• Master Keaton : Personnages (3/?)

    Voilà la seconde suite de la liste des personnages de Master Keaton. Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Professeur Collins

    Volume 1

    Cet archéologue d'Oxford fait des fouilles dans la région autonome de Xinjiang, en Chine, en compagnie de ses collègues, le professeur Barney, d'Oxford lui aussi, et les professeurs Takakura et Yamamoto du Japon. Ils sont aidés dans leur tâche par des étudiants et des ouïghours. Mais quand un mur ancien est trouvé, ces derniers refusent de l'abattre pour des raisons de croyances. C'est alors qu'arrive Taichi Keaton, un expert engagé par la Lloyd's, et archéologue lui aussi, qui doit venir estimer les objets trouvés par les professeurs. A l'étonnement général, celui vient en costume avec cravate dans le désert de Taklamakan. Mais Yamamoto est embêté car il sait que Takakura et Keaton ont des positions radicalement opposées sur des interprétations de motifs. Collins, lui, le trouve étrange. Les fouilles continuent, et Takakura demande à ses collègues de faire abattre le mur, puisque ni le patriarche ouïghour, ni son fils n'ont déposé de requête officielle pour le sauver et qu'ils ont pris beaucoup de retard à cause de ce mur. Ce qui les intéresse se trouve en-dessous du mur et le gouvernement chinois ne leur donnera sans doute pas une seconde chance. Collins réfléchit et dit souhaiter avoir l'avis de Keaton. Celui-ci aimerait cependant avoir d'abord un jour de réflexion. Mais le lendemain, les ouïghours choisissent d'arrêter de travailler car un étudiant est passé pendant qu'ils priaient vers La Mecque, alors que c'est un espace sacré. Collins estime qu'ils doivent s'excuser, mais Takakura veut en profiter pour détruire le mur. Hors, quand le patriarche voit l'action du japonais, il a une attaque et décède. Fou de colère, son fils décide d'emmener les 4 professeurs et Keaton au milieu du désert, en pleine nuit. Il les laisse là sans eau ni nourriture, au jugement du désert. Takakura pense qu'ils peuvent atteindre la cordillère du Kunlun, mais Keaton les prévient que dès que le soleil se lèvera, ils seront vite déshydratés et mourront. Ils les convainc de creuser un trou pour s'abriter du soleil et ils survivent ainsi à une première journée dans le désert. Le soir venu, Takakura s'énerve contre Keaton qui suce des cailloux et des racines et veut partir au plus vite. Mais pour l'expert, ils en ont pour 2 nuits de marche, et Collins rappelle que Barney est épuisé. Keaton veut trouver d'abord de l'eau, mais Takakura choisit de partir. A peine passé la première colline, il tombe et se foule la cheville. Il est ramené auprès des autres, puis Keaton réussit à capturer une musaraigne avec un piège. Il l'égorge pour que tous puissent se nourrir de son sang, puis fait un feu pour la manger. Collins voit que Keaton ne vient pas manger, et celui-ci explique qu'il tanne la peau de l'animal. Collins y voit un homme de l'âge de pierre et demande à l'expert où il a appris tout cela. Keaton répond qu'il a été militaire, et Collins continue à le trouver étrange. Keaton fabrique ensuite un endroit pour uriner et ainsi, la nuit suivante, ils obtiennent de l'eau par condensation. Ils peuvent donc se déplacer, et Collins trouve Keaton incroyable car avec la peau de la musaraigne, il a fait une gourde et des chaussons. Il fait même maintenant une lance, et Collins se dit qu'avec lui, ils ne sont pas près de mourrir. Takakura tombe, épuisé, mais l'expert refuse de le laisser là. Avant le lever du jour, ils creusent à nouveau un trou mais tous sont incapables de bouger. Seuls Keaton fait encore face aux ouïghours qui les observent de loin. Face à ce courage et le fait qu'ils ont survécu jusque là, le fils du patriarche décide de leur pardonner, leur donne à boire puis à manger, et les aide même à obtenir un nouveau délai de la part du gouvernement chinois. On ne voit plus Collins par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 5 - Sable chaud, blanc et noir".
    • Statut au volume 1 : Vivant.

    Abdulah Abas

    Volume 1

    Abdulah est le chef d'une tribu ouïghour de la région autonome de Xinjiang, en Chine. Il a fait des études d'archéologie à Oxford avant la révolution culturelle et parle donc bien l'anglais. De plus, en 1969, il a participé au conflit transfrontalier entre la Chine et l'URSS. Mais malgré son habileté au tir au fusil à cheval, son escouade dut décimée. Pourtant, cela aurait apparemment précipité le cessez-le-feu. Fils du patriarche de la région, Abdulah voit d'un mauvais oeil l'arrivée d'une mission britannico-japonaise venue faire des fouilles archéologiques dans le coin. En effet, il pense que ces personnes sont là pour voler leurs trésors. C'est alors qu'apparaît un mur qui pourrait faire partie du mausolée de Sâdiq, le héro musulman du 10ème siècle. Abdulah en profite pour monter les ouvriers ouïghours contre les étrangers, même si son père préfère le dialogue à l'intimidation. Un jour, alors que la fin des fouilles approche, un nouveau japonais arrive, et quand celui-ci s'approche du mur en question, Adulah tire juste à côté de lui. Il prétend que l'homme doit se méfier des scorpions qui rôdent, mais le japonais ne s'énerve pas, et Abdulah s'en va. Ensuite, quand un étudiant étranger passe parmi les ouïghours quand ceux-ci font leur prière vers La Mecque, Abdulah fait en sorte que les ouvriers se mettent en grève pour protester contre ce sacrilège. Il emmène son père près du mur, en train d'être détruit par les étrangers qui profitent de l'absence des ouvriers. Mais en voyant le spectacle, le vieil homme a une crise et meurt sur le coup. En colère, Abdulah et ses hommes ligotent les 4 professeurs ainsi que le dernier japonais arrivé. Ils les emmènent dans le désert en pleine nuit et les libèrent. Takakura dit que le gouvernement chinois ne gardera pas le silence, mais Abdulah veut venger la mort de son père. Il va garder leurs affaires, ne leur laissant qu'une couverture, et laissant le désert les juger. Pour les hommes d'Abdulah, 4 heures après le lever du soleil, ils seront tous morts, mais Abdulah pense que le dernier arrivé, avec son costume laissant passer l'air et protégeant des coups de soleil, survivra plus longtemps. Le jour suivant, les étudiants s'inquiètent de la disparition de leurs professeurs qui ont laissé toutes leurs affaires. Abas prétend que ses hommes ont fait le tour des villages avoisinants sans les retrouver. Il ajoute être très occupé par les funérailles de son père, mais qu'il fera son possible. Une fois les étudiants partis, Abdulah demande à ses hommes s'ils ont été ramasser les corps, mais ceux-ci disent que les étrangers sont encore vivants, à la surprise du chef. En effet, les étrangers ont creusé un trou pour s'abriter du soleil. Le soir venu, un des hommes d'Abdulah vient lui demander ce qu'ils feront si les étrangers revenaient. De plus, il trouve cette façon de punir semblable à ce que faisait le patriarche autrefois. Le chef explique que son père lui racontait souvent l'histoire de Sâdiq qui, lors de combats contre le royaume de bouddhiste de Niya, appris l'erreur de ses hommes qui avaient exécuté plusieurs dizaines d'enfants. Pour subir lui-même le châtiment d'Allah, il se rendit seul dans le désert avec juste un tissu. Quatre jours plus tard, il est revenu vivant du désert et est devenu le Kahriman du désert, c'est-à-dire le héro. Mais pour Abdulah, ce ne sont que des superstitions. La nuit suivante, un de ses hommes vient lui apprendre que les étrangers ne sont plus qu'à 16 kilomètres de la route. A la fin du quatrième jour, Abdulah et ses hommes observent aux jumelles le nouveau trou creusé par les étrangers, et l'un d'eux dit qu'ils sont probablement morts. Comme ils sont à 3 kilomètres de la route, Abdulah ordonne de les enterrer dignement. Mais son homme voit que l'un d'eux, celui au costume, sort du trou, et s'avance dans leur direction. Très affaibli, il arme néanmoins une lance. Stupéfait, Abdulah ordonne qu'on lui donne de l'eau car il s'agit là d'un vrai Kahriman. Après avoir sauvé tous les étrangers, Abdulah les aide même à obtenir un nouveau délai pour les fouilles. Abdulah n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 5 - Sable chaud, blanc et noir".
    • Statut au volume 1 : Vivant.

    Sâdiq

    Volume 1

    Cet homme est un héro ouïghour du 10ème siècle, une légende parmi les ouïghours de l'actuelle région autonome du Xinjiang, en Chine. Musulman, il a porté la parole d'Allah et convertit des peuples en combattant de nombreux pays de religion bouddhiste. Cependant, il a toujours épargné les femmes et les enfants. Malheureusement, lors d'une bataille contre le royaume de Niya, ses hommes ont fait une erreur et ont massacré plusieurs dizaines d'enfants. Sâdiq se sentait responsable et a voulu subir lui-même le châtiment d'Allah. Il s'est donc rendu seul dans le désert de Taklamakan, avec pour seul vêtement un morceau de tissu. Pour lui, Dieu devait lui dire s'il méritait de revenir vivant de ce désert. Et 4 jours plus tard, il est revenu vivant, devenant ainsi le Kahriman, ou héro, du désert. A la fin des années 80, des fouilles ont lieu à 110 kilomètres au nord de Hotan, et les ouïghours croient trouver les vestiges du mausolée de Sâdiq. C'est tout ce que l'on apprendra sur Sâdiq dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 6 - Le Kahriman du désert".
    • Statut au volume 1 : Décédé environ au 10ème siècle.

    Taihei Hiraga

    Volume 1

    Il s'agit du père de Taichi Keaton. C'est un scientifique qui étudie beaucoup les animaux et qui en a recueilli beaucoup. Il a divorcé de sa femme Patricia, originaire de Cornouailles, alors que Taichi avait 5 ans. Celle-ci est d'ailleurs repartie pour l'Angleterre avec leur fils, mais non pas à cause de la tendance de son mari à draguer toutes les femmes. Taihei a ensuite été viré du centre de recherche, puis sa boîte a coulé, et il est allé habiter dans les bas-fonds de Yokohama, au second étage d'un immeuble miteux, dans un quartier où les femmes ramenaient des hommes différents chaque soir et où les proxénètes étaient nombreux. Durant de nombreuses années, il a travaillé sur sa thèse "La théorie de la dissuasion par la guerre des animaux", car il pense que les animaux feront bientôt la guerre à la place des hommes, qui regarderont cela avec sang-froid et donnera ainsi naissance à un humanisme à l'égard des problèmes des animaux. Vers la fin des années 80, son fils, ayant fait des études d'archéologie, étant passé par le SAS et ayant fait la guerre des Malouines, puis étant devenu enquêteur pour les assurances, vent le voir car Taihei lui a demandé de passer. Taichi lui a ramené un couvre-chef de sa dernière mission, et Taihei demande des nouvelles de Patricia. Il paraît que celle-ci a monté une nouvelle société, mais Taihei le traite de fils indigne car il ne l'a pas vue. Une jeune femme que Taihei  rencontré à Roppongi et qui n'avait nulle part où aller vient leur servir à boire, et Taichi le critique. Taihei rétorque qu'il est divorcé depuis plus de 30 ans, puis son fils le questionne sur sa thèse. Taihei explique que celle-ci avance et qu'il a l'intention de la présenter aux Etats-Unis et à l'URSS en même temps. Taichi est étonné de voir en lui un théoricien de la paix, et son père lui explique qu'en vivant à Yokohama, on se dit que c'est comme chez les animaux. Il a d'ailleurs accueilli Taisuke, un croisement entre un chow-chow et un Saint-Bernard, il y a 5 mois, et a compris que son odorat et son ouïe étaient très développés, même parmi les chiens. Par contre, ses cicatrices lui viennent des autres chiens qui rejettent la laideur et l'ont martyrisé, comme chez les hommes. Ensuite, Taihei demande à son fils de remettre de l'argent à une jeune femme rencontrée la semaine dernière. C'est une femme qu'il avait déjà rencontré quand il vivait à Yokohama, et qui avait un chien laid à l'époque. Taihei lui avait dit que son chien était mignon, et la fille de l'époque croyait que Taihei était son père, alors que celui-ci était l'homme qui habitait juste en-dessous de lui, au premier étage. En allant aider cette femme, Taichi comprend que Taihei n'est pas son père, et le vieil homme explique que l'homme du dessous battait les femmes et qu'il est mort poignardé sauvagement par une femme. Tous les 2 vont ensuite dans la maison de campagne achetée il y a 40 ans sur les conseils de Patricia, où ils retrouvent Yuriko, la fille de Taichi. Taihei trouve qu'elle n'a pas changé, et Yuriko explique que c'est parce que le voisin s'en occupe. Le vieil homme dit que c'est parce qu'il verse 2.000 yens par mois depuis 30 ans, puis Taichi rajoute que lui verse 50.000 yens mensuellement depuis 10 ans. Il est plutôt étonné que son père soit là, alors que ces vacances sont réservées à lui et sa fille généralement. Taihei se sent comme un intrus, mais Yuriko intervient pour dire que leur femme respectives les ont quitté car ils ne comprennent rien aux femmes. Elle ne veut pas qu'ils finissent leurs jours seuls et malheureux. Les 2 hommes sont gênés, et Yuriko annonce qu'ils feront la cuisine à tour de rôle avant de s'en aller chez le voisin. Taichi dit que c'est à cause des conquêtes de son père que sa mère est partie, mais Taihei répond que Patricia l'a toujours pardonné avec dignité. Il n'écoute plus son fils et se souvient de sa femme et de ses sobas préparés avec le wasabi du voisin, alors que Taichi pense au summer pudding qu'elle faisait. Taihei décide de faire des sobas, avant d'aller chercher du wasabi avec Taisuke. Mais à cause de la sécheresse, tous les plants de wasabi sont foutus. Soudain, Taichi débarque pour prendre Taisuke et tenter de trouver les plants de menthe importés de Cornouailles par sa mère. Il y parvient, mais là aussi, tout est presque fané. Comme c'est un souvenir de Patricia, les 2 hommes décident de construire une éolienne qui va pomper l'eau depuis le lac. Ils travaillent jusqu'à la nuit tombée et réussissent. Après cela, Taichi explique qu'il a compris que sa mère n'est pas partie à cause des infidélités de son père, mais par nostalgie pour son pays natal. Yuriko arrive alors pour dire qu'une certain Akemi de Tokyo téléphone, et Taihei s'en va pour lui parler. C'est la dernière apparition de Taihei dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7 - Backstreet back".
    • Statut au volume 1 : Vivant.

    Taisuke

    Volume 1

    Taisuke est un croisement entre un chow-chow et un Saint-Bernard. Malgré sa laideur, il dispose d'une grande force, ainsi qu'une ouïe et un odorat incroyables, encore plus que les autres chiens. Cependant, tout comme chez les hommes, il est martyrisé par les autres et se retrouve blessé. A la fin des années 80, il est recueilli par Taihei Hiraga, un vieux biologiste qui aime beaucoup les animaux. Cinq mois plus tard, le fils de cet homme, Taichi Keaton, vient le voir, et Taihei lui présente Taisuke, vantant ses capacités. Plus tard, dans la soirée, Taichi vient chercher Taisuke car il a une mission à lui confier. Cependant, le chien se montre réticent. D'ailleurs, après que Taichi lui ai fait sentir un mouchoir, il décide de rester couché et baille. Malgré tout, après un temps, il choisit de coopérer et trouve ce que Taichi recherche, qui ramène le chien chez son père. Ensuite, avec celui-ci, ils vont tous ensemble, ainsi qu'avec la fille de Taichi, Yuriko, dans une maison de campagne appartenant à Taihei et son ex-femme. Taisuke semble s'y sentir bien, tandis que Taihei s'agite beaucoup. Avec le vieil homme, ils vont faire une promenade parmi les champs de wasabi, mais tous les plants sont morts à cause de la sécheresse. Encore une fois, Taichi débarque car il a besoin du chien, et le tire par la laisse. Taichi lui fait sentir une vieille feuille, et Taisuke commence à chercher. Il croise le chemin d'une grenouille, mais Taichi se fâche car ce n'est pas ce qu'il voulait. Finalement, Taisuke continue son chemin et finit par trouver un champ de menthe venue de Cornouailles. On ne voit plus Taisuke par la suite dans ce tome.

    • Première apparition : Volume 1, dans le chapitre intitulé "Chapitre 7 - Backstreet back".
    • Statut au volume 1 : Vivant.

    A suivre...

    Cronos

     


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :