• Zipang : Personnages (13/?)

    Voilà la douzième suite de la liste des personnages de Zipang. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Yôko

     

    Volume 15

    Il s'agit de la femme du chef Ôme, un membre de la force d'autodéfense japonaise. Celui-ci travaille à bord du Mirai, un croiseur des années 2000. Un jour, Ôme part en mer pour rejoindre Pearl Harbor où le Mirai devra faire des manoeuvres avec l'armée américaine. Yôko et Ôme ont ensemble un fils, Masahiko. Ôme garde sur lui une photo de Yôko et Masahiko, alors qu'ils étaient dans un parc d'attraction. Sur celle-ci, Masahiko est un bébé de quelques mois, et Yôko porte des lunettes, mais on ne sait pas si la photo est récente. C'est tout ce que l'on saura sur Yôko dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 161 : Choix et tentation".
    • Statut au volume 15 : Vivante.

     

    Masahiko

     

    Volume 15

    Masahiko est le fils de Yôko et du chef Ôme. Ce dernier est membre de la force d'autodéfense japonaise, et lors des années 2000, il doit partir en mission à bord du croiseur Mirai, afin d'aller à Pearl Harbor pour y effectuer des manoeuvres en compagnie de l'armée américaine. On ne connaît pas l'âge de Masahiko, mais sur une photo où il apparaît dans les bras de sa mère dans une sorte de parc d'attraction, il ne doit pas avoir plus de quelques mois. Evidemment, on ne sait pas si cette photo est récente ou pas. Nous n'en apprendrons pas plus sur Masahiko dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 161 : Choix et tentation".
    • Statut au volume 15 : Vivant.

     

    Lieutenant Tachibana

    Volume 15

    Ce lieutenant de la force d'autodéfense japonaise embarque dans les années 2000 à bord du Mirai, un croiseur de type Aegis qui doit faire des manoeuvres avec l'armée américaine à Pearl Harbor. Cependant, durant le voyage, des phénomènes étranges se produisent et le Mirai se retrouve face au Yamato, le cuirassé japonais de la seconde guerre mondiale, et dont le positionnement de la flotte autour de lui rappelle la bataille de Midway. Après avoir échappé à cette flotte, l'équipage du croiseur regarde au loin et avec incrédulité la bataille. Après celle-ci, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, commandant en second du Mirai, sauve un officier de la marine impériale de la noyade, le capitaine Takumi Kusaka. Ce dernier apprend ce qu'il advient du Japon après la guerre mais consent à ne pas intervenir. Malheureusement, lors d'une tentative de ravitaillement, ils sont repérés par un ancien subalterne de Kusaka, le lieutenant Tsuda. Contraint de faire quelque chose, les membres du Mirai décident d'aider à l'évacuation de Guadalcanal, qui doit bientôt être attaqué. Mais Kusaka déclare que futur changera irrémédiablement et pour pousser le croiseur à aider le Japon à ne pas perdre la guerre, il utilise alors la flotte combinée pour forcer le Mirai à montrer sa puissance. Suite à cela, le capitaine Saburô Umezu, le commandant du croiseur, accepte de rencontrer l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui suggère de retourner à Yokosuka. Umezu accepte, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki force le Mirai à affronter une escadrille américaine, puis à couler un porte-avion. Une fois à Yokosuka, l'équipage rencontre l'ancien premier ministre et amiral de réserve Mitsumasa Yonai, qui leur demande de ne pas intervenir car le Japon doit perdre la guerre pour se ressaisir. Pendant les réparations sur le croiseur, Kadomatsu part à la poursuite de Kusaka, qui tente de modifier l'histoire en Chine. Là-bas, le commandant en second du Mirai ne parvient pas à empêcher la mort de l'empereur Puyi. A son retour à bord du croiseur, celui-ci part pour les îles de Kiska et Attu pour évacuer les troupes sur place. Mais là-bas, ils combattent une flotte américaine, et Umezu est blessé à la tête durent la bataille, ce qui fait qu'il doit être hospitalisé. Kadomatsu prend sa place pendant son absence, et le Mirai se contente de neutraliser des sous-marins américains en évitant au maximum les victimes. A la demande de Yamamoto, le croiseur va aider à l'évacuation de la Nouvelle-Guinée, et grâce aux informations récoltées par l'umitori, le Japon fait une attaque préventive sur les aérodromes américains, détruisant les avions en ne faisant pas trop de victimes. Mais au moment de passer le détroit de Dampier, une escadrille américaine qui a échappé à la destruction apparaît soudainement et prend le Mirai pour cible. Lors du combat, le lieutenant Mamoru Satake se sacrifie avec l'umitori pour sauver le croiseur. Suite à cette tragédie, la différence de point de vue entre Kadomatsu, qui veut continuer à éviter un maximum de morts, et le capitaine Masayuki Kikuchi, le chef canonnier, qui préfère prendre une part plus active à la guerre en se mettant sous le contrôle de la marine impériale, s'intensifie. A un tel point qu'un jour, une conversation privée entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire. Kikuchi annonce qu'il prend le contrôle du Mirai, et Tachibana, sui se range plutôt du côté de Kadomatsu, décide d'aller voir dans la cabine de ce dernier. Mais soudain, il est menacé d'une arme par le lieutenant Yonekura et par Noguchi. Tranquillement, Tachibana demande à Noguchi s'il déteste Kadomatsu. Noguchi répond que non, et Tachibana explique qu'il est prêt à mourir pour le commandant en second, tout en s'avançant vers Noguchi. Celui-ci panique, et Tachibana en profite pour essayer de se saisir de son arme. Une empoignade débute, et Yonekura ne parvient pas à tirer. Finalement un coup part tout seul, et Noguchi s'écroule, touché à l'estomac. Tachibana et Yonekura se menacent mutuellement, jusqu'à l'arrivée de Kadomatsu, qui commence par transporter Noguchi pour qu'il soit conduit à l'infirmerie, avant de demande à Tachibana, qui refuse cette rébellion, de lui donner l'arme. Tachibana s'exécute, puis Kadomatsu annonce qu'il va quitter temporairement le croiseur pour éviter un bain de sang. Ceux qui veulent l'accompagner, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, peuvent le faire, et Tachibana fait partie de ceux-ci. Mais au moment de descendre à terre, Tachibana tremble et hésite. Kadomatsu lui conseille de rester à bord, et Tachibana s'excuse tout en pleurant. C'est alors que le reste de l'équipage monte sur le pont et salue ceux qui partent...

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 164 : La nuit la plus longue du Mirai".
    • Statut au volume 15 : Vivant.

    Lieutenant Shinohara

    Volume 15

    Il s'agit d'un membre de la force d'autodéfense japonaise qui fait aussi partie de l'équipage du Mirai, un croiseur des années 2000 qui doit partir en mission à Pearl Harbor pour y faire des manoeuvres avec l'armée américaine. Cependant, lors du trajet, des événements inexpliqués se produisent et d'un coup, le navire se trouve face à une flotte dirigée par un navire qui ressemble fort au Yamato, le cuirassé de la marine impériale de la seconde guerre mondiale. De plus, la disposition des navires fait penser à la bataille de Midway, en juin 1942. Après avoir échappé à cette flotte, les membres du Mirai assistent incrédules à la bataille qui se déroule au loin, puis le commandant en second du navire, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, sauve de la noyade un officier de la marine impériale, le capitaine Takumi Kusaka. Celui-ci accepte de les aider à se ravitailler, mais durant le processus, ils sont repérés par un ancien subalterne de Kusaka, le lieutenant Tsuda. Obligés de faire quelque chose, les membres du croiseur acceptent donc d'aider à évacuer Guadalcanal qui doit être attaqué par les américains. Malheureusement, Kusaka, qui avait pourtant promis de ne pas chercher à modifier l'histoire, envoie la flotte combinée attaquer les américains, ce qui pousse le Mirai à montrer sa puissance. Après des négociations, le commandant du croiseur, le capitaine Saburô Umezu, accepte de rencontrer l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui propose de retourner à Yokosuka. Umezu est d'accord, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki de la marine impériale force le Mirai à affronter une escadrille américaine, et à couler aussi un porte-avions. Ensuite, alors que le croiseur subit des réparations, Kadomatsu part à la poursuite de Kusaka, qui est allé en Chine. Il ne parvient malheureusement pas à l'empêcher de tuer l'empereur Puyi, et au retour du commandant en second, le croiseur part pour les îles d'Attu et de Kiska, dans les Aléoutiennes, pour y évacuer les troupes japonaises sur place. Là-bas, le Mirai doit affronter une flotte américaine. Durant la bataille, Umezu est fortement blessé à la tête et doit être hospitalisé. C'est donc Kadomatsu qui assure la relève temporairement. Le Mirai se met à neutraliser les sous-marins américains en minimisant au maximum les pertes humaines. Puis, pour l'évacuation des troupes de Nouvelle-Guinée, les informations récoltées par l'hélicoptère du lieutenant Mamoru Satake permettent à l'armée impériale de lancer une attaque préventive sur les aéroport américains de Nouvelle-Guinée, détruisant les appareils en ne faisant pas trop de victimes. Mais quand les navires arrivent dans le détroit de Dampier, une escadrille américaine ayant échappé à la destruction apparaît et vise spécifiquement le croiseur. Lors du combat, le lieutenant Satake se sacrifie avec l'umitori, ce qui a pour conséquence d'attiser les tensions entre Kadomatsu et le capitaine Masayuki Kikuchi, le chef canonnier. En effet, alors que le premier ne veut pas chercher une issue plus avantageuse pour le Japon en limitant au maximum les morts de chaque côté, le second veut plus s'impliquer dans la guerre, quitte à changer le cours de l'histoire en se mettant sous les ordres de la marine impériale. Et c'est alors qu'un jour, une conversation entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire. C'est à ce moment que Kikuchi annonce qu'il prend le contrôle du navire, ceux qui le suivent sortant des armes face à ceux qui soutiennent le commandant en second. Lors de cette mutinerie, l'un des hommes est blessé par balle, et pour éviter un bain de sang, Kadomatsu déclare qu'il va quitter temporairement le navire. Ceux qui le veulent, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, peuvent le suivre. Le lieutenant Shinohara fait partie de ceux-ci, tout comme le lieutenant Shibata, le chef Asô et le maître Yanagi. lors qu'ils descendent du Mirai, le reste du navire arrive sur le pont, et au signal d'Oguri, ils saluent ceux qui s'en vont...

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 166 : Un nouveau champ de bataille".
    • Statut au volume 15 : Vivant.

    Lieutenant Shibata

    Volume 15

    Le lieutenant Shibata est un membre de la force d'autodéfense japonaise et il fait partie de l'équipage du Mirai, un croiseur de haute technologie des années 2000. Celui-ci, ainsi que d'autres navires japonais, sont envoyés à Pearl Harbor pour y faire des opérations avec l'armée américaine. Cependant, durant le trajet, des événements étranges se produisent, et le Mirai se retrouve transporté dans le temps, juste avant la bataille de Midway, en plein guerre du Pacifique. Après cette bataille, le capitaine Yôsuke Kadomatsu, commandant en second du navire, sauve de la noyade un capitaine de la marine impériale japonaise, le capitaine Takumi Kusaka. Celui-ci découvre le futur du Japon mais accepte de ne pas intervenir. L'équipage du croiseur ne veut pas interférer dans la guerre, mais la marine impériale retrouve la trace du Mirai, qui avait été vu avant Midway. Obligé de se positionner, les membres du croiseur accepte de tenter un maximum de monde à Guadalcanal. Mais Kusaka a d'autres projets et veut éviter au Japon une capitulation sans conditions. Pour cela, il a besoin de la puissance du Mirai, mais son équipage refuse. Le capitaine Saburô Umezu, la commandant du croiseur, rencontre alors l'amiral Isoroku Yamamoto, qui lui propose de retourner à Yokosuka. Umezu accepte, mais sur le chemin, le capitaine Eiichirô Taki de la marine impériale, force le Mirai à affronter une escadrille américaine, et à couler un porte-avion. Une fois à Yokosuka, l'équipage du Mirai rencontre l'amiral et ancien premier ministre Mistumasa Yonai, qui leur demande de ne pas intervenir et de laisser le Japon perdre la guerre. Kadomatsu ensuite part à la poursuite de Kusaka en Chine, pour l'empêcher de chambouler le cours de l'histoire, mais malheureusement, l'empereur Puyi est tué. A son retour, le croiseur part pour les îles de Kiska et Attu, dans les Aléoutiennes, où ses membres doivent affronter une flotte américaine. Durant la bataille, Umezu est blessé et doit être hospitalisé. Avec son absence, c'est Kadomatsu qui prend le relais. Le croiseur neutralise les sous-marins américains, tout en évitant au maximum les victimes. Yamamoto leur demande alors de les aider à retirer les troupes de Nouvelle-Guinée. Grâce aux informations récoltées par le Mirai, les japonais bombardent préventivement un aéroport américain pour pouvoir faire son retrait en toute sécurité. Or, une importante escadrille est parvenue à échapper à la destruction, et près du détroit de Dampier, celle-ci vise expressément le croiseur. Dans l'affrontement, le lieutenant Mamoru Satake décède et son umitori est détruit. Avec ce décès, des tensions commencent à apparaître entre Kadomatsu, qui veut continuer à préserver un maximum de vies et ne veut pas favoriser le Japon contre les américains, et le capitaine Masayuki Kikuchi, chef canonnier du Mirai, qui se laisse tenter par une intervention plus importante en collaborant avec la marine impériale. Mais un jour, une conversation privée entre les 2 capitaines se fait entendre dans tout le navire, et Kikuchi décide de prendre le commandement du Mirai par la force. La mutinerie d'une partie de l'équipage se solde par la blessure par balle à l'estomac de Noguchi, qui soutient le chef canonnier, quand le lieutenant Tachibana a essayé de lui reprendre son arme. Suite à cela, Kadomatsu choisit de quitter quelques temps le navire pour éviter un bain de sang. Ceux qui le veulent peuvent l'accompagner, à l'exception du capitaine Kôhei Oguri, le chef navigateur, qui doit rester pour continuer à occuper son poste et ses fonctions. Le lieutenant Shibata fait partie de ceux qui décident d'accompagner Kadomatsu, tout comme le lieutenant Shinohara, le chef Asô, le premier maître Yanagi et le lieutenant Tachibana. Mais au moment du départ, ce dernier prend peur, et Kadomatsu lui suggère de rester à bord. Tachibana lui demande pardon en pleurant, puis le reste de l'équipage arrive sur le pont, et aux ordres d'Oguri, ils saluent ceux qui partent...

    • Première apparition : Volume 15, dans le chapitre intitulé "Sillage 166 : Un nouveau champ de bataille".
    • Statut au volume 15 : Vivant.

    A suivre...

    Cronos


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :