• 20th century boys : Personnages (7; Tomes 5 à 12)

    Voilà la sixième suite de la liste des personnages de 20th century boys.  Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Mayfield

    Volume 5

    Mayfield est un journaliste américain de CBS news. Le soir du 31 décembre 2000, il est appelé en urgence au Rockfeller center de New York car sur place, plusieurs personnes se seraient évanouies après avoir saigné. Alors que le présentateur a commencé son journal, Mayfield a un peu de retard. Il arrive sur les lieux un peu essoufflé, mais prend le direct. Avec son cameraman, il montre la place qui est jonchée de nombreux cadavres, et il se demande combien de corps il peut y avoir. Il explique que la police et les pompiers ont été prévenus, mais qu'il y a un brouillard gênant. Il remarque alors que Steve, son cameraman, ne se sent pas bien. Celui-ci se vide de son sang, et juste l'instant d’après, Mayfield ressent lui aussi les effets du brouillard, qui est en fait un virus mortel. Mayfield se vide de son sang lui aussi et décède en quelques instants.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 6. Les adieux".
    • Statut au volume 8 : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.
    • Statut au volume 12 : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.

    Takako Tokiwa

    Volume 5

    Cette vieille dame est la propriétaire d'une pension à son nom. Un jour de 2014, une jeune adolescente vient car elle compte s'installer à la pension, et dit s'appeler Kanna Endô. Mais Takako entend mal son nom la première fois. De plus, par la suite, Kanna fait beaucoup de bruit avec sa musique. Une autre fois, Yukiji Sedoguchi, la tutrice de l'adolescente, vient voir Mme Tokiwa, en train de taper sur un poulpe avec une matraque, avec un présent pour s'excuser du dérangement que fait Kanna. Takako dit que la jeune fille écoute sa musique du matin au soir, et qu'on ne peut même pas danser dessus car il s'agit d'une chanson bizarre. Elle raconte qu'elle était la reine des discothèques, dans le Kizana du, le Canterburry house, ou le Biblos. Elle était connue dans tout Roppongi et quand elle dansait, tous les hommes rappliquaient. Elle a l'habitude de la musique forte, mais elle trouve celle de Kanna nulle. Yukiji demande sur quoi Takako tape, et celle-ci répond que c'est un poulpe, et que cela se voit. Elle doit le taper pour le ramollir, et ajoute que c'est comme l'adolescente, qui n'aurait pas reçu assez de coups. Elle termine en disant que sinon, ce n'est pas mangeable. On ne voit plus Mme Tokiwa par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 12 : Supposé vivante.

    Mr Kaneko

    Volume 5

     

    Il s'agit d'un dessinateur de mangas qui, en 2014, travaille avec Ujiki dans une chambre de la pension Tokiwa. Tous les 2 ont survécu au grand bain de sang de l'an 2000. En effet, le soir du 31 décembre 2000, un robot géant est apparu en plein Tokyo, diffusant un virus mortel vidant ses victimes de leur sang. Ce virus a été aussi diffusé dans toutes les grandes villes du monde par des terroristes. Un jour, une nouvelle pensionnaire vient s'installer dans la chambre à côté des 2 mangakas, mais celle-ci fait beaucoup de bruit avec sa musique. Le deuxième jour, Kaneko vient frapper à sa porte car ils n'ont pas pu dormir de la nuit, et que la voisine recommence dès le matin. N'entendant pas de réponse malgré le tambourinage à la porte, il ouvre celle-ci et se retrouve face à une adolescente en petite culotte et T-shirt, en train de danser. Après avoir fait diminuer la musique, il retourne auprès de Ujiki, qui remarque qu'il est tout rouge. Il demande à Kaneko comment est leur voisin, et le mangaka répond qu'il s'agit d'une fille d'environ 17 ans, Ujiki demande si c'est une lycéenne, mais Kaneko n'en sait rien. Ujiki trouve que son collègue est quand même fort rouge, mais celui-ci détourne l'attention en disant que l'adolescente travaille à Kabukichô, un quartier dangereux. Mais il trouve surtout bizarre qu'elle écoute une vieille radio cassette, et une chanson écrite par son oncle. Ujiki comprend qu'il s'agit d'un enregistrement analogique, tout comme eux utilisent des crayons et de l'encre pour leurs planches, au lieu de l'ordinateur. Ujiki demande ensuite ce qu'il en est du nom. Kaneko propose alors de s'appeler Ujikoujio, en référence à Fujiko Fujio, pseudonyme des auteurs de Doraemon. Mais Ujiki voulait connaître le nom de la jeune fille. Kaneko dit qu'elle s'appelle Kanna Endô, et Ujiki remarque que son collègue rougit à nouveau. Quelques temps plus tard, l'adolescente met à nouveau sa musique à fond, et les 2 mangakas tapent sur le mur pour lui dire de diminuer le volume car ils travaillent. C'est alors que la tutrice de Kanna, Yukiji Sedoguchi, vient s'excuser auprès des 2 hommes. Ils disent que c'est bon mais qu'à cause de la musique, ils n'ont pas d'inspiration. La jeune fille intervient pour dire qu'ils dessinent bien, mais que leurs histoires sont inintéressantes. Yukiji la force à s'excuser, et Kaneko dit qu'une novice ne peut pas dire aussi facilement une chose comme ça. L'adolescente maintient ce qu'elle a dit, et les 2 auteurs rappellent qu'ils utilisent de l'encre au lieu de l'ordinateur, et que le renouveau du manga est au bout de leur plume. Un novice ne peut donc rien comprendre à leurs aspirations. Ils proposent donc à Yukiji de se faire une opinion en lisant leurs planches. Ils ont mis tout leur coeur dans cette histoire d'amour. La femme lit puis repose les planches. Elle dit ne pas être une experte, mais que cette oeuvre ne reflète pas leur intentions. Et plutôt qu'une banale histoire d'amour, elle préférerait lire l'histoire d'un homme voulant sauver le monde. Elle s'excuse puis s'en va avec Kanna. Sous le choc, les 2 auteurs ne peuvent rien dire. Ils vont dans le train, et se rappellent que tous ceux qui ont essayé ce genre d'histoire ont été arrêtés, ce qui veut dire que c'est dangereux. Ils arrivent à l'ancienne assemblée nationale avec une pétition pour un certain Kakuta, arrêté lui aussi. Kaneko trouve terrible cette nouvelle loi sur la protection de la jeunesse, et Ujiki lui demande de parler moins fort. En arrivant à leur destination, ils voient qu'il y a du monde, car c'est la première visite de l’année. Kaneko suggère d’écrire une histoire d'amour, et Ujiki trouve que c'est mieux que de ne plus pouvoir dessiner. En effet, ils ne veulent pas contrarier Ami. Celui-ci était en 1997 le mystérieux dirigeant d'une organisation, qui est devenu en 2000 le leader du parti de l’amitié. Et à l’entrée de l'ancienne assemblée nationale se trouve son symbole, représentant une main avec l'index pointe vers le ciel, un oeil dessiné sur le dos de la main, qui est elle-même à l’intérieur d'un oeil. Ami serait donc devenu en 2014 le dirigeant du Japon...

     

    Volume 6

     

    Un jour, alors qu'ils sont en plein travail, Kaneko veut poser une question à son collègue, qui lui répond qu'ils ne dormiront pas avant d'avoir terminé ces planches. Mais Kaneko voulait plutôt lui demander s'il n'a pas une chanson qui lui trotte dans la tête. Ujiki admet qu'il a une seule chanson en tête, qui doit sûrement venir d'une publicité, et qu'il entend en ce moment. Kaneko lui aussi n'arrive pas à s'en débarrasser, et les 2 mangakas se mettent d'accord sur le fait que c'est la musique de Kanna dont ils se rappellent, écrite par son oncle. Au début, Kaneko trouvait sa radiocassette très bruyante, et Ujiki sait qu'à force d'entendre la chanson, ils ont fini par la retenir. En y repensant, les 2 auteurs ne la trouvent pas si mauvaise. Avant, Kaneko trouvait la musique et les paroles horribles, mais maintenant, tout est devenu calme depuis que la jeune fille n'est plus là. Elle manque aux 2 mangakas. Soudain, ils entendent une légère musique de l'autre côté du mur et se ruent du côté de la chambre de Kanna, pour la trouver en train de préparer un sac. Celle-ci leur demande de se taire, car elle est juste venue prendre des affaires. Les 2 auteurs lui demandent ce qu'il se passe, car la police est venu fouiller la chambre de la jeune fille, et celle-ci voudrait savoir combien ils étaient. Les 2 mangakas répondent qu'il n'y avait qu'un agent en uniforme, et Kanna pense à un homme avec un grain de beauté sur le visage. Kaneko et Ujiki répondent que c'est bien lui. Kanna se dit qu'il a dû la voir avec Britney au commissariat, et se demande si toute la police est contre elle. Les 2 auteurs s’inquiètent pour la jeune fille, surtout que tous leurs collègues ont été arrêtés. Kanna les remercie et demande des nouvelles de leur manga. Pour les 2 mangakas, cela avance moyennement, et Kaneko ajoute qu'on leur dit toujours qu'il y a des choses qu'ils ne peuvent pas dessiner. Pour Kanna, le jour viendra où ils pourront dessiner ce qu'ils veulent. Elle s'en va, sous le regard rêveur des 2 mangakas, et on ne voit plus Kaneko par la suite dans ce tome.

     

    Volume 7

     

    Dans un souvenir, nous découvrons que quand le dessinateur Kakuta est arrivé à la pension Tokiwa, où se trouvaient déjà Kaneko et Ujiki, ces deux-ci travaillaient déjà comme assistants de Takarazuka. Celui-ci a probablement été arrêté depuis par les autorités japonaises, mais au moment de la venue de Kakuta, les 3 mangakas l'ont accueilli chaleureusement. Tous ensemble, ils étaient motivés pour dessiner des mangas intéressants et se sont mis directement au travail. Par la suite Kakuta a lui aussi été arrêté, et c'est la seule fois que Ujiki apparaît dans ce tome.

     

     

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Mr Ujiki

    Volume 5

     

    Ujiki est un mangaka qui travaille avec Kaneko à la pension Tokiwa, en 2014. Tous les 2 ont survécu au grand bain de sang de l'an 2000, cette nuit du 31 décembre 2000 durant laquelle un robot avait attaqué Tokyo, et lors de laquelle un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, avait été diffusé dans de nombreuses villes du monde. Un jour, un nouveau voisin arrive à la pension, et trouvant que celui-ci fait beaucoup de bruit avec sa musique, Kaneko décide d'aller le voir. Quand celui-ci revient, Ujiki lui demande s'il a réussi à calmer leur voisin, et celui-ci répond que oui. Mais Ujiki voit que son collègue est tout rouge, et il demande à quoi ressemble ce voisin. Kaneko explique qu'il s'agit d'une adolescente d'environ 17 ans, mais il ne sait pas si c'est une lycéenne. Par contre, il sait qu'elle travaille à Kabukichô. Ujiki estime que c'est une inconsciente car on ne revient pas vivant de ce quartier. Kaneko ajoute que cette fille écoute une cassette sur une radio cassette, et Ujiki est étonné que cela existe encore. De plus, elle écouterait une chanson écrite par son oncle. Ujiki trouve que cet enregistrement analogique peut être comparé au fait qu'ils utilisent encore du crayon et de l'encre à l’ère de l'ordinateur. Il demande ensuite le nom, et Kaneko répond qu'il a pensé à Ujikoujio, en référence à Fujiko Fujio, pseudonyme des auteurs de Doraemon, pour leur nom d'auteur. Mais Ujiki parlait du nom de la fille. Kaneko répond qu'elle s'appelle Kanna Endô, tout en rougissant, et Ujiki se demande pourquoi. Un autre jour, la jeune fille fait encore du bruit, et les 2 auteurs tapent sur le mur en demandant de diminuer le volume. C'est alors qu'arrive Yukiji Sedoguchi, la tutrice de Kanna, qui s'excuse platement pour le comportement de l'adolescente. Pour Ujiki, cela ne mérite pas de telles excuses. La jeune fille arrive, et dit qu'ils sont doués en dessins, mais que leurs histoires ne sont pas intéressantes. Yukiji l'oblige immédiatement à s'excuser, et Ujiki pense que c'est du sérieux. Les 2 mangakas montrent qu'ils utilisent encore de l'encre et qu'un novice ne peut pas comprendre leurs aspirations. Ils présentent des planches à Yukiji, et Ujiki dit que leurs 30 ans marqueront le boom de l'histoire d'amour. Après avoir reposé les planches, Yukiji dit qu'elle n'est pas une experte, mais que selon elle, cette oeuvre ne reflète pas leurs intentions. Et plutôt qu'une histoire d'amour, elle préférerait lire l'histoire d'un homme tentant de sauver le monde. Elle s'en va avec l'adolescente, et les 2 auteurs prennent le train pour l'ancienne assemblée nationale. Ils discutent et disent qu'ils ne peuvent pas dessiner ce genre d'histoire car c'est dangereux et que plusieurs mangakas ont été arrêtés, dont un certain Kakuta, pour qui ils ont une pétition. Kaneko trouve terrible cette nouvelle loi sur la protection de la jeunesse, et Ujiki lui demande de parler moins fort. Ils arrivent à leur destination, et il y a beaucoup de monde. Kaneko pense qu'ils devraient écrire une histoire d'amour, et Ujiki trouve que c'est mieux que de ne plus pouvoir dessiner. Ils ne veulent pas contrarier Ami. Celui-ci était en 1997 le leader mystérieux d'une organisation, qui est devenu en 2000 le parti de l’amitié. Sur le grillage d’entrée de l'ancienne assemblée nationale, on voit un symbole représentant une main pointant l'index vers le ciel, avec un oeil sur le dos de cette main, le tout se trouvant dans un autre oeil plus grand. Il s'agit du symbole d'Ami, et on comprend que celui-ci dirige le Japon en 2014...

     

    Volume 6

     

    Les 2 mangakas continuent leur travail, et Kaneko interpelle son collègue. Celui-ci lui répond qu'ils ne dormiront pas avant d'avoir terminé ces planches. Mais Kaneko ne veut pas parler de cela, mais veut savoir si Ujiki n'a pas un air qui lui trotte dans la tête. Ujiki lui répond que oui, et que cette unique chanson doit provenir d'une publicité. D'ailleurs, il l'entend en ce moment. Kaneko rétorque que c'est le même cas pour lui, et qu'il n'arrive pas à s'en débarrasser. D'un coup, tous les 2 s'accordent pour dire qu'il s'agit de la chanson de l'oncle de Kanna. Kaneko trouve la radiocassette très bruyante, et Ujiki dit qu'à force de l'entendre, ils l'on retenue. Tous les 2 se disent qu'au final, la chanson n’était pas si mauvaise. Kaneko dit qu'il la trouvait horrible et qu'il détestait la musique et les paroles, mais finalement, c'est calme depuis que la jeune fille n'est pas là. Elle lui manque presque. C'est alors qu'ils entendent une légère musique à côté, et ils se ruent vers la chambre voisine. Ils y trouvent avec joie Kanna, mais celle-ci leur demande de se taire. Elle dit être venue prendre des affaires, et qu'elle doit partir. Les dessinateurs lui demande où elle va, mais la jeune fille n'en sait rien. Les mangakas s'interrogent sur ce qu'il se passe, surtout que la police est venue fouiller la chambre. Kanna demande s'ils étaient nombreux, mais les dessinateurs répondent qu'il n'y avait qu'un agent en uniforme. La jeune fille souhaite savoir si celui-ci avait un grain de beauté sur le visage, et les mangakas répondent que oui. La jeune fille ne sait pas si toute la police est contre elle, ou seulement lui. Les dessinateurs s’inquiètent pour Kanna, car tous leurs amis ont été arrêtés. La jeune fille les remercie, avant de demander des nouvelles de leur manga. Les 2 hommes répondent que ça va et ça vient, car on leur dit qu'il y a des choses qu'ils ne peuvent dessiner. Kanna leur dit qu'elle est sûre que viendra le jour où ils pourront dessiner toutes les histoires qu'ils veulent. La jeune fille s'en va discrètement, et c'est la dernière apparition de Ujiki dans ce tome.

     

    Volume 7

     

    Lors d'un flashback, on apprend qu'Kaneko et Ujiki étaient autrefois les assistants de Takarazuka, un mangaka qui a certainement été arrêté depuis par le gouvernement japonais. A la pension Tokiwa, ils accueillent un nouveau dessinateur, Kakuta, et se présentent. Tous ensembles, ils veulent dessiner des mangas intéressants et se mettent au travail. Par la suite, c'est ce même Kakuta qui sera arrêté lui aussi par les autorités. C'est l'unique fois que l'on voit Ujiki dans ce tome.

     

     

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Mr Zhen

    Volume 5

    Cet homme est le patron d'un petit restaurant chinois dans le quartier dangereux de Kabukichô, à Tokyo. En 2014, la violence règne entre les mafias thaïlandaise et chinoise. Mais alors que les coups de feu se font entendre même dans le restaurant, Zhen continue sa cuisine et demande à Kanna Endô, sa jeune serveuse adolescente, de ne pas rêver et d'aller servir les nouilles au boeuf. Il lui rappelle que si elle fait attention aux coups de feu, elle ne pourra pas faire d'affaires dans le coin. Un de ses clients a même été tué dans le restaurant, alors qu'il avait déjà commencé sa commande. Du coup, il a pris l'argent dans son portefeuille. Dans le quartier, c'est l'argent qui compte avant tout, car sans elle, tu ne peux même pas aller aux toilettes. Kanna a alors une commande de viande grillée et de légumes sautés. Zhen remarque à ce moment que la commande est pour un travesti qu'il reconnaît, et il refuse de le servir car il n'a pas d'argent. L'adolescente dit qu'il faut le mettre sur son ardoise, mais Zhen rétorque qu'il ne paie jamais. Kanna dit alors de déduire de son salaire, et le patron lui dit qu'à cause de ce travesti, elle n'aura pas de salaire durant 3 mois, ce qui étonne la jeune fille. Quelques instants après, Kanna demande à pouvoir s'absenter un moment, mais Zhen refuse car il y a trop de travail. L'adolescente promet qu'elle revient tout de suite et qu'elle va juste dans la rue Nezan. Le cuistot la prévient qu'elle va se faire trouer la peau, et il veut savoir pourquoi elle va là-bas. La jeune fille dit s’inquiéter pour le restaurant Shichi ryû. Zhen dit qu'elle devrait plutôt commencer de s’inquiéter pour son restaurant, et l'avertit qu'il n'y a que les idiots qui ne gagnent pas d'argent. Kanna explique qu'elle a été surprise en mangeant les ramens du Shichi ryû, car cela lui rappelait ceux qu'elle mangeait avec son oncle quand elle était petite. Elle s'en va et finit par s'en sortir. Un autre soir, 2 chinois se bagarrent dans le restaurant, après avoir brisé la porte d’entrée. Zhen réclame le remboursement de sa porte, tandis que Kanna tente de calmer les esprits. Soudain, un jeune policier met les menottes à Zhen, et exige son permis de travail. Zhen est choqué, surtout que cela fait longtemps qu'il a ce restaurant. Kanna dit qu'il n'a rien fait, et d'autres inspecteurs arrivent exigeant que tout le monde se mette face au mur. L'adolescente frappe alors le jeune policier au visage, à la surprise de tout le monde, déclarant qu'elle déteste les flics. Elle se fait arrêter, et un autre soir, le jeune inspecteur, Chôno, vient dans le restaurant de Mr Zhen à la recherche de Kanna. Mais le patron répond qu'elle est de sortie. Le policier s'excuse de lui avoir mis les menottes sans s’être renseigné avant, et Zhen lui répond que s'il veut s'excuser, il n'a qu'à lui rembourser la porte, car une entrée bricolée fait fuir les clients. Le jeune homme demande combien cela coûterait, et le patron répond que c'est au moins 1 millions de yens, ajoutant que c'est l'argent qui dirige le monde. C'est la dernière apparition de Mr Zhen dans ce tome.

    Volume 6

    Suite à l’opération policière dans le quartier, et à la vitre brisée de la porte d’entrée, plus personne ne vient dans le restaurant de Mr Zhen. Celui-ci demande à Kanna si les assiettes sont lavées, et la jeune fille répond que oui. Et il en est de même pour le trottoir devant le restaurant, qui a été balayé. Alors que Zhen se demande pourquoi il n'y a plus de client, quelqu'un ouvre la porte. Malheureusement, ce n'est qu'un agent de police qui fait sa ronde. Celui-ci dit qu'il est au service des citoyens, et demande de remplir un formulaire. Zhen se fâche car la police a mis la zone sous contrôle et que les clients ont pris peur et ne viennent plus. Et si le policier est à leur service, il doit manger. L'agent dit qu'il vient souvent, et Kanna se souvient, ne l'ayant pas reconnu à cause de son uniforme. Zhen comprend que c'est un habitué, et la jeune fille se demande comment quelqu'un d'aussi gentil peut être policier, alors qu'elle les trouve effrayants. C'est alors que rentre le jeune inspecteur Chôno, et Kanna le désigne comme louche. L'agent le salue puis s'en va, et Zhen se rend compte qu'il n'y a que des flics qui n’achètent rien. Zhen et Kanna préfèrent qu'il dégage, à moins qu'il n'apporte l'argent pour réparer la porte. Mais l'inspecteur est à la recherche de Britney, un travesti dont il a une photo. Zhen et Kanna ne regardent pas, et cette dernière se demande s'il va encore arrêter quelqu'un qui n'a rien fait. Zhen, lui, se dirige vers la cuisine pour y prendre un hachoir et menace de le lancer sur le policier. Celui-ci part rapidement, puis Zhen, tout en pelant une patate, demande à Kanna de retrouver Britney, car celui-ci s'est moqué de lui et est parti sans payer. Hors, on peut échapper à la police, mais pas à lui. Par la suite, Kanna ne revient pas travailler durant un moment, et quand elle revient, Zhen lui dit de servir. La jeune fille est étonnée que le patron n'a engagé personne, et celui-ci explique qu'il faut 6 mois pour en former un, et qu'il arrête avant. Cela coûte cher. De plus, il a prêté de l'argent à Kanna, et elle le remboursera en travaillant. La jeune fille prévient qu'elle risque de lui attirer des ennuis et que la police pourrait saccager le restaurant. Le cuistot répond que si cela devait lui faire peur, il n'aurait pas son restaurant dans ce quartier. Il pose un plat et dit à Kanna de le servir avant qu'il ne refroidisse, sinon cela sera retenu sur sa paie. On ne voit plus Zhen par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Maraya

    Volume 5

    Il s'agit d'un travesti du quartier de Kabukichô, qui vient souvent manger au restaurant chinois de Mr Zhen, mais qui n'a jamais d'argent pour payer, et qui fait ainsi monter son ardoise. Il connaît bien Kanna Endô, la jeune serveuse adolescente, qui n'a pas peur de venir travailler dans ce quartier mal famé. Un soir, il commande de la viande grillée et des légumes sautés, et attend en fumant une cigarette. Tous les clients entendent des coups de feu à l’extérieur, qui ne semblent pas s’arrêter. Maraya sait que les mafia thaïlandaise et chinoise se battent pour le contrôle de la rue Nezan. Un client s’étonne que les thaïlandais soient arrivés jusque là, et le travesti explique que cette rue est perdue pour les chinois, car tous les magasins ont fermé et il ne reste plus qu'un restaurant de ramens, dont le patron doit se faire truffer de plombs. Kanna arrive alors près de Maraya, qui lui dit que les petites poitrines ont du succès en ce moment. Mais la jeune fille veut savoir si le travesti parlait du Shichi Ryû. Maraya répond que oui, et qu'il a ouvert car le loyer n’était pas cher, avant de demander si Kanna ne va pas lui offrir une bière. Mais la jeune fille quitte son poste pour aller à la rue Nezan, et Maraya n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 6

    Un soir, Kanna vient voir Maraya à son club, "les filles d'Adam", car elle est à la recherche de Britney, qui n'a pas payé sa note au restaurant. Maraya sait où est Britney, mais veut quelque chose en échange. La jeune fille est choquée, car elle a souvent avancé de l'argent pour Maraya. Celle-ci la trouve attachée à des petits riens. Pour Kanna, Maraya a le choix entre la rembourser ou aller chercher Britney. Maraya emmène donc Kanna dans un hangar où Britney a l'habitude de venir pour s'exercer à la danse. Elles la trouvent, et quand elle saute au cou de son amie, cette dernière remarque qu'elle ne s'est pas rasée. Britney dit avoir peur, et la jeune fille la rassure en disant que Mr Zhen n'est pas si méchant. Mais, toute tremblante, Britney explique qu'elle a tout vu quand le chinois s'est fait tuer. Elle est allée dans une ruelle pour prendre une bière. C'est là qu'elle a entendu une dispute. Elle s'est cachée et a vu le meurtre. Kanna comprend que c'est pour cela que la police la recherche, et Britney ne veut pas décrire le coupable. Maraya et Kanna la convainquent d'aller au commissariat, mais sur place, Britney panique en entendant une voix, et annonce que celle-ci appartient à l'assassin, un agent de police. Les 2 travestis retournent dans le hangar, et la jeune fille vient apporter à manger à Britney, disant à Maraya qu'il peut aller lui-même au restaurant. Pour ce dernier, si le coupable est un flic, ils ne peuvent rien faire. Comme le policier doit être au courant que Britney l'a vu, Kanna lui conseille d'aller chez sa grand-mère, à Yamagata. Maraya trouve que c'est une bonne idée, mais Britney veut devenir danseuse. Maraya lui rappelle que si elle meurt, elle ne pourra pas danser. Kanna lui prête de l'argent pour le trajet, mais ne veut rien donner à Maraya. Cependant, Britney veut encore prendre chez elle le rasoir de son père, mort durant le bain de sang le soir du 31 décembre 2000, quand un virus mortel a été diffusé par des terroristes. Maraya en a les larmes aux yeux, et Kanna accepte d'aller le chercher. Mais plus tard, quand elle revient, elle raconte que la police a déjà appelé sa grand-mère, et que Britney devra chercher un autre endroit, avec de l'argent prêté par Zhen. Maraya préfère ne pas emprunter de l'argent à cet escroc. Kanna essaie alors de voir si Britney a des preuves contre le policier, et traduit ce que le chinois a dit avant de mourir. Il était question du meurtre du pape et d'Ami, le mystérieux dirigeant du parti de l’amitié, qui a lutté contre les terroristes en 2000 et qui est devenu le sauveur de l’humanité. C'est alors que la jeune fille remarque la présence d'un jeune homme, l'inspecteur Chôno. Celui-ci demande à Kanna, qui hurle à Britney de fuir, de se calmer et de lui faire confiance. Il veut les protéger et va contacter quelqu'un de haut placé qu'il connaît. Quand il revient, les 2 travestis et Kanna ne lui font toujours pas confiance quand il dit que tout est réglé. Il a apporte des vêtements pour Britney, qui ne veut pas s'habiller en homme, et Maraya comprend, surtout avec des fringues pareilles. Chôno conseille à Kanna de retourner travailler au restaurant, mais la jeune fille veut d'abord fouiller l'inspecteur pour voir s'il n'a pas d’émetteur. Elle trouve juste des amulettes, que la mère de Chôno lui a donné, et Kanna et les 2 travestis en rigolent. La jeune fille en garde une puis s'en va. Pendant ce temps, l'inspecteur sort des bières, et Britney commence à danser avec Chôno. Soudain, un coup de feu retentit et Britney s’écroule, morte. L'agent de police meurtrier apparaît et vise l'inspecteur avec un fusil à pompe, juste avant que Kanna ne le frappe avec une poêle. Chôno sort son arme et tire, mais rate son coup, l'agent prenant la fuite. Maraya prend le rasoir du père de Britney et veut le garder. Le trio est obligé de fuir lui aussi, et Kanna impose au jeune inspecteur, complètement abattu par con échec, de résoudre cette affaire. C'est la dernière apparition de Maraya dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Volume 9

    Kanna, qui a décidé de se battre, est parvenue à obtenir un jeton de casino, alors que celui-ci est géré par la mafia et que la police n'y entre que difficilement. Maraya sait qu'on ne peut pas y entrer sans jeton, et Chôno ne voit pas le rapport avec le fait de se battre. La jeune fille lui répond que l'argent gouverne le monde. Une fois sur place, Maraya encourage Kanna, qui n’arrête pas de gagner aux machines à sous. Maraya ne veut pas s’arrêter, mais la jeune fille trouve que les gains sont trop petits. En voyant un homme, Kanna lui conseille de jouer sur la machine d'à côté, ce qui s’avère payant car l'homme en ressort gagnant. L'homme suggère à la jeune fille de na pas tricher, car les pêcheurs en ont marre de trouver des cadavres, ce qui effraie Maraya et Chôno. Mais Kanna demande à l'homme s'il ne connaît pas un moyen d'avoir de gros gains. Le yakuza lui parle alors du rapid Nakobov, inventé par Alexandre Nakobov après la chute du mur de Berlin en Russie. Ce jeu a été abandonné car les gains étaient importants, mais aussi les pertes. De plus, on peut tricher facilement. Mais la jeune fille n’hésite pas, et veut en connaître les règles, au grand désarroi de Maraya et Chôno. A la table, Maraya dit qu'ils ont 47.000 yens. Après un rappel des règles, un homme vient pour essayer de rembourser sa dette, mais le croupier appelle les nettoyeurs et l'homme s'enfuit. Un coup de feu se fait entendre, et Chôno va voir, avant de dire à Maraya que l'homme est mort, abattu. Ensuite, en jouant, Kanna parvient à ruiner ses adversaires, mais elle veut faire tomber la banque. A un moment, si elle sort un 2 de coeur, elle ruine le casino. D'un coup, le croupier sort une arme à feu, tout comme 2 joueurs et Chôno. La tension est tendue, mais la jeune fille déclare qu'elle est prête à rendre l'argent si on vient l'aider. Tout le monde se rue sur les jetons, alors que Kanna tente de donner rendez-vous à 5 heures devant l'ancienne mairie en ruines. Le yakuza fait sortir le trio, et le lendemain, Maraya apporte des cafés à Chôno et Kanna, achetés avec l'argent pris à un ivrogne. Maraya se dit qu'ils avaient obtenu des milliards de yens et qu'ils n'ont plus rien. Par contre, personne ne vient. Le yakuza veut savoir qui ils sont et comprend qu'ils ne sont pas des terroristes. Par contre, étonné par les talents de la jeune fille, il a pris la dernière carte qui devait sortir, et montre qu'il s'agissait d'un 6 de pique. Maraya est prêt à demander de l'aide à ses amies travestis, mais soudain, l'ivrogne se réveille. Il dit être venu pour l'argent, et des centaines de personnes arrivent malgré leur retard. Kanna décide de rassembler tout le monde à l’église, et après avoir obtenu l'autorisation du père Nitani, les mafieux chinois et thaïlandais, mais aussi les clochards, se réunissent sur place. Il y a même des gens à l’extérieur, et pour Maraya, ils ne sont là que pour l'argent. Kanna fait quand même face à la foule, et déclare directement qu'elle n'a pas d'argent. Devant la colère, elle tend une cuillère et la plie en la tenant uniquement avec le pouce et l'index. Elle dit ensuite que tout le monde a vu ses talents et veut une association. elle désigne des représentants de chaque groupe, et Nitani fait remarquer que tout le monde est calme. C'est alors qu'arrivent les chefs thaïlandais et chinois, Chaïpôn et Ogyoho. Kanna veut qu'ils l'aident à protéger le pape, sinon ils seront considérés comme des terroristes par le gouvernement, comme pour son oncle. Mais soudain, le policier meurtrier, Honkan, se montre et sort son fusil à pompe. Il menace Kanna, mais un homme s'interpose en brisant le vitrail au-dessus de la jeune fille. C'est Otcho, un ami de l'oncle de Kanna. Un coup de feu retentit, mais c'est Honkan qui s'effondre. Otcho lui prend alors son arme et sort de l’église pour trouver le tireur. On ne voit plus Maraya par la suite dans ce tome.

    Volume 10

    Peu après le départ d'Otcho, la foule se bouscule car la police arrive pour disperser le rassemblement. Les 2 boss mafieux veulent s'en aller, mais Kanna les arrête car elle n'en a pas fini avec eux. Maraya panique car la jeune fille n'a pas encore compris, et celle-ci explique que l'homme qui a été tué était un flic. Elle continue en disant qu'elle ne fait confiance en personne, mais qu'elle croit néanmoins plus en la mafia que la police pour protéger le pape. Les 2 boss sont d'accord sur le fait qu'ils ne veulent pas se faire des ennemis dans le monde entier. Ils se serrent donc la main, signe qu'ils mettent fin à la guerre entre leurs 2 gangs, à la surprise générale, dont celle de Maraya. Soudain, Chôno dit à tout le monde de partir, déclarant qu'il va gagner du temps. Maraya se demande comment il va faire, et il n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Ogyoho

    Volume 5

    Il s'agit du chef de la mafia chinoise de Tokyo, en 2014. Lors du 31 décembre 2000, un robot géant avait attaqué Tokyo, et un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, avait été diffusé un peu partout dans le monde par des terroristes. Le parti de l’amitié, dirigé par un certain Ami, au visage inconnu, avait alors trouvé un vaccin à ce virus et sauvé le monde. En 2014 c'est Ami et le parti de l’amitié qui dirigent le Japon. Dans le même temps, à Shinjuku, dans le quartier de Kabukichô, les mafias thaïlandaise et chinoise se battent régulièrement. Mais un soir, les hommes de Ogyoho viennent le voir car une jeune adolescente a interrompu les affrontements dans la rue Nezan, est parvenue à esquiver les balles, et a interdit dorénavant les combats dans cette rue. Et si les mafieux n’étaient pas contents, ils pouvaient aller chercher leurs chefs. C'est ainsi que Ogyoho se rend au restaurant de ramens Shichi Ryû, où il retrouve le boss thaïlandais, Chaïpôn, et la jeune fille. Il estime que la sortie de Chaïpôn est rare. Les 2 hommes s'installent de chaque côté de la fille, qui commande 3 bols de ramens. Tous commencent à manger en silence, puis Chaïpôn dit que normalement, il n'aime pas trop les ramens, et Ogyoho enchaîne en disant qu'il comprend que la jeune fille ait voulu protéger ceux-là. Une fois fini, les 2 mafieux se lèvent, et le boss chinois suggère que cette zone soit neutre. Chaïpôn accepte en disant qu'ils voulaient être forts avant l’arrivée du pape, mais qu'ils sont allé trop loin. Avant de partir, le boss thaïlandais dit à la fille qu'il a connu quelqu'un à Bangkok qui avait le même regard qu'elle, et qui croyait que les balles ne pouvaient pas l'atteindre. Les 2 mafieux s'en vont, et Ogyoho n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 8. Le mémorial".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Volume 9

    Ogyoho entend parler d'une jeune fille qui parvient, grâce à ses dons, à ruiner le casino géré par les mafias. De plus, cette jeune a promis de rendre l'argent en échange de l'aide des mafieux. Pour sceller leur association, la jeune fille a rassemblé les mafias thaïlandaise et chinoise, ainsi que les clochards, dans l’église de Kabukichô. Comprenant qu'il s'agit de Kanna Endô, la fille qu'il a rencontré au restaurant de ramens Shichi Ryû, Ogyoho se rend sur place, tout comme Chaïpôn. Ogyoho demande à Kanna ce qu'elle veut faire, mais celle-ci leur demande comment ça va en ce moment, à cause des arrestations de la police en prévision de la venue du pape dans le quartier. Ogyoho la remercie, et admet que c'est dur, mais Chaïpôn dit qu'elle ne doit pas s’inquiéter car ils n'ont rien contre le pape ou la prochaine exposition universelle à Tokyo. Kanna les traite d'inconscients car si le pape meurt, ils seront désignés coupables, tout comme son oncle a été traité de terroriste alors qu'il n'avait rien fait. La jeune fille veut leur aide pour protéger le pape, mais pour Chaïpôn, c'est le job de la police. Mais Kanna leur dit que la police est à la solde de l'ennemi, qui n'est autre qu'Ami. Les 2 boss ne voient pas l’intérêt de l'assassinat du pape pour Ami, et la jeune fille révèle qu'Ami est aussi responsable du grand bain de sang de l'an 2000, et qu'ils seront exterminés. Mais soudain, une femme crie, et un homme apparaît, armé d'un fusil à pompe. Il menace Kanna, mais un autre homme, barbu, pénètre dans l’église en brisant le vitrail au-dessus de la jeune fille, et s'interpose entre elle et le tireur. Il s'appelle Otcho. Ensuite, un coup de feu retentit, mais c'est l'homme armé qui tombe, mortellement touché. Otcho lui prend son arme et sort de l’église pour essayer de trouver le tireur. C'est la dernière apparition d'Ogyoho dans ce tome.

    Volume 10

    Quelques instants après le départ d'Otcho, les mafieux annoncent que la police arrive. Les gardes du corps d'Ogyoho lui disent qu'une voiture l'attend derrière, tandis que ceux de Chaïpôn le font aussi évacuer. Mais Kanna les arrête car elle n'en a pas fini avec eux. Elle révèle que l'homme qui a tenté de la tuer était un flic. Elle ne fait confiance à personne, mais elle croit plus en les gens de la mafia que la police pour protéger le pape. Chaïpôn admet qu'il connaît bien Otcho et il ne veut pas se retrouver encore une fois face à lui. Et c'est pareil pour Ogyoho, qui tient à son business et qui ne veut pas se faire des ennemis dans le monde entier. Les 2 boss se regardent alors et finissent par se serrer la main, mettant ainsi fin à la guerre entre leurs 2 gangs. Kanna se montre ravie par ce geste, puis les hommes d'Ogyoho l'escortent vers la sortie. On ne voit plus Ogyoho par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Higashino

    Volume 5

    Higashino est un inspecteur de police de Tokyo. Il a survécu au grand bain de sang de l'an 2000. En effet, le soir du 31 décembre 2000, un robot géant a semé la panique à Tokyo, diffusant un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang. Ce même virus a été diffusé partout à travers le monde par des terroristes. Mais heureusement, le parti de l’amitié, et son mystérieux leader, Ami, ont trouvé un vaccin et sauvé l’humanité. En 2014, c'est Ami et le parti de l’amitié qui gouvernent le Japon. Un soir, Higashino et ses collègues sont appelés sur les lieux d'un meurtre dans le quartier très dangereux de Kabukichô. Ils constatent que la victime est complètement défigurée, et qu'elle sera difficilement identifiable. En fait, le meurtrier lui a carrément mis le canon d'un fusil à pompe dans la bouche avant de tirer. Higashino demande à Chôno de rechercher les dents, car les douilles sont peut-être coincées dedans. Mais celui-ci, encore jeune, est en train de vomir. Higashino estime qu'il devra s'y habituer, car des comme, il y en a beaucoup dans le coin. Un agent vient signaler l’arrivée du prêtre de l’église du deuxième district, et Higashino pense que c'est trop tôt pour les funérailles. Il faudra trouver une place dans l'emploi du temps des enquêteurs. Le prêtre se présente comme étant le père Nitani, et après avoir fait un signe de croix, il relève la manche du cadavre et, en voyant les tatouages, dit qu'il s'agit de Chenggui Li, des triades de Hong-Kong. Il voulait venir voir le prêtre, mais comme il n'est pas venu et qu'il y avait un attroupement, le prêtre a compris. Higashino demande ce que voulait Li, et Nitani répond qu'il voulait se repentir. Higashino aimerait savoir s'il y en a beaucoup dans son genre à l’église, et le prêtre répond qu'il y en a un paquet comme lui-même, montrant qu'il est un ancien yakuza en relevant sa manche, le bras étant tatoué. Par la suite, la police continue son opération pour pacifier le quartier, en vue de la venue prochaine du pape. Higashino dit à Chôno d'aller rapidement dans le restaurant chinois de la rue d'à côté, car il y a une bagarre. Quand Higashino arrive à son tour sur place, il dit à tout le monde de se mettre face au mur. Mais une jeune fille frappe violemment Chôno au visage, déclarant détester la police, et elle est arrêtée. Emmenée au commissariat, elle refuse de parler. Higashino lui prend alors sa casquette, et l'adolescente exige qu'on la lui rende car elle y tient. Higashino lui propose de le faire si elle donne son nom et sa nationalité. Mais la jeune fille se jette sur le policier pour essayer de reprendre sa casquette, et Higashino ordonne qu'elle soit mise en cellule. Après le départ de l'adolescente, Higashino se demande combien il en reste, et un collègue vient dire qu'ils ont identifié la fille. Higashino pense à une clandestine, mais c'est une japonaise, Kanna Endô. Higashino trouve que les lycéennes sont de pire en pire, et on lui signale qu'il y a un témoin pour le meurtre de Li. Cette personne a déclaré que Li se trouvait avec quelqu'un en uniforme de police. Pour Higashino, il est clair que c'est un faux, et on ne le voit plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9. L'inspecteur Chôno".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Volume 9

    Au commissariat de Kabukichô, Higashino et son collègue apprennent que les mafieux s'agitent bizarrement et se rassemblent dans le quartier. Higashino demande s'il s'agit des chinois ou des thaïlandais, mais selon l'agent, ce serait les 2. Il explique que ce matin, plusieurs centaines d'entre eux ont été vus près des ruines de l'ancienne mairie, avant leur dispersion, et ils devraient se rassembler à l’église. De plus, les clochards du quartier devraient aussi les rejoindre. Higashino se demande ce que cela veut dire, et son collègue pense qu'ils ont décidé de s'unir contre l’opération de nettoyage du quartier. Cependant, selon Higashino, pour rassembler autant de monde, il doit y avoir quelqu'un derrière tout cela. Son collègue veut agir, et Higashino choisit de tous les arrêter en vertu de la nouvelle loi anti-rassemblement. C'est la seule fois que Higashino apparaît dans ce tome.

    Volume 10

    Higashino et son collègue arrivent près de l’église de Kabukichô, et comme il y a beaucoup de monde rassemblé, la police d'intervention fonce dans le tas, arrêtant ceux qui résistent. Soudain, Higashino et son collègue entendent un homme qui dit qu'il est inspecteur de police. Alors que celui-ci est attrapé par un membre de la police d'intervention, Higashino et son collègue reconnaissent Chôno, et lui demandent où il était passé. Le jeune homme les salue et veut leur expliquer ce qu'il s'est passé. Mais pour le moment, il leur demande de ne pas investir l’église car il y aurait eu un meurtre à l’intérieur. Chôno a protégé le lieu du crime et dit que le coupable est un ilotier avec un grain de beauté. Il était sur sa piste, et l'homme a été abattu. Higashino et son collègue ne comprennent rien à ce que dit Chôno, et celui-ci répond de ne pas rentrer dans l’église, sinon les preuves seront détruites. Il leur demande d'attendre encore un peu. C'est la seule apparition de Higashino dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Inspecteur Shôei Chôno

    Volume 5

    Ce jeune inspecteur de police travaille à Shinjuku. Enfant, il a survécu à la nuit du 31 décembre 2000, qui a pris le nom de grand bain de sang de l'an 2000. Ce soir-là, un robot géant a attaqué Tokyo, et un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, a été diffusé partout dans le monde. L’humanité a été sauvé par le parti de l’amitié et son leader, le mystérieux Ami qui, en 2014, gouvernent le Japon. Un soir, la police est appelée dans le quartier dangereux de Kabukichô pour un meurtre. La victime est tellement défigurée par un coup de fusil à pompe dans la bouche que Chôno ne peut s’empêcher d'aller vomir. Quand il a fini et qu'il revient vers ses collègues, le père Nitani, de l’église catholique du deuxième district, déclare que la victime est Chenggui Li, des triades de Hong-Kong, qu'il a reconnu grâce à ses tatouages. Il révèle aussi être un ancien yakuza. Un autre jour, au commissariat, le chef annonce qu'ils vont mener une opération spéciale dans le quartier, avant la venue prochaine du pape. Chôno baille à cause du manque de sommeil, et son chef le remarque. Celui-ci demande au jeune homme s'il a conscience de la responsabilité qui pèse sur ses épaules, et Chôno répond que oui en saluant. Le soir, il arrête un homme en fuite durant l’opération, mais Higashino lui dit d'aller immédiatement au restaurant chinois de la rue d'à côté, car il y a une bagarre. Chôno y va, et menotte le cuistot, exigeant son permis de travail. L'homme s'offusque, et une jeune fille dit qu'il n'a rien fait. Quand les collègues de Chôno arrivent, celui-ci repousse la fille, mais celle-ci le frappe violemment au visage, avant de déclarer qu'elle déteste les flics. Elle est emmenée au commissariat, où Chôno tente de l'interroger pour connaître sa nationalité. Mais elle ne réagit que quand Higashino lui prend sa casquette, exigeant qu'on la lui rende. Higashino accepte en échange de son nom et de sa nationalité, mais la jeune fille se jette sur lui pour tenter de récupérer la casquette. Elle est alors envoyée en cellule, devant le regard interloqué de Chôno qui ne comprend pas ce comportement. Ensuite, un collègue vient annoncer qu'il s'agit d'une lycéenne japonaise, Kanna Endô. De plus, il y aurait un témoin pour le meurtre de Li, qui a déclaré que ce dernier se trouvait avec un homme en uniforme de police avant sa mort. Pour Higashino, c'est un imposteur, et Chôno acquiesce car un vrai policier est du côté de la justice. Par la suite, Chôno va avertir le directeur du lycée de l'adolescente, regardant la casquette avec interrogation. Ensuite, il rejoint son collègue pour assister à la messe du père Nitani. Dans l’église, ils sont entourés de mafieux, qui leur conseillent de ne pas chercher les ennuis, et qui demandent à être mieux protégés. Chôno est intimidé puis, après la messe, lui et son collègue vont voir le prêtre pour lui parler de ce qu'a vu le témoin. Ils lui demandent s'il ne sait rien, et Chôno aperçoit sur une photo que Nitani a déjà rencontré le pape. Mais le prêtre n'en sait pas plus. Par contre, selon son expérience du milieu, les mafias n'utiliseraient pas de fusil à pompe. Chôno va ensuite voir le patron du restaurant chinois, à la recherche de la lycéenne, mais celle-ci n'est pas là. Chôno s'excuse pour avoir menotté le cuistot, mais celui-ci veut qu'on lui rembourse une porte, en payant au minimum 1 millions de yens. Par après, le jeune homme se rend au mémorial du grand bain de sang, où il croise Kanna Endô, toujours fâchée. Il suppose qu'elle a perdu un proche durant la tragédie, et dit qu'il a perdu son grand-père, le légendaire inspecteur Chô, mort du virus en 1997, une semaine avant la retraite, alors que Chôno, enfant, fêtait son anniversaire. L'inspecteur remet à la jeune fille sa casquette, et celle-ci s'excuse de l'avoir frappé, avant de s'en aller. C'est la dernière fois que l'on voit Chôno dans ce tome.

    Volume 6

    Muni d'une photo de Britney, le travesti témoin du meurtre de Li, Chôno se rend dans le restaurant chinois, où il est traité de louche par Kanna. Chôno y croise aussi l'agent Honkan, qu'il salue. Mais le chef du restaurant, Mr Zhen, et la jeune fille lui dise de dégager. L'inspecteur montre la photo, mais ni Zhen, ni Kanna ne l'ont vu. Ensuite, le cuistot menace de lancer un hachoir sur le policier, et celui-ci s'en va rapidement. De retour chez lui, Shôei va prier devant l'autel de son grand-père, le légendaire inspecteur Chô, à qui il essaie de ressembler. Il se rend dans un commissariat de quartier pour y demander un cahier de permanence. Chôno y vérifie qui était de service le soir du meurtre. Il est surpris qu'ils soient aussi nombreux en poste la nuit, et l'agent lui explique qu'avec la venue du pape, ils ont reçu des renforts. Celui-ci comprend que Chôno soupçonne peut-être un flic, et lui montre le fusil à pompe, qui n'a pas été utilisé. L'inspecteur s'en va en s'excusant, et arrive plus tard en retard pour la relève de la surveillance du domicile de Britney. Il s'excuse auprès de son collègue, qui lui conseille d'aller voir par la fenêtre de derrière pour voir si le travesti ne se planque pas. Chôno s’exécute et sur place, il voit Kanna sortir de l'appartement de Britney. Elle a un rasoir avec elle, et demande si l'inspecteur est avec "eux", ajoutant qu'elle ne peut pas faire confiance aux flics. Soudain, le collègue de Chôno l'appelle, et même s'il ne comprend rien, celui-ci décide de dire à la jeune fille de partir, prétendant à son collègue qu'il n'y a rien. Avant de s'en aller, Kanna révèle que le tueur de Li est l'agent Honkan. Surpris par cette nouvelle, le soir venu, Chôno quitte son bureau du commissariat et dit à ses collègues qu'il sera de retour rapidement. Il se rend à la pension où loge la jeune fille, et la prend en filature. Arrivé dans un entrepôt, l'inspecteur surprend une conversation entre Kanna et 2 travestis, dont Britney, et qui parlent du meurtre du pape. Et au moment où il est repéré, Kanna comprend que Li parlait aussi de l'implication d'Ami, en chinois, avant de se faire tuer. Kanna hurle aux 2 travestis de fuir, mais Chôno leur demande de lui faire confiance, disant qu'il est avec eux. Une fois la jeune fille calmée, il dit que cette affaire est trop importante et que cela les dépasse. Il veut que la police les protège, mais Kanna ne leur fait pas confiance du tout. Chôno ne comprend pas cette méfiance, mais dit qu'il connaît une personne haut placée. Il va donc voir l'ancien collègue de son grand-père, Yama, devenu depuis chef de la police. Celui-ci demande des nouvelles de la mère du jeune homme, et celui-ci répond qu'elle lui donne beaucoup d'amulettes. La femme de Yama veut retrouver les photos de son mari et de Chô, et pendant ce temps, Yama comprend que Chôno veut quelque chose. Celui-ci dit être au courant que le pape doit venir à Kabukichô, et révèle que Li a parlé de meurtre, du pape et d'Ami, avant d’être tué par un policier. Chôno n'en a parlé à personne d'autre, et Yama lui dit qu'il a bien fait, sans demander où se trouve le travesti. Plus tard, au commissariat, le collègue de Chôno vient le voir car il a oublié les amulettes de sa mère. Mais le jeune homme n’apprécie pas qu'on l'appelle "Chôcho" et pense que cela va bientôt changer. Il va ensuite voir Kanna et les 2 travestis, promettant de protéger Britney jusqu’à la fin de l'affaire. Méfiante, la jeune fille fouille l'inspecteur pour voir s'il n'a pas amener ses collègues, et rigole en voyant les amulettes, tout comme les travestis. Kanna finit par accepter de retourner au restaurant, et pendant ce temps, Chôno boit et danse avec Britney. Soudain, un coup de feu résonne, et Britney s'effondre. Honkan se montre et vise avec son fusil à pompe Chôno, qui est tétanisé. Mais Honkan est attaqué par Kanna avec une poêle. Chôno sort son arme et tire, mais ne touche pas Honkan, qui s'enfuit. La jeune fille révèle que les amulettes sont remplies d’émetteurs, et Chôno en est bouche bée. Avec Maraya, ils partent, et Chôno comprend que c'est Yama qui l'a trahi. Déprimé et les larmes aux yeux, il se sent incapable de résoudre cette affaire, et la jeune fille dit que son oncle disait qu'il n'y avait pas de honte à fuir, mais qu'il ne l'a jamais fait. Chôno n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 8

    Kanna raconte que son oncle est Kenji Endô, celui qui est considéré par le gouvernement japonais comme le responsable du grand bain de sang de l'an 2000. En fait, Ami serait l'un de ses anciens camarades de primaire, et dans les années 90, il a monté son organisation, à la limite d'une secte, en utilisant le symbole de la bande de Kenji. Ensuite, toutes les prédictions faites par Ami sont en fait des scénarios écrits par Kenji et ses copains quand ils étaient enfants. Mais à chaque fois, c'est en fait Ami qui en était le responsable, tout comme le bain de sang de l'an 2000 et le virus mortel. Le soir du 31 décembre 2000, Kenji et ses amis ont tenté de sauver l’humanité et de faire tomber Ami en révélant ce qu'il a fait. Mais durant la nuit, Fukube est mort en tombant du haut d'un immeuble, et Kenji a péri en faisant sauter avec de la dynamite le robot géant, qui n’était en fait qu'une baudruche géante camouflée. Plusieurs amis de Kenji ont aussi disparus. A la place de l'explosion se trouve en 2014 le mémorial du grand bain de sang. Après avoir raconté tout cela, Kanna tend à Chôno un vieux radiocassette, et l'inspecteur écoute la musique écrite par Kenji, que sa nièce écoute tout le temps. A la fin de la chanson, Chôno en pleure, tout en disant à la jeune fille que la chanson est nulle, et tous les 2 regardent le soleil qui se lève sur la place du mémorial. C'est la dernière apparition de Chôno dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9. L'inspecteur Chôno".
    • Statut au volume 8 : Vivant.

    Volume 9

    Kanna décide de se battre, et Chôno lui demande ce qu'elle compte faire. La jeune femme montre qu'elle a un jeton de casino. Cependant, celui-ci est géré par les mafias étrangères, et la police n'y pénètre pas facilement. De plus, l'inspecteur ne voit pas le lien avec la lutte contre l'agent Honkan et ses complices. Kanna lui répond que l'argent gouverne le monde, mais Chôno ne pense pas qu'elle puisse en gagner avec un seul jeton. Ils arrivent avec Maraya, le travesti, dans le casino, et Kanna gagne à de nombreuses reprises aux machines à sous. Chôno est gêné et préférerait s’arrêter, mais la jeune fille trouve les gains trop petits. Elle croise un homme à qui elle conseille de changer de machine car celle d'à côté va être gagnante. Chôno tente de modérer les propos de la jeune fille mais l'homme se retrouve gagnant, et conseille de ne pas tricher car les pêcheurs en ont marre de trouver des cadavres. Chôno et Maraya sont effrayés, mais Kanna demande si l'homme ne connaît un moyen de gagner gros. Celui-ci propose le rapid Nabokov, créé par Alexandre Nabokov après la chute du mur de Berlin, mais abandonné car on pouvait gagner beaucoup, mais aussi perdre beaucoup. De plus, on pouvait tricher facilement. La jeune fille demande qu'on lui explique les règles, à la surprise de Chôno et Maraya. Ensuite, Kanna commence la partie avec les 47.000 yens gagnés aux machines. Après un rappel des règles, un homme tente de revenir dans la partie avec l'argent qu'il a pu récupérer, mais le croupier appelle les nettoyeurs. L'homme fuit et un coup de feu se fait entendre. Chôno va voir, et voit que l'homme a été abattu, les nettoyeurs appelant un corbillard. Mais la jeune fille commence à jouer et enchaîne les victoires. Le yakuza lui conseille d’arrêter après avoir battu les autres joueurs, mais pour Kanna, la banque est encore debout et elle parie tout ce qu'elle a, contre l'avis des autres. Soudain, si elle sort un 2 de coeur, elle ruine le casino. Soudain, le croupier sort une arme à feu, et Chôno et 2 clients en font de même, ainsi que le yakuza, qui sort un couteau. Mais Kanna déclare qu'elle laisse l'argent aux autres, à condition que ceux-ci l'aident par la suite. Tout le monde se rue sur les jetons, et dans la cohue, la jeune fille donne rendez-vous à 5 heures de matin devant les ruines de l'ancienne mairie. Chôno lui dit que personne ne l’écoute, et le yakuza entraîne le trio à l’extérieur. Le matin, Maraya apporte des cafés achetés avec l'argent d'un ivrogne, et l'inspecteur se demande si les gens viendront. Le yakuza se demande si le trio sont des terroristes, mais la jeune fille lui répond que non. L'homme est intrigué par les talents de Kanna, et a récupéré la dernière carte avant de partir, qui se révèle être un 6 de pique. Chôno décide de rentrer au commissariat pour arrêter de fuir et combattre de l’intérieur. L'ivrogne se réveille alors, et le quatuor constate que de très nombreuses personnes viennent au rendez-vous, malgré le retard. Pour leur parler à tous, Kanna choisit d'aller dans l’église de Kabukichô, et de demander l'autorisation du père Nitani. Grâce à son accord, l’église est remplie de mafieux chinois et thaïlandais, et même de clochards, et des gens attendent même à l’extérieur. Pour l'inspecteur, c'est de la folie, et il risque d'y avoir un massacre. Hors, Kanna choisit d'y aller quand même. Dès le début, elle déclare qu'elle n'a pas d'argent, ce qui fait craindre le pire pour Chôno et les autres. Mais en pliant une cuillère entre le pouce et l'index, elle rappelle que tout le monde a vu ce qu'elle a fait. Elle propose à tous de s'associer avec elle, et prend 3 personnes pour représenter les chinois, les thaïlandais et les SDF. Le père Nitani remarque que tout le monde est calme. C'est alors qu'apparaissent Chaïpôn et Ogyoho, respectivement les chefs thaïlandais et chinois, que Kanna semble connaître. Elle leur demande de l'aider à protéger le pape, sinon ils deviendront des terroristes aux yeux du gouvernement, comme son oncle, pourtant innocent. Soudain, l'agent Honkan apparaît, et menace Kanna avec son fusil à pompe. Ensuite, un homme pénètre dans l’église en brisant un vitrail, et s'interpose entre la jeune fille et Honkan. Il s'agit d'Otcho, un ami de l'oncle de Kanna. Un coup de feu retentit et c'est Honkan qui s’écroule. Otcho récupère son arme et sort de l’église. On ne voit plus Chôno par la suite dans ce tome.

    Volume 10

    Peu après la sortie d'Otcho de l’église, la foule s'agite car ils annoncent que la police arrive. Du coup, les 2 boss s’apprêtent à partir. Mais Kanna leur dit qu'elle n'a pas fini. Elle explique que l'homme qui a été abattu était un policier et déclare qu'elle ne fait confiance à personne. Cependant, elle croit plus en eux qu'en la police pour protéger le pape. Les 2 mafieux lui répondent qu'il ne veulent en effet pas avoir d'ennemis partout dans le monde, avant de se serrer la main, à la surprise générale. Ce geste signifie la fin de la guerre entre les 2 mafias, ce que beaucoup avaient essayé selon Nitani, sans y parvenir. Après un moment de réflexion, Chôno dit à tout le monde de partir, déclarant qu'il va gagner du temps. Il sort de l’église et quand il est attaqué par les membres de la police d'intervention, il sort son badge et dit qu'il est inspecteur, voulant faire son rapport. Il voit alors ses 2 collègues, qui lui demandent où il était passé. Chôno les salue, puis leur demande de ne pas encore investir l’église car il y a eu un meurtre à l’intérieur. Il a protégé le lieu du crime, et déclare que le coupable est un ilotier avec un grain de beauté. Il était sur sa piste et celui-ci a été abattu. Les collègues de Chôno ne comprennent rien à ce qu'il dit, et le jeune homme les prévient que s'ils investissent les lieux, les preuves seront détruites. Il leur demande donc d'attendre encore un peu. Chôno n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Père Nitani

    Volume 5

    Le père Nitani est le prêtre catholique de l’église de Kabukichô. Il est aussi un ancien yakuza et porte toujours des tatouages sur le corps. Comme le montre une photo, il a déjà rencontré le pape. Un soir de 2014, des policiers trouvent le cadavre d'un homme, dont le meurtrier a placé le canon d'un fusil à pompe dans la bouche avant de tirer. Nitani arrive sur la scène de crime et se présente, avant de faire un signe de croix en face du corps. Il lui soulève ensuite l'une des manches du cadavre et reconnaît les tatouages de Chenggui Li, un homme des triades de Hong-Kong. C’était un gamin qui avait laissé un message au prêtre il y a à peine 2 heures car il voulait le voir à l’église. Nitani a attendu et ne le voyait pas arriver. Et en voyant l'attroupement, il a compris. Un des policiers demande ce que voulait Li, et le prêtre répond qu'il voulait se repentir. Nitani se dit qu'il n'a pas été assez fort car Li était venu pour qu'il l'aide. L'inspecteur demande s'il y en a beaucoup comme Li dans son église, et le prêtre répond qu'il y en a un paquet. Il ajoute que Dieu aide tous les hommes, même ceux comme lui. L'autre inspecteur ne comprend pas, et Nitani lui montre ses tatouages en relevant sa manche, disant que même lui, Dieu l'a pardonné. Un autre jour, lors de la messe, le prêtre parle de Li, et demande à prier pour que son âme trouve la paix. Après la messe, 2 inspecteurs viennent le voir, et lui disent que la dernière fois que Li a été vu, il était en compagnie de quelqu'un déguisé en policier, certainement un faux policier. Nitani se demande s'ils soupçonnent l'un des fidèles de l’église, mais l'un des inspecteurs lui répond que non et qu'ils veulent être sûrs que le prêtre ne sait rien. Mais Nitani leur dit que son boulot, c'est de croire, pas de soupçonner. Pour lui, la vérité peut paraître improbable, et selon sa longue expérience du milieu, pas une des mafias des environs n'utiliserait un fusil à pompe pour abattre quelqu'un. C'est la dernière apparition de Nitani dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9. L'inspecteur Chôno".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Volume 9

    Un jour, une jeune fille vient en confession et demande s'il n'y a pas de micros. Nitani lui répond qu'ils sont dans la maison de Dieu, et qu'il offre sa protection à tous. Mais la jeune fille veut proposer son aide. Nitani ne comprend pas, et la jeune fille voudrait emprunter l’église, car des centaines de gens viennent par ici, dont de nombreux membres des mafias. Le prêtre dit que la porte est toujours ouverte pour eux. La jeune fille veut que le père l'aide à les convaincre de protéger le pape et empêcher son assassinat, quand il viendra prochainement dans ce quartier. Nitani veut comprendre, et peut se contenter d'un résumé. Mais la jeune fille pense qu'il ne la croira pas. Pourtant, pour le prêtre, ce qui se dit ici est la vérité. La jeune fille, Kanna, explique alors que son oncle Kenji a cherché à faire éclater la vérité à propos d'Ami, le dirigeant actuel du Japon, qui serait le responsable, avec son groupe devenu le parti de l’amitié, d'actes terroristes et du bain de sang de l'an 2000. Le soir du 31 décembre 2000, un robot géant était apparu dans Tokyo, et un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, avait été diffusé partout à travers le monde. Ami a prétendu avoir trouvé un vaccin et s'est fait passé pour le sauveur de l’humanité, rendant Kenji responsable et le faisant passer pour le terroriste. La police actuelle serait impliquée et un agent serait le meurtrier de Li. Nitani est surpris par toutes ces révélations, et demande à Kanna si elle a des preuves. Celle-ci s’énerve car le prêtre ne la croit pas, mais celui-ci dit qu'elle doit avoir quelque chose pour que les gens la suivent et la croient. Alors qu'il essaie de la calmer, Kanna sort et montre au père un cahier où il est marqué "cahier de prédictions". Celui-ci aurait été écrit pas son oncle en 1969, quand il était enfant. Nitani finit par accepter, et l’église est rapidement remplie de mafieux chinois ou thaïlandais, mais aussi de clochards. Pour le jeune inspecteur Chôno, il y a un risque, et le prêtre demande à la jeune fille ce qu'elle va faire. Celle-ci se lève et va faire face à la foule. Elle déclare directement qu'elle n'a pas d'argent à offrir. Devant le mécontentement, elle montre une cuillère, qu'elle tord en la tenant avec le pouce et l'index. Elle rappelle ce qu'elle a fait au casino géré par les mafias, ruinant la banque par ses talents presque magiques. Elle désigne un représentant pour chaque groupe, mais Nitani remarque surtout le calme ambiant. Chaïpôn et Ogyoho, respectivement les boss thaïlandais et chinois, apparaissent alors, et Kanna leur demande de l'aider à protéger le pape, sinon ils finiront par être considérés comme des terroristes par le gouvernement, comme son oncle. Soudain, un homme sort un fusil à pompe et menace la jeune fille. Puis un autre homme barbu travers le vitrail au-dessus de Kanna et s'interpose face à la menace. Un coup de feu résonne, et c'est l'homme armé qui s’écroule. L'autre, Otcho, se saisit de l'arme et sort de l’église pour voir qui a tiré. On ne voit plus Nitani par la suite dans ce tome.

    Volume 10

    Quelques instants après le départ d'Otcho, la foule s'agite car la police arrive. Les 2 boss mafieux s’apprêtent à partir, mais Kanna leur dit de rester car l'homme qui a été abattu est un policier. Elle ne fait donc confiance à personne, mais quitte à choisir, elle préfère leur faire confiance plutôt qu'à la police. Les 2 boss lui disent qu'ils ne veulent pas se faire d'ennemis dans le monde entier et se serrent la main, prononçant ainsi la fin de la guerre entre les 2 mafias, à la surprise générale, dont celle de Nitani. Pour lui, nombreux sont ceux qui ont voulu arrêter cette guerre sans y arriver, alors que cette adolescente y est parvenue. Ensuite, les 2 boss s'en vont avant l’entrée de la police dans l’église, et Nitani n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    A suivre...

    Cronos


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :