• Voilà la sixième suite de la liste des personnages de 20th century boys.  Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Mayfield

    Volume 5

    Mayfield est un journaliste américain de CBS news. Le soir du 31 décembre 2000, il est appelé en urgence au Rockfeller center de New York car sur place, plusieurs personnes se seraient évanouies après avoir saigné. Alors que le présentateur a commencé son journal, Mayfield a un peu de retard. Il arrive sur les lieux un peu essoufflé, mais prend le direct. Avec son cameraman, il montre la place qui est jonchée de nombreux cadavres, et il se demande combien de corps il peut y avoir. Il explique que la police et les pompiers ont été prévenus, mais qu'il y a un brouillard gênant. Il remarque alors que Steve, son cameraman, ne se sent pas bien. Celui-ci se vide de son sang, et juste l'instant d’après, Mayfield ressent lui aussi les effets du brouillard, qui est en fait un virus mortel. Mayfield se vide de son sang lui aussi et décède en quelques instants.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 6. Les adieux".
    • Statut au volume 8 : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.
    • Statut au volume 12 : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.

    Takako Tokiwa

    Volume 5

    Cette vieille dame est la propriétaire d'une pension à son nom. Un jour de 2014, une jeune adolescente vient car elle compte s'installer à la pension, et dit s'appeler Kanna Endô. Mais Takako entend mal son nom la première fois. De plus, par la suite, Kanna fait beaucoup de bruit avec sa musique. Une autre fois, Yukiji Sedoguchi, la tutrice de l'adolescente, vient voir Mme Tokiwa, en train de taper sur un poulpe avec une matraque, avec un présent pour s'excuser du dérangement que fait Kanna. Takako dit que la jeune fille écoute sa musique du matin au soir, et qu'on ne peut même pas danser dessus car il s'agit d'une chanson bizarre. Elle raconte qu'elle était la reine des discothèques, dans le Kizana du, le Canterburry house, ou le Biblos. Elle était connue dans tout Roppongi et quand elle dansait, tous les hommes rappliquaient. Elle a l'habitude de la musique forte, mais elle trouve celle de Kanna nulle. Yukiji demande sur quoi Takako tape, et celle-ci répond que c'est un poulpe, et que cela se voit. Elle doit le taper pour le ramollir, et ajoute que c'est comme l'adolescente, qui n'aurait pas reçu assez de coups. Elle termine en disant que sinon, ce n'est pas mangeable. On ne voit plus Mme Tokiwa par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivante.
    • Statut au volume 12 : Supposé vivante.

    Mr Kaneko

    Volume 5

    Il s'agit d'un dessinateur de mangas qui, en 2014, travaille avec Ujiki dans une chambre de la pension Tokiwa. Tous les 2 ont survécu au grand bain de sang de l'an 2000. En effet, le soir du 31 décembre 2000, un robot géant est apparu en plein Tokyo, diffusant un virus mortel vidant ses victimes de leur sang. Ce virus a été aussi diffusé dans toutes les grandes villes du monde par des terroristes. Un jour, une nouvelle pensionnaire vient s'installer dans la chambre à côté des 2 mangakas, mais celle-ci fait beaucoup de bruit avec sa musique. Le deuxième jour, Kaneko vient frapper à sa porte car ils n'ont pas pu dormir de la nuit, et que la voisine recommence dès le matin. N'entendant pas de réponse malgré le tambourinage à la porte, il ouvre celle-ci et se retrouve face à une adolescente en petite culotte et T-shirt, en train de danser. Après avoir fait diminuer la musique, il retourne auprès de Ujiki, qui remarque qu'il est tout rouge. Il demande à Kaneko comment est leur voisin, et le mangaka répond qu'il s'agit d'une fille d'environ 17 ans, Ujiki demande si c'est une lycéenne, mais Kaneko n'en sait rien. Ujiki trouve que son collègue est quand même fort rouge, mais celui-ci détourne l'attention en disant que l'adolescente travaille à Kabukichô, un quartier dangereux. Mais il trouve surtout bizarre qu'elle écoute une vieille radio cassette, et une chanson écrite par son oncle. Ujiki comprend qu'il s'agit d'un enregistrement analogique, tout comme eux utilisent des crayons et de l'encre pour leurs planches, au lieu de l'ordinateur. Ujiki demande ensuite ce qu'il en est du nom. Kaneko propose alors de s'appeler Ujikoujio, en référence à Fujiko Fujio, pseudonyme des auteurs de Doraemon. Mais Ujiki voulait connaître le nom de la jeune fille. Kaneko dit qu'elle s'appelle Kanna Endô, et Ujiki remarque que son collègue rougit à nouveau. Quelques temps plus tard, l'adolescente met à nouveau sa musique à fond, et les 2 mangakas tapent sur le mur pour lui dire de diminuer le volume car ils travaillent. C'est alors que la tutrice de Kanna, Yukiji Sedoguchi, vient s'excuser auprès des 2 hommes. Ils disent que c'est bon mais qu'à cause de la musique, ils n'ont pas d'inspiration. La jeune fille intervient pour dire qu'ils dessinent bien, mais que leurs histoires sont inintéressantes. Yukiji la force à s'excuser, et Kaneko dit qu'une novice ne peut pas dire aussi facilement une chose comme ça. L'adolescente maintient ce qu'elle a dit, et les 2 auteurs rappellent qu'ils utilisent de l'encre au lieu de l'ordinateur, et que le renouveau du manga est au bout de leur plume. Un novice ne peut donc rien comprendre à leurs aspirations. Ils proposent donc à Yukiji de se faire une opinion en lisant leurs planches. Ils ont mis tout leur coeur dans cette histoire d'amour. La femme lit puis repose les planches. Elle dit ne pas être une experte, mais que cette oeuvre ne reflète pas leur intentions. Et plutôt qu'une banale histoire d'amour, elle préférerait lire l'histoire d'un homme voulant sauver le monde. Elle s'excuse puis s'en va avec Kanna. Sous le choc, les 2 auteurs ne peuvent rien dire. Ils vont dans le train, et se rappellent que tous ceux qui ont essayé ce genre d'histoire ont été arrêtés, ce qui veut dire que c'est dangereux. Ils arrivent à l'ancienne assemblée nationale avec une pétition pour un certain Kakuta, arrêté lui aussi. Kaneko trouve terrible cette nouvelle loi sur la protection de la jeunesse, et Ujiki lui demande de parler moins fort. En arrivant à leur destination, ils voient qu'il y a du monde, car c'est la première visite de l’année. Kaneko suggère d’écrire une histoire d'amour, et Ujiki trouve que c'est mieux que de ne plus pouvoir dessiner. En effet, ils ne veulent pas contrarier Ami. Celui-ci était en 1997 le mystérieux dirigeant d'une organisation, qui est devenu en 2000 le leader du parti de l’amitié. Et à l’entrée de l'ancienne assemblée nationale se trouve son symbole, représentant une main avec l'index pointe vers le ciel, un oeil dessiné sur le dos de la main, qui est elle-même à l’intérieur d'un oeil. Ami serait donc devenu en 2014 le dirigeant du Japon...

    Volume 6

    Un jour, alors qu'ils sont en plein travail, Kaneko veut poser une question à son collègue, qui lui répond qu'ils ne dormiront pas avant d'avoir terminé ces planches. Mais Kaneko voulait plutôt lui demander s'il n'a pas une chanson qui lui trotte dans la tête. Ujiki admet qu'il a une seule chanson en tête, qui doit sûrement venir d'une publicité, et qu'il entend en ce moment. Kaneko lui aussi n'arrive pas à s'en débarrasser, et les 2 mangakas se mettent d'accord sur le fait que c'est la musique de Kanna dont ils se rappellent, écrite par son oncle. Au début, Kaneko trouvait sa radiocassette très bruyante, et Ujiki sait qu'à force d'entendre la chanson, ils ont fini par la retenir. En y repensant, les 2 auteurs ne la trouvent pas si mauvaise. Avant, Kaneko trouvait la musique et les paroles horribles, mais maintenant, tout est devenu calme depuis que la jeune fille n'est plus là. Elle manque aux 2 mangakas. Soudain, ils entendent une légère musique de l'autre côté du mur et se ruent du côté de la chambre de Kanna, pour la trouver en train de préparer un sac. Celle-ci leur demande de se taire, car elle est juste venue prendre des affaires. Les 2 auteurs lui demandent ce qu'il se passe, car la police est venu fouiller la chambre de la jeune fille, et celle-ci voudrait savoir combien ils étaient. Les 2 mangakas répondent qu'il n'y avait qu'un agent en uniforme, et Kanna pense à un homme avec un grain de beauté sur le visage. Kaneko et Ujiki répondent que c'est bien lui. Kanna se dit qu'il a dû la voir avec Britney au commissariat, et se demande si toute la police est contre elle. Les 2 auteurs s’inquiètent pour la jeune fille, surtout que tous leurs collègues ont été arrêtés. Kanna les remercie et demande des nouvelles de leur manga. Pour les 2 mangakas, cela avance moyennement, et Kaneko ajoute qu'on leur dit toujours qu'il y a des choses qu'ils ne peuvent pas dessiner. Pour Kanna, le jour viendra où ils pourront dessiner ce qu'ils veulent. Elle s'en va, sous le regard rêveur des 2 mangakas, et on ne voit plus Kaneko par la suite dans ce tome.

    Volume 7

    Dans un souvenir, nous découvrons que quand le dessinateur Kakuta est arrivé à la pension Tokiwa, où se trouvaient déjà Kaneko et Ujiki, ces deux-ci travaillaient déjà comme assistants de Takarazuka. Celui-ci a probablement été arrêté depuis par les autorités japonaises, mais au moment de la venue de Kakuta, les 3 mangakas l'ont accueilli chaleureusement. Tous ensemble, ils étaient motivés pour dessiner des mangas intéressants et se sont mis directement au travail. Par la suite Kakuta a lui aussi été arrêté, et c'est la seule fois que Ujiki apparaît dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Mr Ujiki

    Volume 5

    Ujiki est un mangaka qui travaille avec Kaneko à la pension Tokiwa, en 2014. Tous les 2 ont survécu au grand bain de sang de l'an 2000, cette nuit du 31 décembre 2000 durant laquelle un robot avait attaqué Tokyo, et lors de laquelle un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, avait été diffusé dans de nombreuses villes du monde. Un jour, un nouveau voisin arrive à la pension, et trouvant que celui-ci fait beaucoup de bruit avec sa musique, Kaneko décide d'aller le voir. Quand celui-ci revient, Ujiki lui demande s'il a réussi à calmer leur voisin, et celui-ci répond que oui. Mais Ujiki voit que son collègue est tout rouge, et il demande à quoi ressemble ce voisin. Kaneko explique qu'il s'agit d'une adolescente d'environ 17 ans, mais il ne sait pas si c'est une lycéenne. Par contre, il sait qu'elle travaille à Kabukichô. Ujiki estime que c'est une inconsciente car on ne revient pas vivant de ce quartier. Kaneko ajoute que cette fille écoute une cassette sur une radio cassette, et Ujiki est étonné que cela existe encore. De plus, elle écouterait une chanson écrite par son oncle. Ujiki trouve que cet enregistrement analogique peut être comparé au fait qu'ils utilisent encore du crayon et de l'encre à l’ère de l'ordinateur. Il demande ensuite le nom, et Kaneko répond qu'il a pensé à Ujikoujio, en référence à Fujiko Fujio, pseudonyme des auteurs de Doraemon, pour leur nom d'auteur. Mais Ujiki parlait du nom de la fille. Kaneko répond qu'elle s'appelle Kanna Endô, tout en rougissant, et Ujiki se demande pourquoi. Un autre jour, la jeune fille fait encore du bruit, et les 2 auteurs tapent sur le mur en demandant de diminuer le volume. C'est alors qu'arrive Yukiji Sedoguchi, la tutrice de Kanna, qui s'excuse platement pour le comportement de l'adolescente. Pour Ujiki, cela ne mérite pas de telles excuses. La jeune fille arrive, et dit qu'ils sont doués en dessins, mais que leurs histoires ne sont pas intéressantes. Yukiji l'oblige immédiatement à s'excuser, et Ujiki pense que c'est du sérieux. Les 2 mangakas montrent qu'ils utilisent encore de l'encre et qu'un novice ne peut pas comprendre leurs aspirations. Ils présentent des planches à Yukiji, et Ujiki dit que leurs 30 ans marqueront le boom de l'histoire d'amour. Après avoir reposé les planches, Yukiji dit qu'elle n'est pas une experte, mais que selon elle, cette oeuvre ne reflète pas leurs intentions. Et plutôt qu'une histoire d'amour, elle préférerait lire l'histoire d'un homme tentant de sauver le monde. Elle s'en va avec l'adolescente, et les 2 auteurs prennent le train pour l'ancienne assemblée nationale. Ils discutent et disent qu'ils ne peuvent pas dessiner ce genre d'histoire car c'est dangereux et que plusieurs mangakas ont été arrêtés, dont un certain Kakuta, pour qui ils ont une pétition. Kaneko trouve terrible cette nouvelle loi sur la protection de la jeunesse, et Ujiki lui demande de parler moins fort. Ils arrivent à leur destination, et il y a beaucoup de monde. Kaneko pense qu'ils devraient écrire une histoire d'amour, et Ujiki trouve que c'est mieux que de ne plus pouvoir dessiner. Ils ne veulent pas contrarier Ami. Celui-ci était en 1997 le leader mystérieux d'une organisation, qui est devenu en 2000 le parti de l’amitié. Sur le grillage d’entrée de l'ancienne assemblée nationale, on voit un symbole représentant une main pointant l'index vers le ciel, avec un oeil sur le dos de cette main, le tout se trouvant dans un autre oeil plus grand. Il s'agit du symbole d'Ami, et on comprend que celui-ci dirige le Japon en 2014...

    Volume 6

    Les 2 mangakas continuent leur travail, et Kaneko interpelle son collègue. Celui-ci lui répond qu'ils ne dormiront pas avant d'avoir terminé ces planches. Mais Kaneko ne veut pas parler de cela, mais veut savoir si Ujiki n'a pas un air qui lui trotte dans la tête. Ujiki lui répond que oui, et que cette unique chanson doit provenir d'une publicité. D'ailleurs, il l'entend en ce moment. Kaneko rétorque que c'est le même cas pour lui, et qu'il n'arrive pas à s'en débarrasser. D'un coup, tous les 2 s'accordent pour dire qu'il s'agit de la chanson de l'oncle de Kanna. Kaneko trouve la radiocassette très bruyante, et Ujiki dit qu'à force de l'entendre, ils l'on retenue. Tous les 2 se disent qu'au final, la chanson n’était pas si mauvaise. Kaneko dit qu'il la trouvait horrible et qu'il détestait la musique et les paroles, mais finalement, c'est calme depuis que la jeune fille n'est pas là. Elle lui manque presque. C'est alors qu'ils entendent une légère musique à côté, et ils se ruent vers la chambre voisine. Ils y trouvent avec joie Kanna, mais celle-ci leur demande de se taire. Elle dit être venue prendre des affaires, et qu'elle doit partir. Les dessinateurs lui demande où elle va, mais la jeune fille n'en sait rien. Les mangakas s'interrogent sur ce qu'il se passe, surtout que la police est venue fouiller la chambre. Kanna demande s'ils étaient nombreux, mais les dessinateurs répondent qu'il n'y avait qu'un agent en uniforme. La jeune fille souhaite savoir si celui-ci avait un grain de beauté sur le visage, et les mangakas répondent que oui. La jeune fille ne sait pas si toute la police est contre elle, ou seulement lui. Les dessinateurs s’inquiètent pour Kanna, car tous leurs amis ont été arrêtés. La jeune fille les remercie, avant de demander des nouvelles de leur manga. Les 2 hommes répondent que ça va et ça vient, car on leur dit qu'il y a des choses qu'ils ne peuvent dessiner. Kanna leur dit qu'elle est sûre que viendra le jour où ils pourront dessiner toutes les histoires qu'ils veulent. La jeune fille s'en va discrètement, et c'est la dernière apparition de Ujiki dans ce tome.

    Volume 7

    Lors d'un flashback, on apprend qu'Kaneko et Ujiki étaient autrefois les assistants de Takarazuka, un mangaka qui a certainement été arrêté depuis par le gouvernement japonais. A la pension Tokiwa, ils accueillent un nouveau dessinateur, Kakuta, et se présentent. Tous ensembles, ils veulent dessiner des mangas intéressants et se mettent au travail. Par la suite, c'est ce même Kakuta qui sera arrêté lui aussi par les autorités. C'est l'unique fois que l'on voit Ujiki dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Mr Zhen

    Volume 5

    Cet homme est le patron d'un petit restaurant chinois dans le quartier dangereux de Kabukichô, à Tokyo. En 2014, la violence règne entre les mafias thaïlandaise et chinoise. Mais alors que les coups de feu se font entendre même dans le restaurant, Zhen continue sa cuisine et demande à Kanna Endô, sa jeune serveuse adolescente, de ne pas rêver et d'aller servir les nouilles au boeuf. Il lui rappelle que si elle fait attention aux coups de feu, elle ne pourra pas faire d'affaires dans le coin. Un de ses clients a même été tué dans le restaurant, alors qu'il avait déjà commencé sa commande. Du coup, il a pris l'argent dans son portefeuille. Dans le quartier, c'est l'argent qui compte avant tout, car sans elle, tu ne peux même pas aller aux toilettes. Kanna a alors une commande de viande grillée et de légumes sautés. Zhen remarque à ce moment que la commande est pour un travesti qu'il reconnaît, et il refuse de le servir car il n'a pas d'argent. L'adolescente dit qu'il faut le mettre sur son ardoise, mais Zhen rétorque qu'il ne paie jamais. Kanna dit alors de déduire de son salaire, et le patron lui dit qu'à cause de ce travesti, elle n'aura pas de salaire durant 3 mois, ce qui étonne la jeune fille. Quelques instants après, Kanna demande à pouvoir s'absenter un moment, mais Zhen refuse car il y a trop de travail. L'adolescente promet qu'elle revient tout de suite et qu'elle va juste dans la rue Nezan. Le cuistot la prévient qu'elle va se faire trouer la peau, et il veut savoir pourquoi elle va là-bas. La jeune fille dit s’inquiéter pour le restaurant Shichi ryû. Zhen dit qu'elle devrait plutôt commencer de s’inquiéter pour son restaurant, et l'avertit qu'il n'y a que les idiots qui ne gagnent pas d'argent. Kanna explique qu'elle a été surprise en mangeant les ramens du Shichi ryû, car cela lui rappelait ceux qu'elle mangeait avec son oncle quand elle était petite. Elle s'en va et finit par s'en sortir. Un autre soir, 2 chinois se bagarrent dans le restaurant, après avoir brisé la porte d’entrée. Zhen réclame le remboursement de sa porte, tandis que Kanna tente de calmer les esprits. Soudain, un jeune policier met les menottes à Zhen, et exige son permis de travail. Zhen est choqué, surtout que cela fait longtemps qu'il a ce restaurant. Kanna dit qu'il n'a rien fait, et d'autres inspecteurs arrivent exigeant que tout le monde se mette face au mur. L'adolescente frappe alors le jeune policier au visage, à la surprise de tout le monde, déclarant qu'elle déteste les flics. Elle se fait arrêter, et un autre soir, le jeune inspecteur, Chôno, vient dans le restaurant de Mr Zhen à la recherche de Kanna. Mais le patron répond qu'elle est de sortie. Le policier s'excuse de lui avoir mis les menottes sans s’être renseigné avant, et Zhen lui répond que s'il veut s'excuser, il n'a qu'à lui rembourser la porte, car une entrée bricolée fait fuir les clients. Le jeune homme demande combien cela coûterait, et le patron répond que c'est au moins 1 millions de yens, ajoutant que c'est l'argent qui dirige le monde. C'est la dernière apparition de Mr Zhen dans ce tome.

    Volume 6

    Suite à l’opération policière dans le quartier, et à la vitre brisée de la porte d’entrée, plus personne ne vient dans le restaurant de Mr Zhen. Celui-ci demande à Kanna si les assiettes sont lavées, et la jeune fille répond que oui. Et il en est de même pour le trottoir devant le restaurant, qui a été balayé. Alors que Zhen se demande pourquoi il n'y a plus de client, quelqu'un ouvre la porte. Malheureusement, ce n'est qu'un agent de police qui fait sa ronde. Celui-ci dit qu'il est au service des citoyens, et demande de remplir un formulaire. Zhen se fâche car la police a mis la zone sous contrôle et que les clients ont pris peur et ne viennent plus. Et si le policier est à leur service, il doit manger. L'agent dit qu'il vient souvent, et Kanna se souvient, ne l'ayant pas reconnu à cause de son uniforme. Zhen comprend que c'est un habitué, et la jeune fille se demande comment quelqu'un d'aussi gentil peut être policier, alors qu'elle les trouve effrayants. C'est alors que rentre le jeune inspecteur Chôno, et Kanna le désigne comme louche. L'agent le salue puis s'en va, et Zhen se rend compte qu'il n'y a que des flics qui n’achètent rien. Zhen et Kanna préfèrent qu'il dégage, à moins qu'il n'apporte l'argent pour réparer la porte. Mais l'inspecteur est à la recherche de Britney, un travesti dont il a une photo. Zhen et Kanna ne regardent pas, et cette dernière se demande s'il va encore arrêter quelqu'un qui n'a rien fait. Zhen, lui, se dirige vers la cuisine pour y prendre un hachoir et menace de le lancer sur le policier. Celui-ci part rapidement, puis Zhen, tout en pelant une patate, demande à Kanna de retrouver Britney, car celui-ci s'est moqué de lui et est parti sans payer. Hors, on peut échapper à la police, mais pas à lui. Par la suite, Kanna ne revient pas travailler durant un moment, et quand elle revient, Zhen lui dit de servir. La jeune fille est étonnée que le patron n'a engagé personne, et celui-ci explique qu'il faut 6 mois pour en former un, et qu'il arrête avant. Cela coûte cher. De plus, il a prêté de l'argent à Kanna, et elle le remboursera en travaillant. La jeune fille prévient qu'elle risque de lui attirer des ennuis et que la police pourrait saccager le restaurant. Le cuistot répond que si cela devait lui faire peur, il n'aurait pas son restaurant dans ce quartier. Il pose un plat et dit à Kanna de le servir avant qu'il ne refroidisse, sinon cela sera retenu sur sa paie. On ne voit plus Zhen par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.
    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Maraya

    Volume 5

    Il s'agit d'un travesti du quartier de Kabukichô, qui vient souvent manger au restaurant chinois de Mr Zhen, mais qui n'a jamais d'argent pour payer, et qui fait ainsi monter son ardoise. Il connaît bien Kanna Endô, la jeune serveuse adolescente, qui n'a pas peur de venir travailler dans ce quartier mal famé. Un soir, il commande de la viande grillée et des légumes sautés, et attend en fumant une cigarette. Tous les clients entendent des coups de feu à l’extérieur, qui ne semblent pas s’arrêter. Maraya sait que les mafia thaïlandaise et chinoise se battent pour le contrôle de la rue Nezan. Un client s’étonne que les thaïlandais soient arrivés jusque là, et le travesti explique que cette rue est perdue pour les chinois, car tous les magasins ont fermé et il ne reste plus qu'un restaurant de ramens, dont le patron doit se faire truffer de plombs. Kanna arrive alors près de Maraya, qui lui dit que les petites poitrines ont du succès en ce moment. Mais la jeune fille veut savoir si le travesti parlait du Shichi Ryû. Maraya répond que oui, et qu'il a ouvert car le loyer n’était pas cher, avant de demander si Kanna ne va pas lui offrir une bière. Mais la jeune fille quitte son poste pour aller à la rue Nezan, et Maraya n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 6

    Un soir, Kanna vient voir Maraya à son club, "les filles d'Adam", car elle est à la recherche de Britney, qui n'a pas payé sa note au restaurant. Maraya sait où est Britney, mais veut quelque chose en échange. La jeune fille est choquée, car elle a souvent avancé de l'argent pour Maraya. Celle-ci la trouve attachée à des petits riens. Pour Kanna, Maraya a le choix entre la rembourser ou aller chercher Britney. Maraya emmène donc Kanna dans un hangar où Britney a l'habitude de venir pour s'exercer à la danse. Elles la trouvent, et quand elle saute au cou de son amie, cette dernière remarque qu'elle ne s'est pas rasée. Britney dit avoir peur, et la jeune fille la rassure en disant que Mr Zhen n'est pas si méchant. Mais, toute tremblante, Britney explique qu'elle a tout vu quand le chinois s'est fait tuer. Elle est allée dans une ruelle pour prendre une bière. C'est là qu'elle a entendu une dispute. Elle s'est cachée et a vu le meurtre. Kanna comprend que c'est pour cela que la police la recherche, et Britney ne veut pas décrire le coupable. Maraya et Kanna la convainquent d'aller au commissariat, mais sur place, Britney panique en entendant une voix, et annonce que celle-ci appartient à l'assassin, un agent de police. Les 2 travestis retournent dans le hangar, et la jeune fille vient apporter à manger à Britney, disant à Maraya qu'il peut aller lui-même au restaurant. Pour ce dernier, si le coupable est un flic, ils ne peuvent rien faire. Comme le policier doit être au courant que Britney l'a vu, Kanna lui conseille d'aller chez sa grand-mère, à Yamagata. Maraya trouve que c'est une bonne idée, mais Britney veut devenir danseuse. Maraya lui rappelle que si elle meurt, elle ne pourra pas danser. Kanna lui prête de l'argent pour le trajet, mais ne veut rien donner à Maraya. Cependant, Britney veut encore prendre chez elle le rasoir de son père, mort durant le bain de sang le soir du 31 décembre 2000, quand un virus mortel a été diffusé par des terroristes. Maraya en a les larmes aux yeux, et Kanna accepte d'aller le chercher. Mais plus tard, quand elle revient, elle raconte que la police a déjà appelé sa grand-mère, et que Britney devra chercher un autre endroit, avec de l'argent prêté par Zhen. Maraya préfère ne pas emprunter de l'argent à cet escroc. Kanna essaie alors de voir si Britney a des preuves contre le policier, et traduit ce que le chinois a dit avant de mourir. Il était question du meurtre du pape et d'Ami, le mystérieux dirigeant du parti de l’amitié, qui a lutté contre les terroristes en 2000 et qui est devenu le sauveur de l’humanité. C'est alors que la jeune fille remarque la présence d'un jeune homme, l'inspecteur Chôno. Celui-ci demande à Kanna, qui hurle à Britney de fuir, de se calmer et de lui faire confiance. Il veut les protéger et va contacter quelqu'un de haut placé qu'il connaît. Quand il revient, les 2 travestis et Kanna ne lui font toujours pas confiance quand il dit que tout est réglé. Il a apporte des vêtements pour Britney, qui ne veut pas s'habiller en homme, et Maraya comprend, surtout avec des fringues pareilles. Chôno conseille à Kanna de retourner travailler au restaurant, mais la jeune fille veut d'abord fouiller l'inspecteur pour voir s'il n'a pas d’émetteur. Elle trouve juste des amulettes, que la mère de Chôno lui a donné, et Kanna et les 2 travestis en rigolent. La jeune fille en garde une puis s'en va. Pendant ce temps, l'inspecteur sort des bières, et Britney commence à danser avec Chôno. Soudain, un coup de feu retentit et Britney s’écroule, morte. L'agent de police meurtrier apparaît et vise l'inspecteur avec un fusil à pompe, juste avant que Kanna ne le frappe avec une poêle. Chôno sort son arme et tire, mais rate son coup, l'agent prenant la fuite. Maraya prend le rasoir du père de Britney et veut le garder. Le trio est obligé de fuir lui aussi, et Kanna impose au jeune inspecteur, complètement abattu par con échec, de résoudre cette affaire. C'est la dernière apparition de Maraya dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7. Les retrouvailles".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Volume 9

    Kanna, qui a décidé de se battre, est parvenue à obtenir un jeton de casino, alors que celui-ci est géré par la mafia et que la police n'y entre que difficilement. Maraya sait qu'on ne peut pas y entrer sans jeton, et Chôno ne voit pas le rapport avec le fait de se battre. La jeune fille lui répond que l'argent gouverne le monde. Une fois sur place, Maraya encourage Kanna, qui n’arrête pas de gagner aux machines à sous. Maraya ne veut pas s’arrêter, mais la jeune fille trouve que les gains sont trop petits. En voyant un homme, Kanna lui conseille de jouer sur la machine d'à côté, ce qui s’avère payant car l'homme en ressort gagnant. L'homme suggère à la jeune fille de na pas tricher, car les pêcheurs en ont marre de trouver des cadavres, ce qui effraie Maraya et Chôno. Mais Kanna demande à l'homme s'il ne connaît pas un moyen d'avoir de gros gains. Le yakuza lui parle alors du rapid Nakobov, inventé par Alexandre Nakobov après la chute du mur de Berlin en Russie. Ce jeu a été abandonné car les gains étaient importants, mais aussi les pertes. De plus, on peut tricher facilement. Mais la jeune fille n’hésite pas, et veut en connaître les règles, au grand désarroi de Maraya et Chôno. A la table, Maraya dit qu'ils ont 47.000 yens. Après un rappel des règles, un homme vient pour essayer de rembourser sa dette, mais le croupier appelle les nettoyeurs et l'homme s'enfuit. Un coup de feu se fait entendre, et Chôno va voir, avant de dire à Maraya que l'homme est mort, abattu. Ensuite, en jouant, Kanna parvient à ruiner ses adversaires, mais elle veut faire tomber la banque. A un moment, si elle sort un 2 de coeur, elle ruine le casino. D'un coup, le croupier sort une arme à feu, tout comme 2 joueurs et Chôno. La tension est tendue, mais la jeune fille déclare qu'elle est prête à rendre l'argent si on vient l'aider. Tout le monde se rue sur les jetons, alors que Kanna tente de donner rendez-vous à 5 heures devant l'ancienne mairie en ruines. Le yakuza fait sortir le trio, et le lendemain, Maraya apporte des cafés à Chôno et Kanna, achetés avec l'argent pris à un ivrogne. Maraya se dit qu'ils avaient obtenu des milliards de yens et qu'ils n'ont plus rien. Par contre, personne ne vient. Le yakuza veut savoir qui ils sont et comprend qu'ils ne sont pas des terroristes. Par contre, étonné par les talents de la jeune fille, il a pris la dernière carte qui devait sortir, et montre qu'il s'agissait d'un 6 de pique. Maraya est prêt à demander de l'aide à ses amies travestis, mais soudain, l'ivrogne se réveille. Il dit être venu pour l'argent, et des centaines de personnes arrivent malgré leur retard. Kanna décide de rassembler tout le monde à l’église, et après avoir obtenu l'autorisation du père Nitani, les mafieux chinois et thaïlandais, mais aussi les clochards, se réunissent sur place. Il y a même des gens à l’extérieur, et pour Maraya, ils ne sont là que pour l'argent. Kanna fait quand même face à la foule, et déclare directement qu'elle n'a pas d'argent. Devant la colère, elle tend une cuillère et la plie en la tenant uniquement avec le pouce et l'index. Elle dit ensuite que tout le monde a vu ses talents et veut une association. elle désigne des représentants de chaque groupe, et Nitani fait remarquer que tout le monde est calme. C'est alors qu'arrivent les chefs thaïlandais et chinois, Chaïpôn et Ogyoho. Kanna veut qu'ils l'aident à protéger le pape, sinon ils seront considérés comme des terroristes par le gouvernement, comme pour son oncle. Mais soudain, le policier meurtrier, Honkan, se montre et sort son fusil à pompe. Il menace Kanna, mais un homme s'interpose en brisant le vitrail au-dessus de la jeune fille. C'est Otcho, un ami de l'oncle de Kanna. Un coup de feu retentit, mais c'est Honkan qui s'effondre. Otcho lui prend alors son arme et sort de l’église pour trouver le tireur. On ne voit plus Maraya par la suite dans ce tome.

    Volume 10

    Peu après le départ d'Otcho, la foule se bouscule car la police arrive pour disperser le rassemblement. Les 2 boss mafieux veulent s'en aller, mais Kanna les arrête car elle n'en a pas fini avec eux. Maraya panique car la jeune fille n'a pas encore compris, et celle-ci explique que l'homme qui a été tué était un flic. Elle continue en disant qu'elle ne fait confiance en personne, mais qu'elle croit néanmoins plus en la mafia que la police pour protéger le pape. Les 2 boss sont d'accord sur le fait qu'ils ne veulent pas se faire des ennemis dans le monde entier. Ils se serrent donc la main, signe qu'ils mettent fin à la guerre entre leurs 2 gangs, à la surprise générale, dont celle de Maraya. Soudain, Chôno dit à tout le monde de partir, déclarant qu'il va gagner du temps. Maraya se demande comment il va faire, et il n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Ogyoho

    Volume 5

    Il s'agit du chef de la mafia chinoise de Tokyo, en 2014. Lors du 31 décembre 2000, un robot géant avait attaqué Tokyo, et un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, avait été diffusé un peu partout dans le monde par des terroristes. Le parti de l’amitié, dirigé par un certain Ami, au visage inconnu, avait alors trouvé un vaccin à ce virus et sauvé le monde. En 2014 c'est Ami et le parti de l’amitié qui dirigent le Japon. Dans le même temps, à Shinjuku, dans le quartier de Kabukichô, les mafias thaïlandaise et chinoise se battent régulièrement. Mais un soir, les hommes de Ogyoho viennent le voir car une jeune adolescente a interrompu les affrontements dans la rue Nezan, est parvenue à esquiver les balles, et a interdit dorénavant les combats dans cette rue. Et si les mafieux n’étaient pas contents, ils pouvaient aller chercher leurs chefs. C'est ainsi que Ogyoho se rend au restaurant de ramens Shichi Ryû, où il retrouve le boss thaïlandais, Chaïpôn, et la jeune fille. Il estime que la sortie de Chaïpôn est rare. Les 2 hommes s'installent de chaque côté de la fille, qui commande 3 bols de ramens. Tous commencent à manger en silence, puis Chaïpôn dit que normalement, il n'aime pas trop les ramens, et Ogyoho enchaîne en disant qu'il comprend que la jeune fille ait voulu protéger ceux-là. Une fois fini, les 2 mafieux se lèvent, et le boss chinois suggère que cette zone soit neutre. Chaïpôn accepte en disant qu'ils voulaient être forts avant l’arrivée du pape, mais qu'ils sont allé trop loin. Avant de partir, le boss thaïlandais dit à la fille qu'il a connu quelqu'un à Bangkok qui avait le même regard qu'elle, et qui croyait que les balles ne pouvaient pas l'atteindre. Les 2 mafieux s'en vont, et Ogyoho n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 8. Le mémorial".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Volume 9

    Ogyoho entend parler d'une jeune fille qui parvient, grâce à ses dons, à ruiner le casino géré par les mafias. De plus, cette jeune a promis de rendre l'argent en échange de l'aide des mafieux. Pour sceller leur association, la jeune fille a rassemblé les mafias thaïlandaise et chinoise, ainsi que les clochards, dans l’église de Kabukichô. Comprenant qu'il s'agit de Kanna Endô, la fille qu'il a rencontré au restaurant de ramens Shichi Ryû, Ogyoho se rend sur place, tout comme Chaïpôn. Ogyoho demande à Kanna ce qu'elle veut faire, mais celle-ci leur demande comment ça va en ce moment, à cause des arrestations de la police en prévision de la venue du pape dans le quartier. Ogyoho la remercie, et admet que c'est dur, mais Chaïpôn dit qu'elle ne doit pas s’inquiéter car ils n'ont rien contre le pape ou la prochaine exposition universelle à Tokyo. Kanna les traite d'inconscients car si le pape meurt, ils seront désignés coupables, tout comme son oncle a été traité de terroriste alors qu'il n'avait rien fait. La jeune fille veut leur aide pour protéger le pape, mais pour Chaïpôn, c'est le job de la police. Mais Kanna leur dit que la police est à la solde de l'ennemi, qui n'est autre qu'Ami. Les 2 boss ne voient pas l’intérêt de l'assassinat du pape pour Ami, et la jeune fille révèle qu'Ami est aussi responsable du grand bain de sang de l'an 2000, et qu'ils seront exterminés. Mais soudain, une femme crie, et un homme apparaît, armé d'un fusil à pompe. Il menace Kanna, mais un autre homme, barbu, pénètre dans l’église en brisant le vitrail au-dessus de la jeune fille, et s'interpose entre elle et le tireur. Il s'appelle Otcho. Ensuite, un coup de feu retentit, mais c'est l'homme armé qui tombe, mortellement touché. Otcho lui prend son arme et sort de l’église pour essayer de trouver le tireur. C'est la dernière apparition d'Ogyoho dans ce tome.

    Volume 10

    Quelques instants après le départ d'Otcho, les mafieux annoncent que la police arrive. Les gardes du corps d'Ogyoho lui disent qu'une voiture l'attend derrière, tandis que ceux de Chaïpôn le font aussi évacuer. Mais Kanna les arrête car elle n'en a pas fini avec eux. Elle révèle que l'homme qui a tenté de la tuer était un flic. Elle ne fait confiance à personne, mais elle croit plus en les gens de la mafia que la police pour protéger le pape. Chaïpôn admet qu'il connaît bien Otcho et il ne veut pas se retrouver encore une fois face à lui. Et c'est pareil pour Ogyoho, qui tient à son business et qui ne veut pas se faire des ennemis dans le monde entier. Les 2 boss se regardent alors et finissent par se serrer la main, mettant ainsi fin à la guerre entre leurs 2 gangs. Kanna se montre ravie par ce geste, puis les hommes d'Ogyoho l'escortent vers la sortie. On ne voit plus Ogyoho par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Higashino

    Volume 5

    Higashino est un inspecteur de police de Tokyo. Il a survécu au grand bain de sang de l'an 2000. En effet, le soir du 31 décembre 2000, un robot géant a semé la panique à Tokyo, diffusant un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang. Ce même virus a été diffusé partout à travers le monde par des terroristes. Mais heureusement, le parti de l’amitié, et son mystérieux leader, Ami, ont trouvé un vaccin et sauvé l’humanité. En 2014, c'est Ami et le parti de l’amitié qui gouvernent le Japon. Un soir, Higashino et ses collègues sont appelés sur les lieux d'un meurtre dans le quartier très dangereux de Kabukichô. Ils constatent que la victime est complètement défigurée, et qu'elle sera difficilement identifiable. En fait, le meurtrier lui a carrément mis le canon d'un fusil à pompe dans la bouche avant de tirer. Higashino demande à Chôno de rechercher les dents, car les douilles sont peut-être coincées dedans. Mais celui-ci, encore jeune, est en train de vomir. Higashino estime qu'il devra s'y habituer, car des comme, il y en a beaucoup dans le coin. Un agent vient signaler l’arrivée du prêtre de l’église du deuxième district, et Higashino pense que c'est trop tôt pour les funérailles. Il faudra trouver une place dans l'emploi du temps des enquêteurs. Le prêtre se présente comme étant le père Nitani, et après avoir fait un signe de croix, il relève la manche du cadavre et, en voyant les tatouages, dit qu'il s'agit de Chenggui Li, des triades de Hong-Kong. Il voulait venir voir le prêtre, mais comme il n'est pas venu et qu'il y avait un attroupement, le prêtre a compris. Higashino demande ce que voulait Li, et Nitani répond qu'il voulait se repentir. Higashino aimerait savoir s'il y en a beaucoup dans son genre à l’église, et le prêtre répond qu'il y en a un paquet comme lui-même, montrant qu'il est un ancien yakuza en relevant sa manche, le bras étant tatoué. Par la suite, la police continue son opération pour pacifier le quartier, en vue de la venue prochaine du pape. Higashino dit à Chôno d'aller rapidement dans le restaurant chinois de la rue d'à côté, car il y a une bagarre. Quand Higashino arrive à son tour sur place, il dit à tout le monde de se mettre face au mur. Mais une jeune fille frappe violemment Chôno au visage, déclarant détester la police, et elle est arrêtée. Emmenée au commissariat, elle refuse de parler. Higashino lui prend alors sa casquette, et l'adolescente exige qu'on la lui rende car elle y tient. Higashino lui propose de le faire si elle donne son nom et sa nationalité. Mais la jeune fille se jette sur le policier pour essayer de reprendre sa casquette, et Higashino ordonne qu'elle soit mise en cellule. Après le départ de l'adolescente, Higashino se demande combien il en reste, et un collègue vient dire qu'ils ont identifié la fille. Higashino pense à une clandestine, mais c'est une japonaise, Kanna Endô. Higashino trouve que les lycéennes sont de pire en pire, et on lui signale qu'il y a un témoin pour le meurtre de Li. Cette personne a déclaré que Li se trouvait avec quelqu'un en uniforme de police. Pour Higashino, il est clair que c'est un faux, et on ne le voit plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9. L'inspecteur Chôno".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Volume 9

    Au commissariat de Kabukichô, Higashino et son collègue apprennent que les mafieux s'agitent bizarrement et se rassemblent dans le quartier. Higashino demande s'il s'agit des chinois ou des thaïlandais, mais selon l'agent, ce serait les 2. Il explique que ce matin, plusieurs centaines d'entre eux ont été vus près des ruines de l'ancienne mairie, avant leur dispersion, et ils devraient se rassembler à l’église. De plus, les clochards du quartier devraient aussi les rejoindre. Higashino se demande ce que cela veut dire, et son collègue pense qu'ils ont décidé de s'unir contre l’opération de nettoyage du quartier. Cependant, selon Higashino, pour rassembler autant de monde, il doit y avoir quelqu'un derrière tout cela. Son collègue veut agir, et Higashino choisit de tous les arrêter en vertu de la nouvelle loi anti-rassemblement. C'est la seule fois que Higashino apparaît dans ce tome.

    Volume 10

    Higashino et son collègue arrivent près de l’église de Kabukichô, et comme il y a beaucoup de monde rassemblé, la police d'intervention fonce dans le tas, arrêtant ceux qui résistent. Soudain, Higashino et son collègue entendent un homme qui dit qu'il est inspecteur de police. Alors que celui-ci est attrapé par un membre de la police d'intervention, Higashino et son collègue reconnaissent Chôno, et lui demandent où il était passé. Le jeune homme les salue et veut leur expliquer ce qu'il s'est passé. Mais pour le moment, il leur demande de ne pas investir l’église car il y aurait eu un meurtre à l’intérieur. Chôno a protégé le lieu du crime et dit que le coupable est un ilotier avec un grain de beauté. Il était sur sa piste, et l'homme a été abattu. Higashino et son collègue ne comprennent rien à ce que dit Chôno, et celui-ci répond de ne pas rentrer dans l’église, sinon les preuves seront détruites. Il leur demande d'attendre encore un peu. C'est la seule apparition de Higashino dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Inspecteur Shôei Chôno

    Volume 5

    Ce jeune inspecteur de police travaille à Shinjuku. Enfant, il a survécu à la nuit du 31 décembre 2000, qui a pris le nom de grand bain de sang de l'an 2000. Ce soir-là, un robot géant a attaqué Tokyo, et un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, a été diffusé partout dans le monde. L’humanité a été sauvé par le parti de l’amitié et son leader, le mystérieux Ami qui, en 2014, gouvernent le Japon. Un soir, la police est appelée dans le quartier dangereux de Kabukichô pour un meurtre. La victime est tellement défigurée par un coup de fusil à pompe dans la bouche que Chôno ne peut s’empêcher d'aller vomir. Quand il a fini et qu'il revient vers ses collègues, le père Nitani, de l’église catholique du deuxième district, déclare que la victime est Chenggui Li, des triades de Hong-Kong, qu'il a reconnu grâce à ses tatouages. Il révèle aussi être un ancien yakuza. Un autre jour, au commissariat, le chef annonce qu'ils vont mener une opération spéciale dans le quartier, avant la venue prochaine du pape. Chôno baille à cause du manque de sommeil, et son chef le remarque. Celui-ci demande au jeune homme s'il a conscience de la responsabilité qui pèse sur ses épaules, et Chôno répond que oui en saluant. Le soir, il arrête un homme en fuite durant l’opération, mais Higashino lui dit d'aller immédiatement au restaurant chinois de la rue d'à côté, car il y a une bagarre. Chôno y va, et menotte le cuistot, exigeant son permis de travail. L'homme s'offusque, et une jeune fille dit qu'il n'a rien fait. Quand les collègues de Chôno arrivent, celui-ci repousse la fille, mais celle-ci le frappe violemment au visage, avant de déclarer qu'elle déteste les flics. Elle est emmenée au commissariat, où Chôno tente de l'interroger pour connaître sa nationalité. Mais elle ne réagit que quand Higashino lui prend sa casquette, exigeant qu'on la lui rende. Higashino accepte en échange de son nom et de sa nationalité, mais la jeune fille se jette sur lui pour tenter de récupérer la casquette. Elle est alors envoyée en cellule, devant le regard interloqué de Chôno qui ne comprend pas ce comportement. Ensuite, un collègue vient annoncer qu'il s'agit d'une lycéenne japonaise, Kanna Endô. De plus, il y aurait un témoin pour le meurtre de Li, qui a déclaré que ce dernier se trouvait avec un homme en uniforme de police avant sa mort. Pour Higashino, c'est un imposteur, et Chôno acquiesce car un vrai policier est du côté de la justice. Par la suite, Chôno va avertir le directeur du lycée de l'adolescente, regardant la casquette avec interrogation. Ensuite, il rejoint son collègue pour assister à la messe du père Nitani. Dans l’église, ils sont entourés de mafieux, qui leur conseillent de ne pas chercher les ennuis, et qui demandent à être mieux protégés. Chôno est intimidé puis, après la messe, lui et son collègue vont voir le prêtre pour lui parler de ce qu'a vu le témoin. Ils lui demandent s'il ne sait rien, et Chôno aperçoit sur une photo que Nitani a déjà rencontré le pape. Mais le prêtre n'en sait pas plus. Par contre, selon son expérience du milieu, les mafias n'utiliseraient pas de fusil à pompe. Chôno va ensuite voir le patron du restaurant chinois, à la recherche de la lycéenne, mais celle-ci n'est pas là. Chôno s'excuse pour avoir menotté le cuistot, mais celui-ci veut qu'on lui rembourse une porte, en payant au minimum 1 millions de yens. Par après, le jeune homme se rend au mémorial du grand bain de sang, où il croise Kanna Endô, toujours fâchée. Il suppose qu'elle a perdu un proche durant la tragédie, et dit qu'il a perdu son grand-père, le légendaire inspecteur Chô, mort du virus en 1997, une semaine avant la retraite, alors que Chôno, enfant, fêtait son anniversaire. L'inspecteur remet à la jeune fille sa casquette, et celle-ci s'excuse de l'avoir frappé, avant de s'en aller. C'est la dernière fois que l'on voit Chôno dans ce tome.

    Volume 6

    Muni d'une photo de Britney, le travesti témoin du meurtre de Li, Chôno se rend dans le restaurant chinois, où il est traité de louche par Kanna. Chôno y croise aussi l'agent Honkan, qu'il salue. Mais le chef du restaurant, Mr Zhen, et la jeune fille lui dise de dégager. L'inspecteur montre la photo, mais ni Zhen, ni Kanna ne l'ont vu. Ensuite, le cuistot menace de lancer un hachoir sur le policier, et celui-ci s'en va rapidement. De retour chez lui, Shôei va prier devant l'autel de son grand-père, le légendaire inspecteur Chô, à qui il essaie de ressembler. Il se rend dans un commissariat de quartier pour y demander un cahier de permanence. Chôno y vérifie qui était de service le soir du meurtre. Il est surpris qu'ils soient aussi nombreux en poste la nuit, et l'agent lui explique qu'avec la venue du pape, ils ont reçu des renforts. Celui-ci comprend que Chôno soupçonne peut-être un flic, et lui montre le fusil à pompe, qui n'a pas été utilisé. L'inspecteur s'en va en s'excusant, et arrive plus tard en retard pour la relève de la surveillance du domicile de Britney. Il s'excuse auprès de son collègue, qui lui conseille d'aller voir par la fenêtre de derrière pour voir si le travesti ne se planque pas. Chôno s’exécute et sur place, il voit Kanna sortir de l'appartement de Britney. Elle a un rasoir avec elle, et demande si l'inspecteur est avec "eux", ajoutant qu'elle ne peut pas faire confiance aux flics. Soudain, le collègue de Chôno l'appelle, et même s'il ne comprend rien, celui-ci décide de dire à la jeune fille de partir, prétendant à son collègue qu'il n'y a rien. Avant de s'en aller, Kanna révèle que le tueur de Li est l'agent Honkan. Surpris par cette nouvelle, le soir venu, Chôno quitte son bureau du commissariat et dit à ses collègues qu'il sera de retour rapidement. Il se rend à la pension où loge la jeune fille, et la prend en filature. Arrivé dans un entrepôt, l'inspecteur surprend une conversation entre Kanna et 2 travestis, dont Britney, et qui parlent du meurtre du pape. Et au moment où il est repéré, Kanna comprend que Li parlait aussi de l'implication d'Ami, en chinois, avant de se faire tuer. Kanna hurle aux 2 travestis de fuir, mais Chôno leur demande de lui faire confiance, disant qu'il est avec eux. Une fois la jeune fille calmée, il dit que cette affaire est trop importante et que cela les dépasse. Il veut que la police les protège, mais Kanna ne leur fait pas confiance du tout. Chôno ne comprend pas cette méfiance, mais dit qu'il connaît une personne haut placée. Il va donc voir l'ancien collègue de son grand-père, Yama, devenu depuis chef de la police. Celui-ci demande des nouvelles de la mère du jeune homme, et celui-ci répond qu'elle lui donne beaucoup d'amulettes. La femme de Yama veut retrouver les photos de son mari et de Chô, et pendant ce temps, Yama comprend que Chôno veut quelque chose. Celui-ci dit être au courant que le pape doit venir à Kabukichô, et révèle que Li a parlé de meurtre, du pape et d'Ami, avant d’être tué par un policier. Chôno n'en a parlé à personne d'autre, et Yama lui dit qu'il a bien fait, sans demander où se trouve le travesti. Plus tard, au commissariat, le collègue de Chôno vient le voir car il a oublié les amulettes de sa mère. Mais le jeune homme n’apprécie pas qu'on l'appelle "Chôcho" et pense que cela va bientôt changer. Il va ensuite voir Kanna et les 2 travestis, promettant de protéger Britney jusqu’à la fin de l'affaire. Méfiante, la jeune fille fouille l'inspecteur pour voir s'il n'a pas amener ses collègues, et rigole en voyant les amulettes, tout comme les travestis. Kanna finit par accepter de retourner au restaurant, et pendant ce temps, Chôno boit et danse avec Britney. Soudain, un coup de feu résonne, et Britney s'effondre. Honkan se montre et vise avec son fusil à pompe Chôno, qui est tétanisé. Mais Honkan est attaqué par Kanna avec une poêle. Chôno sort son arme et tire, mais ne touche pas Honkan, qui s'enfuit. La jeune fille révèle que les amulettes sont remplies d’émetteurs, et Chôno en est bouche bée. Avec Maraya, ils partent, et Chôno comprend que c'est Yama qui l'a trahi. Déprimé et les larmes aux yeux, il se sent incapable de résoudre cette affaire, et la jeune fille dit que son oncle disait qu'il n'y avait pas de honte à fuir, mais qu'il ne l'a jamais fait. Chôno n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 8

    Kanna raconte que son oncle est Kenji Endô, celui qui est considéré par le gouvernement japonais comme le responsable du grand bain de sang de l'an 2000. En fait, Ami serait l'un de ses anciens camarades de primaire, et dans les années 90, il a monté son organisation, à la limite d'une secte, en utilisant le symbole de la bande de Kenji. Ensuite, toutes les prédictions faites par Ami sont en fait des scénarios écrits par Kenji et ses copains quand ils étaient enfants. Mais à chaque fois, c'est en fait Ami qui en était le responsable, tout comme le bain de sang de l'an 2000 et le virus mortel. Le soir du 31 décembre 2000, Kenji et ses amis ont tenté de sauver l’humanité et de faire tomber Ami en révélant ce qu'il a fait. Mais durant la nuit, Fukube est mort en tombant du haut d'un immeuble, et Kenji a péri en faisant sauter avec de la dynamite le robot géant, qui n’était en fait qu'une baudruche géante camouflée. Plusieurs amis de Kenji ont aussi disparus. A la place de l'explosion se trouve en 2014 le mémorial du grand bain de sang. Après avoir raconté tout cela, Kanna tend à Chôno un vieux radiocassette, et l'inspecteur écoute la musique écrite par Kenji, que sa nièce écoute tout le temps. A la fin de la chanson, Chôno en pleure, tout en disant à la jeune fille que la chanson est nulle, et tous les 2 regardent le soleil qui se lève sur la place du mémorial. C'est la dernière apparition de Chôno dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9. L'inspecteur Chôno".
    • Statut au volume 8 : Vivant.

    Volume 9

    Kanna décide de se battre, et Chôno lui demande ce qu'elle compte faire. La jeune femme montre qu'elle a un jeton de casino. Cependant, celui-ci est géré par les mafias étrangères, et la police n'y pénètre pas facilement. De plus, l'inspecteur ne voit pas le lien avec la lutte contre l'agent Honkan et ses complices. Kanna lui répond que l'argent gouverne le monde, mais Chôno ne pense pas qu'elle puisse en gagner avec un seul jeton. Ils arrivent avec Maraya, le travesti, dans le casino, et Kanna gagne à de nombreuses reprises aux machines à sous. Chôno est gêné et préférerait s’arrêter, mais la jeune fille trouve les gains trop petits. Elle croise un homme à qui elle conseille de changer de machine car celle d'à côté va être gagnante. Chôno tente de modérer les propos de la jeune fille mais l'homme se retrouve gagnant, et conseille de ne pas tricher car les pêcheurs en ont marre de trouver des cadavres. Chôno et Maraya sont effrayés, mais Kanna demande si l'homme ne connaît un moyen de gagner gros. Celui-ci propose le rapid Nabokov, créé par Alexandre Nabokov après la chute du mur de Berlin, mais abandonné car on pouvait gagner beaucoup, mais aussi perdre beaucoup. De plus, on pouvait tricher facilement. La jeune fille demande qu'on lui explique les règles, à la surprise de Chôno et Maraya. Ensuite, Kanna commence la partie avec les 47.000 yens gagnés aux machines. Après un rappel des règles, un homme tente de revenir dans la partie avec l'argent qu'il a pu récupérer, mais le croupier appelle les nettoyeurs. L'homme fuit et un coup de feu se fait entendre. Chôno va voir, et voit que l'homme a été abattu, les nettoyeurs appelant un corbillard. Mais la jeune fille commence à jouer et enchaîne les victoires. Le yakuza lui conseille d’arrêter après avoir battu les autres joueurs, mais pour Kanna, la banque est encore debout et elle parie tout ce qu'elle a, contre l'avis des autres. Soudain, si elle sort un 2 de coeur, elle ruine le casino. Soudain, le croupier sort une arme à feu, et Chôno et 2 clients en font de même, ainsi que le yakuza, qui sort un couteau. Mais Kanna déclare qu'elle laisse l'argent aux autres, à condition que ceux-ci l'aident par la suite. Tout le monde se rue sur les jetons, et dans la cohue, la jeune fille donne rendez-vous à 5 heures de matin devant les ruines de l'ancienne mairie. Chôno lui dit que personne ne l’écoute, et le yakuza entraîne le trio à l’extérieur. Le matin, Maraya apporte des cafés achetés avec l'argent d'un ivrogne, et l'inspecteur se demande si les gens viendront. Le yakuza se demande si le trio sont des terroristes, mais la jeune fille lui répond que non. L'homme est intrigué par les talents de Kanna, et a récupéré la dernière carte avant de partir, qui se révèle être un 6 de pique. Chôno décide de rentrer au commissariat pour arrêter de fuir et combattre de l’intérieur. L'ivrogne se réveille alors, et le quatuor constate que de très nombreuses personnes viennent au rendez-vous, malgré le retard. Pour leur parler à tous, Kanna choisit d'aller dans l’église de Kabukichô, et de demander l'autorisation du père Nitani. Grâce à son accord, l’église est remplie de mafieux chinois et thaïlandais, et même de clochards, et des gens attendent même à l’extérieur. Pour l'inspecteur, c'est de la folie, et il risque d'y avoir un massacre. Hors, Kanna choisit d'y aller quand même. Dès le début, elle déclare qu'elle n'a pas d'argent, ce qui fait craindre le pire pour Chôno et les autres. Mais en pliant une cuillère entre le pouce et l'index, elle rappelle que tout le monde a vu ce qu'elle a fait. Elle propose à tous de s'associer avec elle, et prend 3 personnes pour représenter les chinois, les thaïlandais et les SDF. Le père Nitani remarque que tout le monde est calme. C'est alors qu'apparaissent Chaïpôn et Ogyoho, respectivement les chefs thaïlandais et chinois, que Kanna semble connaître. Elle leur demande de l'aider à protéger le pape, sinon ils deviendront des terroristes aux yeux du gouvernement, comme son oncle, pourtant innocent. Soudain, l'agent Honkan apparaît, et menace Kanna avec son fusil à pompe. Ensuite, un homme pénètre dans l’église en brisant un vitrail, et s'interpose entre la jeune fille et Honkan. Il s'agit d'Otcho, un ami de l'oncle de Kanna. Un coup de feu retentit et c'est Honkan qui s’écroule. Otcho récupère son arme et sort de l’église. On ne voit plus Chôno par la suite dans ce tome.

    Volume 10

    Peu après la sortie d'Otcho de l’église, la foule s'agite car ils annoncent que la police arrive. Du coup, les 2 boss s’apprêtent à partir. Mais Kanna leur dit qu'elle n'a pas fini. Elle explique que l'homme qui a été abattu était un policier et déclare qu'elle ne fait confiance à personne. Cependant, elle croit plus en eux qu'en la police pour protéger le pape. Les 2 mafieux lui répondent qu'il ne veulent en effet pas avoir d'ennemis partout dans le monde, avant de se serrer la main, à la surprise générale. Ce geste signifie la fin de la guerre entre les 2 mafias, ce que beaucoup avaient essayé selon Nitani, sans y parvenir. Après un moment de réflexion, Chôno dit à tout le monde de partir, déclarant qu'il va gagner du temps. Il sort de l’église et quand il est attaqué par les membres de la police d'intervention, il sort son badge et dit qu'il est inspecteur, voulant faire son rapport. Il voit alors ses 2 collègues, qui lui demandent où il était passé. Chôno les salue, puis leur demande de ne pas encore investir l’église car il y a eu un meurtre à l’intérieur. Il a protégé le lieu du crime, et déclare que le coupable est un ilotier avec un grain de beauté. Il était sur sa piste et celui-ci a été abattu. Les collègues de Chôno ne comprennent rien à ce qu'il dit, et le jeune homme les prévient que s'ils investissent les lieux, les preuves seront détruites. Il leur demande donc d'attendre encore un peu. Chôno n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    Père Nitani

    Volume 5

    Le père Nitani est le prêtre catholique de l’église de Kabukichô. Il est aussi un ancien yakuza et porte toujours des tatouages sur le corps. Comme le montre une photo, il a déjà rencontré le pape. Un soir de 2014, des policiers trouvent le cadavre d'un homme, dont le meurtrier a placé le canon d'un fusil à pompe dans la bouche avant de tirer. Nitani arrive sur la scène de crime et se présente, avant de faire un signe de croix en face du corps. Il lui soulève ensuite l'une des manches du cadavre et reconnaît les tatouages de Chenggui Li, un homme des triades de Hong-Kong. C’était un gamin qui avait laissé un message au prêtre il y a à peine 2 heures car il voulait le voir à l’église. Nitani a attendu et ne le voyait pas arriver. Et en voyant l'attroupement, il a compris. Un des policiers demande ce que voulait Li, et le prêtre répond qu'il voulait se repentir. Nitani se dit qu'il n'a pas été assez fort car Li était venu pour qu'il l'aide. L'inspecteur demande s'il y en a beaucoup comme Li dans son église, et le prêtre répond qu'il y en a un paquet. Il ajoute que Dieu aide tous les hommes, même ceux comme lui. L'autre inspecteur ne comprend pas, et Nitani lui montre ses tatouages en relevant sa manche, disant que même lui, Dieu l'a pardonné. Un autre jour, lors de la messe, le prêtre parle de Li, et demande à prier pour que son âme trouve la paix. Après la messe, 2 inspecteurs viennent le voir, et lui disent que la dernière fois que Li a été vu, il était en compagnie de quelqu'un déguisé en policier, certainement un faux policier. Nitani se demande s'ils soupçonnent l'un des fidèles de l’église, mais l'un des inspecteurs lui répond que non et qu'ils veulent être sûrs que le prêtre ne sait rien. Mais Nitani leur dit que son boulot, c'est de croire, pas de soupçonner. Pour lui, la vérité peut paraître improbable, et selon sa longue expérience du milieu, pas une des mafias des environs n'utiliserait un fusil à pompe pour abattre quelqu'un. C'est la dernière apparition de Nitani dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 5, dans le chapitre intitulé "Chapitre 9. L'inspecteur Chôno".
    • Statut au volume 8 : Supposé vivant.

    Volume 9

    Un jour, une jeune fille vient en confession et demande s'il n'y a pas de micros. Nitani lui répond qu'ils sont dans la maison de Dieu, et qu'il offre sa protection à tous. Mais la jeune fille veut proposer son aide. Nitani ne comprend pas, et la jeune fille voudrait emprunter l’église, car des centaines de gens viennent par ici, dont de nombreux membres des mafias. Le prêtre dit que la porte est toujours ouverte pour eux. La jeune fille veut que le père l'aide à les convaincre de protéger le pape et empêcher son assassinat, quand il viendra prochainement dans ce quartier. Nitani veut comprendre, et peut se contenter d'un résumé. Mais la jeune fille pense qu'il ne la croira pas. Pourtant, pour le prêtre, ce qui se dit ici est la vérité. La jeune fille, Kanna, explique alors que son oncle Kenji a cherché à faire éclater la vérité à propos d'Ami, le dirigeant actuel du Japon, qui serait le responsable, avec son groupe devenu le parti de l’amitié, d'actes terroristes et du bain de sang de l'an 2000. Le soir du 31 décembre 2000, un robot géant était apparu dans Tokyo, et un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, avait été diffusé partout à travers le monde. Ami a prétendu avoir trouvé un vaccin et s'est fait passé pour le sauveur de l’humanité, rendant Kenji responsable et le faisant passer pour le terroriste. La police actuelle serait impliquée et un agent serait le meurtrier de Li. Nitani est surpris par toutes ces révélations, et demande à Kanna si elle a des preuves. Celle-ci s’énerve car le prêtre ne la croit pas, mais celui-ci dit qu'elle doit avoir quelque chose pour que les gens la suivent et la croient. Alors qu'il essaie de la calmer, Kanna sort et montre au père un cahier où il est marqué "cahier de prédictions". Celui-ci aurait été écrit pas son oncle en 1969, quand il était enfant. Nitani finit par accepter, et l’église est rapidement remplie de mafieux chinois ou thaïlandais, mais aussi de clochards. Pour le jeune inspecteur Chôno, il y a un risque, et le prêtre demande à la jeune fille ce qu'elle va faire. Celle-ci se lève et va faire face à la foule. Elle déclare directement qu'elle n'a pas d'argent à offrir. Devant le mécontentement, elle montre une cuillère, qu'elle tord en la tenant avec le pouce et l'index. Elle rappelle ce qu'elle a fait au casino géré par les mafias, ruinant la banque par ses talents presque magiques. Elle désigne un représentant pour chaque groupe, mais Nitani remarque surtout le calme ambiant. Chaïpôn et Ogyoho, respectivement les boss thaïlandais et chinois, apparaissent alors, et Kanna leur demande de l'aider à protéger le pape, sinon ils finiront par être considérés comme des terroristes par le gouvernement, comme son oncle. Soudain, un homme sort un fusil à pompe et menace la jeune fille. Puis un autre homme barbu travers le vitrail au-dessus de Kanna et s'interpose face à la menace. Un coup de feu résonne, et c'est l'homme armé qui s’écroule. L'autre, Otcho, se saisit de l'arme et sort de l’église pour voir qui a tiré. On ne voit plus Nitani par la suite dans ce tome.

    Volume 10

    Quelques instants après le départ d'Otcho, la foule s'agite car la police arrive. Les 2 boss mafieux s’apprêtent à partir, mais Kanna leur dit de rester car l'homme qui a été abattu est un policier. Elle ne fait donc confiance à personne, mais quitte à choisir, elle préfère leur faire confiance plutôt qu'à la police. Les 2 boss lui disent qu'ils ne veulent pas se faire d'ennemis dans le monde entier et se serrent la main, prononçant ainsi la fin de la guerre entre les 2 mafias, à la surprise générale, dont celle de Nitani. Pour lui, nombreux sont ceux qui ont voulu arrêter cette guerre sans y arriver, alors que cette adolescente y est parvenue. Ensuite, les 2 boss s'en vont avant l’entrée de la police dans l’église, et Nitani n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 12 : Supposé vivant.

    A suivre...

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la suite de la septième page de la liste des personnages de 20th century boys.  Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Mayfield

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 16 : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.
    • Statut au volume 20 : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.

    Takako Otsuka

    Volume 13

    Alors que l’année 2015 vient de débuter, les médias annoncent qu'Ami vient d’être assassiné de nuit dans une école. Cet homme mystérieux est celui qui a affronté les terroristes durant le grand bain de sang de l'an 2000. En effet, le soir du 31 décembre 2000, un robot géant est apparu en plein Tokyo et a semé la panique. En plus, un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, a été diffusé partout à travers le monde. Le parti de l’amitié, créé par Ami, avait heureusement trouvé un vaccin au virus, qui avait déjà sévi en 1997, et son dirigeant est allé faire face au robot, qui a fini par exploser. Ami était donc le sauveur de l’humanité. Quelques temps après cette nouvelle, les 2 mangakas qui logent dans la pension Tokiwa se mettent à faire du boucan. Mme Otsuka leur dit d’arrêter car ils vont défoncer le plancher, et Kaneko lui montre un journal, qui annonce une amnistie pour les écrivains et les prisonniers politiques de la prison de la Luciole des mers, qui vont être libérés. Mme Otsuka leur répond que la télévision en parle depuis le matin, et que si les dessinateurs ne se levaient pas à midi, ils le sauraient déjà. Les 2 mangakas sautent de joie à l’idée de revoir bientôt leurs amis arrêtés à cause de la loi sur la protection de la jeunesse. Mais pour Mme Otsuka, ils arrivent déjà, car ils sont en bas des escaliers. On ne voit plus Mme Otsuka par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Mr Kaneko

    Volume 13

    Peu après le début de la nouvelle année, et le commencement de 2015, les médias annoncent l'assassinat d'Ami, qui a été tué une nuit alors qu'il était dans une école. Par la suite, les 2 mangakas découvrent dans le journal que le gouvernement a accordé une amnistie aux écrivains et aux prisonniers politiques qui se trouvent à la prison de la Luciole des mers. Les 2 dessinateurs explosent de joie à l’idée de retrouver leurs amis, et font tellement de bruit que Mme Otsuka leur dit d’arrêter car ils risquent de détruire le plancher. Les 2 auteurs lui montrent le journal, et Mme Otsuka leur répond que la télévision en parle depuis le matin, et qu'ils le sauraient s'ils ne se levaient pas à midi. Mais Kaneko et Ujiki sautent de joie car ils vont revoir tous leurs amis, arrêtés à cause de la loi sur la protection de la jeunesse. Mme Otsuka les prévient alors qu'ils arrivent déjà et qu'ils sont en bas. Les 2 mangakas regardent en bas des escaliers, et voient Kakuta, les larmes aux yeux, accompagné de Kanna et d'un homme barbu. Les 2 dessinateurs veulent descendre, mais chutent et tombent sur leur collègue, dans le rire général. Dans l'atelier, Kakuta voit que ses amis ont continué à dessiner des mangas. Les 2 auteurs le confirment, mais Kaneko précise qu'ils ne se vendent pas du tout. Kaneko et Ujiki demandent alors si Kakuta a vu Takarazuka, Nishimori ou Aotsuka, mais le jeune homme répond que non, avec la mine triste. Kaneko dit qu'ils vont tous être libérés avec l'amnistie, mais Kakuta n'est pas sûr qu'ils soient vivants. Il révèle qu'il s'est évadé avec l'homme barbu, Shôgun, et qu'il serait probablement mort s'il était resté. Pourtant, il veut croire au retour de tous leurs amis. Et en attendant, ils vont dessiner des mangas décrivant la réalité. Un peu effrayés, Kaneko et Ujiki se demandent s'ils peuvent faire cela. Mais pour le jeune homme, ils doivent le faire et répandre ces mangas dans le monde. Il a déjà un héro en tête, qui va faire rêver les lecteurs. Ce sera un type hors pair, qui a une grande volonté. Il veut présenter son modèle, Shôgun, mais celui-ci est déjà parti. Kanna, qui l'appelle oncle Otcho, part le chercher, et Kaneko n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Mr Ujiki Tsuneo

    Volume 13

    Alors que le nouvel an vient d'avoir lieu, débutant l’année 2015, les médias annoncent l'assassinat d'Ami, tué de nuit dans une école. Quelques temps plus tard, le gouvernement japonais déclare une amnistie des écrivains et des prisonniers politiques de la prison de la Luciole des mers. Ceux-ci vont donc être libérés, et les 2 mangakas sautent de joie dans leur chambre, faisant tellement de bruit que Mme Otsuka les prévient qu'ils risquent de démolir le plancher. Mais les 2 dessinateurs lui demandent de regarder le journal avec l'annonce d'amnistie. Mme Otsuka leur répond que la télévision en parle depuis le matin et que si les 2 mangakas ne dormaient pas jusqu’à midi, ils le sauraient déjà. Kaneko et Ujiki sont très heureux de voir revenir leurs amis arrêtés à cause de la loi sur la protection de la jeunesse. Mais Mme Otsuka leur dit qu'ils sont déjà là. Les 2 dessinateurs regardent en bas des escaliers, et voient Kakuta, les larmes aux yeux, accompagné de Kanna et d'un vieil homme barbu. Les 2 mangakas dévalent les escaliers et tombent sur leur ami, très contents. Kakuta retrouve un porte-plume et un manuscrit et constate que ses amis ont continué à dessiner. Ujiki lui répond que c'est évident, et demande ensuite si Kakuta a vu leurs autres collègues. Mais le jeune homme répond que non, la mine triste. Ujiki s'imagine que cela a dû être terrible, et Kaneko dit qu'ils vont tous les revoir avec l'amnistie. Mais Kakuta n'est pas sûr qu'ils soient en vie, et révèle qu'il s'est évadé avec l'homme barbu. Les 2 mangakas sont surpris, puis Kakuta se dit que leurs amis vont revenir, et veut y croire. En attendant, ils doivent dessiner des mangas décrivant la réalité. Ujiki et Kaneko sont un peu frileux et ne savent pas s'ils peuvent faire ça. Mais pour Kakuta, ils doivent le faire, décrire la réalité et la répandre dans le monde. Pour cela, il a déjà un personnage génial qui va faire rêver les lecteurs. Il s'agit d'un type hors pair avec une volonté à toute épreuve. Il veut designer l'homme barbu, Shôgun, comme son modèle, mais celui-ci est déjà parti. Kanna, qui l'appelle oncle Otcho, dit qu'elle va le chercher. C'est la dernière apparition de Ujiki dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.

    Volume 19

    Après le décès d'Ami a lieu la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo. Durant celle-ci, le cercueil d'Ami est placé en face du pape, qui fait un discours. Mais lors de celui-ci, Ami se lève de son cercueil et marche en direction du souverain pontife. Soudain, un coup de feu résonne, et Ami plonge sur le pape pour le protéger, recevant une balle dans l'épaule. Dans le même temps, partout à travers le monde, des représentants en costume, et portant un masque à gaz et une mallette, se mettent à diffuser un nouveau virus mortel, vidant ses victimes de leur sang. Par la suite, Ami devient le président du monde et l'ère chrétienne prend fin pour devenir l'ère d'Ami. Afin soi-disant de protéger la population de la capitale, Ami fait ériger un mur tout autour de Tokyo. Mais durant cette période, Ujiki est allé voir sa mère malade à Miyagi. A cause d'une interdiction de déplacement, il n'a pu revenir à temps à Tokyo, et s'est retrouvé coincé à la frontière entre le Kantô et le Tohoku. Là, seul un laissez-passer permet de retourner dans la capitale. Mais quasiment personne n'en reçoit un. Les gens essaie de passer avec des faux. Malheureusement, ils se font à chaque fois repérer et sont descendu sans sommation par l'armée de Kantô. Ujiki essaie lui aussi de faire 3 faux laissez-passer, mais une seule des 3 personnes parvient à passer la frontière. Du coup, il refuse d'en faire d'autres. Un jour de l'an 3 après Ami, le dénommé Spade vient le voir avec 2 autres personnes. L'une des personnes qui accompagnent Spade reconnaît Ujiki, et se rappelle qu'il était le voisin de Kanna. L'autre homme prétend que son compagnon est un fan, et qu'il veut obtenir une dédicace. Soudain, une alarme se fait entendre, et Spade dit que c'est une patrouille, qui recherche le jeune soi-disant fan. Son compagnon lui conseille de partir avec Spade, avant de regarder les planches et de trouver que c'est bien. Il veut voir la suite, mais Ujiki lui explique que son collègue est à Tokyo. Mais quand l'homme lui parle de laissez-passer, Ujiki préfère qu'il s'en aille et lui explique pourquoi. L'homme va fouiller dans une poubelle et trouve un essai de laissez-passer. Ujiki dit qu'il ne peut pas dessiner 100 fois la même chose. L'inconnu dit qu'il fait pourtant plusieurs fois le même visage. Ujiki explique que le visage change en fonction de la position et qu'un profane ne peut pas voir la différence. L'homme dit qu'il comprend, et avec sa guitare, il chante 2 fois la même chose. Mais l'inconnu dit que ce sont 2 chansons différentes. Ujiki montre alors le modèle dont il est le plus fier, et l'homme aimerait que son nom et sa photo soient mis dessus. Il profitera du fait d'être à Tokyo pour remettre les planches à son collègue. Ujiki lui dit qu'il risque de mourir, et l'inconnu répond qu'il peut aussi rester en vie. Avec son nom et une photo, l'homme se dirige vers le poste frontière, et Ujiki demande l'aide des habitants pour l'arrêter. Personne ne bouge, et l'inconnu demande combien il y a d'habitants. Ujiki dit qu'il y en a environ 200, et l'homme continue sa route sans faire attention aux mises en gardes du mangaka. Ujiki se bouche les oreilles pour ne pas entendre le coup de feu, mais l'inconnu revient en disant que ça a marché. De retour en ville, ils croisent Spade, qui a vendu le soi-disant fan pour de l'argent. Spade montre que c'est pour sa soeur qui est malade, et pour qui il a besoin d'aller de l'autre côté de la frontière. L'inconnu dit alors à Ujiki de faire un laissez-passer pour chaque habitant. Pendant qu'il est occupé, le mangaka apprend que le chanteur, Joe Yabuki, aurait vaincu les gardes de la frontière nord avec sa chanson, et qu'il pourrait donc changer le monde. Joe rétorque que c'est plutôt le cas avec les mangas. Mais Ujiki n'y croit pas. Ils finissent pas rejoindre les 100 premières personnes qui sont à la frontière, et quand Joe joue sa chanson, les portes s'ouvrent. Ujiki est stupéfait par ses laissez-passer, mais Joe et lui constatent que le château de l'armée du Kantô n'est qu'une façade. Comme la chanson a fait ouvrir les portes, Ujiki est maintenant convaincu que ses mangas peuvent changer le monde. Ils vont manger en ville avec Spade, mais le soir, celui-ci remarque aue Joe a disparu, parti pour le château. Accompagnés d'une bonne partie de la population, ils attaquent le château, et tous se mettent à chanter la chanson de Joe. Le jeune fan, libéré, explique que le chanteur s'appelle en fait Kenji Endô. Ils arrivent près du chef de l'armée du Kantô, que Kenji réussit à faire craquer en lui disant que c'est super dur d'être le mal. On ne voit plus Ujiki par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 20 : Supposé vivant.

    Mr Zhen

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Maraya

    Volume 15

    Peu après les célébrations du nouvel an et le début de l'année 2015, les médias annoncent qu'Ami a été assassiné dans une école, alors qu'il s'y trouvait de nuit. Cependant, un prêtre, le père Luciano, vient directement d'Italie jusqu'au Japon car il a découvert que le projet d'assassinat du pape n'a pas été abandonné. Une fois au Japon, il se fait que c'est l'inspecteur Chôno qui l'interroge, et qui, pour mieux le comprendre, l'envoie chez le père Nitani pour plus d'explications. Après avoir été informée, Kanna demande aux mafias thaïlandaise et chinoise d'honorer leur promesse et de protéger le pape. Durant la visite du pape, les gangsters interpellent plusieurs suspects, qui se suicident tous, mais il n'y a aucune trace du numéro 13, un tueur d'Ami qu'Otcho connaît bien, et qu'il sait être en charge de l'assassinat du pape. Pendant ce temps, Maraya annonce l’arrivée du pape, et celui-ci rend visite au père Nitani dans son église, tandis que le père Luciano et Maraya se cachent dans le bâtiment et observent de loin. On ne voit plus Maraya par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Ogyoho

    Volume 15

    Le nouvel an se passe sans problème, et le monde entre dans l’année 2015. Mais en ce début d’année, les médias annoncent le décès d'Ami, tué alors qu'il se trouvait de nuit dans une école. Pourtant, Kanna vient voir Ogyoho et Chaïpôn, maintenant associés, en compagnie du jeune inspecteur Chôno, car apparemment, le plan d'assassinat du pape n'a pas été abandonné avec la mort d'Ami. Les gardes du corps des 2 boss pointent leur arme sur les 2 intrus, mais Ogyoho leur dit de baisser leur flingue. Chaïpôn sait que, de toute façon, le policier n'est pas de taille à les arrêter. La jeune fille demande alors aux 2 mafieux de tenir leur promesse. Ceux trouvent qu'ils ont déjà pas mal de difficultés en ce moment. Kanna dit qu'il y a quelques jours, un garçon lui a posé une question, celle de savoir pourquoi les gens étaient méchants alors que les enfants rêvent tous de devenir des justiciers. Ogyoho répond que si elle revoit le garçon, elle pourra lui dire qu'ils ne se considèrent pas comme des méchants, mais comme des redresseurs de tort. Cependant, la jeune fille révèle que le garçon est mort pour la justice, mais pas pour une justice minable comme celle des mafieux. Après un silence, Ogyoho dit à Chaïpôn qu'ils vont apparemment devenir une unité de protection, ce à quoi celui-ci répond que cela leur ira très bien de jouer les justiciers. Tous les 2 rigolent et c'est la dernière apparition d'Ogyoho dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.

    Volume 18

    Finalement, les 2 mafias collaborent pour assurer la sécurité du pape lors de sa visite de l’église de Kabukichô. Tout se passe sans incident. Ensuite, lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo, le cercueil d'Ami est placé en face du pape, qui fait un discours. Hors, durant celui-ci, Ami se lève et se dirige vers le souverain pontife. Un coup de feu se fait entendre et Ami se jette sur le pape pour le protéger, prenant la balle à sa place dans l’épaule. Pour montrer qu'il est vivant, Ami pointe un index vers le ciel, comme sur son symbole. Dans le même temps, partout dans le monde, des représentants en costume, et portant un masque à gaz et une mallette, diffusent un nouveau virus mortel faisant des ravages. Peu après, Ami devient le président du monde, et l’ère chrétienne prend fin pour devenir l’ère d'Ami. Afin soi-disant de protéger la population de Tokyo, Ami fait ériger un mur géant tout autour de la ville, isolant ses habitants du reste du monde. De plus les vaccins contre le virus sont rares et sont par exemple distribués aux personnes qui étaient présentes à la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle. En l'an 1 après Ami, Ogyoho, toujours vivant, appelle Kanna. Chaïpôn étant trop vieux, c'est le boss chinois qui réunit les 2 mafias. La jeune fille arrive, et Ogyoho lui dit de s'asseoir. Kanna remarque qu'il n'y a pas beaucoup de monde, et le boss chinois explique qu'ils ont aussi été touchés par le virus. La jeune femme demande des nouvelles de Chaïpôn, et Ogyoho la rassure, disant qu'il est juste atteint de vieillesse. Kanna montre le vaccin qui lui a été envoyé, mais est prête à le donner à qui le voudra, car elle ne veut pas l'utiliser. Un des hommes enlève alors le drap qui se trouve sur la table, dévoilant un nombre impressionnant de vaccins. La jeune femme, stupéfaite, demande où ils se sont procuré ces vaccins. Ogyoho explique qu'ils ont surveillé un entrepôt des laboratoires Daifuku et qu'ils ont attaqué un camion de livraison. Kanna est effrayée car des gens vont mourir, mais le boss chinois lui répond qu'il y a plein de vaccins à certains endroits. Devant l'air horrifié de la jeune femme, Ogyoho continue en disant qu'il y a autant de vaccins que nécessaire, mais que les autorités les sortent au compte-gouttes. Comme ces vaccins se vendent des millions, seuls les riches survivront. Ils continueront donc à attaquer les camions de livraison et distribueront les vaccins à leur juste prix. Ogyoho ajoute que ce business est leur spécialité, et que Kanna peut leur faire confiance. Il demande à la jeune femme si elle ne trouve pas stupide d'attendre d’être tuée par le virus. Ils pourraient tous se vacciner en même temps. Il admet ensuite que Kanna avait raison et qu'Ami est en train de conquérir le monde. Le boss chinois pensait qu'elle délirait, mais il pense maintenant qu'elle ne doit pas mourir. Il dit à ses hommes de distribuer les vaccins, et suggère de se vacciner tous ensemble, comme une sorte de toast. Tous se piquent donc au bras. Plus tard, on apprend qu'Ogyoho a menti à Kanna et s'est en fait injecté du jus de raisin. En effet, attaquer un camion protégé par l’armée était loin d’être évident, et les mafieux voulait absolument que Kanna se vaccine, car elle devait rester en vie. Chaïpôn révèle alors à la jeune femme que les mafias sont liées par le sang, et que si l'un d'eux est tué, il doit être vengé. Ogyoho et ses hommes ont donc attaqué le siège d'Ami, mais comme la radio n'en parle pas le lendemain, cela signifie qu'ils ont échoué et que le boss chinois et ses hommes sont morts.

    • Statut au volume 20 : Supposé tué par le gouvernement d’Ami.

    Higashino

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 20 : Inconnu.

    Inspecteur Shôei Chôno

    Volume 15

    Alors que l’année 2015 débute, Chôno apprend comme tout le monde qu'Ami a été tué un soir, alors qu'il se trouvait dans une école. Un peu plus tard, le jeune homme doit interroger un immigrant clandestin italien avec l'inspecteur Asagawa. Comme l'homme est silencieux, Asagawa s’énerve et part manger. Ensuite, Chôno rend à l'homme son livre et essaie de communiquer. N'y arrivant pas, il regarde le rapport d'arrestation et apprend que l'homme a étalé plusieurs mafieux et envoyé 4 policiers à l’hôpital. L'homme prononce une phrase dans sa langue, et Chôno choisit de commander à manger. Mais l'italien prononce toujours la même phrase. Chôno finit par comprendre qu'il parle du pape, puis que le livre est une bible. L'homme est un prêtre et montre dans un dictionnaire le mot assassinat. Chôno comprend la situation et accepte de le faire sortir, mais avant, il veut qu'il mange. L'italien goûte ses ramens, et dit que c'est bon, les larmes aux yeux. Chôno le présente au père Nitani, et appelle Kanna. Quand celle-ci arrive à l’église, Nitani vient expliquer qu'il s'agit du père Luciano, qui était un ancien mafieux, et qui a découvert qu'il y avait un projet d'assassinat du pape toujours en cours, malgré la mort d'Ami. Mais la jeune fille déclare que son oncle Otcho et sa tante Yukiji auraient vu Ami, vivant, dans la rue. Peu après, Kanna et Chôno vont aller demander l'aide des mafias thaïlandaise et chinoise, et l'inspecteur constate que ces 2 mafias se sont associées. Les 2 boss disent à leurs hommes de baisser leurs armes, car le policier ne serait pas capable de les arrêter. Kanna dit qu'il y a peu, un garçon lui a demandé pourquoi les gens devenait méchants, alors qu'enfants, ils voulaient devenir des justiciers. Ogyoho, le boss chinois, lui dit qu'elle pourra dire à ce garçon qu'ils s'estiment être des redresseurs de tort. Mais la jeune fille révèle qu'il est mort pour la justice, mais pas une justice aussi minable que la leur. Cette réponse effraie Chôno, qui craint le pire, mais les 2 boss disent en ricanant qu'ils vont devenir une unité de protection, ce qui surprend l'inspecteur. Finalement, le pape visite l’église et repart sans problème. Chôno vient remercier Kanna et ses amis, dans l’église, car le quartier n'a jamais été aussi calme. Ensuite, il évoque la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, pour laquelle le parti de l’amitié a prévu de placer le cercueil d'Ami en face du pape qui doit faire un discours. Selon l'inspecteur, cela aurait été décidé à la dernière minute. Pour Otcho, il risque de se passer quelque chose à ce moment. Chôno fournit donc de faux badge de police à Kanna, Otcho et Yoshitsune, et ensemble, ils pénètrent sur le site de l'exposition, encore en construction. L'inspecteur sait qu'ils ne peuvent pas contrôler tous les ouvriers. Plus tard, une vraie équipe de déminage arrive sur le site, et le policier demande de partir rapidement. Otcho a trouvé plusieurs endroits suspects, mais il sait que le numéro 13, un tueur d'Ami qu'il connaît, va se trouver à un autre endroit. Durant la cérémonie, Chôno retrouve le père Luciano, et Otcho leur demande d'aller dans la tour du soleil, réplique de celle de l'exposition d'Osaka en 1970. Sur place, ils trouvent la porte ouverte, alors que seul Ami a la clé. Mais pendant qu'ils sont dans la tour et qu'ils repèrent quelqu'un, Ami se lève de son cercueil, devant les spectateurs, médusés. Il protège le pape du coup de feu du numéro 13, et ensuite, plusieurs autres coups de feu se font entendre, sans que l'on sache ce qu'il se passe. On ne voit plus Chôno par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.

    Volume 17

    Suite à la mise en scène de la résurrection d'Ami, l’ère chrétienne a pris fin pour devenir l’ère d'Ami, celui-ci étant devenu aussi le président du monde. Peu après la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, un nouveau virus mortel fait son apparition, et celui-ci est diffusé à travers le monde par des représentants en costume, portant un masque et une mallette contenant le virus. Tokyo est isolé du monde par un mur érigé par Ami tout autour de la ville. Chôno, lui, parvient à survivre, mais pour ce qu'il a fait lors de la cérémonie, il est rétrogradé et envoyé à la frontière nord du pays, un peu avant Hokkaido. En effet, par-delà la frontière qui est symbolisée par une énorme grille, les autorités déclarent qu'il n'y a plus personne de vivant, mais qu'en plus, c'est de cette frontière que viendront les extraterrestres pour attaquer la terre. Chôno n'y croit pas, et en l'an 3 après Ami, il s'ennuie ferme car cela fait 2 ans qu'il n'a vu personne venu du nord. Mais celui qui vient prendre la relève, Hoshi, y croit dur comme fer. Chôno s’apprête à repartir à vélo, quand une alarme se fait entendre. Le shérif Serizawa arrive avec sa voiture, et annonce avec son mégaphone qu'il y a un fugueur, donnant l'autorisation de tirer. Un homme passe sous la grille, et Hoshi pointe son arme. Celui-ci tremble, et Chôno lui dit de ne pas tirer. Soudain, un coup de feu se fait entendre, et le fuyard s'effondre, touché à la tête. Serizawa, qui est le tireur, dit à Chôno de se servir de son arme, en le saisissant violemment à l'entrejambe. Chôno s’écroule, et Serizawa lui rappelle que c'est pour cette raison qu'Ami s'est fait tirer dessus 3 ans auparavant. De plus, Chôno serait à la rue si le chef de la police n’était pas intervenu. Serizawa dit à Hoshi d'aller ramasser le corps, et à Chôno de récupérer le riz que cet homme cachait chez lui, se rendant ainsi coupable de fraude fiscale. En ramenant le riz à sir Richard, le dirigeant de la région, Chôno entend les paysans chanter une chanson. Sir Richard estime que la fraude est un crime de lèse-Ami, et va récompenser Serizawa. Chôno, lui, repart et continue sa vie en se demandant ce que devient Kanna. Un jour, Hoshi vient partager un repas qu'il a reçu de sir Richard. Il rappelle qu'Ami a interdit les déplacements dans le pays et trouve impardonnable de cacher du riz. Chôno voulait d'ailleurs en envoyer à sa mère, grâce à des économies sur son salaire. Celle-ci est normalement dans un hôpital de Tokyo, mais ne répond plus aux lettres depuis un an. Hoshi a, lui, perdu ses parents il y a 3 ans, à cause du virus. Serizawa interpelle alors Chôno, car il y a un malade au village. La vieille dame doit être emmenée à l’hôpital, d’où personne ne revient, et Serizawa suspecte une infection des jeunes enfants, alors qu'ils ont juste faim. Chôno veut emmener la vieille dame, mais son fils résiste. Celui-ci est alors abattu froidement par Serizawa pour tentative de contamination, tout comme la vieille dame. Chôno doit emmener les corps, et le soir, il revient dans la maison pour donner le riz économisé à la femme et aux enfants, totalement apeurés. Il s'excuse platement, puis entend une musique. Il découvre plusieurs personnes autour d'une radio, et les menace de son arme, rappelant l'interdiction des réunions nocturnes. Ceux-ci veulent apprendre une chanson, mais Chôno dit qu'il n'y a plus de diffusion radio. Pourtant, ces personnes sont certaines de l'avoir entendue, et essaie de la retenir. Ils ont ainsi un sentiment de liberté. C'est la dernière apparition de Chôno dans ce tome.

    Volume 18

    Un jour, Chôno se réveille en sursaut car l'alarme résonne dans sa caserne. Il s'habille rapidement et va demander ce qu'il se passe. On lui répond qu'il est en retard, mais Chôno rétorque que c'est son jour de repos. Mais l'homme lui hurle qu'ils sont en formation D car un extraterrestre serait en train de les attaquer. Chôno apprend qu'il s'agit d'un envahisseur à la tête énorme et aux mains gigantesques, et qu'il se fait appeler Joe Yabuki. De plus, son arme ressemblerait à une guitare. Tous les policiers arrivent dans le village frontière, et le collègue de Chôno s’énerve devant un villageois qui chante la même chanson quand il est interrogé sur l'extraterrestre. Chôno est obligé de calmer son collègue, quand d'autres policiers signalent avoir trouvé le véhicule de l'extraterrestre, une mobylette. Le collègue de Chôno pense que les villageois cachent l'extraterrestre, mais l'homme dit que celui-ci est chez la vieille Tanabe, en train de manger. Un collègue de Chôno utilise alors un mégaphone pour dire à l'extraterrestre qu'il est encerclé, lui intimant de jeter son arme et de se rendre. Il dit ensuite à ses collègues de tirer dès que l'extraterrestre sortira. Mais c'est un homme qui sort avec une guitare. Celui-ci annonce qu'il va chanter. Tous les policiers sont interloqués, et aucun ne tire. Tandis que le collègue de Chôno ordonne de tirer, le jeune homme reconnaît la chanson de cet inconnu. Il s'agit de la chanson nulle que lui avait fait écouter Kanna sur une cassette. Chôno en a les larmes aux yeux, mais remarque soudainement qu'il y a une suite. Mais un coup de feu retentit, et le chanteur s’écroule. C'est Hoshi qui a tiré, et son collègue le félicite, tandis que Chôno se précipite vers le chanteur. Celui-ci dit au policier qu'il doit lui demander de se lever. Hésitant, Chôno s’exécute, et l'homme se relève, avant de reprendre sa chanson. Il s'avance alors vers Hoshi, qui tremble, et lui dit que quand quelqu'un chante, on lui tire pas dessus. Hoshi tombe les genoux à terre, et Chôno est stupéfait. Pour lui, ce type est le messie. L'homme reprend sa chanson, et c'est alors que Serizawa intervient. Pour lui, il s'agit d'un extraterrestre, et il faut l'abattre. Il brandit son arme, mais Chôno s'interpose, car il sait que c'est juste un homme. Il refuse de tirer sur l'inconnu, et Serizawa le menace de son arme. Chôno se met alors lui aussi à chanter, et répète la phrase de l'inconnu sur un type qui chante. Serizawa s’apprête à tirer, mais un autre policier arrive pour annoncer que la barrière a été détruite par une armée d'envahisseurs. Ses collègues pensent à des extraterrestres, mais les personnes ont dit qu'ils étaient des hippies. Serizawa ordonne alors d'aller prendre les armes lourdes et de rassembler les villageois. Mais ceux-ci, comme le messie, ont disparu. Un autre homme vient signaler que les villageois se dirigent vers la demeure de Sir Richard en chantant. Un policier sur place explique par radio que les gens vident les réserves de la résidence. D'autres personnes arrivent, et demandent où se passe le concert. Quand ils voient le chanteur, ils se dirigent vers lui et portent Serizawa qui les menaçait avec son arme. Celui-ci est désarmé, et quand les gens arrivent près du chanteur, celui-ci dit que c'est fini pour aujourd'hui. Mais tout le monde décide de le suivre durant la suite de son voyage. Chôno lui apporte sa mobylette, et dit l'avoir trouvé formidable. Mais Joe lui montre qu'il s'est quand même fait tirer dessus, à la jambe. Chôno lui demande où il va, et l'homme répond qu'il rentre chez lui. Le policier demande où c'est, et le chanteur dit que c'est à Tokyo. Chôno le suit en vélo, et il n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 19

    Alors que Chôno et Joe sont en train de pêcher, le jeune policier attrape un poisson, et le dit à Joe, tout en le nommant Kenji, car il pense qu'il s'agit en fait de l'oncle de Kanna. Mais l'homme ne répond pas, et raconte que son père était un oisif. Par contre, il était doué pour la pêche. Un jour, il l'a oublié, et depuis, il n'aime pas la pêche. Pendant qu'ils mangent ce qu'ils ont attrapé, Joe dit que depuis un certain temps, il s'est baladé dans tout le pays, même à Tokyo, et a passé 3 jours et 3 nuits dans les montagnes d'Hokkaido. Chôno dit qu'il connaît Kanna, mais Joe décide d'un coup de partir. Ils arrivent dans un petit village et on leur dit que c'est la frontière entre le Kantô et le Tohoku. Derrière la grande muraille se trouve le fort de l'armée du Kantô, mais ils ne peuvent pas aller de l'autre côté sans laissez-passer. Plusieurs boutiques en offrent, et un homme se dirige vers la frontière. Joe décide d'aller voir, et ils constatent que l'homme est abattu sans sommation. Un vieil homme dit que c'est toujours ainsi avec les faux laissez-passer. Plus tard, dans le village, ils sont attaqués par des jeunes et vont se cacher. Un certain Spade les trouve, et les emmène dans un bar. Là, il donne des vêtements à Chôno et montre une affiche, qui est un avis de recherche pour le jeune policier, qui serait en fuite. Une fois déguisé, Joe dit qu'il semble sortir de Galaxy Express. Spade leur propose une autre route pour traverser la frontière, car une seule personne sur 3.000 a réussi avec un faux laissez-passer. Par contre, avec sa route, les chances sont de 2 sur 5. Mais Joe pose des questions sur celui qui est parvenu à passer avec un laissez-passer. Spade parle d'un faussaire qui a depuis fermé boutique, mais accepte de les emmener chez lui. Cette personne, en ouvrant sa porte, dit qu'il est mangaka et qu'il s'appelle Ujiki. Chôno reconnaît alors l'un des voisins de Kanna, à Tokyo. Pour pouvoir entrer, Joe prétend que Chôno est un fan, mais une alarme se fait entendre. Spade dit qu'il s'agit d'une patrouille, et dit au policier de partir avec lui. Joe est d'accord, et Chôno retourne dans le bar avec Spade. Une patrouille arrive, et Spade dit directement que c'est lui qui a appelé, désignant Chôno comme étant le fugitif recherché. Spade obtient sa prime, et le policier est embarqué. Une fois à la frontière, il voit Joe en train d'essayer de passer avec un faux laissez-passer. Mais le chanteur ne prête pas attention au policier, et le salue juste de la main. Le soir venu, alors qu'il est dans une cellule, Chôno est délivré par Spade, qui dit qu'il n'a pas le temps pour les excuses car il doit sauver Joe. Chôno comprend rapidement que le fort est attaqué par les gens du village, qui ont réussi à passer la frontière grâce aux faux laissez-passer faits par le mangaka. Le château est envahi, et les soldats commencent à se rendre. Il dit aux autres que son compagnon n'est pas Joe, mais Kenji Endô, qu'ils retrouvent face au chef du fort, son flingue pointé vers le chanteur. Celui-ci admet être Kenji, et raconte avoir erré dans tout le pays à partir de 2001. En 2015, il a arrêté de fuir avec l'apparition du virus. Il a passé 3 jours et 3 nuits à pleurer avant de décider d'être un justicier. Il dit au chef du fort que c'est très dur d'être le mal et que c'est plus cool d'être un justicier. L'homme finit par craquer, et après avoir tenté de se suicider, il est capturé. On ne voit plus Chôno ensuite dans ce tome.

    • Statut au volume 20 : Supposé vivant.

    Père Nitani

    Volume 15

    L’année 2015 débute mais soudain, les médias déclarent qu'Ami a été assassiné un soir, alors qu'il se trouvait dans une école. Peu après, le jeune inspecteur Chôno amène un italien chez Nitani car l'homme a parlé de l'assassinat du pape, et le policier ne le comprend pas. Sachant parler italien, Nitani apprend que l'homme est un prêtre, le père Luciano, et qu'il a autrefois lui aussi fait partie de la mafia. Celui-ci a trouvé des documents indiquant que le projet d'assassinat du pape n'a pas été abandonné. En sortant de son entretien avec Luciano, Kanna révèle que son oncle Otcho et sa tante Yukiji ont vu Ami vivant dans la rue. Lors d'une réunion avec ceux-ci, ils confirment leurs dires, et Yukiji précise qu'Ami, qui est en fait Fukube, l'un de leurs anciens camarades de classe, l'a regardé et lui a souri. De plus, Yoshitsune, un autre ami de Kenji, Otcho et Yukiji, est allé à Ami-land, un parc d'attraction qui est en fait un endroit où on lave le cerveau de ceux qui doutent d'Ami. Là-bas, il est allé avec Kanna dans un simulateur qui les a projeté dans la période où Kenji et ses amis étaient en primaire. Dans cette simulation, Yoshitsune a appris que Fukube avait déjà simulé à l’époque un suicide. La situation se corse avec l'apparition d'un nouveau virus qui vide ses victimes de leur sang. Et dans le "nouveau cahier de prédictions", il est écrit que 2015 sera la dernière année de l’ère chrétienne. Nitani a essayé d'annuler la venue du pape, mais sans succès. Après avoir demandé l'aide des mafias thaïlandaise et chinoise, Kanna va voir Nitani dans son église, qui raconte qu'il a rencontré celui qui est le pape aujourd'hui en 2001. C’était en janvier, dans la province de Gansu, en république populaire de Chine. Le prêtre voulait amener des vaccins dans le village où il prêchait, mais ne savait pas conduire. Nitani, lui, était un yakuza en fuite, et en voyant des policiers perquisitionner dans le bar où il était, est sorti par la fenêtre des toilettes, et a décidé de conduire le camion du prêtre pour éviter la police. Pour le prêtre, c'est Dieu qui l'a envoyé, mais Nitani lui a répondu qu'il ne croyait ni en Dieu, ni en Bouddha. Il a révélé qu'il a tué le chef d'une autre bande, pour venger son père. Sur le chemin, Nitani a dit qu'il se foutait des vaccins, mais qu'il ne voulait pas retourner au Japon. Le duo est arrivé devant un pont en bois, qui menaçait de céder sous l'effet du fort courant. Le prêtre était prêt à retenir les piliers du pont pendant que Nitani passerait, mais celui-ci la traité de crétin car il va être emporté par le courant. Nitani était prêt à prendre sa place, avouant au passage d'avoir vendu de la drogue et d'avoir tué à plusieurs reprises. Mais le prêtre lui a dit que Dieu le pardonne, et que de toute façon, il ne pouvait pas conduire le camion. Il a ajouté qu'il avait laissé une bouteille dans le village, et qu'ils la boiraient une fois sur place. Nitani est passé sur le pont, mais juste après son passage, le pont a cédé et l'eau a emporté le prêtre. Nitani a fondu en larmes pour un type aussi bien, avant d'aller sauver le village. Alors qu'il se trouvait seul avec la bouteille, il a vu arriver le prêtre et a retrouvé le sourire. C'est ainsi que Nitani est devenu prêtre, croyant plus au pape qu'en Dieu. Une fois la pape à Kabukichô, les mafieux se chargent de la protection, tandis que Nitani l'accueille dans son église. Le pape aimerait d'ailleurs partager avec Nitani une bonne bouteille. Ce dernier dit discrètement au pape qu'il est en danger, et qu'il doit quitter le pays. Mais celui-ci répond qu'il ne craint rien après avoir survécu au torrent en 2001. Le pape finit par repartir sans problème, mais plus tard, Chôno vient pour dire que lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, pendant le discours du pape, celui-ci sera placé en face du cercueil d'Ami. Nitani et les autres pensent qu'il sera trop exposé, et Otcho estime qu'Ami va faire quelque chose de spectaculaire. Lors de la cérémonie, tous surveillent les alentours pour trouver le numéro 13, un tueur d'Ami qu'Otcho connaît bien. Mais soudain, Ami se lève de son cercueil et s'avance vers le pape. Un coup de feu se fait entendre et Ami se jette sur le souverain pontife. Ami est blessé à l’épaule tandis que le pape est évacué. Nitani essaie de lui dire qu'il s'agit certainement d'une mise en scène, mais il est bousculé par les gardes du corps. Finalement, Ami pointe l'index gauche vers le ciel, comme sur son symbole, confirmant son retour à la vie. Nitani n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.

    Volume 17

    Après la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, l’ère chrétienne a pris fin pour être remplacée par l’ère d'Ami. Celui-ci est d'ailleurs devenu le président du monde. De plus, des représentants en costume, et portant un masque à gaz et une mallette, ont diffusé à travers le monde le nouveau virus mortel, décimant la population mondiale. Pour soi-disant protéger les citoyens, Ami a fait ériger un mur tout autour de Tokyo, coupant la ville du reste du monde, en maintenant sa population dans la pauvreté. Un jour de l'an 3 après Ami, un jeune garçon, Katsuo, arrive dans l’église du père Nitani, toujours en poste, pour lui dire qu'un homme barbu, sans doute Otcho, le cherche. Nitani le suit, et arrive dans un bowling délabré, propriété de Dieu, un ancien SDF qui a parfois des rêves prémonitoires. Là, il retrouve Otcho, qu'il emmène dans sa voiture. Il s'excuse pour la climatisation qui ne fonctionne pas, et les fenêtres condamnées, mais il dit que personne ne fouillera cette voiture, car les autorités ne touchent pas à l’église. Otcho demande à Katsuo où est sa soeur, et Nitani révèle que celle-ci est allée voir la reine des glaces, une résistante qui est sans doute Kanna. Apparemment, les enfants ont rencontré un membre de la bande de Kenji, groupe dirigé par Yoshitsune, qui voulait avertir la reine des glaces de renoncer à son soulèvement armé. Otcho veut être amené sur place, mais Nitani lui répond qu'il a trop de poursuivants, et que ses hommes sont déjà allés la voir. Otcho dit en avoir assez des sacrifices. Il est allé au-delà du mur à la fin de l’ère chrétienne et pour lui, ça suffit. Nitani comprend qu'il a vu beaucoup de désespoir là-bas, et Otcho répond par le silence, le regard baissé. C'est la dernière apparition de Nitani dans ce tome.

    • Statut au volume 20 : Supposé vivant.

    A suivre...

    Cronos


    votre commentaire
  • Voilà la seconde suite de la septième page de la liste des personnages de 20th century boys.  Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Mayfield

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.

    Takako Otsuka

    Volume 22

    Quelques temps après le décès d'Ami a lieu la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, durant laquelle le pape fait un discours alors qu'il est placé en face du cercueil d'Ami. Soudain, ce dernier se lève et se dirige vers le souverain pontife. Puis un coup de feu retentit, et Ami plonge sur le pape pour le protéger, se prenant une balle dans l’épaule. Suite à cet événement miraculeux, Ami devient le président du monde et l’ère chrétienne prend fin pour devenir l’ère d'Ami. Dans le même temps, des représentants en costume et portant un masque à gaz et une mallette apparaissent un peu partout dans le monde. Ceux-ci se mettent à diffuser un nouveau virus mortel, qui vide ses victimes de leur sang. Pour protéger la population de Tokyo, Ami fait ériger un mur géant tout autour de la ville, les coupant par la même occasion de tout ce qui se passe à l’extérieur. Ensuite, en l'an 3 après Ami, à la télévision officielle, le président du monde admet que toutes ses prédictions sont fausses et qu'il a en fait tout organisé, le bain de sang de l'an 2000 tout comme le virus mortel. Il déclare aussi qu'il va détruire l’humanité en une semaine. Suite à cette annonce, des émeutes ont lieu dans Tokyo, et de nombreuses personnes prennent la fuite. On apprend de la bouche de Kaneko et de Kakuta, un autre mangaka, que Takako Otsuka fait partie des personnes qui se sont enfuies. C'est tout ce que l'on apprendra sur Otsuka dans ce tome.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Supposé vivante.

    Mr Kaneko

    Volume 22

    Peu de temps après le décès d'Ami se déroule la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de Tokyo. Durant celle-ci, le cercueil d'Ami est placé en face du pape, qui fait un discours. Hors, à la surprise générale, Ami se lève de son cercueil pour se diriger vers le souverain pontife. Soudain, un coup de feu résonne et Ami se jette sur le pape pour le protéger. Il reçoit une balle à sa place à l’épaule mais survit. Suite à ce miracle de résurrection, Ami devient le président du monde et l’ère chrétienne prend fin pour devenir l’ère d'Ami. Cependant, dans le même temps, des représentants en costume et portant un masque à gaz et une mallette apparaissent un peu partout dans le monde. Ceux-ci diffusent alors un nouveau virus mortel vidant ses victimes de leur sang, faisant de nombreux sur la planète. Pour protéger la population de la capitale japonaise, Ami décide de bâtir un mur géant tout autour de la ville. Mais avant d’ériger ce mur, Ujiki part à Miyagi pour prendre des nouvelles de sa mère malade. Et une fois que le mur est construit, une interdiction de déplacement dans le pays empêche Ujiki de revenir à Tokyo. Du coup, Kaneko et Kakuta sont seuls pour dessiner des mangas. Ensuite, en l'an 3 après Ami, ce dernier annonce à la télévision officielle que toutes ses prédictions sont fausses et que c'est lui qui a tout organisé, comme le bain de sang de l'an 2000 ou les virus mortel. De plus, il déclare qu'il va détruire le monde en une semaine. C'est donc la panique à Tokyo, mais le régime réprime les émeutes durant 2 jours. Ensuite, les habitants restent chez eux, incapables de fuir. Kaneko et Kakuta, quant à eux, restent à la pension Tokiwa pour dessiner des mangas. Le soir venu, Maraya, un travesti, ramène Kanna dans sa chambre. Les 2 mangakas demandent comment elle va, et Maraya leur dit d’être silencieux car la jeune femme dort. Les 2 dessinateurs s’inquiétaient pour Kanna,et le travesti leur demande ce qu'ils faisaient. Kakuta répond qu'ils faisaient l'histoire d'un homme qui veut protéger la paix sur terre, mais ils leur manquent Ujiki pour trouver une bonne fin. Pour Maraya, ce n'est pour le moment pour les mangas, mais Kakuta n'est pas d'accord. Le travesti explique que Kanna se démène pour sauver plein de gens, avant de demander si la propriétaire est là. Kaneko répond qu'elle s'est enfuie, mais soudain, Kakuta remarque quelque chose tomber des affaires de la jeune femme. Il s'agit apparemment d'un émetteur. C'est alors qu'un robot géant arrive en direction de la pension. Le trio entre dans la chambre de Kanna, qui fait face au robot avant de perdre conscience. Mais la machine s’arrête soudainement. La jeune femme demande alors à être conduite sur le site de l'exposition universelle, où elle a organisé un concert géant, car les gens seraient en danger. Heureusement, une fois sur place, tout le monde est sain et sauf. L'oncle de Kanna, Kenji, arrive même pour chanter 3 chansons, avant de retourner dans les coulisses où l'attendent sa nièce, ses amis et d'autres personnes, dont Kaneko. Kenji prend alors Kanna dans ses bras, sous le regard ému des autres personnes présentes...

    Volume 2 de 21st century boys

    Après avoir retrouvé Ujiki au festival de musique organisé par Kanna, Kaneko et Kakuta se remettent au travail avec leur collègue, toujours à la pension Tokiwa. Kaneko demande à Ujiki la trame 61, et celui-ci la lui donne. Ce dernier se demande alors quand le robot géant, qui est toujours devant la pension, va être retiré par les Nations Unies, dont l’armée est arrivée à Tokyo pour ramener la paix. Ses collègues lui répondent qu'ils ont déjà beaucoup de travail pour tenter de réorganiser la vie des habitants de la ville, le retrait des déchets n’étant pas une priorité. Mais cela met tout de même Ujiki mal à l'aise. Kakuta, lui, veut s’intéresser à la fin de leur histoire, car il ne veut pas finir juste sur le héro qui sauve la terre. Ujiki suggère de lui trouver un nouvel ennemi, et Kaneko pense alors à "Terminator" ou "Jason". Mais Kakuta veut savoir que faire du héro. Kaneko se demande s'il doit mourir, mais Ujiki ne veut pas le tuer. Pour Kaneko un héro ne le reste que s'il gagne, et Ujiki sait qu’après, il prend de l'âge. Kakuta ajoute que c'est pour cela que dans ce genre d'histoire, il part ou il meurt. Ujiki ne voit pas d'autre solution, puis soudain, il dit avoir l'impression d'avoir vu bouger le robot géant. Pour Kaneko, c'est n'importe quoi, et Kakuta pense qu'ils manquent de sommeil. Ujiki propose donc de faire une pause, et ses collègues acceptent d'aller dormir. Mais à leur réveil, le robot a véritablement bougé, et les 3 mangakas se lancent à sa poursuite à pieds. Ils le voient au loin, alors qu'il est dans le parc à thème. Ujiki commence à faire des croquis, car c’est comme dans un manga, mais Kakuta se demande qui va être le héro qui va les sauver. Inquiets, ils voient alors Kenji arriver à bord de sa mobylette. Pour Kakuta, les larmes aux yeux, c'est lui leur héro. Mais la mobylette tombe en panne sèche, et Kenji continue à pieds, poursuivi par les mangakas. Finalement, ils voient Kenji monter à bord du robot géant, puis celui-ci tituber avant de tomber sur le côté. Les mangakas sont impressionnés de voir que Kenji a sauvé le monde, et on ne voit plus Kaneko par la suite.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Vivant.

    Mr Ujiki Tsuneo

    Volume 21

    Ujiki, tout comme Chôno, le soi-disant fan, Spade ou encore bien d'autres personnes, accompagne Kenji dans son voyage vers Tokyo. Quand ils arrivent près du mur géant bâti autour de la ville, ils installent leurs campements. Un soir, Kenji demande à Ujiki, Spade et quelques autres hommes d'aller voir les canalisations, car il les trouve bizarres. Ils reviennent auprès de Kenji, alors qu'il parle avec Chôno, et lui disent que les canalisations sont reliées à un souterrain. Pour le mangaka, c'est sûrement un tunnel construit par quelqu'un. Pour Spade, en passant par là, ils pourront certainement pénétrer dans la ville. Chôno se montre ravi par cette nouvelle. C'est la seule fois qu'Ujiki apparaît dans ce tome.

    Volume 22

    Avant d'entrer dans la ville, Ujiki et les autres apprennent que, par le biais de la télévision officielle, Ami a annoncé que toutes ses prédictions étaient fausses et qu'il avait tout organisé. C'est donc lui le responsable du grand bain de sang de l'an 2000 et des virus qui ont décimé la population. Il révèle aussi qu'il compte détruire le monde en une semaine. Durant les 2 jours qui suivent, des émeutes ont lieu, mais elles sont réprimées par les autorités. Ensuite, les habitants se cloîtrent chez eux, n'osant plus sortir. Le soir venu, en pénétrant dans la ville avec Kenji, Ujiki remarque des affiches d'un festival de musique sur le lieu de l'exposition universelle, avec d'ailleurs Kenji comme tête d'affiche. Ils arrivent à un endroit où Kenji admet avoir déjà joué, et le mangaka pense que cela a été un succès. Mais Kenji répond que personne ne s'est arrêté. Ujiki rappelle que le festival est organisé par Kanna, qui doit attendre son oncle. Soudain, un groupe de personnes arrive en courant, parlant d'un robot géant. Tous voient au loin un incendie, et Kenji annonce qu'il doit y aller. Ujiki le suit en courant, en demandant à Kenji où il veut aller. Ils arrivent au mémorial d'Ami, là où le précédent robot avait explosé, et se trouvent face à la machine géante. Le robot s'en va, et c'est alors qu'un homme intervient, et dit à Kenji de monter dans un camion pour suivre le robot. Une fois dans le camion, Kenji explique au mangaka que l'homme est Maruo, un ami d'enfance. Sur le siège, Maruo trouve un badge, comme ceux qu'ils pouvaient gagner en achetant des friandises, quand ils étaient jeunes. Ensuite, une voix se fait entendre par la radio, disant qu'il va les diriger. Ujiki trouve cela louche, mais Kenji accepte, et ils s’éloignent du robot. Ils s’arrêtent alors dans une reproduction du quartier de leur enfance, et Kenji devine où ils doivent aller. Ils parviennent dans la court d'une école, où se tient Ami, muni d'une télécommande. Il montre un écran, relié aux caméras du robot, et le mangaka reconnaît la pension Tokiwa. Ami dit que Kanna, qui serait sa fille, se repose là-bas, et menace d’écraser le bâtiment avec le robot. Kenji se met alors à genoux, et Ami lui dit que c'est le génie du mal. Ensuite, alors que la télécommande semble être bloquée, Kenji dit qu'il se souvient. Mais Ami a encore 3 soucoupes volantes qui transportent un nouveau virus. Kenji s'excuse alors, mais dit que la partie est terminée. Avec une autre télécommande, Ami menace de diffuser le virus, mais un homme masqué, Sadakiyo, apparaît dans son dos et l’empêche d'appuyer sur le bouton. Deux soucoupes sont détruites par quelqu'un qui se trouve dans le robot, et Kenji demande aux 2 hommes masqués, Ami et Sadakiyo, d’arrêter. Soudain, un hélicoptère percute la dernière soucoupe, qui vient s’écraser juste là où se trouvent Kenji, Ami et Sadakiyo, alors qu'Ujiki empêche Maruo d'aller à leur secours. Kenji survit, car il se rend après au concert sur le lieu de l'exposition universelle, et après avoir joué 3 chansons, il rejoint les coulisses où l'attendent sa nièce, tous ses amis, ainsi que Ujiki et ses 2 collègues, Kaneko et Kakuta. Là, il prend Kanna dans ses bras, sous le regard ému des autres personnes présentes...

    Volume 1 de 21st century boys

    On revient quelques instants avant le concert sur le site de l'exposition universelle, au moment où la soucoupe s’écrase sur Kenji, Ami et Sadakiyo. Ujiki empêche Maruo de se précipiter vers le brasier qui est apparu avec le choc. Une fois que le feu s'est calmé, ils vont tous les 2 voir si les 3 hommes ont survécu, et ils trouvent Kenji en train d'essayer d'aider Sadakiyo, fortement blessé. Pendant que Maruo les aide, Ujiki trouve Ami, mortellement touché par une barre qui lui traverse l'estomac. Maruo confie Sadakiyo au mangaka, et lui dit de trouver une pharmacie pour ramener ce qu'il trouvera comme médicaments et bandages. Ami finit par décéder, et après avoir embarqué Sadakiyo dans le camion, ils se dirigent vers le site de l'exposition universelle, et croisent la route de Croa-croa, un autre ami de Kenji, qui, avec son fils, aide les gens blessés. Ujiki demande s'il y a un médecin, et un homme répond que oui. Le mangaka le mène donc à Sadakiyo. Ensuite, au pieds du robot géant, le groupe retrouve Otcho. Après les retrouvailles, le fils de Croa-croa dit qu'il a ramené le drapeau de la bande, quand Kenji et les autres étaient petits. Ujiki a, lui, trouvé un mât, et ils peuvent faire flotter le drapeau dans le vent. Le symbole est celui d'Ami, qui l'avait volé à la bande de Kenji. C'est la dernière apparition d'Ujiki dans ce tome.

    Volume 2 de 21st century boys

    Après le festival, Ujiki retrouve donc Kaneko et Kakuta, et ensemble, ils reprennent le travail à la pension Tokiwa, tandis que l'ONU envoie des soldats à Tokyo pour maintenir la paix et le calme. Kaneko demande la trame 61, et Ujiki la lui donne. Celui-ci s’étire ensuite, et se demande quand les Nations Unies vont retirer le robot géant, qui est toujours devant leur bâtiment. Ses collègues lui répondent que l'ONU a déjà beaucoup de travail pour tenter de réorganiser la vie des habitants. Le retrait des ordures n'est donc pas prioritaire. Pour Ujiki, cela a beau être un déchet, cette chose le met mal à l'aise. Kakuta, lui, veut parler de la fin de leur histoire, car ils ne peuvent pas finir sur le héro qui sauve la terre. Ujiki suggère de lui trouver un nouvel ennemi, mais Kakuta se demande ce qu'ils vont faire de leur héro à la fin. Kaneko se demande s'il ne doit pas mourir, mais Ujiki ne veut pas le tuer. Kaneko sait que le héro n'est le héro que quand il gagne, et Ujiki ajoute que c'est le sommet de sa gloire, et qu’après, il prend de l'âge. Kakuta sait que c'est pour cela que dans ce genre d'histoire, le héro part ou décède. Ujiki soupire et ne voit pas d'autres solutions. L'attention d'Ujiki est alors attirée vers le robot car il a l'impression de l'avoir vu bouger. Il se lève, et ses collègues lui disent que c'est la fatigue. Ujiki suppose que cela doit être ça, et suggère une pause. Ses collègues acceptent, et ils vont dormir. Mais plus tard, ils se rendent compte que le robot a vraiment bougé, et se lancent à sa poursuite dans les rues. Ils l’aperçoivent au loin, dans le parc à thème reproduisant le quartier de l'enfance de Kenji. Comme cela ressemble à un manga, Ujiki fait des croquis. Mais dans ce cas, Kakuta se demande qui est le héro qui va venir les sauver. Ils craignent que cela soit la fin du monde, et Ujiki est triste car il voulait terminer leur manga. Soudain, Kakuta voit un scooter venir dans leur direction, et Kenji qui le conduit. Kakuta dit à Ujiki de faire des crayonnés car c'est leur héro. Ujiki commence, mais le scooter tombe. Comme il est en panne sèche, Kenji continue à pieds. Les mangakas le suivent, et Kenji monte dans le robot géant. Alors que sa chanson résonne dans les hauts-parleurs de la radio, les mangakas voient le robot chanceler, puis finir par tomber sur le côté, Kenji ayant réussi encore une fois à sauver le monde. On ne voit plus Ujiki par la suite.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Vivant.

    Mr Zhen

    Volume 2 de 21st century boys

    Alors que l’année 2015 commence, les médias annoncent qu'Ami a été tué dans une école. En 1997, celui-ci était le dirigeant mystérieux et masqué d'une organisation, proche d'une secte. Trois ans plus tard, son organisation est devenu le parti de l’amitié. Mais le soir du 31 décembre 2000, un robot géant est apparu à Tokyo et a semé la panique dans la ville, diffusant notamment un virus mortel qui vide ses victimes de leur sang en quelques instants. Les dirigeants du parti de l’amitié sont alors arrivés au gouvernement avec un vaccin au virus, qui avait déjà sévi dans plusieurs villes en 1997. Pendant ce temps, Ami est parti affronter le robot géant, qui a fini par exploser. Ami est donc devenu ce jour-là le sauveur de l’humanité, et cette nuit fut retenue comme étant le grand bain de sang de l'an 2000. Et donc, lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle de 2015, à Tokyo, le cercueil d'Ami est placé en face du pape, qui fait un discours pour l'occasion. Mais à la surprise générale, Ami se lève de son cercueil et avance vers le souverain pontife. Un coup de feu se fait entendre, et Ami se jette brusquement sur le pape, prenant une balle à l’épaule. Suite à cet événement miraculeux, Ami devient le président du monde, et l’ère chrétienne prend fin pour devenir l’ère d'Ami. Dans le même temps, partout dans le monde, des représentants en costume apparaissent avec une mallette et un masque à gaz. Ceux-ci diffusent alors un nouveau virus mortel, encore plus virulent que le précédent. Pour protéger la population de Tokyo, Ami fait ériger un mur géant tout autour de la ville, coupant ainsi les habitants du reste du monde. Mais en l'an 3 après Ami, à la télévision officielle, le dirigeant déclare que toutes ses prédictions sont fausses, et qu'il a tout organisé, le robot géant tout comme les virus mortels. Il annonce aussi qu'il va détruire l’humanité en une semaine. Après 2 jours d’émeutes, le soir venu, un nouveau robot géant débarque en ville, et sème le chaos. Kanna, quant à elle, a réuni les habitants sur le site de l'exposition universelle avec un festival de musique gratuit. Durant cette période, Mr Zhen, qui a survécu jusque là, fait une réduction de 10 yens pour le riz cantonnais dans son restaurant. Finalement, le robot géant, tout comme des soucoupes pleines d'un dernier virus, sont arrêtés par l'oncle de Kanna, Kenji, et ses amis. Du coup, Mr Zhen met fin à sa réduction, et le signale par une affiche sur la porte de son restaurant, toujours abîmée. Tandis qu'il cuisine, Maraya vient le voir pour une information spéciale à la télévision. Mr Zhen répète qu'il ne fait plus de réduction et qu'il doit maintenant gagner de l'argent. Mais le travesti lui dit que le monde est encore en danger. Interloqué, Zhen va voir la télévision, et constate que le robot géant s'est remis en marche, l’armée des Nations Unies ayant les mains liées. Cela ennuie Zhen, qui va devoir continuer sa réduction, et aurait espérer que Kanna vienne lui donner un coup de main. Mais pour Maraya, mieux vaut la laisser en dehors de ça. Soudain, ils entendent la chanson de Kenji, devenue célèbre depuis peu, à la radio. Une nouvelle fois, Kenji et ses amis parviennent à arrêter le robot et deviennent les sauveurs de l’humanité. C'est la dernière apparition de Zhen.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Vivant.

    Maraya

    Volume 22

    La visite du pape à Kabukichô se passe bien. Par la suite, lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, le cercueil d'Ami est placé en face du pape, qui fait un discours. Hors, durant celui-ci, ami se lève de son cercueil et s'avance vers le souverain pontife. Soudain, un coup de feu retentit, et Ami plonge sur le pape pour le protéger, prenant une balle dans l’épaule à sa place. Suite à ce miracle de résurrection, Ami devient le président du monde et l’ère chrétienne prend fin pour devenir l’ère d'Ami. Dans le même temps, partout dans le monde, des représentants en costume et portant un masque à gaz et une mallette, diffusent un nouveau virus mortel qui décime la population mondiale. Pour soi-disant protéger les habitants de Tokyo, Ami fait ériger un mur géant tout autour de la ville, coupant sa population du reste du monde. Puis, en l'an 3 après Ami, celui-ci apparaît à la télévision officielle et déclare que toutes ses prédictions sont fausses, et qu'il a tout organisé, du bain de sang de l'an 2000 jusqu'au virus, en passant par plusieurs attentats. Il annonce aussi qu'il va détruire l’humanité en une semaine. Après 2 jours d’émeutes réprimées, les habitants se cloîtrent chez eux. Maraya, qui a survécu jusque-là, se ballade alors en ville et aperçoit des affiches annonçant un festival de musique sur le site de l'exposition universelle. Ce festival est apparemment organisé par Kanna et Maraya décide donc de se rend sur place. Le soir venu, alors que les rumeurs parlent d'un nouveau robot géant semant la panique, Maraya arrive sur le site et demande où est Kanna. Maraya finit par trouver la jeune femme, qui se prépare à l’arrivée de dizaines de milliers de personnes, mais le travesti la prévient qu'ils ne seront pas aussi nombreux car il n'a vu personne venir. Les gens fuient plutôt le chaos du centre-ville. Mais Maraya s'interroge sur le chanteur fantôme dont parle l'affiche. Il imagine qu'il s'agit de l'oncle de la jeune femme, Kenji, mais le travesti sait qu'il ne viendra pas, puisqu'il est mort. Pourtant, Kanna en est persuadée. Pour Maraya, comme c'est la fin du monde, ils devraient plutôt s’éclater. Cependant, pour la jeune femme, ce n'est pas la fin du monde, et elle dit au travesti de lui rendre l'argent prêté. Peu après, on vient signaler à Kanna que de très nombreuses personnes arrivent. Stupéfait et les larmes aux yeux, Maraya félicite la jeune femme, mais celle-ci s'effondre d’épuisement dans ses bras. Maraya et un homme l’emmène en voiture vers un hôpital, mais Kanna murmure qu'elle veut rentrer chez elle. Ils vont donc à la pension Tokiwa, où le travesti demande aux 2 mangakas Kaneko et Kakuta ce qu'ils faisaient durant ce temps. Ceux-ci répondent qu'ils dessinaient des mangas, mais qu'ils ne trouvent pas la fin. Pour Maraya, ce n'est pas le moment de s’inquiéter de ce genre de chose, mais pour Kakuta, c'est justement le moment. Soudain, Kakuta voit quelque chose tomber des affaires de Kanna. Il s'agit d'un émetteur, et peu après, le robot géant arrive en direction de la pension. La machine s’arrête soudainement, et après s’être évanouie, Kanna se réveille en disant qu'ils doivent foncer sur le site de l'exposition universelle. Sur place, alors qu'Otcho se trouve dans le robot géant en train de détruire les soucoupes volantes pleines d'un nouveau virus, Konchi, un ami de Kenji, utilise une radio pour communiquer avec le numéro 13, un ancien tueur d'Ami qui pilote un hélicoptère. La communication est interrompue, et plus tard, alors que Kanna est prête à évacuer le site de l'exposition, car Ami le prend pour cible, Otcho vient dire qu'il a détruit 2 soucoupes, et Maruo vient annoncer qu'il a vu la dernière soucoupe s’écraser. Ensuite, Kenji arrive sur la scène, et après avoir joué 3 chansons, il retourne en coulisses, où l'attendent plusieurs de ses amis, et aussi notamment Maraya. Il prend sa nièce dans ses bras, sous le regard ému de toutes les personnes présentes...

    Volume 2 de 21st century boys

    Après que le calme soit revenu à Tokyo, et que l’armée des Nations Unies soit arrivée dans la ville, Maraya part manger dans le restaurant de Mr Zhen, toujours ouvert. Celui-ci avait en effet fait une réduction de 10 yens sur le riz cantonnais en mémoire de la paix, mais sur l'affiche à l’entrée du restaurant, il est marqué que cette réduction a pris fin le jour précédent. Cependant, en voyant à la télévision que le robot géant s'est remis en mouvement, le travesti interpelle le patron pour qu'il vienne voir. Celui-ci répond qu'il ne fait plus de réduction car la paix est revenue et qu'il doit maintenant gagner de l'argent. Maraya lui rétorque alors que le monde est encore en danger. Mr Zhen arrive alors devant le poste de télévision, qui annonce que le robot se dirige vers le parc à thème, tandis que l’armée de l'ONU, qui l'a encerclé, semble avoir les mains liées. Le patron se demande s'il va devoir continuer sa réduction, en ajoutant qu'il aimerait que Kanna l'aide un peu. Mais pour le travesti, il vaut mieux laisser la jeune fille en dehors de ça. Soudain, à la radio, ils entendent la chanson de Kenji. Finalement, Kenji et ses amis réussissent à arrêter le robot et à sauver encore une fois le monde. Maraya n'apparaît plus par la suite.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Vivant.

    Ogyoho

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Supposé tué par le gouvernement d’Ami.

    Higashino

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Inconnu.

    Inspecteur Shôei Chôno

    Volume 21

    Chôno continue sa route en compagnie de Kenji, et un soir, alors qu'ils sont près du mur géant autour de Tokyo, il fait un cauchemar, se rappelant ce qu'il s'est passé le jour de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle. A son réveil, il voit pas mal de gens en train de danser et de chanter autour de feux, et il demande où se trouve Kenji. Mais personne ne le sait. Chôno se demande combien ils sont maintenant, voyant tous ces gens. En marchant un peu, Chôno finit par trouver Kenji, seul près d'un feu, en train de jouer sur sa guitare. Chôno pense qu'il est en train de chercher un moyen de passer le mur, mais Kenji cherchait une nouvelle chanson. Cependant, il pense que toutes les bonnes chansons sont déjà prises. Par contre, il ne pense pas pouvoir passer le mur. Et il ne sait pas ce qu'il va faire une fois là-bas. Le jeune homme pensait qu'il voulait vaincre Ami, qui l'a traité de terroriste. Cependant, Kenji parle de parc d'attractions. Chôno le traite de dingue, et lui suggère d'aller à l'exposition universelle. Kenji n’était pas au courant, et le policier explique qu'elle a lieu depuis 2015, Ami ayant décidé qu'elle durerait éternellement. Pour Kenji, ce n'est pas possible car c'est fait pour qu'on se démène pour y aller durant les vacances d’été. Il estime que la seule exposition universelle, c'est celle d'Osaka en 1970, celle de Tokyo étant une escroquerie. Il parle des différents pavillons, mais ajoute ne pas y être allé, malgré sa forte envie. Il a imaginé les choses, comme la tour du soleil, dont il croyait qu'elle abritait des missiles nucléaires. Chôno dit qu'il est allé à l’intérieur avec le père Luciano. Il faisait noir, et le prêtre a allumé une torche électrique. Le policier a alors vu l'ombre d'un enfant qui jouait à cache-cache, qui riait, et qui demandait à Kenji de venir jouer avec lui. C'est alors que Spade, Ujiki et d'autres arrivent pour dire que, comme le pensait Kenji, la canalisation est bizarrement reliée à un souterrain, comme un tunnel. Ils pourront ainsi entrer dans la ville. Un peu incrédule, Chôno est surpris par cette bonne nouvelle. Spade prévient que cependant, ça pue pas mal. On ne voit plus Chôno ensuite dans ce tome.

    Volume 22

    Kenji et Chôno pénètrent dans la ville séparément, et ils apprennent qu'à la télévision officielle, Ami a avoué être le responsable du grand bain de sang de l'an 2000, que toutes ses prédictions étaient fausses et qu'il avait tout organisé. Il annonce aussi qu'il va détruire le monde en une semaine. Du coup, durant 2 jours, il y a des émeutes et des tentatives de fuite, qui sont réprimées par le régime. Ensuite, le calme règne et les habitants s'abritent chez eux. Mais alors que la nuit tombe sur la ville, un nouveau robot géant commence à semer la panique. Chôno en profite pour aller chez son oncle Yama, l'ancien collègue de son grand-père qui l'avait trahi. Celui-ci s’apprête à profiter du chaos pour quitter la ville. Restant dans l'ombre, Chôno l’arrête, et Yama le prend pour les forces de l’amitié qui viennent faire une nouvelle purge au sein des dirigeants. Yama lui dit de ne pas perdre son temps, et qu'il peut le payer autant qu'il le souhaite, car il a l'argent pris au parti dans sa valise. Chôno se montre alors à découvert, et Yama lui demande pourquoi il est revenu de la frontière nord. Le jeune homme explique que c’était horrible sur place, alors que Yama pensait que c’était un bon job. Mais pour Chôno, tuer des innocents qui veulent juste passer la frontière, ce n'est pas un bon job. Yama demande des nouvelles de la mère du jeune homme, mais celui-ci ne l'a pas encore vue. Yama comprend qu'il doit être inquiet, mais Chôno sait que sa mère est inquiète aussi, car elle lui a toujours donné des talismans, et révèle qu'il a trouvé un émetteur dans l'un d'eux, ce qui a été la cause de la mort d'un témoin. Yama lui conseille de fuir, car il se passe quelque chose, et le dernier virus en date a l'air d’être fort méchant, pas comme celui qu'ils inoculaient avec une aiguille dans le temps. Chôno se rappelle alors que son grand-père avec été tué avec une aiguille, comprenant que Yama est le coupable, et il demande pourquoi il a été tué. Yama répond qu'il en savait trop et avait deviné l’identité d'Ami, celui tué en 2015. Il avait même découvert l’identité du Ami actuel. Yama ne l'a compris que quand Ami est mort et ressuscité. Chôno annonce qu'il va devoir arrêter Yama, mais soudain, un coup de feu retentit, une vitre se brise, et Yama est touché à l’épaule. Celui-ci sait que c'est les forces de l’amitié, et conseille à Chôno de fuir. Mais le jeune homme refuse, alors que Yama lui dit qu'il ne pourra pas s'en sortir. Pour l'aider, il révèle que le rapport écrit par l'inspecteur Chô se trouve dans la tour du soleil. Yama dit à Chôno de le laisser, mais celui-ci veux absolument arrêter Yama et être appelé un jour aussi "inspecteur Chô". Chôno n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    Volume 1 de 21st century boys

    Kenji et ses amis parviennent finalement à arrêter le robot géant et aussi les soucoupes envoyées par Ami. Celui-ci décède d'ailleurs lorsque l'une de ces soucoupes lui tombe dessus. Après ces événements, les armées de l'ONU arrivent dans la ville. Chôno, quant à lui, pour avoir arrêté Yama, est nommé responsable de l’unité spéciale des forces des Nations Unies en charge de l’enquête sur l'organisation d'Ami. Il rend d'ailleurs visite à Yama pour l'interroger, et lui dit que sa mère va mieux. Yama est soulagé, et sait que Chôno va s'occuper d'elle maintenant. Mais le jeune homme demande comment vont les blessures de son oncle. Celui-ci répond que ça va mieux, avant de se dire étonné de voir Chôno à ce poste aussi jeune. Il est content d'avoir été arrêté par lui, car son grand-père aurait été fier de lui. Il demande ensuite, si Chôno est allé dans la tour du soleil. Celui-ci répond que non, et qu'il n'est là que pour entendre le témoignage de l'ancien chef de la police. Yama lui conseille donc d’être plus virulent car il est le chef de l’unité. Le jeune homme montre une photo du cadavre d'Ami, le visage à découvert. Il demande si c'est bien lui, mais Yama répond que non, même si cela lui ressemble. Ce n’était pas Ami quand il a rejoint le mouvement, et le vrai est mort, celui-ci n’étant qu'une copie. Chôno demande pourquoi avoir rejoint le mouvement. Yama explique qu'il est devenu policier pour la société, pour la justice et pour arrêter des criminels, tout comme Chôno. Il enquêtait sans relâche pour devenir un grand inspecteur. Malgré tout, cela ne changeait rien, et Chô était toujours au-dessus de lui. Yama considère Chôsuke Igarashi comme un dieu de l'investigation, et quelques furent ses efforts, ce n’était pas suffisant. Il était sur le point de craquer, quand Ami lui a dit qu'il était bien comme il était, et qu'ensemble, ils allaient rejoindre l'espace. Chôno comprend que c'est pour cela que Yama a tué son grand-père. Ensuite, en lisant ses notes, il a découvert que Chô connaissait déjà tout d'Ami et de son organisation. En plus, il savait qu'il y avait encore un autre homme dans son sillage. Mais Yama a fermé le cahier de notes avant de connaître l’identité de cet homme, fuyant dès qu'il allait connaître un truc sensible. Donc, pour devenir un inspecteur légendaire, Chôno doit faire le contraire de ce qu'il a fait. Mais le jeune homme lui révèle que son grand-père était très fier de Yama et que personne ne l’égalait. De plus, quand l’armée lui tirait dessus, il a dit à Chôno de partir. Yama admet que c'est nul comme fin, et salue Chôno en tremblant, les larmes aux yeux. En sortant de la salle d'interrogatoire, Chôno apprend de l'un de ses hommes qu'ils viennent de recevoir une demande d’enquête dans la tour du soleil. Mais sur place, un soldat les empêche d'entrer, car ils ont apparemment découvert quelque chose. Comme ils doivent attendre, Chôno décide d'aller voir Sadakiyo, un ami d'Ami, qui s'est rendu compte de son erreur. Celui-ci a été gravement blessé en même temps qu'Ami et se trouve à l’hôpital. Le jeune homme apporte du calmar à Kanna, qui veille sur Sadakiyo. Ce dernier ne va apparemment pas bien, et répète des choses incohérentes comme la bombe à antiprotons, la cachette et la télécommande. Chôno demande des nouvelles de Kenji, mais Kanna ne sait pas où il est. Quand celui-ci est venu au festival, il n'a pas chanté sa célèbre chanson, et la jeune fille pense qu'il n'a pas apprécié d’être considéré comme un héro. Chôno essaie de la rassurer, quand soudain, des militaires de l'ONU débarquent. Chôno s'interpose car l’hôpital est sous juridiction japonaise. Mais pour le lieutenant Mayer, c'est un cas de force majeure. Le jeune homme comprend que cela a un rapport avec ce qu'il se passé dans la tour du soleil, mais Mayer le fait arrêter. Kanna s'interpose à son tour, et déclare que si cela a un lien avec une bombe à antiproton, elle va demander elle-même à Sadakiyo. Mais personne ne doit rentrer dans la chambre. En sortant, elle annonce qu'elle sait que la télécommande de la bombe se trouve dans la reproduction de la cachette secrète de son oncle, quand il était enfant, dans un parc d'attraction de Tokyo...

    Volume 2 de 21st century boys

    Kanna veut partir, mais les militaires l'en empêchent. Ils veulent savoir comment elle a eu l'information, et la jeune fille répond que Sadakiyo lui a dit par la pensée. Mais comme Kanna est la fille d'Ami, les militaires ne lui font pas confiance et l’arrêtent. Chôno intervient alors et menace le lieutenant. Quatre amis de Kenji arrivent et maîtrisent directement les militaires. Otcho dit à Maruo d'emmener Kanna, Chôno et Mayer à une voiture, tandis que les autres vont rester à l’hôpital pour veiller sur Sadakiyo. Dans la voiture, le lieutenant dit qu'ils ne pourront pas entrer dans le siège du gouvernement, mais Chôno est persuadé qu'avec lui en otage, ils y arriveront. Soudain, Maruo s’arrête car des blindés de l'ONU bloquent le passage. Encerclés, Chôno dit à Mayer qu'il va leur parler, car ils sont les seuls à pouvoir régler ce problème de bombe. Mais le lieutenant ne veut pas qu'ils piègent à nouveau le monde avec la fille diabolique d'Ami. Soudain, Kanna se met à murmurer, demandant à son oncle si celui-ci l'entend. Maruo comprend que les militaires ne leur font pas confiance, et le lieutenant lui répond qu'ils sont tous suspects, même Kenji et Kanna. Celle-ci dit qu'un gamin lui a répondu, et pour Mayer, c'est un rite satanique. Chôno s’énerve car Kanna a risqué sa vie pour sauver le monde, mais le militaire ne semble pas comprendre. Mais soudain, quelqu'un semble tenter d'appeler la jeune fille. Cette personne dit à Kanna où se trouve la télécommande. Dans le même moment, Yukiji, l'une des amies de Kenji, vient essayer de les dissuader de continuer cette prise d'otage. Tous sortent de la voiture, et Maruo confie Kanna à Yukiji pendant qu'ils gèrent la situation sur place. Chôno dit aux soldats de ne pas bouger. Mais peu après, le robot géant se remet à bouger, à la surprise générale. Ensuite, alors qu'une alarme annonce l’évacuation générale, la chanson de Kenji commence à se faire entendre via des hauts-parleurs et la radio qui diffuse la musique. Finalement, Kenji et ses amis parviennent à arrêter le robot géant, et une fois la paix revenue, Chôno part en Afrique avec Kanna et sa grand-mère pour que la jeune femme puisse retrouver sa mère. Dans le désert, ils roulent depuis un moment dans ce qui semblait être une rivière. Chôno aperçoit des gens qui dansent pour appeler la pluie, avant de demander à Kanna si ses pouvoirs ne lui disent rien. Mais la jeune femme a perdu ses capacités. Pour Chôno, c'est aussi bien comme ça. Kanna lui demande si ces pouvoirs le dégoûte, mais le jeune homme répond que non en se fâchant. Ils arrivent dans un camp de fortune où ils trouvent Kiriko Endô et un autre médecin japonais. Soudain, Kanna s’éloigne et s’arrête à un endroit où elle pense qu'il y a de l'eau en dessous. Chôno lui dit de se pousser, et commence à creuser avec une pelle, car c'est ce que ferait Kenji s'il était là. Tous les 2 se mettent à creuser, en chantant la chanson débile de Kenji. C'est la dernière apparition de Chôno.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Vivant.

    Père Nitani

    Volume 21

    Quelques temps après le retour d'Otcho à Tokyo, Nitani reçoit une lettre du pape, dont les médias disent qu'il est malade, qui demande à son ami de venir le voir. Nitani met alors quelques jours pour sortir du Japon, à cause du blocus du pays. Mais une fois à Rome, il est repoussé par les gardes suisses, qui lui disent qu'il est peut-être un extraterrestre. Nitani passe alors ses journées assis dans une ruelle de la capitale italienne. Un jour, il voit un jeune garçon asiatique, qui dit qu'il fait une livraison pour un restaurant chinois, le dragon d'argent. Il retente sa chance au Vatican, mais une fois encore, les gardes lui répondent que cela ne sert à rien de revenir tous les jours, et que le souverain pontife n'est pas en état de recevoir des visites. Nitani supplie le garde, mais celui-ci le repousse. Nitani est obligé de retourner dans la ruelle et s'assied. Là, le garçon revient, et lui demande pourquoi il vient là tous les jours. Le prêtre lui explique qu'il veut voir le pape, et demande en retour pourquoi le garçon passe par là plusieurs fois par jour. Le garçon dit qu'il fait des livraisons, avant de demander si le prêtre a des tatouages. Devant le regard de Nitani, le garçon se ravise, et le prêtre lui explique qu'il ne les montre pas comme ça. D'un coup, le garçon propose à Nitani de venir manger chez eux. Le prêtre accepte, et en goûtant la soupe, il en reconnaît le goût. Le cuistot arrive et demande à Nitani s'il le reconnaît. Il était un des habitants du village du nord qu'il avait sauvé à l’époque. Nitani ne s'attendait pas à le voir, et le cuistot dit à son fils qu'il peut tout lui raconter. Mais celui-ci ne veut rien dire tant qu'il n'a pas vu les tatouages. Nitani enlève alors le haut de ses vêtements, dévoilant ses tatouages. Le garçon est stupéfait, puis explique qu'il voit le pape 3 fois par jour. Celui-ci a dit à Shaoron de ne pas faire confiance aux autres prêtres car ils seraient peut-être des alliés du méchant Ami. Du coup, il a si peur qu'il n'ose pas manger et qu'il ne mange que ce que le garçon lui livre. Le pape lui a dit de chercher un prêtre japonais à la tête qui fait peur mais qui est gentil. Shaoron doit justement faire une livraison au pape, et il propose à Nitani de l'accompagner. Le garçon passe par les égouts, mais Nitani ne peut pas le suivre. Au retour du garçon, celui-ci raconte que le pape a parlé d'un conclave, et que celui-ci serait manipulé, le prochain pape devant être le cardinal Manuel, un allié d'Ami. Le pape a ajouté qu'il avait fait une erreur en donnant sa bénédiction à Ami, et que tout n’était que mensonges. Shaoron donne alors à Nitani un CD avec des informations sur le cardinal Manuel. Nitani dit à Shaoron qu'il est fier de lui. Le garçon ajoute que le pape a dit que comme lors du sauvetage du village, il ne mourra pas. Et Nitani ajoute qu'ils boiront un verre de vin ensemble. C'est la dernière apparition de Nitani dans ce tome.

    Volume 2 de 21st century boys

    A la télévision officielle japonaise, Ami déclare que toutes ses prédictions sont fausses, et il admet avoir tout organisé. Il avoue être le responsable du grand bain de sang de l'an 2000, ainsi que des différents virus mortels. Il annonce ensuite qu'il va détruire l’humanité en une semaine. Quelques jours plus tard, un nouveau robot géant fait son apparition à Tokyo, et sème la panique. Pour protéger la population, Kanna rassemble les habitants sur le site de l'exposition universelle en organisant un festival de musique gratuit. Kenji, l'oncle de Kanna, qui se révèle être vivant, et ses amis parviennent à arrêter le robot juste devant la pension dans laquelle Kanna a sa chambre, et ils détruisent les soucoupes d'Ami qui contiennent le nouveau virus. Dans l'action, Ami finit par perdre la vie. Suite à ces événements, les forces des Nations Unies débarquent à Tokyo, et la ville retrouve son calme. Au Vatican, le pape est guéri, et Nitani et Luciano peuvent enfin le revoir. Nitani se dit ravi de le voir en bonne santé, et le pape lui répond que c'est grâce à lui, le remerciant. Mais un cardinal vient les avertir qu'au Japon, le robot s'est remis en mouvement, et que la terre est à nouveau en danger. Nitani est surpris, mais le pape lui demande si des gens ont combattu avec lui au Japon. Nitani répond positivement, et Luciano ajoute qu'ils ont combattu de tout leur coeur pour défendre la paix. Le pape dit alors qu'ils vont prier pour eux. Finalement, Kenji et ses amis parviennent à sauver encore une fois la terre, et on ne voit plus Nitani.

    • Statut au volume 2 de 21st century boys : Vivant.

    A suivre...

    Cronos


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique