate et qui passe souvent par un parc pour aller dans le métro. Dans ce parc, il a fait la connaissance d'un SDF qui aime s'occuper de plusieurs animaux errants, dont des chiens. Un jour, il voit que ce vieil homme a disparu, et interroge les passants pour essayer de savoir ce qui lui est arrivé. C'est finalement une vieille dame qui se promener à l'aube qui lui apprend que le sans-abri a été tabassé par un jeune chanteur populaire, Shindô Masashi, alors que le vieil homme n'avait rien fait. Le chanteur avait juste envie de se défouler sur un faible, alors que le SDF demandait à ses chiens de rester calmes pour éviter qu'ils ne trucident l'autre imbécile. Révolté, l'employé demande à Jôtarô Fukamachi, détective privé, de le suivre de près pendant une semaine. Celui-ci demande la raison de cette enquête, et le client aimerait savoir si ce n'est pas sa spécialité ce genre d'affaire. Mais Fukamachi répond que ça lui va tant qu'on le paie, mais ne voit pas l'intérêt de suivre cet abruti. L'homme devrait plutôt adhérer à son fan-club. Le client explique qu'il veut voir Shindô Masashi ivre, et le détective pense que son client est de la presse à scandale; L'homme répond qu'il n'est pas tombé aussi bas, et donne un téléphone portatif, disant qu'il est disponible jour et nuit. Le privé accepte l'enquête et apprend plus tard que le chanteur a causé un accident dans un fort état d'ébriété, mais qu'il a rejeté la faute sur un ami, prétendant avoir juste prêté la voiture. Fukamachi et son client se retrouvent dans un restaurant où mange Shindô Masashi, et le détective dit être dégoûté par le comportement du chanteur, et pense que son client est dans le showbiz. Mais alors que l'abruti passe juste derrière eux, l'homme lui fait un croche-pied, puis le rue de coups à terre. Mais les amis du chanteur arrivent, et c'est rapidement le client qui est rué de coups, le privé prenant un coup en voulant intervenir. Quelques temps plus tard, Fukamachi retrouve son client dans le parc, alors qu'il a déjà été payé. Alors qu'il se met à neiger en plein avril, le détective explique avoir tout compris. Le client dit s'être emporté, et que le résultat a été pitoyable. Le privé lui demande s'il compte s'arrêter là, mais l'homme ne sait pas quoi faire d'autre. Fukamachi téléphone à un journaliste de presse à scandale, et une confrontation a lieu entre l'homme et le chanteur, dont la carrière chute avec les révélations. Une journaliste interroge l'employé sur son ressentiment, et celui-ci à difficile à le décrire, ne se sentant pas tout à fait satisfait. C'est sa dernière apparition dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 35 - Ultramoderne solitude".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Shindô Masashi

    Volume 5

    Il s'agit d'un jeune chanteur à succès, surtout auprès des adolescentes. Mais c'est aussi quelqu'un de porté sur l'alcool et de violent, surtout après avoir bu. Et un soir, après s'être fait largué par une jeune stripteaseuse écervelée, Masashi est passé ivre mort dans un parc où il a aperçu un vagabond qui traînait là avec les animaux, des chiens et des chats, dont il s'occupe. Du coup, de mauvaise humeur, Masashi s'est attaqué à ce vieil homme et a commencé à le tabasser, le ruant de coups de pieds de façon tout-à-fait gratuite. Par la suite, il continue à apparaître dans des shows télévisés, et une autre fois, après avoir passé du bon temps dans une boîte de striptease, il décide de rentrer à l'aube chez lui en voiture avec une jeune femme, malgré l'alcool. Il ne fait même pas 500 mètres qu'il s'encastre dans une boutique ou un restaurant. Devant les médias, lors d'une conférence de presse, il prétend pourtant que c'était quelqu'un d'autre qui conduisait sa voiture, un ami ivre à qui il aurait passé ses clés. Il fait cela surtout car sa carrière décolle, et qu'il veut jouer dans des films étrangers et remporter des rallyes automobiles. Un soir, alors qu'il fait la fête dans un restaurant avec des amis, Masashi se dirige vers les toilettes mais chute à terre à cause d'un croche-pied. Un inconnu commence alors à le ruer de coups de pieds alors qu'il est à terre, mais les amis du chanteur interviennent. Quelqu'un veut intervenir, mais il est vite écarter, et Masashi commence à se venger de l'inconnu, jusqu'à ce que ses amis l'arrête, car ils ne risquent pas de s'en sortir avec un pantin cette fois-ci. Peu après, les médias apprennent que Masashi avait tabassé le vieux dans le parc, et c'est l'inconnu justement qui l'accuse en direct lors d'une confrontation. Du coup, le chanteur voit sa carrière lui exploser en pleine figure, et il est obligé de s'excuser publiquement pour son comportement, tandis que la police ouvre une enquête pour coups et blessures. On ne voit plus Masashi par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 35 - Ultramoderne solitude".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Ueda

    Volume 5

    Ueda est un journaliste d'un tabloïd. Il travaille à la deuxième section des actualités. Un jour, il reçoit un appel de Jôtarô Fukamachi, un détective privé qu'il connaît bien. Il lui dit que cela fait longtemps. Fukamachi lui demande s'ils sont redevable à la production de Shindô Masahi, un jeune chanteur assez populaire pour le moment. Ueda lui répond que la section showbiz leur en doit une, mais pas eux. Et pour eux, une actu, même bien pourrie, reste une actu. Le détective lui apprend alors qu'après une soirée bien arrosée, et après s'être fait largué par une jeune stripteaseuse, Masashi aurait tabassé un vieux sans-abri sans défense dans un parc, l'envoyant à l'hôpital. Un homme aurait appris cela et serait prêt à témoigner. Pour Ueda, c'est un sacré scoop et il n'y voit aucun problème, tant que cela fait de l'audience. Et puis, ce n'est pas du chiqué. Il suggère une confrontation, et cela lui donne des frissons. Pour lui, une petite revanche justicière de temps en temps, cela fait du bien pour le moral. Il est donc preneur et veut rencontrer le témoin, qui fera un face-à-face avec Masashi en direct. Ueda pense que cela renverra le jeunot dans des rôles de figurant. C'est d'ailleurs ce qu'il semble se passer, mais Ueda n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 35 - Ultramoderne solitude".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Les 2 arnaqueurs

    Volume 5

    Ce duo s'installe dans un immeuble vide, destiné à la démolition, et pour avoir du courant, ils le piquent sur la ligne d’à côté. Ensuite, ils s'emparent de la disquette de l'agence matrimoniale Hyper Select. En effectuant un enlèvement, ils comptent demander une rançon aux proches, et recherchent des femmes ayant un certain capital. Ils tombent d'abord sur une jeune femme avec un joli minois, mais ils constatent qu'elle est aide-ménagère, et qu'elle est dans un logement en location avec ses parents, ses grands-parents et son frère cadet. Ils tombent ensuite sur une femme très mince, qui sort de l’université Feris, et dont la famille gère un bureau de tabac. Pour l'un des escrocs, ce qui compte, ce sont les chiffres, et pour son complice, le classement des universités, c'est aussi un chiffre. Mais le premier préfère le nombre d'immeuble en propriété, avec des locataires. Ils arrivent alors sur la fiche de Sugimoto, une dentiste qui est propriétaire de 5 biens. Les 2 arnaqueurs sont étonnés de ces chiffres impressionnants, et comprennent que la vie n'est pas une question de faciès. C'est donc à la sortie d'une rencontre arrangée pour Sugimoto que les 2 escrocs l'embarquent dans leur voiture, celui sans lunettes trouvant qu'elle pèse une tonne. Une fois dans la voiture, celui-ci dit qu'elle doit faire au moins 70 kg, et pas 62, comme sur sa fiche. La dentiste lui dit de surveiller sa langue et lui tord le bras. L'homme dit que ce n'est qu'une grosse truie, et Sugimoto lui fait une pichenette sur le nez. Le complice trouve que cette vieille a la pêche, et la dentiste commence à l’étrangler, alors que l'arnaqueur est au volant. La voiture part à la dérive, mais grâce aux réflexes de Sugimoto, ils évitent l'accident. Les 2 compères emmènent ensuite la dentiste dans leur planque, et lui expliquent quelle était leur intention. Ils racontent aussi qu'ils faisaient de la cotation boursière en externe, mais qu'ils ont subi de grosses pertes, et qu'ils ont été virés et visés par une plainte. Ils suggèrent donc à Sugimoto de rentrer chez elle, mais celle-ci trouve leur combine amusante, et décide d'embarquer dans l'aventure pour la changer du stress habituel. Ils téléphonent donc à Jôtarô Fukamachi, un détective privé qui loue une chambre chez la dentiste, et font croire à un enlèvement. Les 2 complices veulent demander 100 millions de yens, mais Sugimoto exige 1 milliard. Les 2 arnaqueurs appellent ensuite Gotôda et Moriyama, 2 ripoux, mais l'arnaqueur sans lunettes ne sait pas lire ce qu'a écrit la dentiste, et celle-ci est obligée de reprendre le téléphone. Plus tard, Fukamachi arrive avec une mallette, mais il déclare n'avoir pu réunir que 100 millions. L'homme avec ses lunettes s’apprête à utiliser une arme à feu, mais devant son hésitation, Sugimoto se saisit de l'arme, et tire en direction du détective. Les 2 flics, accompagnés d'un autre collègue, se mettent aussi à tirer pour essayer d'obtenir l'argent, et le privé riposte avec une arme automatique. La fusillade effraie les 2 complices qui s'imaginent mourir. Soudain, la mallette tombe au milieu de la salle et s'ouvre, montrant l’intérieur qui est complètement vide. Mais la fusillade reprend, et Fukamachi finit par tirer sur une roquette, qui explose et détruit une partie du bâtiment. Les 2 arnaqueurs veulent fuir loin de la folle dentiste, mais le Poisson Globe, celui qui louait les armes à tous les autres, réclame son paiement. Hors, personne n'a de quoi le payer et les 2 complices peuvent partir. C'est leur dernière apparition dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 36 - L'important dans la vie...".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivants.

    Suzuki Akio

    Volume 6

    Il s'agit d'un yakuza qui appartient à la catégorie des nouveaux réacs. Suite à l'annonce de la nouvelle loi antigang en 1991, tout comme les autres clans de yakuzas, Suzuki a décidé de manifester son désaccord avec cette loi. Tous veulent protéger la liberté d'association et d’assemblée. Sont aussi présents à cette manifestation les femmes et les filles des yakuzas, ainsi que Kurosaki, et Hirose Torazô, de la nouvelle gauche, un gars intelligent mais lugubre selon Kurosaki. Ce dernier trouve aussi que Suzuki Akio est un type bien, mais un peu mou. Voyant un journaliste, Kurosaki lui prend son micro, et déclare que porter atteinte à leur droit d'association, c'est dire oui à l’impérialisme américain et préparer le fascisme. Selon lui, un démocratie ne peut pas marcher sans ses groupes de hors la loi. La manifestation se poursuit ensuite, et on ne voit plus Suzuki Akio par la suite.

    • Première apparition : Volume 6, dans le chapitre intitulé "Chapitre 39 - "Pour la patrie"".
    • Statut au volume 6 : Vivant.

    Hirose Torazô

    Volume 6

    Hirose Torazô est un yakuza qui appartient à la nouvelle gauche de la mafia japonaise. En 1991, en voyant l’arrivée d'une nouvelle loi antigang, tous les yakuzas se rassemblent pour protester contre elle. Ils veulent lutter pour leur liberté d'association et d’assemblée, et défilent dans la rue avec leurs femmes et leurs filles. Kurosaki, un autre yakuza, est aussi présent, ainsi que Suzuki Akio, qui est plutôt dans la catégorie des nouveaux réacs. Kurosaki trouve que c'est un type bien mais un peu mou, tandis qu'il considère Hirose Torazô comme intelligent mais lugubre. En voyant un journaliste en train d'essayer d'interviewer les femmes de yakuzas, Kurosaki lui prend son micro et déclare devant la caméra que la liberté d'association fait partie de leurs droits élémentaires. Et leur porter atteinte, cela signifie dire oui à l’impérialisme américain, et préparer le fascisme. Il estime qu'une démocratie ne peut pas fonctionner sans ses groupes de hors la loi. La manifestation continue, et c'est la dernière apparition de Hirose Torazô.

    • Première apparition : Volume 6, dans le chapitre intitulé "Chapitre 39 - "Pour la patrie"".
    • Statut au volume 6 : Vivant.

    Le tueur chinois

    Volume 6

    Cet homme est un ancien garde rouge, qui est engagé en 1991 par Kurosaki, un yakuza japonais, suite à l'annonce d'une nouvelle loi antigang contre laquelle il veut lutter. Il aurait bien engagé l'un de ses jeunes, mais ceux-ci veulent être payés d'avance. Grâce aux relations qu'il a dans la police, notamment Gotôda et Moriyama, 2 ripoux notoires, Kurosaki obtient l’accès au stand de tir de la police pour que le tueur puisse s'exercer avec des flingues prêtés par le Poisson Globe, un indic qui loue aussi des armes à feu. Le tueur en essaie 3, et les 2 policiers trouvent que c'est une sacrée gâchette. Moriyama veut savoir d’où il vient, mais le tueur ne répond pas. Jôtarô Fukamachi, un détective privé, qui est aussi une connaissance de Kurosaki, conseille à Moriyama de laisser tomber, car le tueur garde toujours une balle en réserve. En effet, celui-ci pointe son arme sur l'entrejambe de Moriyama, qui recule directement en le voyant. Kurosaki demande au Poisson Globe de lui envoyer la facture sans la gonfler, puis il s'en va avec le tueur. Une arme est ensuite choisie, et le chinois en fait son entretien. Kurosaki lui demande s'il est prêt, et le tueur lui répond positivement. Une fois que sa mission sera terminée, le chinois sera raccompagné au port par le détective, qui doit de l'argent au yakuza. Plus tard, en plein jour, le tueur repère grâce à une photo sa cible, qui est accompagnée de 2 autres hommes. Le chinois sort son arme en plein milieu d'une place et abat sa cible de 3 coups de feu en pleine poitrine. Il rejoint ensuite le privé, qui l'accompagne jusqu'au port. Là, après avoir salué Fukamachi, il embarque sur un bateau du Costa Rica, et part probablement pour l’Amérique. Il n'apparaît plus par la suite.

    • Première apparition : Volume 6, dans le chapitre intitulé "Chapitre 39 - "Pour la patrie"".
    • Statut au volume 6 : Vivant.

    A suivre dans le prochain article.

    Cronos

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :