• Trouble is my business : Personnages (8)

    Voilà la septième suite de la liste des personnages de Trouble is my business. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Nakanishi

    Volume 4

    Nakanishi était l'un des cadets de Kurosaki dans son clan de yakuzas. Ce dernier dit de Nakanishi que, dans les années 60, il était un gars aussi tranchant qu'une lame. Mais il a quitté le clan à la naissance de sa fille. En guise de couverture, il tenait une enseigne d'accessoires en import, mais gagnait en fait sa vie comme bookmaker clandestin au PMU. Comme il n'est pas sorti à 100% du circuit, Kurosaki l'a laissé faire. Ensuite, la mère de sa fille s'est barré depuis longtemps. Mais dernièrement, Nakanishi a eu un gros gagnant qui l'a ruiné, surtout que Nakanishi a mis sa fille dans le privé, chez les jésuites. En fait, ces derniers temps, les clients s'organisent en bandes et achètent par centaines des tickets à bas prix qui ne rapportent pas beaucoup, afin de casser les bookmakers. Et ce sont des pros qui ont cassé Nakanishi, le groupe Clover, et qui ont poussé Nakanishi a emprunter chez des usuriers à leur solde. Afin de pouvoir rembourser, Nakanishi a accepté de céder l'un de ses reins. Mais il a voulu encore jouer et a perdu une nouvelle fois. Acculé, Nakanishi a décidé de se suicider en sautant du haut de son immeuble de Yamate et a atterrit dans la piscine de la résidence.

    • Première apparition : Volume 4, dans le chapitre intitulé "Chapitre 29 - Quatre credo modernes".
    • Statut au volume 4 : Décédé par suicide en sautant du haut de son immeuble pour atterrir dans la piscine.

    Alex

    Volume 4

    Alex est un chien mâle de 7 ans, qui appartient à un écrivain relativement connu. Cependant, il a curieusement disparu. On apprend alors peu après qu'Alex passe souvent dans un parc où se trouve un vagabond qui s'occupe des chiens errants. Un jour, 6 mois avant sa dernière fugue, le chien a semblé reconnaître une jeune femme dans la trentaine avec qui il est parti. Depuis, il passe tous les 10 jours par le parc et fonce seul vers la gare. Par la suite, comme à chaque fois, Alex revient chez son maître. Après être resté 2 jours à la maison, Alex repart en balade, suivi par Jôtarô Fukamachi, un détective privé. Il court à travers le parc et prend la direction de la gare sans hésiter. Tranquillement, il entre dans une rame de train et se repose en attendant son arrêt. A la cinquième station il reprend sa route qu'il connaît bien et finit par s’arrêter devant un petit immeuble à appartements. Il se met à aboyer, et une jeune fille finit par sortir de chez elle pour voir qu'Alex est là. La jeune fille appelle sa mère, et on découvre qu'il s'agit en fait de l'ex-femme et de la fille de l’écrivain. Ensuite, pendant que le détective parle avec l'ex-femme de l'auteur, Alex va jouer avec la fille. On apprend alors que la première fois, Alex est tombé sur sa maîtresse par hasard, et qu'il l'a suivie jusque chez elle. A chaque fois, il passe 2 ou 3 jours sur le parking avant de rentrer chez l’écrivain. En fait, le couple a divorcé il y a 5 ans et ils ne se sont plus vus depuis. En fait, Alex se fait du souci pour la femme et la fille, mais aussi pour son maître qui fait le fier et le dur à cuire. Plus tard, le privé va parler à l'auteur dans un café pour lui transmettre le message muet du chien, tandis que celui-ci attend dehors, sous la pluie, regardant son maître avec un air triste. Alex n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 4, dans le chapitre intitulé "Chapitre 30 - Un mot de la part d'Alex".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    L’éditeur

    Volume 4

    Cet homme travaille pour un écrivain qui a eu un certain succès, mais qui fait sa diva et qui ne veut pas travailler tant qu'on ne lui a pas retrouvé son chien Alex, un mâle de 7 ans. Pour cela, l'éditeur va voir un détective privé, Jôtarô Fukamachi. Il lui présente une photo du chien, et Fukamachi se demande sin l'animal a avalé un collier de perles. Mais pour l'éditeur, sans lui, il n'y a pas moyen de travailler. Le détective croit que l'homme bosse dans un cirque, mais l'éditeur lui répond que l'enfoiré refuse d'écrire tant qu'Alex n'a pas été retrouvé. Il l'a déjà cherché, mais à son âge, il pense que c'est la misère de faire cela, lui qui est diplômé d'une bonne fac et a été engagé par un grand éditeur. Il trouve cela minable, mais pense que c'est le style de job pour le privé. Celui-ci rétorque qu'extorquer le manuscrit au romancier, c'est le travail de l'éditeur. Celui-ci l'admet, et Fukamachi lui dit alors que son boulot, c'est aussi de retrouver le chien. L'éditeur trouve que le détective n'a pas la langue dans sa poche, mais dit qu'entre éditeurs, ils se sont cotisés pour faire appel à un spécialiste. Finalement, Alex revient de lui-même, mais comme ce n'est pas sa première fugue, l'éditeur demande au privé de le filer lors de sa prochaine fuite. Pendant qu'il est occupé avec Fukamachi, l'écrivain réclame une bière. L'éditeur dit qu'il arrive, et prévient le détective que le chien fait une fugue tous les 10 jours. Le romancier hurle pour avoir sa bière, et l'éditeur supplie le privé d'accepter pour lui. En fait, il se trouve que l'animal va chez l'ex-femme et la fille de l'auteur, et qu'il essaie de faire passer un message à son maître de ne pas trop jouer les durs à cuire. C'est la dernière apparition de l'éditeur dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 4, dans le chapitre intitulé "Chapitre 30 - Un mot de la part d'Alex".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    L’écrivain

    Volume 4

    Cet homme à la moustache a commencé à être connu il y a environ 5 ans. C'est à cette même époque qu'il a divorcé de sa femme, une traductrice, et a convenu avec elle de ne plus se voir. Cependant, l'auteur, qui écrit des romans hard-boiled, a gardé leur chien, Alex, un mâle de 2 ans. Cependant, 5 ans plus tard, l'animal se met à fuguer de temps en temps, et le romancier menace ses éditeurs de ne plus rien écrire si son chien n'est pas retrouvé, ce qui est plutôt une excuse qu'une vraie raison car l’écrivain boit tranquillement des bières dans son jardin. Un jour, alors qu'il joue au billard dans un bar, l'auteur remarque que quelqu'un veut lui parler. Celui-ci se présente comme étant Jôtarô Fukamachi, un détective privé. L’écrivain rétorque qu'il a confié la tâche de retrouver Alex à ses éditeurs, et que donner le job à un privé ne rime à rien. Fukamachi lui dit alors que leurs 2 boulots sont des jobs de loup solitaire qui ne mènent nulle part sans esprit de conciliation. Le romancier trouve que le détective a la langue bien pendue. Ensuite, autour d'un verre, le privé demande si l’écrivain a une idée des lieux de passages de son chien quand il fugue, mais l'homme n'en sait rien. Fukamachi s'interroge si l'auteur sait quelque chose de la vie de son chien, ce qui énerve le romancier. Mais le détective ne voudrait pas irriter l’écrivain de romans violents. L'homme le corrige en disant que c'est du hard-boiled, puis se remet au billard. Le privé note que la posture est mauvaise, et que la visée est instable, ajoutant que l'auteur semble être un dégoûté de la vie. Celui-ci ne veut cependant pas que l'on se mêle de ça. Plus tard, Alex revient de lui-même, et l’écrivain se remet au travail, clope au bec. Il réclame à plusieurs reprises une bière à l’éditeur qui se trouve chez lui, puis laisse le détective chez lui, qui doit filer Alex à sa prochaine fugue. Peu après, au téléphone, le romancier se plaint qu'un autre nom est plus gros que le sien sur une couverture, et il exige de celle-ci soit réimprimée sinon il arrête d’écrire. Ensuite, après avoir bu quelques bières, l'auteur finit par s’écrouler sur son divan, terrassé par l'alcool. Plus tard, dans un café, le privé parle de sa filature à l’écrivain, et a découvert qu'à chaque fois, Alex va retrouver l'ex-femme du romancier, qui vit dans un appartement et qui ne peut pas le garder. En fait, Alex s’inquiète pour la femme et la fille, mais aussi pour son maître, qui joue les durs à cuire pour faire croire qu'il va bien. En écoutant cela, l’écrivain regarde son chien par la fenêtre, qui l'observe de l'autre côté de la rue et sous la pluie, d'un air triste. Il vient de comprendre le message qu'essaie de lui faire passer son chien. Le romancier n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 4, dans le chapitre intitulé "Chapitre 30 - Un mot de la part d'Alex".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Le vagabond

    Volume 4

    Il s'agit d'un sans-abri qui vit la plupart de son temps dans un parc. Il a la particularité de s'occuper de nombreux chiens errants, mais aussi des quelques chats. Un jour, Jôtarô Fukamachi, un détective privé, vient le voir car il est à la recherche d'Alex, un mâle de 7 ans qui a fait une fugue. Il montre au vieil homme une photo d'Alex, et le vagabond le reconnaît, connaissant même son nom. Le vieil homme se rappelle que ce chien vient toujours seul, à part une fois où il est venu avec une femme dans la trentaine. Fukamachi se demande s'ils étaient en balade ensemble, mais le vagabond pense plutôt que c'était comme s'il était tombé par hasard sur une vieille amie. Le détective questionne l'homme pour savoir quand c'était, et celui-ci répond que c'était à peu près il y a 6 mois. Depuis, Alex passe tous les 10 jours environ, et se dirige vers la gare, seul. Pour le vagabond, le chien est une bonne bête qui ne vous laisse pas tomber. Il propose ensuite un verre au privé, qui accepte volontiers. Quelques jours plus tard, le chien repasse de nouveau devant le vieil homme, suivi par Fukamachi, transpirant, que le vagabond salue avec le sourire. On ne voit plus le vagabond par la suite dans ce tome.

    Volume 5

    Un jour, alors que le vagabond est assis tranquillement dans le parc, il aperçoit Fukamachi et il le salue. Ce dernier lui rend la politesse, puis continue l'enquête qu'il est en train de faire. Un soir, alors que le vagabond est tranquille dans le parc avec ses chiens, un jeune homme visiblement ivre vient vers lui et l'agresse violemment. Il le frappe, et quand le vieil homme est à terre, il continue à le rouer de coups de pied. Les chiens se mettent à grogner pour défendre leur maître et s’apprêtent à attaquer l'agresseur. Mais le vagabond leur demande de rester calme, craignant que ses chiens ne trucident le jeune homme. Finalement, le vagabond est emmené à l’hôpital, et il s’avère que l'agresseur est Shindô Masashi, une jeune star violente, qui a l'alcool mauvais, et qui venait de se faire larguer par une stripteaseuse. A l’hôpital, Fukamachi vient rendre visite au vieil homme, qui demande comment vont ses bêtes. Le détective lui répond qu'elles vont bien car les hommes de Kurosaki, un yakuza qu'ils connaissent tous les 2, s'occupent de nourrir les chiens. En effet, pour le vieil homme, ses animaux est tout ce qui compte. Le privé dit de ne pas s’inquiéter, puis demande pourquoi Masashi l'a attaqué. Mais le vagabond répond que pour ce genre de personne, il n'y a pas de raison à ce qu'ils font. Par la suite, à cause de l'information qui a filtré dans les tabloïds, la jeune star est exposée, et doit s'excuser publiquement. Le vagabond n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 6

    Au début des années 1990, une nouvelle loi antigang est adoptée, ce qui fait que Kurosaki choisit de dissoudre son clan pour protester. Peu après, à cause de mauvais investissements en bourse, le yakuza se retrouve ruiné et endetté, et est obligé de fuir. Il devient SDF et loge dans des cartons, installés dans une station de métro, en compagnie du vieux vagabond qui, lui, a emmené plusieurs des animaux dont il s'occupe, et qui a accueilli Kurosaki à bras ouverts. Un jour, Fukamachi vient donner de l'argent emprunté à sa propriétaire, la dentiste Sugimoto, au yakuza. Le vagabond en profite pour saluer le détective. Plus tard, Kurosaki parvient à reprendre les rennes de son clan, mais Sugimoto se marie avec l'inspecteur véreux Gotôda, ce qui fait que le privé se fait jeter de chez la dentiste. Il rencontre son jeune client dans le parc où se trouve le vagabond, qu'il salue au passage. Il lance même un paquet de cigarettes, qu'un petit chien vient récupérer avant de ramener au vieil homme. Par la suite, le yakuza décide de se marier avec la journaliste Ôtake Maho, et le vagabond fait partie des invités de la soirée. Durant celle-ci, un homme, grugé par Kurosaki, vient chercher à se venger de lui, mais le yakuza le met à terre d'un coup de pied en se pendant à un grand lustre, sous les applaudissements des invités. Ensuite, il commence un discours pour remercier tout le monde, mais le lustre se détache et tombe sur Kurosaki, le blessant mortellement. Après les funérailles, la veuve du yakuza remet certains objets de son mari à ses proches, dont le vagabond, celui-ci reçoit un livre, ce qui lui fait bien plaisir. Trouvant la tension stimulante dans le milieu des yakuzas, Ôtake Maho décide de reprendre le clan de son défunt mari et de le diriger en son souvenir. Puis, Sugimoto finit par divorcer de Gotôda, et en compagnie de Fukamachi, ils résolvent une affaire. Ils choisissent de fêter cela dans un bar, en présence notamment du vieil homme, qui a amené un chien, mais aussi de Gotôda et ses collègues Moriyama et Tôjô, d'Ôtake Maho, du Poisson Globe, un indic qui loue aussi des armes à feu, de l'ex-femme et de la fille du détective. A la fin d'une soirée bien arrosée, le privé prétend avoir vu Kurosaki à la télévision, mais les autres ne voient que de la friture. C'est la dernière apparition du vagabond.

    • Première apparition : Volume 4, dans le chapitre intitulé "Chapitre 30 - Un mot de la part d'Alex".
    • Statut au volume 6 : Vivant.

    Les vendeurs de nouilles

    Volume 5

    Il s'agit d'un couple et de leur fils qui tiennent une petite échoppe de nouilles en tant que locataires. A un certain moment, des promoteurs immobiliers tentent de racheter leur boutique, mais les parents refusent, malgré le fait que presque personne ne vient manger chez eux, dans leur ruine. Ils espèrent ainsi faire monter les prix et parvenir à 200 millions de yens, ce qui est complètement exagéré. De plus, ils s'absentent fréquemment, soi-disant pour cause de vacances. Mais un jour, au retour d'une de leurs vacances, ils constatent que leur maison a été rasée et qu'ils n'ont plus de toit où vivre. Le garçon a l'impression que c'est comme dans le manga "l’école emportée". Ils vont voir le terrassier, qui leur montre le bon de commande, qui spécifiait bien de détruire 3 maisons. Ne trouvant pas le responsable de cette catastrophe, les parents se tournent vers Jôtarô Fukamachi, un détective privé, avec leurs dernières économies. La mère se montre très triste que 15 ans de dur labeur soient ainsi parties en fumée, et les parents insistent pour que le détective les aide, surtout que c'est le flou avec les promoteurs. Le privé leur demande s'ils sont allés à la police, et l'homme lui dit que oui, la femme ajoutant que si la police était du côté des petites gens, cela se saurait. Le garçon, lui, regarde par la fenêtre. Fukamachi accepte à contrecoeur, tandis que la famille va s'installer à l’hôtel, envoyant toutes les factures de repas et de logement à l'agent immobilier Tajima, qui était en charge d'acheter leur échoppe pour le compte du promoteur immobilier. Autour d'un repas, le détective revient bredouille et pense que l'affaire ne lui convient pas. Mais les parents insistent, l'homme ajoutant qu'ils compte sur lui et qu'il ne doit pas hésiter à cogner. Pour la femme, il faut tout tenter, comme l'extorsion ou la mission suicide, appuyant sur son honneur de privé. Mais finalement, Tajima réussit à faire en sorte que le détective se retire contre une somme d'argent. L'agent immobilier a alors les mains libres pour faire tabasser le couple. Mais ceux-ci retrouvent le privé devant leur ancienne échoppe, et le traite de pourri, de vendu et de corrompu. Le garçon reste ensuite auprès de Fukamachi, assis sur un banc, et lui dit de ne pas trop s'en faire. Il dit que son père a poussé le bouchon trop loin, et qu'il a tout de même touché 100 millions de yens. Il trouve que ce que son père a fait n'est pas correct, mais que pour celui-ci, l'argent est le plus important. Le détective lui demande s'il le croit aussi, et le garçon répond qu'il n'en sait rien car il est encore trop petit. Le privé lui dit qu'un jour, il aura la réponse, puis tous les 2 se saluent et le garçon s'en va rejoindre ses parents. C'est la dernière apparition des vendeurs de nouilles dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 31 - La cité de la poisse".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivants.

    Tajima

    Volume 5

    Il s'agit d'un agent immobilier dont l'un de ses clients, une société de promoteur immobilier, lui demande d'acheter plusieurs maisons à leur propriétaires afin de les raser et de construire un nouveau bâtiment. Tout se passe bien, à l'exception d'une échoppe de vendeurs de nouilles, dont les locataires cherchent à faire monter les prix pour accepter de partir. Ils exigent 200 millions de yens, alors qu'il n'y a presque personne dans leur taudis, et qu'ils s'absentent souvent en prétendant une "fermeture temporaire". Tajima est quand même prêt à payer 100 millions, mais les vendeurs de nouilles refusent. Après un an, à bout de nerfs, Tajima falsifie le bon de commande pour le terrassier, et lui demande de détruire 3 maisons au lieu de 2. Il prétend ensuite à une erreur, mais les vendeurs de nouilles finissent par envoyer un détective privé, Jôtarô Fukamachi, pour investiguer sur cette faute. Tajima accepte de lui montrer le bon de commande, où il est marqué de ne détruire que 2 maisons, et dit que c'est peut-être dû à une faute d'impression dans le fax. Pour lui, de toute façon, l'échoppe allait y passer aussi tôt ou tard. Il demande ensuite à Fukamachi s'il ne veut pas de riz cantonais, car ils ne livrent pas pour un seul plat. En mangeant, Tajima se dit qu'ils font un peu le même travail, à naviguer dans le gris, dans un monde ni blanc, ni noir. Pour se plaindre, le détective peut toujours aller voir la société de promoteur immobilier. Par la suite, Tajima reçoit les notes d'hôtel et de restaurants de la famille de vendeurs de nouilles, pour que Tajima les règle. Il va donc voir le privé et l'invite à monter dans la voiture. Fukamachi se demande s'il va se faire tabasser, et Tajima lui répond en le questionnant de sa voir si ça lui rapporte de faire le mariolle. Il emmène le détective sur les quais où il admet la vérité, tout en disant qu'il n'est pas un rapace. Mais si la famille continue à refuser les 100 millions, ils les envoie par le fond. Il se souvient que l'acteur de films de gangsters, Ihsihara Yujirô, aimait bien cet endroit. Il propose au privé de soit en découdre en duel, soit d'accepter de l'argent pour son silence et l'arrêt de son enquête. Fukamachi sort de la voiture et s'en va, et Tajima se dit étonné qu'il laisse même le pognon. Mais le détective revient, et prend l'argent avant de partir. Finalement, Tajima fait tabasser le père de famille après l'avoir payé 100 millions, afin qu'il s'arrête d'exiger l'impossible. On ne voit plus Tajima par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 31 - La cité de la poisse".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Matsui

    Volume 5

    Ce yakuza est le chef d'un petit clan à son nom, qui possède ses bureaux dans un immeuble. Un jour, le tendôkai envoie une tête brûlée, qui commence à tirer sur la porte du bureau de Matsui. Cet homme finit par se tirer une balle dans le pied, à cause des ricochets, et il est arrêté par la police. Pour s'excuser, Matsui a offert aux résidents de l'immeuble du savon étranger et du saké. Mais par la suite, les habitants de l'immeuble commencent à se rassembler et à pourrir la vie des yakuzas. Un soir, alors que l'un de ses hommes rentre tranquillement à vélo, il reçoit de l'eau projetée par des citoyens et tombe à terre. Les inconnus le couvre ensuite d'un drap, avant de le ruer de coups de pieds, tandis que d'autres détruisent son vélo à coups de batte de base-ball. A l’entrée de l'immeuble, les habitants ont même mis des affichettes avec des invectives comme "mort aux yakuzas !". Un autre jour, en sortant de son bureau avec ses hommes, Matsui découvre sa chatte Minette pendue devant la porte. Matsui hurle au coupable de se montrer, le traitant de lâche, mais personne ne vient. Exaspéré, Matsui demande de l'aide à son ami Kurosaki, qui lui dit que l'opprobre fait partie du métier. Mais pour Matsui, la vindicte locale est fatale pour les gangs. C'est pour cette raison qu'ils arrose de dons les fêtes locales, et qu'ils évitent de faire du business dans le quartier. il trouve ces citoyens rangés vicieux, et ils sont assaillis d'appels. Les citoyens ont même construit une baraque, financée par la mairie, sur le parking pour surveiller l’accès au bâtiment. Matsui se sent traqué et envisage de porter plainte. Mais Kurosaki se doute que le tribunal sera du côté des habitants. Kurosaki demande alors l'avis de Jôtarô Fukamachi, un détective privé, qui parle de la déesse de la justice. Matsui est plutôt surpris par le bonhomme, mais Fukamachi accepte d’enquêter. Celui-ci découvre que le leader des citoyens, Satake, bosse en fait pour Sansei Asset Management, une société d'agents immobiliers, qui aimerait bâtir une tour de 20 étages sur le site du bâtiment actuel. Mais avec les yakuzas sur les lieux, il n'y aura pas de plus-value sur le terrain. Et donc l’idée d'avoir un appartement neuf gratuitement encourage les habitants. Furax, Matsui compte bien étriper Satake et s’apprête à y aller, mais il est stoppé par Kurosaki, qui veut l'emmener quelque part. Arrivés dans un hall sportif, Matsui aperçoit Satake et veut aller le trouver, mais Kurosaki l’arrête. Arrive alors le super-intendant Akagi, qui annonce que Matsui doit quitter les lieux, et que Sansei Immobilier accepte d'acheter leurs locaux à 20% au-dessus du prix du marché. Ils sont même prêts à les aider à trouver de nouveaux bureaux. Ainsi, tout le monde s'en sort gagnant. Dans le cas contraire, la police va leur mener la vie dure. Matsui se voit contraint à accepter, mais son homme, qui s’était fait tabasser, fonce sur Satake, et le frappe au visage. Kurosaki prévient que le prix vient de baisser de 10% pour ce coup de poing, et Matsui se demande dans quel monde ils vivent. Matsui n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 32 - La justice bat son plein".
    • Statut au volume 6 : Supposé vivant.

    Minette

    Volume 5

    Minette est une chatte appartenant à Matsui, le chef d'un petit clan de yakuzas à son nom. Un jour, le tendôkai leur envoie une tête brûlée, une gâchette facile, qui vient tirer à la porte du clan Matsui et qui finit par se loger une balle dans le pied par accident de ricochets, et qui est emmené ensuite par la police. Cependant, après cet événement, les autres habitants du quartier commencent à se regrouper et à s'attaquer aux yakuzas de manière de plus en plus directe. Ils attrapent même minette et la tuent avant de la pendre devant la porte du clan Matsui avec des affichettes sur lesquelles sont marqués des invectives telles que "Halte aux gangs" ou "mort aux yakuzas". C'est tout ce que l'on apprendra sur minette dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 32 - La justice bat son plein".
    • Statut au volume 6 : Tuée par des citoyens.

     

    A suivre...

    Cronos

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :