• Zipang : Personnages (2; Tomes 25 à 32)

    Voilà la troisième suite de la seconde page des personnages de Zipang. Attention : ces fiches contiennents des spoilers.

     

    Capitaine de corvette Takumi Kusaka

    scan 1897Volume 25

    Le Mirai évite les tirs de l'Agano, et le capitaine de ce dernier demande à Kusaka s'ils doivent préparer des torpilles. Mais pour Takumi, cela sera inefficace contre le croiseur. Le Mirai oriente alors son canon vers l'Agano qui change de cap pour éviter le tir mais est touché à l’arrière. Le gouvernail étant touché, la navigation est impossible et le Mirai s'en va. Dans un flashback, Kusaka prévient Taki que Kisaragi est à Palau et qu'il doit se méfier de lui. Par la suite, les troupes terminent les derniers préparatifs avant la bataille contre l’armée américaine, et Taki rejoint Kusaka qui se trouve dans une cabine complètement vidée. Taki admet avoir sous-estimé Kadomatsu et reproche à Kusaka le fait que l'Agano est maintenant en cale sèche. Takumi s'excuse puis remercie son collègue, avant de sortir 2 coupelles et un peu de sake. Taki accepte ce verre d'adieu car lui va retourner au Japon, tandis que Kusaka partira à Saipan. Taki s'accorde à dire que ses adversaires seront encore plus terribles que l’armée américaine, ou encore Churchill et Roosevelt car ce sera le quartier général des armées. Mais pour Kusaka, le moment venu, il faudra maîtriser les bornés, et Taki sait qu'il est le seul à pouvoir y arriver. Celui-ci demande ensuite à Kusaka ce qu'il compte faire avec la bombe, mais Takumi ne répond pas et ils boivent le sake, se disant bonne chance. Ensuite, à terre, le capitaine reçoit en secret le lieutenant Kôgami et un de ses subordonnés. Kusaka l'avertit que s'il veut changer d'avis, c'est maintenant ou jamais car il risque de perdre son honneur de militaire, mais pour Kôgami, sa décision est prise depuis longtemps. Après la réunion, les 2 hommes se séparent et Kusaka n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 26

    Alors que le lieutenant Kôgami quitte le navire où se trouve Kusaka pour rejoindre le Yamato, on revient 2 semaines plus tôt avec un flashback. Le capitaine vient dans la salle des machines, et dévoile au lieutenant que cet endroit l'apaise, avec ses 12 chaudières géantes, l'âme du Yamato. Mais Kusaka doit parler à Kôgami du colis, à l'endroit habituel. Ils se retrouvent là-bas, et le capitaine explique que l'uranium qu'ils ont est pur à 90%, et est à la limite de la masse critique. Selon les plans du projet Manhattan qu'il a consulté, il sait qu'il y a 2 moyens de créer une explosion nucléaire. Le premier est le type "barillet", facile et simple à construire, mais dont l'efficacité est partielle. Le second type s'appelle l'implosion et requiert une grande précision. Au départ, c'est ce type qu'il voulait utiliser, mais les dégâts à Nankin, provoqués par Umezu, ont changé la donne. Le professeur Kurata a dû changé les plans en urgence, et la bombe est devenu trop massive pour être transportée en avion. Le lieutenant est d'accord que pour mener à bien une mission, il faut faire des choix et renoncer à certaines choses. Avant de partir, tandis que Kusaka brûle les plans, Kôgami lui demande pourquoi l'avoir choisi car beaucoup ont un sens du devoir et un patriotisme supérieur au sien. Le capitaine répond qu'il avait besoin d'hommes pour faire bouger le navire, et que le lieutenant était là, rien de plus. Plus tard, Kusaka se met en route avec la flotte combinée, à bord du Musashi, où se trouve l'état-major. La bataille décisive commence aux alentours de Saipan, et l'état-major s'impatiente car les appareils de patrouille n'ont pas encore détecté les porte-avions ennemis, et ils craignent un second Midway. Kusaka se contente d'observer, et un peu plus loin, la flotte détecte un sous-marin tout proche, qu'ils doivent couler au plus vite. Celui-ci est détruit, et Takumi observe les torpilles du sous-marin, que tous ont pu éviter sans problème, et il se dit que la détermination des passagers du sous-marin, qui se sont jeté dans un assaut perdu d'avance pour donner la position de la flotte aux leurs, a sûrement touché les soldats. Pour lui la guerre est un combat entre hommes déterminés. On ne voit plus Kusaka par la suite dans ce tome.

    Volume 27

    Toujours à bord du Musashi, Kusaka observe le début de la bataille, quand une escadrille américaine arrive pour attaquer la flotte combinée. Il s’inquiète légèrement pour le lieutenant Kogami qui doit surveiller la bombe atomique. Et quand le cuirassé est touché de plein fouet par l’arrière à bâbord, celui-ci ne réduit pas sa vitesse, ce qui conforte Kusaka dans l’idée que le Yamato est insubmersible. Ensuite, l’état-major apprend qu'ils ont localisé la flotte ennemie. L'amiral Kôga hésite entre défendre ou attaquer en faisant décoller les appareils qui se trouvent à Saipan, et demande l'avis du capitaine. Celui-ci, sachant les américains avec le même dilemme, recommande l'offensive. Plus tard, ils reçoivent un message confirmant le succès de la première vague d'attaque. Fukudome félicite Kusaka pour sa décision, mais celui-ci tempère car la seconde vague américaine va se concentrer sur les portes-avions, le Musashi et le Yamato. Durant la bataille, un bout de métal, encore très chaud, pénètre dans la passerelle et atterrit aux pieds de Takumi, et un avion manque de percuter le navire de peu. Après le passage de la seconde vague d'attaque, Kusaka conseille à Kôga de transférer, au moment du coucher du soleil, l’état-major sur le navire qui les suit, l'Ôyodo, et cela afin de maintenir leur position offensive. Tous sont choqués, et l'amiral Ugaki pense qu'ils passeront pour des peureux. Voyant un navire à la dérive, Kôga décide de continuer la discussion dans la salle de réunion de commandement stratégique. Là, Ugaki rappelle que c'est une tradition pour l’état-major d’être sur le navire majeur. Le capitaine sort alors la pièce de métal encore chaude, et montre à Ugaki, dont la manche est brûlée, qu'à quelques centimètres près, il aurait pu mourir. Kôga choisit alors d'accepter la proposition de Kusaka. Un peu plus tard, celui-ci vient demander à Kôga s'il peut rester à bord du Musashi. Celui-ci s'en doutait et rappelle au capitaine qu'une défaite conduirait à la fin du grand empire du Japon. Kusaka ne doit donc pas trahir le Japon...

    Volume 28

    Kusaka est dans la cabine avec Kôga, et celui-ci annonce que la flotte va recevoir l'ordre de faire une attaque de nuit. Il confie donc le Musashi qui va essuyer des tirs nourris. Ensuite, l’état-major quitte le cuirassé, et tout l’équipage du Musashi salue le départ de l'amiral et des autres hauts officiers. Mais au lieu de faire un salut militaire, Takumi retire sa casquette et fait un salut civil. C'est la dernière apparition de Kusaka dans ce tome.

    • Statut au volume 28 : Vivant.

    Volume 29

    Les radars du Musashi ne repèrent toujours pas la flotte américaine, mais Kusaka sait que la volonté des américains de débarquer à Saipan est très forte. C'est juste à ce moment que les radars indiquent la présence d'une flotte, et l'information est communiquée aux autres navires. Selon Takumi, les navires de défense américains se sont séparés des navires de transport de troupes qu'il vise, et la flotte américaine est donc scindée en 2 comme il l'avait prévu. Il demande alors la direction du vent, et un soldat lui répond qu'il y a un vent arrière de 3 noeuds. Le capitaine Asakura demande à Kusaka si ce n'est pas le moment d’exécuter le plan qu'ils avaient prévu, et Kusaka lui répond que c'est précisément le bon moment. Asakura fait alors décoller des hydravions de reconnaissance qui lâchent rapidement des paillettes en aluminium. Celles-ci permettent de brouiller les radars américains, qui doivent maintenant tirer à l'aveugle comme les japonais. Kusaka avait récolté cette information à bord du Mirai. Comme les tirs ne sont pas précis, Kusaka déclare qu'ils n'ont pas à les craindre et qu'ils doivent réduire la distance avant de tirer, afin de ne pas disperser les paillettes. Mais le vent tourne et commence à balayer les paillettes, juste avant que ne soit repérée la flotte américaine. La bataille fait alors rage car les 2 flottes utilisent leurs canons tout en s'approchant l'une de l'autre. Asakura dit que le chef adverse est redoutable, et Kusaka murmure que le contraire l'aurait embêté. Après avoir regardé sa montre, alors que tout le monde constate les dégâts, Takumi quitte la passerelle et envoie un message non codé, signalant au Mirai qu'il a été sauvé il y a tout juste un an et demi. En revenant vers la passerelle, un homme lui annonce qu'il fera un rapport à Kôga, car les communications ont été interdites, mais Kusaka dit en porter la responsabilité. A l’extérieur, le chaos s'installe entre américains et japonais, comme Kusaka l'avait planifié, et il n'apparaît plus dans ce tome.

    Volume 30

    Après avoir regardé sa montre, pour savoir si le groupe du lieutenant Kôgami doit déjà avoir pris le contrôle du Yamato, Kusaka se dirige à l’extérieur du Musashi et utilise ses jumelles pour voir si tout se passe bien sur le Yamato et si des hydravions de reconnaissance ont bien décollé. Le capitaine aperçoit les 2 appareils, et un soldat lui demande s'il a vu quelque chose. Mais Takumi lui répond par la négative. Un peu plus tard, un message parvient au Musashi, annonçant que le Yamato aurait cessé sa navigation en zigzag pour se diriger seul et à pleine vitesse vers le nord. Un soldat se demande s'ils ne doivent pas envoyer des secours mais Kusaka leur dit que ce ne sera pas nécessaire. Le capitaine Asakura le questionne alors pour savoir s'il s'agit d'une mission secrète approuvée par l’état-major, mais Kusaka ne répond pas et s’éloigne. On ne voit plus Kusaka par la suite dans ce tome.

    Volume 31

    Kusaka va dans la salle des communications et entend un message de l'hydravion de reconnaissance envoyé par le Yamato, qui a repéré la flotte de transport des troupes américaines. Il se rend ensuite dans la salle des radars, et apprend qu'il y a des parasites. Takumi comprend que le Mirai brouille les communications et que le message n'est pas arrivé au Yamato. Le capitaine appelle alors le hangar des appareils et demande à pouvoir décoller dans 15 minutes. Puis, il se rend sur place, menace le soldat qu'il a appelé de son arme, et tire à côté. Ainsi, quand il sera interrogé, ce soldat pourra dire avoir agi sous la menace. Kusaka s'installe ensuite dans l'hydravion, et il constate que c'est le même type que celui qu'il a pris à Midway. Il se rappelle qu’après avoir perdu le Kaga, l'Akagi et le Sôryû, il est monté dans un appareil du Kirishima pour informer Yamamoto, avant que l'avion soit abattu par un grumman. L'hydravion décolle malgré une bombe de proximité, et une fois en vol, Takumi imagine comment Kadomatsu a compris que la bombe atomique se trouvait à bord du Yamato. Dans un autre flashback remontant à une réunion entre le capitaine et le lieutenant Kôgami, Kusaka explique à son interlocuteur qu'il y aura sans doute des éléments indéterminés, faisant référence au Mirai, et que ceux-ci agiront. Le lieutenant remarque que cela semble réjouir le capitaine. Après une vingtaine de minutes, l'appareil de Takumi aperçoit le Yamato qui tire en continu, et comprend que celui-ci est en difficulté face au croiseur du futur. Il constate que le télémètre du cuirassé a été détruit, mais sait que si Kadomatsu n'a pas encore coulé le Yamato, c'est parce qu'il ne veut pas prendre la vie de ses 3.500 membres d’équipage, restant fidèle à ses principes. Kusaka envoie alors un message au Yamato pour lui indiquer la position des navires de transport américains. Le pilote de l'avion est étonné que le cuirassé soit mis en difficulté par un seul croiseur, mais le capitaine lui demande de refaire un passage à basse altitude car il a un autre message à transmettre. Il demande au Yamato de se préparer à un combat aérien...

    Volume 32

    Kusaka demande au Yamato de ne pas exposer la tour arrière de contrôle des tirs, et d'utiliser des bombes sanshikis, des projectiles comprenant de nombreux morceaux de caoutchouc, projetés à très haute température dans un rayon de 224 mètres. Ces bombes, à l'origine conçus contre l'aviation, vont être efficaces contre le Mirai, dont le design a été prévu pour des attaques à longue distance, et qui a donc un blindage très fin. Cela est en contraste avec son équipage, qui cherche surtout à épargner un maximum de vies, et qui est donc peu enclin à couler simplement le Yamato. Durant le début de l'attaque du cuirassé face au croiseur, Takumi remarque que le Mirai évite d'exposer son côté tribord, car c'est là que se trouvent ses radars restants, le centre vital du navire. Puis le croiseur parvient à détruire la tour arrière de contrôle des tirs, mais la dernière bombe sanshiki explose juste à côté du Mirai, détruisant ses radars à tribord. En écoutant la radio, Kusaka constate que le brouillage des ondes a disparu, ce qui confirme que le système électronique du croiseur a été endommagé. Mais Kusaka sait que Kadomatsu ne va pas renoncer pour autant. Plus tard, le capitaine voit l'hélicoptère du Mirai décoller et commencer à attaquer le Yamato depuis les airs, ce dernier ripostant aux attaques. Le pilote de l'hydravion demande si il doit s'approcher pour abattre l'autogire, mais Kusaka lui répond qu'il ne fera que gêner les tirs du cuirassé. Si celui-ci connaît des difficultés, ils réfléchiront mais en attendant, ils vont se contenter d'observer car cet appareil ne s'abat pas aussi facilement. C'est la dernière apparition de Kusaka dans ce tome.

    • Statut au volume 32 : Vivant.

    Lieutenant Kashiwabara

    Volume 25

    Le Mirai tente de s’échapper, mais l'Agano tire dans leur direction. Kadomatsu et ses hommes s’aperçoivent alors que Kusaka est à bord de l'Agano, et le commandant en second ordonne de viser le navire adverse. Celui-ci est touché et ne peut plus naviguer, permettant ainsi qu Mirai de s'en aller. Après avoir attiré les appareils de patrouille au loin, le croiseur fait demi-tour pour retrouver le reste de l’équipage qui s'est évadé et s'est emparé du tanker préparé par Kawamoto. Une fois tous ensembles, ils commencent le ravitaillement, et Kadomatsu explique que la patrie qu'ils vont regagner n'existe pas dans ce monde. En effet, ils se sont séparé de la marine impériale et ils ne peuvent plus retrouver le Japon du futur qui n'existera pas dans cette réalité. Oguri est choqué car cela ferait d'eux des pirates ou des terroristes. Tout le monde, dont Kashiwabara, est attentif à cette conversation, et le commandant en second déclare que leur patrie n'existe pas encore mais que ce sera le cas dans le futur. Un Japon qui renaîtra après la guerre et qui sera différent de celui qu'ils connaissent, mais aussi de celui imaginé par Kusaka. Et quand ce pays verra le jour, ils pourront se battre dignement en étant le premier navire de guerre de ce nouveau Japon. Cette explication motive l’équipage, qui termine le ravitaillement avant le départ. Sur sa couche, Kashiwabara regarde la photo de sa femme et de son fils, se disant que les larmes qu'il a versé pour eux ont fini par sécher, et que le Japon dans lequel ils sont ne sera pas celui dans lequel ils vivront. Il retire la photo du mur face à sa couchette, et la met dans son sac, tout en se rappelant qu'il ne va pas les oublier. C'est la dernière apparition de Kashiwabara dans ce tome.

    Volume 26

    Le Mirai se rend dans la baie de l'île de Palawan ou l’équipage jette l'ancre. Après avoir reçu un ravitaillement d'un sous-marin aux ordres de Yonai, les membres du croiseur espionnent les conversations des armées américaines et japonaises, et reçoivent un message de Kikuchi qui leur dit que Kusaka a l'intention de transporter la bombe atomique à bord du Yamato. Kadomatsu réunit donc les officiers, dont Kashiwabara, et Yanagi explique les différents systèmes de protections du cuirassé qui en font le navire le plus insubmersible de son époque. Après cet énoncé, le commandant en second déclare qu'il veut connaître la position et les mouvements des 2 armées, et qu'ils ne doivent donc laisser passer aucune onde. Ensuite, Kashiwabara prend un café avec Kadomatsu, Oguri et un autre homme. Il sait que la Yamato représente la marine impériale et sa force, et se demande donc si la marine va accepter de mêler le cuirassé au plan de Kusaka. Mais selon le commandant en second, pour un soldat de la marine impériale, c'est impensable. Hors, Kusaka n'agit plus dans le cadre de la marine. Le chef navigateur se demande alors si le groupe d'une centaine de personnes formé par Kusaka n'a pas un but secret. Pour Kadomatsu, il n'y a pas de doute que Kusaka veut s'emparer du Yamato. Plus tard, l’équipage apprend que les 2 armées sont en mouvement vers la bataille. Kashiwabara va à un briefing en présence des 2 capitaines et de Yanagi. Oguri se demande si la bombe est déjà à bord du cuirassé, mais pour Kadomatsu, ce n'est pas le cas car Kisaragi n' a pas trouvé la trace de son chargement à Palau. Elle devrait donc monter à bord par un ravitaillement dans les Mariannes. Mais pour Yanagi, il sera difficile de la trouver parmi les centaines de tonnes de marchandises. Pour le second du Mirai, Kusaka veut certainement faire agir le Yamato de façon indépendante. Le chef navigateur pense qu'il utilisera un autre navire car la bombe ne peut être projetée. Mais pour Kadomatsu, Kusaka utilisera le Yamato lui-même, et ils devront guetter le moment où celui-ci se séparera du reste de la flotte. Pour Oguri, ce n'est pas une situation avantageuse pour eux, mais pour son ami, ils doivent absolument réussir. On ne voit plus Kashiwabara par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 28 : Vivant.
    • Statut au volume 32 : Vivant.

    Lieutenant Yonekura

    Volume 25

    Kadomatsu et Yonekura sont secoués par les tirs de l'Agano qui ne tombent pas loin du Mirai. Puis le commandant en second ordonne de viser l'Agano avec le canon, et c'est Yonekura qui autorise le premier tir. L'Agano est touché et dans l’incapacité de poursuivre le Mirai qui s'en va. Ils sont poursuivis par 2 appareils de patrouille, comme prévu, et Kadomatsu veut que ces hydravions les suivent autant que possible pour permettre a leurs compagnons de bouger eux aussi. Yonekura écoute attentivement les instructions. Puis, une fois que Kikuchi et Momoi se sont échappés, et que les 2 appareils retournent à leur base, le croiseur va vers le sud pour rejoindre le groupe d'Oguri qui les attend avec le tanker. Ils arrivent presque à court de carburant et le ravitaillement peut commencer. Les membres du Mirai se sentent libres, mais le chef navigateur leur rappelle qu'un navire de guerre n'est jamais libre. Le commandant en second réagit alors et explique qu'un tel navire n'existe que s'il a un pays à regagner. Hors, ils ne peuvent plus rejoindre le Japon du futur, et ils ont coupé les ponts avec la marine impériale. Le pays qu'ils peuvent rejoindre n'existe donc nulle part sur cette terre. Oguri réagit car dans ce cas, ils ne sont plus un navire de guerre alors qu'ils ont encore leurs uniformes de la force de défense, ainsi que leurs principes. Kadomatsu admet qu'il se sont accrochés à l’idée de continuer à sauver un maximum de vies, mais l’idée de la force de défense telle qu'ils la connaissent n'existera jamais dans cette réalité. Yonekura et les autres écoutent, un peu surpris par cette conversation. Le commandant en second continue en disant que leur patrie existera dans le futur. Ce sera un tout nouveau Japon, différent de celui qu'ils connaissent, mais aussi différent de celui imaginé par Kusaka, et qui renaîtra après la guerre. Ils vont accueillir cette nouvelle réalité et le Mirai sera le premier navire de guerre de ce nouveau Zipang. Ils pourront alors se battre dignement. Yonekura et les autres sont motivés par cette explication et après avoir terminé le ravitaillement, ils reprennent la route. On ne voit plus Yonekura par la suite dans ce tome.

    Volume 26

    Le Mirai largue les ancres dans la baie de l'île de Palawan, où un sous-marin sous les ordres de Yonai vient les ravitailler. Après avoir reçu un message de Kikuchi, disant que la bombe atomique se trouvera à bord du Yamato, Kadomatsu organise une réunion des officiers à laquelle participe Yonekura. Durant celle-ci, le chef Yanagi détaille les caractéristiques du cuirassé qui en fait le plus insubmersible de son époque car celui-ci n'a pas coulé dans l'histoire, malgré le feu nourri des américains. Le commandant en second annonce ensuite qu'il veut que chaque onde soit interceptée pour connaître les mouvements des 2 flottes. Par la suite, quand les membres du croiseur apprennent que japonais et américains sont en route, certains, dont Yonekura, passent un dernier moment sur la plage. Ils entendent alors le chef Asô diffuser une musique des Southern, et Yonekura lui demande si cela lui rappelle des souvenirs avec sa femme. Sugimoto ajoute que si c'est avec sa femme, ça va, mais pas si c'est avec quelqu'un d'autre. Yonekura demande alors à Asô s'il est du genre infidèle, et comme ce dernier rougit, Sugimoto le fait remarquer, ayant tapé dans le mille. Asô donne le disque à Sakurai, et quand ils doivent remonter à bord, celui-ci est en retard. Yonekura se demande s'il se prend pour Robinson Crusoé, mais Sakurai arrive. Ce dernier admet avoir laissé le CD dans une grotte. L'un des passagers du canot se fâche, mais pour Yonekura, ce n'est qu'un CD. De plus, si le Mirai coule, ils disparaîtront sans laisser de trace. Ils peuvent donc laisser un testament. Asô intervient alors et dit qu'ils peuvent venir le rechercher plus tard, et tout le monde semble d'accord. Le croiseur se met en route, et à proximité de la bataille qui a commencé, Kadomatsu rappelle qu'ils ne doivent pas intervenir. Il ordonne ensuite à Kirino d’énoncer les ressources qu'il leur reste pour stopper le Yamato et l'attaque nucléaire de Kusaka. Yonekura écoute silencieusement et sans intervenir. Yonekura n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 27

    La bataille continue à faire rage, et après les américains, ce sont les japonais qui trouvent la position de la flotte adverse. Les américains ont déjà lancé une première offensive sur la flotte combinée, et c'est maintenant au tour des japonais de faire décoller leurs appareils depuis Saipan. Dans le CIC, Oguri déclare que c'est la seconde fois qu'il voit une telle bataille, après Midway. Yonekura observe lui aussi les écrans avec une certaine appréhension, mais n'intervient pas. La seconde vague américaine s'approche maintenant de la flotte combinée. Le SH60J, en vol, transfère toutes les données de son radar, et l’équipage du Mirai constate qu'un appareil américain fonce sur l'un des 2 cuirassés, Yonekura restant bouche bée face à cette scène impressionnante, bien que sur écran. C'est la dernière apparition de Yonekura dans ce tome.

    Volume 28

    La nuit tombe après le second assaut des américains, et l’équipage du Mirai observe que 2 petites embarcations quittent l'un des cuirassés pour se diriger vers un autre navire. Comme la bombe atomique est assez lourde à transporter, ils supposent qu'il s'agit d'un déplacement du commandement de la flotte et que le cuirassé qu'ils quittent est donc le Musashi. De plus, la flotte combinée semble se préparer à une attaque de nuit. Kadomatsu sait que leur objectif est la cinquième flotte américaine qui comprend 500 navires, avec de nombreuses divisions de débarquement à terre. Il ajoute que les Etats-Unis ont les ressources et la puissance industrielle pour continuer la guerre, mais que ce n'est pas le cas des hommes, ce qu'a bien compris Kusaka. Ils doivent donc se dépêcher d'arriver près de cette flotte que vise Kusaka. Yonekura continue d’écouter, toujours sans intervenir. Après un nouvel atterrissage du SH60J, le commandant en second fait stopper les machines car un appareil de patrouille arrive dans leur direction. Tous, Yonekura y compris, restent silencieux. Oguri fait remarquer que les 2 cuirassés sont à portée de tir d'un tomahawk, et qu'ils passent juste au-dessus de la fosse des Mariannes, la plus profonde au monde. Mais ils ne sont pas encore à 100% sûrs que le navire nommé A soit le Yamato. Le chef navigateur dit qu'ils pourraient couler les 2 cuirassés pour se débarrasser rapidement de la bombe, et Kadomatsu ajoute pour plaisanter qu'ils pourraient passer le détroit de Magellan, et aller tirer un coup de canon sur la maison blanche. Tous rigolent, puis une fois l'appareil de reconnaissance passé, ils remettent les moteurs en marche. Tout le monde, dont Yonekura, ce concentrent alors sur ce qu'ils ont à faire. On ne voit plus Yonekura par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 28 : Vivant.

    Volume 29

    Les 2 flottes commencent à s'approcher l'une de l'autre, et comme les japonais n'ont pas de canons synchronisés avec leurs radars, il compense leur faiblesse en faisant déverser par des hydravions de reconnaissance des paillettes d'aluminium, ce qui brouille les radars américains. Mais le vent disperse les paillettes juste avant que la flotte américaine ne soit à portée de vue des navires japonais. A partir de ce moment débute une grosse bataille navale entre les 2 flottes, ce qui commence à créer une confusion générale. Durant celle-ci, Kusaka envoie un message non codé à l'intention du Mirai pour les saluer, juste un an et demi après avoir été sauvé de la noyade par Kadomatsu. Lors de la bataille, les japonais utilisent les torpedos 93. Yanagi explique que ces torpilles ne laissent pas de sillage et sont une menace pour les américains. Yonekura est juste derrière lui, et écoute sans intervenir. Pour le commandant en second, Kusaka va profiter du chaos pour faire agir le Yamato. Ils doivent donc être très attentifs. Yonekura n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 30

    Soudain, 2 hydravions décollent du présumé Yamato, et comme ils ne sont pas assez puissants pour transporter la bombe, Kadomatsu en déduit que ces appareils vont faire du repérage. Yonekura semble assez surpris par la situation, puis, alors qu'ils arrivent près du lieu de la bataille, le commandant en second veut vérifier si le cuirassé A est bien le Yamato, ce qui semble en étonner plusieurs, dont Yonekura. Oguri et plusieurs de ses hommes sortent pour avoir une confirmation visuelle, tandis que Yonekura et plusieurs autres restent à l'intérieur, continuant à regarder via les écrans. Le navire A est bien le Yamato, et après avoir arrêté de tirer depuis un certain moment, il stoppe ses manoeuvres d'esquive et se dirige en plein vers le nord. Kadomatsu ordonne de le suivre à pleine vitesse. Sur la trajectoire du cuirassé se trouve un destroyer américain, mais le Yamato ne semble pas vouloir ralentir, ni empêcher la collision. Yonekura assiste stupéfait à la scène, alors que le cuirassé n'a plus le temps de virer de bord. Peu après le choc, le signal du destroyer s'éteint, ce qui laisse Yonekura et ses collègues bouches bées. C'est la dernière apparition de Yonekura dans ce tome.

    Volume 31

    L'hydravion de reconnaissance a repéré les navires américains de transport de troupes et s’apprête à donner sa position au Yamato. Pour éviter la transmission du message, Kadomatsu ordonne à Kirino que soit activé l'ECM entre l'avion et le cuirassé, sous le regard silencieux de Yonekura et ses collègues. Puis Ôme annonce que le signal de l'hydravion a disparu, ayant sans doute raté son amerrissage. Puis un autre appareil décolle du Musashi, transportant sans doute Kusaka. Le second du Mirai veut rester sur le plan d'origine et ordonne à Oguri d'envoyer un message au Yamato pour lui demander d’arrêter ses machines. Cependant, le navire pointe ses canons vers le croiseur, à la stupéfaction générale, et tire. Kikuchi étant absent, Kadomatsu demande à Yonekura s'ils ont la possibilité de stopper le cuirassé par la force. Le lieutenant répond qu'ils pourraient détruire les hélices ou le gouvernail, mais ils ne peuvent viser spécifiquement l’arrière du Yamato, et les missiles anti-sous-marins ne peuvent être utilisés avec la faible profondeur. Le seul moyen de le stopper est donc l'usage de missiles harpoon ou tomahawk qui enverraient le cuirassé au fond de la fosse des Mariannes, ce qui signifierait leur défaite. En effet, cela provoquerait la mort de tout l’équipage du Yamato. N'ayant pas le temps d'attendre que le cuirassé soit à court de munitions, Kadomatsu décide de s'approcher et de riposter avec leur canon. Cette solution semble satisfaire les personnes présentes, dont Yonekura. En continuant à esquiver, le commandant en second demande à Kirino s'ils peuvent viser le télémètre du Yamato, et Kirino répond qu'ils doivent s'approcher encore pour éviter les erreurs de tir. Yonekura sait que si ils détruisent le télémètre, le cuirassé verra son taux de tirs réussis chuter, mais s'ils s'approchent davantage, ils ont plus de risques d’être touchés. Durant l'approche, ils perdent le sonar, mais parviennent à tirer et détruire le télémètre. On ne voit plus Yonekura par la suite dans ce tome.

    Volume 32

    Après la destruction du télémètre du Yamato, l'hydravion de Kusaka arrive, et ce dernier donne la position des troupes américaines de débarquement au cuirassé, puis demande à celui-ci de se préparer à un combat antiaérien. Les membres du Mirai comprennent que le Yamato va utiliser des bombes sanshikis, des obus contenant de nombreux bouts de caoutchouc qui sont projetés à haute température dans un rayon de 224 mètres. Celles-ci, qui se sont finalement révélées peu efficaces contre les avions, pourraient très bien fonctionner contre le croiseur qui a un fin blindage, comme le dit Yanagi. Kadomatsu sait qu'ils doivent viser la tour arrière de contrôle des tirs, avant de subir une salve de bombes sanshikis, et il ordonne donc à Yonekura d'utiliser le canon principal et les mitrailleuses pour contrer ces bombes. Le lieutenant répond positivement à l'ordre. Le Mirai se met en route, et Yonekura annonce l'activation du canon et du CIWS. Le lieutenant reste concentré sur la tour arrière de contrôle des tirs et attend les quelques secondes qu'il faut pour être à portée de tir. Il annonce alors la saisie des données et lance le tir du canon qui fait mouche. Malheureusement, une dernière bombe sanshiki explose à proximité du croiseur, détruisant tous les radars et l'ECM, et plongeant le CIC dans le noir. Kadomatsu décide de s’éloigner temporairement du Yamato et c'est alors que le lieutenant Hayashibara vient demander l'autorisation de décoller avec le SH60J pour tirer sur le cuirassé depuis l'hélicoptère. Oguri intervient pour dire que cette opération est beaucoup trop dangereuse car ils ne savent pas ce qu'il se passe exactement à bord du Yamato. Il n'accepte qu'à condition de pouvoir monter lui aussi à bord du SH60J. Il manque alors encore une personne, et Yonekura n'ose pas se porter volontaire. C'est finalement Ôme qui le fait. Yonekura n'apparaît plus ensuite dans ce tome.

    • Statut au volume 32 : Vivant.

    Capitaine Chris Evans

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 28 : Tué par le CIWS du Mirai.
    • Statut au volume 32 : Tué par le CIWS du Mirai.

    Sugimoto

    scan 1900Volume 25

    Kadomatsu et ses hommes veulent s’échapper mais l'Agano leur tire dessus et ils se rendent compte que Kusaka se trouve sur le croiseur adverse. Le commandant en second ordonne la riposte et le Mirai neutralise l'Agano sans le couler. Après avoir induit en erreur les appareils de patrouille, le croiseur rejoint le reste de l’équipage, qui s'est emparé du tanker préparé par Kawamoto. Alors que l’équipage est en train de ravitailler le Mirai, ils se disent que maintenant, la marine impériale ne va plus les lâcher. Pour Sugimoto, c'est la même chose pour la marine américaine, mais ils sont cependant libres. Oguri leur rappelle alors qu'un navire de guerre n'est jamais libre, et Kadomatsu ajoute qu'il n'existe que quand il a une patrie à regagner. Cependant, il dit aussi que cette patrie n'est ni le Japon du futur qu'ils ne peuvent plus rejoindre, ni celui de la marine impériale. Pour lui, leur patrie n'existe nulle part sur cette terre. Le chef navigateur se fâche, rappelant qu'ils ont encore leurs uniformes de la force de défense et que Kadomatsu voulait protéger un maximum de vies. Ce dernier explique que c'est vrai mais que le Japon qu'ils connaissent n'existera pas dans cette réalité. Et comme Oguri ne veut pas être un pirate ou un terroriste, Kadomatsu lui répond que la patrie qu'ils vont défendre existera dans le futur. Comme l’équipage cherche à comprendre, le commandant en second parle alors d'un Japon, mais différent du Zipang qu’espérait Kusaka, qui renaîtra après la guerre. Lorsque ce pays verra le jour, ils pourront combattre dignement, et le Mirai en sera le premier navire de guerre. Ces paroles semblent remonter le moral de tout l’équipage, Sugimoto compris. Après avoir terminé le ravitaillement, les membres du croiseur prennent la route de l'île de Palawan, aux Philippines, et ils larguent les ancres dans la baie de l'île. En regardant le paysage, Sugimoto a l'impression que King Kong va sortir de là. Lors du repas, Yanagi demande à Sugimoto comment ils vont faire pour le ravitaillement, et celui-ci répond qu'à défaut de la culture, ils vont pouvoir pêcher des poissons tropicaux. Quelques temps plus tard, l’équipage voit émerger dans la baie un sous-marin, et Sugimoto reconnaît celui-ci qui avait ramené Kadomatsu et ses hommes à bord du Mirai. C'est la dernière apparition de Sugimoto dans ce tome.

    Volume 26

    L'équipage du Mirai apprend par l'intermédiaire de Kikuchi que Kusaka a l'intention de transporter la bombe atomique à bord du Yamato. Puis, plus tard, les communications s'arrêtent, ce qui signifie que japonais et américains s'apprêtent à livrer bataille. Les membres du croiseur passent donc uun dernier moment à terre et Sugimoto et les autres s'aperçoivent que le chef Asô écoute "Manatsu no kajitsu" des Southern sur son lecteur portable. Yonekura lui demande alors si cela lui rappelle des souvenirs avec sa femme. Pour rigoler, Sugimoto dit que ça peut aller avec sa femme, mais si c'est avec quelqu'un d'autre...Yonekura demande alors à Asô s'il est du genre infidèle, et Sugimoto, voyant sourire Asô, le dit aux autres, déclarant avoir tapé dans le mille. Au moment de retourner au navire, ils attendent Sakurai qui est en retard. Celui-ci arrive, et admet avoir laissé le CD des Southern dans une grotte. L'un des passagers s'énerve car ce CD n'existe pas dans cette réalité alors qu'ils ne doivent laisser aucune trace d'eux en cet endroit. Yonekura essaie de le calmer, disant que cela peut-être un testament. Car si le Mirai coule et qu'ils disparaissent, il n'y aura aucune trace d'eux. Ils peuvent donc laisser un testament. Sugimoto n'intervient pas, et Asô répond qu'ils peuvent de toute façon revenir plus tard pour récupérer le CD. Sugimoto semble approuver la décision et ils se mettent en route pour Saipan où débute la bataille. Alors que les premiers affrontements ont déjà commencé, Kadomatsu dit qu'ils ne devront pas se mêler de cette bataille, puis ordonne à Kirino d'énumérer l'armement qu'il leur reste et qui leur servira à stopper la bombe atomique de Kusaka. Sugimoto écoute attentivement cette énumération...

    Volume 27

    L'équipage du Mirai constate que les américains découvrent en premier la position de la flotte japonaise, et juste après la première vague offensive des américains, la flotte de ces derniers est repérée par les appareils de reconnaissance japonais. Ceux-ci font donc décoller leur appareils depuis Saipan. Oguri se dit que c'est la deuxième fois qu'il voit une bataille de cette ampleur, après Midway. Sugimoto observe en silence, avec l'air sérieux, tandis que la seconde vague offensive américaine s'approche de la flotte combinée. Sugimoto n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 28 : Vivant.

    Volume 31

    La bataille continue entre les flottes américaine et japonaise qui envoient chacune des escadrilles pour attaquer la flotte adverse, et ce, jusqu'à la tombée de la nuit. C'est alors que la flotte combinée choisit de lancer une attaque nocturne avec ses 2 cuirassés en tête. Grâce au plan qu'il a mis en place, Kusaka fait régner le chaos quand les 2 flottes se retrouvent face à face et se tirent dessus. C'est en profitant de cette confusion que le groupe forme par Kusaka prend le contrôle du Yamato, quitte la flotte combinée, et se dirige en plein nord, là où se trouvent les navires de transport de troupes américaines, la cible de Kusaka. Le Mirai, après avoir confirmé lequel des 2 cuirassés est le Yamato, se lance à sa poursuite. Son équipage brouille les communications, afin que le message indiquant la position des navires de transport américains, et envoyé par un hydravion de reconnaissance, ne parvienne pas au Yamato. Puis, Kadomatsu fait envoyer un message pour dire au cuirassé de stopper ses machines. Mais le Yamato tourne ses canons vers le croiseur, et Sugimoto, en regardant à travers ses jumelles, repère des coups de feu. Les obus tombent à proximité du Mirai, et Sugimoto est projeté en arrière par le jet d'eau, se cognant contre un mur. Oguri vient voir s'il est blessé, mais Sugimoto lui répond que ça va. Il sait que si c'est comme cela à 300 mètres du Yamato, ils ne feront pas long feu avec leur fin blindage s'ils s'approchent davantage. On ne voit plus Sugimoto par la suite dans ce tome.

    Volume 32

    Le Mirai réussit à détruire le télémètre du Yamato, puis l'hydravion transportant Kusaka arrive, et celui-ci révèle au cuirassé la position des navires américains de transport de troupes. Il demande ensuite au Yamato de se préparer à un combat antiaérien. L'équipage du croiseur comprend qu'ils vont utiliser des bombes sanshikis, contenant des morceaux de caoutchouc projetés à haute température dans un large rayon, et prévues au départ contre des avions. Mais elles devraient être efficaces contre le Mirai qui a un fin blindage. Le croiseur parvient à détruire la tour arrière de contrôle des tirs en évitant les bombes, mais la dernière d'entre elles explose à proximité du croiseur et l'endommage fortement. Sugimoto, lui s'était réfugié à l'intérieur avec ses collègues. Ils entendent alors Kadomatsu annoncer que les radars et l'ECM sont maintenant hors d'usage et qu'il est impossible de faire les réparations pour l'instant. Ils vont donc faire un repli temporaire pour revoir leur stratégie. C'est la dernière apparition de Sugimoto dans ce tome.

    • Statut au volume 32 : Vivant.

    Lieutenant Kazuma Tsuda

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 28 : Décédé de ses blessures après une chute depuis Kehlsteinhaus.
    • Statut au volume 32 : Décédé de ses blessures après une chute depuis Kehlsteinhaus.

    Amiral Isoroku Yamamoto (PH)

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 28 : Tué d'une balle dans le coeur par un soldat américain.
    • Statut au volume 32 : Tué d'une balle dans le coeur par un soldat américain.

    Sous-lieutenant Mori

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 28 : Tué par les tirs d'un hydravion chasseur japonais.
    • Statut au volume 32 : Tué par les tirs d'un hydravion chasseur japonais.

    Yô Bungen (Hideo Yamamoto)

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 28 : Supposé décédé par suicide.
    • Statut au volume 32 : Supposé décédé par suicide.

    Teruko

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 28 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 32 : Supposé vivante.

    A suivre...

    Cronos


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :