• Master Keaton : Personnages (2;Tomes 1 à 8)

    Voilà la suite de la liste des personnages de Master Keaton. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Mme Matsushita

    Volume 1

    Il s'agit du professeur principal de Yuriko Hiraga Keaton, dans le collège Iai pour filles, une réputée école de missionnaires. Cependant, un jour, alors que Mme Matsushita évoque les 4 grandes civilisations antiques, elle s'aperçoit que Yuriko est assoupie. S'imaginant qu'elle est encore sortie en boîte au lieu de venir en cours, elle l'interpelle et exige qu'elle lui cite les noms des civilisations antiques. La jeune fille se lève et donne la civilisation de la vallée du fleuve jaune, celle de l'Indus, celle de la Mésopotamie, la civilisation égyptienne, celles de la vallée du Yangzi Jiang, la civilisation sumérienne, l'hébraïque, la Thrace, celle du Founan, celle de Mari. Se sentant offensée, Mme Matsushita l'interrompt, et Yuriko répond calmement qu'elle peut encore en citer une dizaine. Quelque temps plus tard, le père de Yuriko, Taichi Keaton, archéologue et chargé de cours à l'université, vient voir la directrice de l'école à propos de sa fille. La directrice appelle Mme Matsushita, qui raconte l'incident, et qui pense que la jeune fille lui en veut énormément, l'estimant perturbée. Elle dit que Yuriko ignore les civilisations fondamentales, alors que son père est archéologue. Mais l'homme pense que c'est plutôt elle qui est dans l'ignorance. Il prend le manuel scolaire, le feuillette, et demande de quel siècle il date. Mme Matsushita lui rétorque que ce livre a été réalisé sous la direction su professeur Seiichirô Horie, et avec l'aval du ministère de l'éducation. Elle le trouve irréprochable, et déclare que les chiens ne font pas des chats. La directrice essaie de la calmer, mais le professeur se défend en disant que Mr Keaton critique leurs ouvrages. La directrice lui dit alors de se taire, et demande à Mr Keaton si ce manuel contient effectivement des erreurs. L'homme répond qu'effectivement, parler de 4 civilisations est un mensonge éhonté, que c'était pardonnable il y a 100 ans, quand il manquait de moyens pour faire des recherches. Cependant, actuellement, ils savent qu'il y avait au moins 20 civilisations, et que c'est une théorie admise par les archéologues. Mme Matsushita en reste muette, et la directrice s'excuse tout en disant qu'elles étaient effectivement ignorantes. La directrice compte désormais sur Mr Keaton. C'est la dernière apparition de Mme Matsushita dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 3 - Une petite blue lady".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Daniel O'Connell

    Volume 1

    Cet homme travaille comme enquêteur d'assurances et est le collègue de Taichi Keaton, un archéologue à moitié japonais par son père. Celui-ci est aussi chargé de cours dans une université japonaise, et un ancien sergent-chef instructeur du SAS, les services spéciaux britanniques. Vers la fin des années 80, ce dernier est divorcé et appelle sa fille Yuriko au téléphone, celle-ci se trouvant au Japon. Daniel s'aperçoit que la communication a été interrompue, et il dit que le téléphone ne fonctionne pas bien. Il en profite pour dire à son ami qu'ils reçoivent beaucoup de demandes pour les services de Taichi, et qu'il peut remercier son agent, c'est-à-dire lui-même. Keaton s'assied et ne prête pas attention à Daniel. Ce dernier soupire, et choisit d'en lire quelques-unes à voix haute. Il raconte qu'il y a 3 semaines, un jeune peintre est mort de façon étrange à Chelsea. Mais Taichi parle de son ex-femme, qui aurait accepté une rencontre arrangée. Daniel lui demande de l'écouter, et dit que la Lloyd's voudrait envoyer au plus vite un expert sur le chantier de fouilles de l'expédition britannico-japonaise dans le désert du Taklamakan, en Chine. Il veut l'avis de son ami, et montre qu'ils en parlent à la télévision. Keaton comprend que c'est Yoshirô Takakura le chef de l'expédition et refuse la mission car il a un différend avec lui à propos de l'interprétation de certains motifs décoratifs. Il veut aller dans une cabine téléphonique, mais Daniel lui rappelle la pile de dossiers qu'il a. Il ne doit pas cependant accepter une demande personnelle qui émane de Thomas Brown, un marchand d'art antique, qui vient d'un bas quartier de Soho, a eu le soutien de George Cunning qui l'a engagé, et qui a gravi les échelons. En effet, celui-ci a la réputation de faire du commerce sur le marché noir d'oeuvres volées, mais aussi de copies. De plus, son bienfaiteur s'est suicidé, et on le soupçonne de faire dans le trafic d'armes. Keaton trouve qu'il a fait du chemin, et dit qu'autrefois, il a fermé les yeux sur une de ses contrefaçons minables. L'archéologue choisit finalement d'accepter sa demande et parvient à aider Brown. Plus tard, Daniel revient avec l'affaire du jeune peintre décédé, mais Taichi demande si sa mère n'a pas appelé. O'Connell lui répond que non et veut évoquer une autre demande, mais Keaton l'ignore. Daniel lui demande alors de se concentrer sur le travail, et parle d'un expert en hstorie des sciences assassiné par un tueur professionnel à coups de pic à glace dans le dos. Taichi refuse car il n'aime pas les spécialistes des armes de main. Son ami est surpris que Keaton puisse avoir peur de quelque chose. L'archéologue parle alors d'un manieur de couteau hors-pair qu'il a connu au SAS, surnommé "professor", et qu'il estime heureux de ne pas avoir eu comme ennemi. Le téléphone sonne alors, et Daniel décroche. Il apprend que c'est le colonel FOX du SAS, qui aurait une mission urgente pour Keaton. O'Connell n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 2

    Taichi finit par aider son ancien "professor" dans une histoire de trafic de drogues. Quelques temps plus tard, Keaton est envoyé en Allemagne de l'ouest car une femme, qui avait contracté une grosse assurance-vie en faveur de son compagnon, est soudainement tombé fort malade, avec importante fièvre, avant de décéder quelques jours plus tard. L'enquêteur téléphone ensuite à Daniel pour lui dire qu'apparemment, il n'y a rien de suspect dans ce décès, mais Daniel est intrigué car il a reçu une demande du Pays de Galles, d'une femme décédée subitement il y a 6 mois, gémissant comme si elle était possédée par une bête étrange, exactement les même symptômes que la femme allemande. De retour à Londres après être passé en France et en Autriche, Keaton a finalement trouvé 5 femmes qui sont mortes de la même façon, l'une d'elles ayant été prises pour un loup-garou par des policiers qui ont failli la renverser. La maladie commence par un simple rhume, puis viennent les hallucinations et le corps finit par se tétaniser et elles décèdent en gémissant comme étant possédées. Daniel demande si son ami  pu rencontrer le bénéficiaire des assurances-vie, mais Taichi répond que c'est le seul point commun entre ces femmes. Daniel se dit qu'ils sont soit en face du crime parfait, soit ces hommes sont morts tout comme leurs compagnes. L'enquêteur se rappelle alors que Daniel lui a parlé de loup-garou dans la région. Daniel prend le journal et montre que cela se passait dans le sud de l'Autriche, à Wolfsberg. Keaton décide de se rendre rapidement là-bas, et claque la porte. Daniel constate alors que l'autre point commun de ces femmes est qu'elles sont toutes brunes et très jolies. A Wolfsberg, alors qu'une autre femme décède, Taichi rencontre cette fois le mari, Mr Kowalski, dont l'origine est floue, et que l'enquêteur soupçonne d'être un tueur en série. Il demande donc à Daniel de le suivre, et celui-ci doit rapidement se rendre à Mexico. Taichi demande à son ami de ne pas quitter Kowalski des yeux, et Daniel s'interroge sur la nationalité de Kowalski. Keaton a appris qu'il vient d'un village où on trouve une suite de colonnes de pierre pointues et un tertre semblable à une colline. Daniel en déduit directement qu'un cromlech et un tumulus, cela ne peut être que Avebury, dans le Wiltshire. Daniel découvre ensuite que Kowalski se fait appeler Miller au Mexique, qu'il dans une grande villa et avec une belle brune. De plus, d'après les employés de maison, la femme serait enrhumé depuis une semaine et clouée au lit. Taichi annonce qu'il va venir à Mexico, car il a peur que cette femme ne meure de la rage. En fouillant dans le passé de cet homme, Keaton a percé des secrets, et il demande à son ami de contacter le bureau de Mexico afin que la villa soit placée sous surveillance. Une fois l'enquêteur sur place, ils se rendent chez Kowalski avec la police et un médecin, et quand ils veulent voir la femme, Kowalski répond qu'elle ne se sent pas bien. Daniel rétorque qu'il ferait mieux de dire qu'elle n'est plus là. Le policier sait qu'il n'a pas de mandat, mais soudain, la femme entre dans la pièce, en plein forme, à la surprise générale. Kowalski dit qu'il devrait avoir droit à des excuses. A la préfecture de police, le médecin confirme qu'on ne peut survivre à la rage, à moins d'avoir été vacciné avant. Mais il a lu une thèse sur une exception d'un troupeau de vaches revenues à la vie, en Inde, en 1945. Keaton demande si ces vaches ont vraiment survécu, mais le médecin répond que 24 heures après avoir donné l'impression d'une bonne santé, les vaches sont décédées. De plus, le directeur du laboratoire qui a fait cette découverte était le père de Kowalski, dont le vrai nom est Burrows. Daniel et les autres comprennent que si Kowalski a injecté ce virus chez la femme, celle-ci doit maintenant être morte. Ils arrivent trop tard, et Daniel suppose que Kowalski, alias Harold Burrows, doit être en fuite à l'autre bout du monde. Mais pour Taichi, il est allé voir sa mère, qui a commis beaucoup d’infidélités envers son père, et qui vit encore dans le Yorkshire. Cependant, selon l’enquêteur, il est déjà trop tard car Harold est intelligent et ira au bout de sa vengeance. C'est la dernière apparition de Daniel dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 4 - La fronde de David".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.

    Volume 5

    Quelques temps après la chute du mur de Berlin, tout en mangeant un pilon de poulet, Daniel demande à Taichi s'il se souvient de l'affaire Bailey/Woods du SAS, et Keaton répond qu'il se rappelle de ces 2 héros de la guerre des Malouines. Daniel continue en disant que la machine s'est enrayée quand ils ont été envoyés en poste à Oman, et qu'ils ont débuté un trafic de drogues en provenance du Pakistan. Ils ont ainsi amassé 500.000 livres et les ont transporté à Gibraltar quand l'affaire a éclaté. Taichi reprend son ami en disant que Bailey et Woods ont massacré plusieurs MP et se sont enfuis. Mais Daniel lui donne faim, et Keaton se demande s'il ne mangerait pas lui aussi. Daniel explique que les 2 militaires seraient revenus en secret en Angleterre, et l'information aurait été balancée par un petit dealer arrêté par Scotland Yard pour obtenir une remise de peine. L’enquêteur a peine à y croire car Bailey et Woods n'auraient aucun intérêt à revenir. Daniel lui rappelle alors le suicide du lieutenant Rudd lors de l'affaire de Gibraltar, qui était l'ancien chef de Bailey et Woods, mais qui aurait aussi été leur complice. Daniel explique que c’était un spécialiste de la finance qui avait l'habitude de garder l'argent des soldats pour des placements, prenant une commission au passage. Keaton en déduit que ses anciens frères d'armes se sont peut-être servis de lui. Daniel continue en disant que Bailey et Woods sont revenus sans doute pour récupérer leur argent. Mais à ce moment, Taichi se demande si son ami ne l'envoie pas sur une nouvelle mission. Il n'en veut pas car les hommes du SAS sont des tueurs professionnels. Daniel lui répond que c'est un travail qui leur a été demandé par le sergent Madoc, un autre des hommes de Rudd, qui pense que ce dernier aurait laissé l'argent à sa famille. Madoc veut donc que Taichi protège la femme et le fils de Rudd. L’enquêteur estime que c'est plutôt le travail de Scotland Yard ou du SAS. Mais Daniel lui explique qu'ils ne font pas confiance eux non plus au témoignage du dealer et ne vont donc pas agir. Mais si cela s’avère vrai, la femme et l'enfant sont en grand danger. Pris par les sentiments, Taichi finit par accepter, et on ne voit plus Daniel par la suite dans ce tome.

    Volume 6

    Taichi parvient à sauver la femme et le fils de Rudd, avec l'aide d'un autre membre du bataillon de ce dernier, mais il ne réussit pas à éviter la mort de Madoc. Quelques temps plus tard, après le déclenchement de la guerre du golfe, Daniel et son ami se baladent dans les rues de Mayfair après avoir mangé dans un restaurant. Taichi estime que la sole de Douvres est vraiment la meilleure. Par contre, Daniel a trouvé son hareng très moyen. Tous les 2 se retournent alors sur une fille qui passe, et Daniel déclare que c'est une belle femme. Mais Keaton a reconnu l'homme qui l'accompagne comme étant Andrea Vicini. Celui-ci est juste de passage à Londres pour le travail, et Taichi présente à Daniel son grand ami quand il était en pensionnat. Mais Daniel s’intéresse plutôt à la femme qui est avec Andrea. Ce dernier la présente comme étant sa secrétaire. Taichi laisse sa carte à son ami pour pouvoir discuter s'il en a le temps, et Andrea lui rétorque qu'ils pourront finir leur duel à l'escrime. Alors qu'Andrea va chercher la voiture, Keaton dit à Daniel que c'est un chic type et son rival à l'escrime. Daniel a remarqué qu'il est italien, et Taichi révèle que son père est un parrain de la mafia. Soudain, la voiture d'Andrea explose, ne laissant aucune chance à son occupant. Peu après, dans le bureau, Daniel découvre par les journaux qu'Andrea était le directeur de la filiale berlinoise de Desmond-Werth, la deuxième plus grande banque d'affaires du monde. La police affirme que l'IRA a profité de la confusion suite à la guerre du golfe pour perpétrer cet attentat. Mais Taichi est plutôt pensif sur son ami qui était un type bien. Quelqu'un frappe à la porte, et Daniel va ouvrir. Il s'agit du père d'Andrea, qui sait que Keaton ne s'occupait pas des origines siciliennes de son fils. Il explique que la Sicile a subi de nombreuses invasions successives de peuples étrangers. Il ne restait que les grands propriétaires et les pauvres fermiers, les autres s’étant regroupés pour protéger leur lignée et leur honneur, optant pour l'omerta. L'origine du mot mafia remonterait au 13ème siècle, quand la Sicile était française. Une femme a été violée et tuée par un soldat français et son fiancé cria "morte alla francia italia anela", ce qui signifie "L'Italie aspire à la mort de la France". En Amérique, ils ont une nouvelle fois unis leurs forces avec les ventes d'alcool illicites et les salles de jeux, mais ils ne touchaient pas à la drogue. Le frère aîné d'Andrea a été tué par un gamin de 12 ans parce que son père était le seul "don" à refuser de faire du trafic de drogues. Le parrain a donc décidé de rentrer en Sicile et d’écarter Andrea de ce monde de violence, faisant ainsi la connaissance de Keaton. Ce dernier demande ce que le parrain compte faire s'il découvre le donneur d'ordre de cet attentat, et l'homme répond qu'il appliquera la loi de l'honneur et du sang. A contrecoeur, Taichi accepte quand même d'aider le parrain mais doute que la bombe soit l'oeuvre de l'IRA, à cause de la présence d'un papillon en fer blanc. Par la suite, Keaton finit par découvrir qu'Andrea a maquillé sa mort et qu'il s'adonnait au trafic de drogues. Il est finalement tué par son propre père pour avoir causé la mort de plusieurs de ses protégés. Ensuite, lors d'une mission visant à sauver un faussaire de génie, Taichi se retrouve avec une fracture de la jambe. Au Wallace Memorial Hospital, Yuriko rend visite à son père lors de ses vacances, qui lui dit de faire attention aux voleurs qui s'en prennent aux touristes. Taichi prétend être tombé, et Daniel dit que maladroit comme il est, il a glissé dans les escaliers. Mais Yuriko pense qu'il devrait arrêter ce travail d’enquêteur et trouver un poste d'enseignant en archéologie. Daniel dit que dans les universités, il y a beaucoup d'escaliers et rigole, mais Yuriko l’arrête et dit espérer qu'il prend soin de son père et ne lui confie pas des missions trop dangereuses. Daniel dit qu'elle peut compter sur lui, puis la jeune fille s'en va. Daniel dit que Yuriko ressemble à sa mère et Keaton acquiesce. Daniel dit adorer les japonaises car elles sont gentilles, faciles à comprendre et cachent une force de caractère. Mais Taichi lui répond de ranger ce sourire en coin car il parle de sa fille. Daniel n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 7

    Un matin, en arrivant à son bureau de Baker street, Daniel découvre un Keaton bien matinal, alors que lui a la gueule de bois. Daniel constate que son ami est tout pâle. Keaton a en fait découvert le décès d'un archéologue, qui avait découvert que son père égyptologue avait été tué par un collègue en faisant passer cela pour la malédiction d'une statue d'Isis. Cet archéologue voulait faire admettre la vérité à ce collègue, qui est finalement mort en chutant et se brisant la nuque. Et l'ami de Taichi est lui aussi mort avec la nuque brisée. Peu de temps après, Daniel rencontre Louise Brown, une femme qu'il se met à fréquenter. Dans le même temps, Taichi essaie de retrouver Edgar, le fils caché du défunt Mr Reed, car le jeune homme est l'un des bénéficiaires de l'assurance vie. Alors que Daniel se prépare, Keaton rentre. Daniel chantonne et demande si son ami a trouvé Edgar. Taichi raconte sa journée, mais Daniel n’écoute pas vraiment. Taichi comprend donc qu'il s'agit d'une histoire de femme. Daniel explique ensuite que c'est vendredi, et qu'il est n'a certainement rien prévu. Il va donc lui présenter Louise. Une fois au pub, Taichi est surpris et dit à Daniel qu'elle est très jolie. Le barman, Sam, propose des bières, mais Daniel dit préférer des cocktails. Il dit qu'ils vont prendre des martinis. Ils trinquent ensuite, et soudain, Daniel reconnaît la mélodie "blue friday" au piano, qu'il adore. Il comprend que c'est Louise qui en a fait la demande, se dit que cela va marcher entre eux. Ce morceau exprime ce que l'on ressent quand on va passer un week-end seul. Keaton demande alors ce que fait Louise dans la vie, et Daniel répond qu'elle est secrétaire pour la société de son oncle. Louise demande à Daniel d’être prudent, et celui-ci répond qu'il évitera dorénavant toutes les missions dangereuses. Pour l'instant, ils ont des affaires faciles. Mais Louise doit s'en aller. Ensuite, Daniel demande l'avis de son ami, et celui-ci répond qu'elle est trop bien pour lui. Il est par contre étonné que Daniel n'ait pas insisté pour l'accompagner, et celui-ci répond qu'avec des filles comme elle, il ne faut pas. Un autre soir, Louise propose à Daniel d'aller écouter du jazz, et comme elle a 3 places, elle suggère que Keaton vienne lui aussi. Mais Daniel pense qu'il ne sera pas intéressé, surtout qu'il a retrouvé la trace d'Edgar. Sam demande s'ils veulent écouter un morceau en particulier, et Daniel dit "blue friday". Louise pensait qu'il n'y avait plus besoin d’écouter ce morceau, et Daniel rougit. Le lendemain, Taichi explique qu'Edgar l'a frappé avec une bouteille avant qu'il ait eu le temps d'expliquer qui il est. Daniel ne s'en inquiète pas et donne à son ami des cadeaux de valeur de ses anciennes copines, et il déclare que 100 aventures ordinaires ne valent pas une histoire particulière. Il continue donc à passer du temps avec Louise, et un jour, alors qu'ils s'apprêtent à sortir ensemble, Keaton reçoit un appel pour lui donner le lieu de travail d'Edgar. Mais il revient bredouille, car à chaque fois qu'il le trouve, Edgar est déjà parti, comme s'il savait que quelqu'un venait. Il se demande si les enfants de Reed n'ont pas engagé quelqu'un pour le gêner. Daniel lui dit que cela ne lui ressemble pas, et qu'il doit s'accrocher car il devra bientôt travailler pour 2. Taichi lui demande s'il est sérieux, et Daniel lui demande ironiquement s'il n'a pas le droit de se marier. Taichi le félicite alors en lui faisant une tape sur l'épaule, ajoutant qu'il peut dire adieu à sa vie de play-boy. Daniel arrive au bar et commande comme d'habitude à Sam, ajoutant qu'il dit adieu au célibat. Ensuite, Sam remarque que Louise est en retard, et Daniel pense qu'elle ne va plus tarder. Mais il continue à enfiler les verres et décide de s'arrêter après un moment, mais ne tient pas longtemps. Sam pense que cela suffit quand quelqu'un entre. Mais il s'agit de Keaton, et les 2 hommes rigolent autour de quelques bières. Soudain, Daniel s'arrête et dit avoir compris qu'il s'est fait plaqué. Il demande donc à Sam qu'on lui joue "blue friday". Plus tard, Keaton est contacté par le SAS pour la mort du sergent Clark. Il se pourrait que le lieutenant Young, promis à un avenir de général, soit impliqué, et le SAS a besoin d'une enquête objective. Plus tard, alors que Taichi n'a pas de piste, Daniel parcourt le journal et découvre qu'un autre sergent du SAS a été assassiné de la même manière que Clark. Keaton reconnaît un subalterne de Young. C'est la dernière apparition de Daniel dans ce tome.

    Volume 8

    Taichi invite Daniel dans un restaurant chinois du Chinatown de Soho. En voyant la belle serveuse, le restaurant commence à plaire à Daniel. On leur sert une soupe d'ailerons de requin, et Daniel ne trouve pas les mots pour décrire le goût. Keaton dit qu'au Japon, on dit qu'elle est "onctueuse" ou "sirupeuse". Daniel trouve que c'est bien le signe qu'en Angleterre, en matière de cuisine, ils ont beaucoup de retard. Un autre plat est servi et Daniel se demande ce que c'est. Le patron intervient pour dire que ce sont des kara-age. Daniel et Taichi se régalent, et ce dernier demande le secret d'une viande si parfumée. Le patron reconnaît son fin palet, incomparable à celui d'un anglais, renvoyant son employé Rudy en cuisine. Un autre soir, Daniel et son ami aperçoivent Rudy au bar, alors que c'est le coup de feu. La fille du patron, Song Li arrive alors et révèle que Rudy a été viré. Elle veut que les 2 hommes goûtent aux plats de Rudy, et Daniel trouve que c'est très bon. Il se demande pourquoi Rudy travaille dans ce petit restaurant, et le jeune homme explique être né à Hong Kong, avoir eu le coup de foudre pour la cuisine chinoise, et vouloir retrouver ce goût d'antan, dont ce restaurant se rapproche le plus. Il veut donc continuer à y apprendre la cuisine chinoise. Pour Daniel, il suffit de faire goûter ces plats au patron, mais pour Taichi il faut un choc pour faire plier cet entêté de patron. Le jour suivant, Keaton téléphone à son père au Japon, à propos de kara-age au Japon, et Daniel demande ce que cela a à voir. Petit, Taichi a goûté des kara-age du meilleur restaurant de Yokohama, et c'était le même goût que celui du patron du Golden Lotus. Mais comme il n'obtient pas l'information, il va voir le vieux Zhao en compagnie de Daniel. Celui-ci pense qu'ils ne peuvent rien tirer de ce vieil homme à moitié sourd, mais Zhao révèle que Sun Yat-Sen, le révolutionnaire chinois, a habité au Golden Lotus. Taichi, qui pense à une piste, obtient ensuite confirmation par son père car Sun Yat-Sen a aussi été dans le restaurant de Yokohama. Il obtient ainsi le secret des kara-age, mais aussi de gâteaux de lune, et pousse donc ensuite le patron du Golden Lotus à goûter les plats de Rudy, qu'ils trouvent excellent, car il n'avait jamais pu obtenir la recette des gâteaux. Il accepte de reprendre Rudy, à la grande joie de tous, dont Daniel. Dans un flashback remontant à 10 ans plus tôt, en 1982, on découvre que Daniel travaille seul, et qu'il est sur l'affaire d'Atkins, un archéologue retrouvé mort dans une rivière du comté de Yorkshire, près d'un lieu de fouilles. Il interroge le directeur des fouilles, Davis, qui engueule le nouveau venu qui ne creuse pas au bon endroit, et qui se révèle être Keaton. Daniel fait la connaissance de cet homme passionné qui lui parle des celtes. Daniel comprend que ceux-ci était belliqueux, mais aussi coquet. Daniel trouve l'archéologie romantique et reposant, et se présente. Mais Keaton est arrivé après le décès d'Atkins. Daniel va donc voir les effets personnels du défunt auprès de son mentor, Stevens, et de son ami, Powell. Ceux-ci disent que c'est un accident et qu'ils veulent passer à autre chose, tandis que Daniel trouve un morceau dans la poche du pantalon d'Atkins. En sortant, il demande à Taichi ce qu'il a trouvé. Il s'agit d'un fragment de cruche à vin et Daniel trouve cela banal. Mais pour Keaton, un archéologue ne mettrait pas un objet trouvé ainsi dans sa poche. Il aurait aussi bien pu être frappé avec cette cruche, et Daniel en a déduit la même chose car le rapport d'autopsie révèle une blessure sur la tête. Par la suite, Daniel apprend qu'Atkins et Davis ont eu un différend, et il tente de confronter ce dernier sur le lieu de la probable chute d'Atkins. Davis admet la dispute avant d'aller boire au village. Après confirmation de cet alibi, la nuit venue, il boit avec Keaton et ensembles, ils observent les étoiles. En sentant le fragment, Keaton décèle une odeur de vin récente, et les 2 hommes vont voir Powell pour savoir qui peut toucher les objets déterrés. Mais là-bas, Taichi découvre un autre fragment, et Powell les menace d'une arme. Celui-ci parle d'un accident car les 2 archéologues voulaient la fille de Stevens, et Powell a frappé Atkins qui tentait de l'étrangler pour avoir déjà demandé la main de la fille. La réputation de Powell et son mariage allaient en pâtir et il a donc maquillé l'homicide. Keaton parvient à maîtriser Powell, qui est arrêté, mais il est renvoyé du site. Daniel lui propose donc de travailler avec lui en attendant de trouver mieux, et ainsi commence leur collaboration. On ne voit plus Daniel par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 8 : Vivant.

    Professeur Yoshirô Takakura

    Volume 1

    Takakura est un professeur d’archéologie qui obtient l'autorisation des chinois vers la fin des années 80 pour pouvoir faire des fouilles dans le désert de Taklamakan, à 110 kilomètres au nord de Hotan, lors d'une expédition britannico-japonaise. Il travaille avec le professeur auxiliaire Yamamoto, et venant d'Oxford, le professeur Collins et son assistant, le professeur Barney, et puis des étudiants. Cependant, alors qu'il ne leur reste qu'une semaine, ils sont loin d’être parvenus à faire toutes les fouilles. Takakura veut détruire le mur central du 16ème siècle, sans aucune valeur historique, pour pouvoir effectuer des fouilles en dessous, mais Yamamoto lui rappelle que les ouvriers ouïghours refusent car pour eux, il s'agit d'un mur sacré. C'est alors que Takakura et Yamamoto aperçoivent au loin un homme qui arrive vers eux, mais qui porte un costume. Il s'agit de Taichi Keaton, un archéologue qui a eu un différend avec Takakura sur l'interprétation de certains motifs décoratifs. Takakura déduit de sa tenue qu'il n'a aucune expérience du terrain. Il estime que la Lloyd's, qui s'occupe d'assurer les objets trouvés, pourrait faire un effort quand elle envoie des experts. Le professeur sort une couronne en or, et Keaton s'en saisit rapidement. Takakura lui crie de faire attention car c'est une pièce très précieuse. Keaton lui montre alors un objet qui provient de cette région, et demande si Takakura sait ce que c'est. Mais celui-ci répond que non. Sur le chantier, le professeur trouve que Keaton se montre imprudent, et il lui dit de faire attention, avant de dire à Yamamoto de ne pas quitter des yeux cet amateur. Lors d'une réunion avec Yamamoto, Keaton, Collins et Barney, Takakura réitère son envie de détruire le mur. De plus, ni le patriarche des ouïghours, ni son fils, le chef de la tribu, n'ont déposé de requête officielle pour préserver le mur. Il parle à nouveau du temps qui leur reste, ne sachant pas si le gouvernement chinois leur donnera une seconde chance. Collins veut l'avis de Keaton, et celui-ci aimerait d'abord avoir un délai d'un jour, ce qui choque Takakura. Le lendemain, on annonce à Takakura que les ouvriers ouïghours sont en grève car un étudiant aurait traversé l'espace sacré où les ouïghours priait vers La Mecque. Takakura veut en profiter pour détruire eux-mêmes le mur en l'absence des ouvriers. Mais en voyant ce que font les étrangers, le patriarche décède sous le choc. Pour punir les étrangers, le fils du patriarche, Abdulah Abas, ligote les 4 professeurs et Keaton, et la nuit tombée, il les abandonne en plein désert. Takakura le prévient que le gouvernement chinois ne gardera pas le silence, mais Abdulah veut leur faire payer, et dit que le désert les jugera. Une fois seuls, Takakura voit la cordillère de Kunlun, et pense trouver une route en 4 heures de marche. Mais Keaton prévient qu'ils seront tous morts à cause de la chaleur. Pour survivre une première journée, ils creusent un trou pour se protéger des rayons du soleil. La nuit venue, Takakura voit que Keaton mange quelque chose, mais en voyant qu'il suce des pierres, ils les jette à terre. Keaton suggère ensuite de sucer des racines, mais Takakura veut aller vers le sud. L'archéologue, utilisant un rapporteur improvisé, prévient qu'il leur faudra 2 nuits de marche pour atteindre une route, mais le professeur veut tenter le coup. Collins avertit que Barney, déshydraté, est incapable de se déplacer, et Keaton prévient qu'ils le sont tous et qu'ils doivent d'abord trouver de l'eau. Agacé, Takakura choisit de partir, même s'il doit marcher seul. Mais une fois en haut de la colline, il fait une chute et se foule la cheville. Il est ramené auprès des autres, et Keaton estime qu'avec 6 feuilles de plastique et l'objet insolite, ils trouveront de l'eau. Ils entend ensuite qu'une musaraigne des maisons a été prise dans son piège, et après avoir taillé une pointe avec des pierres, il égorge l'animal pour que les autres puissent se nourrir de son sang. Keaton parvient à faire un feu pour manger la musaraigne, puis fait un trou, met un plastique à l'intérieur et le recouvre d'un autre plastique. Le lendemain, grâce à la condensation, ils obtiennent de l'eau et peuvent se mettre en marche la nuit suivante. Keaton a enfin compris de son objet est une arme pour les lances, mais Takakura s'écroule, épuisé. Hors, Keaton ne veut pas l'abandonner, et ils continuent leur route avant de creuser un nouveau trou. Le jour venu, Keaton est prêt à affronter les ouïghours, mais ceux-ci, impressionnés, leur donnent de l'eau et les sauvent. On ne voit plus Takakura par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 4 - La fronde de David".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Thomas Brown

    Volume 1

    Thomas est un marchand d'art qui est né dans un bas quartier de Soho, où il crevait de faim et de froid. Mais un jour, alors qu'il admirait un tableau dans la vitrine d'une galerie, le gérant de celle-ci, George Cunning, l'a remarqué et l'a invité à l'intérieur. Cunning a alors offert à Brown des études dans une école d'art. En 1969, Thomas a commencé à réussir en tant que marchand d'art, mais Cunning était en difficulté financière à cause de spéculations boursières de son père. Ses collègues, des aristocrates et des gens de la National Gallery l'ont aidé, mais avec en tête l'envie de récupérer la collection d'oeuvres d'art de Cunning. C'est lord Gilbert Palmer qui se montra le plus pressant, et il voulait la statue de David par Guilio Romano. Mais pris de désespoir, Cunning se suicida. Brown donna alors à Palmer une copie de la statue, faite par l'allemand Manfred Linz, un génial faussaire du 16ème siècle, et donna la vraie à la veuve de Cunning. Par ailleurs, Brown a acquis la mauvaise réputation de faire dans la revente d'objets d'art volés, mais aussi de réaliser des copies et de les revendre sur le marché noir. Il se murmure aussi qu'il ferait dans le trafic d'armes. Mais vers la fin des années 80, Palmer annonce qu'il va revendre la statue de David au comte Nelson, qui souhaite ouvrir un musée d'art à Wembley. Brown comprend alors que Palmer sait que la statue est une copie, mais il ne peut pas apporter la preuve que c'est le cas. Le marchand d'art fait donc appel à Taichi Keaton, un archéologue, qui est aussi enquêteur pour les assurances, et qui a déjà fermé les yeux sur une contrefaçon de Brown. Keaton regarde des objets sur une table, et semble s'intéresser à une arme découverte il y a 50 ans dans le désert de Taklamakan, mais dont il ignore le fonctionnement. Brown accepte de lui donner l'objet, si Keaton accepte sa demande, parlant du mythe de David et de Goliath. Dans le futur musée de Nelson, Brown admet être un marchand peu scrupuleux, mais il estime que ceux qui s'intéressent à l'art avec un esprit pur ne peuvent vendre que des oeuvres originales s'ils veulent garder leur noblesse de vues. Le marchand n'explique par la raison véritable, puis le duo va rencontrer Palmer et Nelson. Après les présentations, le lord déclare qu'il a toujours le certificat d'authenticité, et ironise sur le fait que c'est peut-être lui aussi un faux, ce qui laisse Brown muet. Palmer explique alors que Romano était quelqu'un à la grande dévotion, s'inspirant beaucoup de l'ancien testament, alors que Linz, apparu 10 ans après la mort de Romano, déclara qu'il ne croyait pas aux géants et à la mer qui s'ouvre. Brown remarque que Keaton semble d'assoupir, et Palmer pense avoir convaincu le comte car Linz aurait été incapable de copier la ferveur religieuse de Romano. Soudain, l'archéologue se lève, et demande à la surprise générale à pouvoir passer un coup de fil. Après son appel, il demande à Brown à pouvoir voir l'original, et Brown choisit de tout lui raconter. Ils retournent auprès de Nelson et de Palmer, qui dit avoir un rendez-vous à 16h et ne plus pouvoir attendre. En se levant à nouveau et en se dirigeant vers la statue, Keaton déclare que Linz était en fait plus doué que Romano, mais qu'il n'avait pas compris une chose. Il rappelle que Romano était très croyant, tandis que Linz n'avait même pas lu la bible. Palmer demande comment il peut savoir cela, et l'archéologue répond que l'ancien testament n'a été traduit en allemand que un siècle après Linz. Hors, selon la bible, il y avait une différence de 2 mètres entre David et Goliath, ce qui signifie qu'avec sa fronde, son regard devait se diriger vers le haut avec un angle de 11 degré minimum. Hors, le regard de la statue ne fait que 3 degrés au maximum, ce qui fait que c'est une copie faite par Linz. Rassuré, Thomas reprend du poil de la bête face au lord, mais celui-ci sort une masse romaine qu'il lui a vendu. Brown prétend se sentir mal et dit qu'il doit prendre des médicaments contre le diabète. Dans les toilettes, il s'en veut, mais Keaton lui montre qu'il a subtilisé la masse. Ils reviennent donc vers Nelson et Palmer, et ce dernier, constatant qu'il n'a plus la masse, se jette sur le marchand d'art qu'il accuse de l'avoir volé. Voyant que Brown n'a rien, le lord accuse alors l'archéologue, mais le comte l'arrête, le prévenant qu'il compte demander une expertise à la National Gallery. Il remercie Brown et dit compter sur lui. Le marchand d'art veut remercier Keaton, mais celui-ci s'en va déjà. C'est la dernière apparition de Brown dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 4 - La fronde de David".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Comte Nelson

    Volume 1

    Ce noble britannique réunit des oeuvres d'art à la fin des années 80 afin d'ouvrir un musée à Wembley, du côté de Londres, car il pense que les citoyens ordinaires devraient pouvoir avoir accès à des oeuvres exceptionnelles. Un jour, lord Gilbert Palmer, un aristocrate de bonne famille, lui vend la statue de David faite par Giulio Romano. Mais le marchand d'art Thomas Brown, réputé peu scrupuleux et venant d'un bas quartier de Soho, prétend que la statue est une fausse faite par l'allemand Manfred Linz, un faussaire de génie du 16ème siècle. Tous les 3 se retrouvent donc dans le futur musée du comte, et Brown a amené avec lui Taichi Keaton, un archéologue qui est aussi enquêteur pour les assurances. On lui présente Nelson, ainsi que Palmer, et il complimente ce dernier. Ensuite, Palmer affirme qu'il a acheté la statue au bienfaiteur de Brown, George Cunning, aujourd'hui décédé, et qu'il a encore le certificat d'authenticité qu'il a reçu à l'époque. Il déclare ironiquement que celui-ci doit être un faux lui aussi, avant de dire au comte qu'il va mettre un point d'honneur à prouver que cette statue est authentique. Une fois assis, Palmer explique que Romano est né à Rome en 1499, qu'il avait un art réaliste, mais qu'il était aussi quelqu'un de très croyant, s'inspirant beaucoup de l'ancien testament. Pour le lord, en regardant la statue, ce ne pourrait être une fausse car il n'y aurait rien à attendre de plus d'une oeuvre originale. Nelson est d'accord, et Palmer poursuit en parlant de Linz, apparu 10 ans après la mort de Romano. Celui-ci était dépourvu de toute foi, refusant même un prêtre quand il a été brûlé sur un bûché. Le lord s'adresse au comte, et pense l'avoir convaincu, Keaton se lève alors, et demande à pouvoir utiliser le téléphone. A son retour, Palmer annonce qu'il a un rendez-vous à 16h, et qu'il ne peut pas rester très longtemps à écouter. Il parle alors de la mauvaise réputation de Brown, alors que lui vient d'une grande famille. Brown ne répond pas, mais Keaton se lève à nouveau, et en se dirigeant vers la statue, il dit que Linz était plus doué que Romano, mais qu'il n'avait pas compris une chose. Il dit que Romano était effectivement d'une grande dévotion, alors que Linz n'avait pas lu la bible. Palmer se demande comment il peut prétendre une telle chose, et Keaton explique que l'ancien testament n'a été traduite en allemand qu'un siècle après Linz. Il ne savait donc pas que dans la bible, Goliath faisait 3 mètres de haut, et qu'il y avait une différence de 2 mètres avec David. Celui-ci devrait donc lever les yeux d'au moins 11 degrés, alors que la statue ne lève ses yeux que de 3 degrés au maximum. Pour l'archéologue, c'est la preuve qu'il s'agit d'une copie. Brown semble prendre du poil de la bête suite à ces révélations, mais Palmer sort une masse romaine que le marchand d'art lui a vendu. Celui-ci se montre alors blême, et dit qu'il doit prendre des médicaments pour son diabète, se dirigeant vers les toilettes. Keaton le suit, et ils reviennent peu après. Palmer veut ressortir la masse, mais ne la trouve pas. Il accuse alors Brown de la lui avoir volé et se rue vers lui. Nelson lui demande de se calmer, puis le lord accuse l'archéologue. Agacé, le comte se fâche, et dit à Palmer qu'un aristocrate n'agit pas ainsi. Il annonce qu'il a l'intention de demander une expertise à la National Gallery, et dit au lord qu'il est prévenu. Il remercie ensuite Brown et dit compter sur son aide pour les expositions de son musée. Le marchand d'art veut remercier Keaton, mais celui-ci s'en va déjà. On ne voit plus Nelson par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 4 - La fronde de David".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Lord Gilbert Palmer

    Volume 1

    Palmer est un fils de noble famille qui est devenu critique d'art et qui a pris vers ses 30 ans le surnom de Knight. De plus, il est le plus jeune conseiller à avoir été nommé dans l'histoire de la National Gallery. Certains le voient d'ailleurs déjà devenir ministre de la culture. En 1969, alors que le marchand d'art George Cunning est criblé de dettes héritées de son père et qu'il demande l'aide de ses pairs, Palmer et les autres nobles conseillers acceptent de lui donner de l'argent. Hors, ce qu'ils veulent, c'est s'emparer de la collection d'oeuvres d'art de Cunning. Et Palmer est celui qui se montre le plus pressé. Pour que Cunning rembourse sa dette envers lui, il réclame la pièce maîtresse de Cunning, à savoir la statue de David lançant une pierre, de Giulio Romano. Ne pouvant le supporter, Cunning finit par se suicider. C'est le protégé de Cunning, Thomas Brown, issu des bas quartiers de Soho, qui remet la statue au lord. Mais ce dernier se rend compte que Brown, qui a déjà une réputation de faussaire, lui a donné une copie de la statue de David, faite par l'allemand Manfred Linz, un faussaire de génie. Malgré cela, Palmer garde la statue et vers la fin des années 80, il la vend au comte Nelson, qui souhaite ouvrir un musée à Wembley. C'est alors que Brown réplique et annonce que la statue est une copie, malgré le certificat d'authenticité. Il donne donc rendez-vous à Palmer et Nelson dans le futur musée de ce dernier, afin de prouver qu'il a raison. Sur place, Brown leur présente Taichi Keaton, un archéologue, mais aussi enquêteur d'assurances, qui complimente le lord en lui serrant la main. Après s'être essuyé la main, Palmer annonce qu'il compte prouver que la statue est une vraie. Il raconte donc l'histoire de Romano, né en 1499 à Rome, et ayant appris auprès de Raphaël. De sa mère, il est devenu quelqu'un de très croyant, représentant souvent l'ancien testament avec le plus de réalisme possible. Ce qui devrait déjà prouver que la statue de David est la vraie. Mais il continue en parlant de Linz, apparu à Florence 10 ans après la mort de Romano, et qui étudiait l'architecture. Il a copié de nombreux maîtres et quand il fut brûlé pour contrefaçon à 50 ans, il déclara qu'il n'avait pas besoin de prêtre car il ne croyait pas aux histoires où la mer s'ouvre en 2, et avec des géants. Palmer pense avoir prouvé là qu'il a raison, mais Keaton se lève soudainement. Il demande à pouvoir passer un appel, et Brown le suit. A leur retour, le lord prétend qu'il n'a plus le temps car il a d'autres obligations, ajoutant que Brown vient des bas quartiers et ne peut pas comprendre l'art, alors que lui vient d'une riche famille et ne ment jamais. Keaton se dirige alors vers la statue, et dit que Linz était plus doué que Romano, mais qu'il n'avait pas compris une chose. Tous restent interloqués, et l'enquêteur affirme que Linz n'avait pas lu la bible. Palmer se demande comment il peut affirmer une telle chose, et Keaton explique que la bible n'a été traduite en allemand qu'un siècle après la mort de Linz, par Luther. Il explique ensuite qu'en affrontant Goliath, David a dû s'approcher à environ 10 mètres et lever les yeux, avec un angle d'au moins 11 degrés, d'après la taille du géant. Hors, le regard de la statue ne se lève que de 3 degrés environ. Palmer ne se montre pas convaincu, mais Brown semble avoir repris espoir et accuse le lord. Mais celui-ci sort alors une masse romaine que Brown lui a vendu, et qui est un faux. Brown prétend alors ne pas se sentir bien et devoir prendre des médicaments. Keaton le suit, et bouscule Palmer. A leur retour, ce dernier ne trouve plus la masse et accuse alors Brown de la lui avoir pris, le prenant à la chemise. Comprenant que c'est l'enquêteur qui la lui a subtilisée, Palmer l'accuse à son tour, mais Nelson intervient car ce comportement est inadmissible venant d'un lord. Il annonce qu'il compte demander une expertise à la National Gallery et remercie Brown, disant compter sur lui pour son musée. C'est la dernière apparition de Palmer dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 4 - La fronde de David".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Manfred Linz

    Volume 1

    Il s'agit d'un faussaire du 16ème siècle qui était un génie dans son domaine, capable de copier les plus grands maîtres, tels que Giulio Romano, Pisano, ou Martini. Il est apparu à Florence 10 ans après la mort de Romano, qui était né en 1499. Linz était un allemand qui était protégé par la famille Fugger, mais aussi un artisan venu à Florence pour étudier l'architecture. Il vendit ses contrefaçons, dont une copie de la célèbre oeuvre de Romano "David lançant une pierre". Cependant, contrairement à Romano qui était très religieux et se basait sur la bible pour ses oeuvres, Linz ne croyait pas à tout cela, et n'avait pas lu la bible, car à cette époque, elle n'avait pas encore été traduite en allemand. Du coup, au lieu de regarder vers le haut avec un angle d'au moins 11 degrés comme pour Romano qui s'est basé sur la bible et la taille de Goliath, la copie de Linz n'a ce regard vers le haut que de 3 degrés maximum. Finalement, Linz est condamné à être exécuté sur le bûcher pour délit de contrefaçon, à l'âge de 50 ans. Hors, il refusa la présence d'un prêtre et aurait dit en riant qu'il n'est jamais allé à la messe. Et en ce qui concerne l'ancien testament, il a dit qu'il n'était pas assez idiot pour croire une histoire aussi fantaisiste avec une mer qui s'ouvre en 2 et avec la présence de géants. Il décéda ensuite sur le bûcher.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 4 - La fronde de David".
    • Statut au volume 4 : Mort, brûlé sur un bûcher au 16ème siècle.
    • Statut au volume 8 : Mort, brûlé sur un bûcher au 16ème siècle.

    George Cunning

    Volume 1

    Cet homme fut autrefois le propriétaire, avec sa femme, d'une galerie d'art à Londres, probablement dans le bas-quartier de Soho. Un soir où il neigeait, il a remarqué qu'un jeune pauvre du quartier regardait un tableau de Bonnard exposé en vitrine, depuis l'extérieur. Comme ce garçon semblait fasciné par la peinture, George décida de l'inviter à l'interieur, malgré son apparence de mendiant. Ce garçon, Thomas Brown, se fit offrir des études dans une école d'art par Cunning, qui ne semble pas avoir d'enfants. En 1969, Thomas commença à percer en tant que marchand d'art, mais Cunning se trouva dans une situation difficile. A cause de spéculations boursières désastreuses de la part de son père, il s'est retrouvé avec des dettes énormes à payer. Il fit alors appel à des collègues, des aristocrates, des conseillers de la National Gallery, afin de l'aider. Ceux-ci lui ont volontiers fait crédit, mais ils ne pensaient en fait qu'à piller la collection d'oeuvres d'art de Cunning. Parmi ceux-ci, l'un d'eux, lord Gilbert Palmer, se montra plus pressant, et pour solder la dette que Cunning lui devait, il exigea la pièce majeure de sa collection, c'est-à-dire la statue de David lançant une pierre, de Giulio Romano. Acculé, et ne pouvant se résoudre à se séparer de cette pièce, George finit par se suicider en se tirant une balle dans la tête.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 4 - La fronde de David".
    • Statut au volume 4 : Mort par suicide en se tirant une balle en plein tête.
    • Statut au volume 8 : Mort par suicide en se tirant une balle en plein tête.

    Professeur auxiliaire Yamamoto

    Volume 1

    Yamamoto fait partie d'une expédition de fouilles britannico-japonaise, que le gouvernement chinois a autorisé à faire des fouilles dans le désert du Taklamakan, à 110 km au nord de Hotan, sous la direction du professeur Takakura, avec les professeurs Barney et Collins d'Oxford. Mais alors qu'il ne reste plus qu'une semaine, Takakura n'est pas satisfait et pense qu'il faut abattre le mur central qu'ils ont découvert et qui n'a aucune valeur historique. Cependant, les ouvriers ouïghours, musulmans, considèrent ce mur comme sacré et s'opposent fermement à sa destruction. Takakura s’énerve car ce qui les intéresse se trouve en-dessous de ce mur. C'est alors qu'arrive en costume Taichi Keaton, un archéologue mi-japonais, mi-anglais, envoyé par la société d'assurances Lloyd's pour estimer les objets trouvés. Yamamoto explique à Collins et Barney que Keaton est renommé mais que lui et Takakura ont eu des positions opposées sur l’interprétation de motifs. Pour Collins, c'est un homme étrange. Ensuite, alors que Keaton se dirige vers le site, Takakura dit à Yamamoto de ne pas le quitter des yeux car c'est un amateur. Mais Yamamoto constate que Keaton s'entend bien avec les ouïghours, qui prient 5 fois par jour, et dont il rencontre le patriarche, Abdulah Karim Mohamad. Yamamoto explique que c'est un homme chaleureux et compréhensif, ce qui n'est pas le cas de son fils, Abdulah Abas, le chef de la tribu. D'ailleurs, quand Keaton s'approche du mur, un de ses hommes tire aux pieds de l’enquêteur d'assurance, et Abdulah dit qu'ils doivent faire attention aux scorpions. Après son départ, Yamamoto explique qu'Abdulah a fait des études d’archéologie à Oxford, mais qu'il est aussi connu pour des faits d'armes lors du conflit transfrontalier entre la Chine et l'URSS en 1969. Il combattait des tanks alors qu'il était à cheval. Il est maintenant persuadé que les étrangers sont là pour voler leurs terres. Lors d'une réunion, Takakura insiste pour que le mur soit détruit, car ni le patriarche, ni son fils n'ont posé de réclamation officielle, et qu'ils peuvent faire une découverte historique. Collins demande l'avis de Keaton, qui souhaite avoir un jour pour se décider. Il va voir le patriarche avec Yamamoto, et le vieil homme raconte qu'il a combattu aux côtés de Mao Zedong, mais que la Chine les a dominé. Selon lui, son fils se trompe car il ne pense pas du tout à Allah, qui aurait dit au patriarche de prouver que les guerres qu'il a mené étaient saintes en étudiant leurs ancêtres. D’après le vieil homme, le mur appartiendrait au mausolée du héro musulman Sadiq. En partant, Yamamoto demande à Keaton s'il a compris, mais l’enquêteur répond que non, à part qu'ils ne doivent pas détruire le mur. Mais Takakura a profité d'une grève des ouvriers ouïghours pour commencer à casser le mur. En voyant cela, le patriarche a une crise cardiaque et décède. Pour punir les étrangers, Abas emmène en pleine nuit Keaton, Takakura, Yamamoto, Collins et Barney au milieu du désert, sans eau ni nourriture. Takakura voit au loin la cordillère du Kunlun, et pense y parvenir en 4 heures de marche. Yamamoto dit que dans 2 heures, le soleil va se lever, mais Keaton prévient que 2 heures plus tard, ils seront morts de déshydratation. Ils survivent une première journée en creusant un trou pour se protéger du soleil. La nuit venue, Yamamoto constate que Keaton suce des cailloux, ce qui énerve Takakura, mais que l’enquêteur fait de même avec des racines. Takakura veut s'en aller, mais Keaton le prévient, en utilisant un rapporteur improvisé, qu'ils sont à 2 nuits de marche de la route de la soie, et qu'ils devraient d'abord trouver de l'eau. Mais énervé, Takakura est prêt à partir seul. Cependant, arrivé en haut d'une colline, il fait une chute et se blesse à la jambe. Il est ramené auprès des autres, puis, alors que Yamamoto pense qu'ils sont fichus, Keaton capture une musaraigne grâce à un piège simple, et l’égorge afin qu'ils puissent se nourrir de son sang et de sa chair. Grâce à sa formation de militaire, Keaton fabrique une sorte de toilette, et le lendemain, par condensation, il obtient de l'eau. Le soir venu, ils se mettent en marche, et Keaton ne veut pas abandonner Takakura, tandis que Collins est fasciné par l’enquêteur. Ils passent la journée suivante dans un trou, et comme ils ont survécu jusque là, Abdulah Abas finit par céder, leur donne de l'eau et sauve les 5 archéologues. Yamamoto n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 5 - Sable chaud, blanc et noir".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Professeur Barney

    Volume 1

    Il s'agit d'un archéologue du centre d'études archéologiques d'Oxford, qui participe à la fin des années 80 à une expédition britannico-japonaise de fouilles dans le désert de Taklamakan, à 110 km au nord de Hotant, ayant reçu l'exceptionnelle autorisation du gouvernement chinois. Cette expédition est dirigée par le professeur Takakura, assisté du professeur Yamamoto, et en collaboration avec les professeurs Collins et Barney. La plupart des ouvriers sont des ouïghours musulmans, qui prient 5 fois par jour, et qui refusent de détruire un mur central découvert, mais qui n'a aucune valeur historique. Ce mur serait sacré pour les ouïghours, le vestige du mausolée d'un héro musulman. Alors qu'ils ne leur reste qu'une semaine, Takakura s'impatiente, puis soudain, un homme arrive en costume. Il s'agit de Taichi Keaton, un archéologue et enquêteur d'assurances envoyé par la compagnie Lloyd's pour expertiser les objets trouvés. Yamamoto explique à Barney et Collins que Keaton est réputé, mais qu'il a eu une position tout à fait à l'opposée de Takakura sur l'interprétation de motifs sur des boutons en verre trouvés dans des tertres. Barney comprend que les 2 hommes s'entendent comme chien et chat, sachant que Keaton est juste chargé de cours dans une petite université. L'expédition s'entend bien avec le patriarche des ouïghours, mais pas vace son fils, Abdulah Abas, qui a fait Oxford et la guerre transfrontalière entre Chine et URSS en 1969. Takakura veut absolument détruire le mur, surtout que ni le patriarche, ni son fils, n'ont fait de requête pour le protéger, et que ce qui les intéresse se trouve en dessous de ce mur. Collins demande l'avis de Keaton, qui souhaite avoir un jour de réflexion. Hors, les ouïghours vont en grève car l'un des étudiants serait passé entre eux quand ils priaient, alors que c'est un espace sacré. Et quand Collins et Barney expliquent cela à Takakura, celui-ci prend la décision d'en profiter pour abattre le mur lui-même. Cependant, quand le patriarche voit cela, il a une crise cardiaque et meurt. Pour le venger, son fils abandonne les 5 archéologues en plein milieu du désert, au milieu de la nuit, sans eau ni nourriture. Barney tente de s'excuser, disant qu'ils feront tout ce que veut Abas, mais cela ne fonctionne pas. Une fois seuls, Takakura pense pouvoir atteindre une route en 4 heures, mais Keaton leur dit que 2 heures après le lever du soleil, ils seront tous morts de déshydratation. Pour se protéger du soleil, ils creusent un trou et survivent à la première journée, même si Barney ne peut déjà plus marcher seul. Durant la nuit, Keaton trouve plusieurs moyens de palier le manque d'eau, mais Takakura est prêt à partir seul. Mais une fois en haut d'une colline, il chute et se blesse à la jambe. Pour survivre, Keaton parvient à capturer une musaraigne, qu'il égorge pour que tous puissent se nourrir de son sang et de sa chair. L'enquêteur révèle qu'il a été militaire et fabrique une sorte de toilette. Au lever du soleil, il a réussit à récupérer un peu d'eau grâce à de la condensation, et le soir venu, ils peuvent se mettre en route, Barney étant aidé par Collins, qui est fasciné par Keaton. Celui-ci refuse d'ailleurs de laisser Takakura sur le côté. Avant le lever du jour, ils creusent un autre trou mais sont à bout de forces. Heureusement pour eux, stupéfaits que les archéologues soient encore en vie, Abas et les ouïghours choisissent de les épargner, de leur donner eau et nourriture, et de les sauver. On ne voit plus Barney ensuite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 5 - Sable chaud, blanc et noir".
    • Statut au volume 4 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    A suivre...

    Cronos


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :