• 20th century boys : Personnages (7/?; Tomes 13 à 17)

    Voilà la suite de la septième page de la liste des personnages de 20th century boys.  Ceux-ci sont toujours par ordre d'apparition.

     

    Mayfield

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 16 : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.
    • Statut au volume 17 : Tué par le virus mortel de 1997 qui vide ses victimes de leur sang.

    Takako Otsuka

    Volume 13

    Alors que l’année 2015 vient de débuter, les médias annoncent qu'Ami vient d’être assassiné de nuit dans une école. Cet homme mystérieux est celui qui a affronté les terroristes durant le grand bain de sang de l'an 2000. En effet, le soir du 31 décembre 2000, un robot géant est apparu en plein Tokyo et a semé la panique. En plus, un virus mortel, vidant ses victimes de leur sang, a été diffusé partout à travers le monde. Le parti de l’amitié, créé par Ami, avait heureusement trouvé un vaccin au virus, qui avait déjà sévi en 1997, et son dirigeant est allé faire face au robot, qui a fini par exploser. Ami était donc le sauveur de l’humanité. Quelques temps après cette nouvelle, les 2 mangakas qui logent dans la pension Tokiwa se mettent à faire du boucan. Mme Otsuka leur dit d’arrêter car ils vont défoncer le plancher, et Kaneko lui montre un journal, qui annonce une amnistie pour les écrivains et les prisonniers politiques de la prison de la Luciole des mers, qui vont être libérés. Mme Otsuka leur répond que la télévision en parle depuis le matin, et que si les dessinateurs ne se levaient pas à midi, ils le sauraient déjà. Les 2 mangakas sautent de joie à l’idée de revoir bientôt leurs amis arrêtés à cause de la loi sur la protection de la jeunesse. Mais pour Mme Otsuka, ils arrivent déjà, car ils sont en bas des escaliers. On ne voit plus Mme Otsuka par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 17 : Inconnu.

    Mr Ujiki

    Volume 13

    Peu après le début de la nouvelle année, et le commencement de 2015, les médias annoncent l'assassinat d'Ami, qui a été tué une nuit alors qu'il était dans une école. Par la suite, les 2 mangakas découvrent dans le journal que le gouvernement a accordé une amnistie aux écrivains et aux prisonniers politiques qui se trouvent à la prison de la Luciole des mers. Les 2 dessinateurs explosent de joie à l’idée de retrouver leurs amis, et font tellement de bruit que Mme Otsuka leur dit d’arrêter car ils risquent de détruire le plancher. Les 2 auteurs lui montrent le journal, et Mme Otsuka leur répond que la télévision en parle depuis le matin, et qu'ils le sauraient s'ils ne se levaient pas à midi. Mais Ujiki et Kaneko sautent de joie car ils vont revoir tous leurs amis, arrêtés à cause de la loi sur la protection de la jeunesse. Mme Otsuka les prévient alors qu'ils arrivent déjà et qu'ils sont en bas. Les 2 mangakas regardent en bas des escaliers, et voient Kakuta, les larmes aux yeux, accompagné de Kanna et d'un homme barbu. Les 2 dessinateurs veulent descendre, mais chutent et tombent sur leur collègue, dans le rire général. Dans l'atelier, Kakuta voit que ses amis ont continué à dessiner des mangas. Les 2 auteurs le confirment, mais Ujiki précise qu'ils ne se vendent pas du tout. Ujiki et Kaneko demandent alors si Kakuta a vu Takarazuka, Nishimori ou Aotsuka, mais le jeune homme répond que non, avec la mine triste. Ujiki dit qu'ils vont tous être libérés avec l'amnistie, mais Kakuta n'est pas sûr qu'ils soient vivants. Il révèle qu'il s'est évadé avec l'homme barbu, Shôgun, et qu'il serait probablement mort s'il était resté. Pourtant, il veut croire au retour de tous leurs amis. Et en attendant, ils vont dessiner des mangas décrivant la réalité. Un peu effrayés, Ujiki et Kaneko se demandent s'ils peuvent faire cela. Mais pour le jeune homme, ils doivent le faire et répandre ces mangas dans le monde. Il a déjà un héro en tête, qui va faire rêver les lecteurs. Ce sera un type hors pair, qui a une grande volonté. Il veut présenter son modèle, Shôgun, mais celui-ci est déjà parti. Kanna, qui l'appelle oncle Otcho, part le chercher, et Ujiki n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 17 : Inconnu.

    Mr Kaneko

    Volume 13

    Alors que le nouvel an vient d'avoir lieu, débutant l’année 2015, les médias annoncent l'assassinat d'Ami, tué de nuit dans une école. Quelques temps plus tard, le gouvernement japonais déclare une amnistie des écrivains et des prisonniers politiques de la prison de la Luciole des mers. Ceux-ci vont donc être libérés, et les 2 mangakas sautent de joie dans leur chambre, faisant tellement de bruit que Mme Otsuka les prévient qu'ils risquent de démolir le plancher. Mais les 2 dessinateurs lui demandent de regarder le journal avec l'annonce d'amnistie. Mme Otsuka leur répond que la télévision en parle depuis le matin et que si les 2 mangakas ne dormaient pas jusqu’à midi, ils le sauraient déjà. Ujiki et Kaneko sont très heureux de voir revenir leurs amis arrêtés à cause de la loi sur la protection de la jeunesse. Mais Mme Otsuka leur dit qu'ils sont déjà là. Les 2 dessinateurs regardent en bas des escaliers, et voient Kakuta, les larmes aux yeux, accompagné de Kanna et d'un vieil homme barbu. Les 2 mangakas dévalent les escaliers et tombent sur leur ami, très contents. Kakuta retrouve un porte-plume et un manuscrit et constate que ses amis ont continué à dessiner. Kaneko lui répond que c'est évident, et demande ensuite si Kakuta a vu leurs autres collègues. Mais le jeune homme répond que non, la mine triste. Kaneko s'imagine que cela a dû être terrible, et Ujiki dit qu'ils vont tous les revoir avec l'amnistie. Mais Kakuta n'est pas sûr qu'ils soient en vie, et révèle qu'il s'est évadé avec l'homme barbu. Les 2 mangakas sont surpris, puis Kakuta se dit que leurs amis vont revenir, et veut y croire. En attendant, ils doivent dessiner des mangas décrivant la réalité. Kaneko et Ujiki sont un peu frileux et ne savent pas s'ils peuvent faire ça. Mais pour Kakuta, ils doivent le faire, décrire la réalité et la répandre dans le monde. Pour cela, il a déjà un personnage génial qui va faire rêver les lecteurs. Il s'agit d'un type hors pair avec une volonté à toute épreuve. Il veut designer l'homme barbu, Shôgun, comme son modèle, mais celui-ci est déjà parti. Kanna, qui l'appelle oncle Otcho, dit qu'elle va le chercher. C'est la dernière apparition de Kaneko dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 17 : Inconnu.

    Mr Zhen

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 17 : Inconnu.

    Maraya

    Volume 15

    Peu après les célébrations du nouvel an et le début de l'année 2015, les médias annoncent qu'Ami a été assassiné dans une école, alors qu'il s'y trouvait de nuit. Cependant, un prêtre, le père Luciano, vient directement d'Italie jusqu'au Japon car il a découvert que le projet d'assassinat du pape n'a pas été abandonné. Une fois au Japon, il se fait que c'est l'inspecteur Chôno qui l'interroge, et qui, pour mieux le comprendre, l'envoie chez le père Nitani pour plus d'explications. Après avoir été informée, Kanna demande aux mafias thaïlandaise et chinoise d'honorer leur promesse et de protéger le pape. Durant la visite du pape, les gangsters interpellent plusieurs suspects, qui se suicident tous, mais il n'y a aucune trace du numéro 13, un tueur d'Ami qu'Otcho connaît bien, et qu'il sait être en charge de l'assassinat du pape. Pendant ce temps, Maraya annonce l’arrivée du pape, et celui-ci rend visite au père Nitani dans son église, tandis que le père Luciano et Maraya se cachent dans le bâtiment et observent de loin. On ne voit plus Maraya par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 17 : Inconnu.

    Ogyoho

    Volume 15

    Le nouvel an se passe sans problème, et le monde entre dans l’année 2015. Mais en ce début d’année, les médias annoncent le décès d'Ami, tué alors qu'il se trouvait de nuit dans une école. Pourtant, Kanna vient voir Ogyoho et Chaïpôn, maintenant associés, en compagnie du jeune inspecteur Chôno, car apparemment, le plan d'assassinat du pape n'a pas été abandonné avec la mort d'Ami. Les gardes du corps des 2 boss pointent leur arme sur les 2 intrus, mais Ogyoho leur dit de baisser leur flingue. Chaïpôn sait que, de toute façon, le policier n'est pas de taille à les arrêter. La jeune fille demande alors aux 2 mafieux de tenir leur promesse. Ceux trouvent qu'ils ont déjà pas mal de difficultés en ce moment. Kanna dit qu'il y a quelques jours, un garçon lui a posé une question, celle de savoir pourquoi les gens étaient méchants alors que les enfants rêvent tous de devenir des justiciers. Ogyoho répond que si elle revoit le garçon, elle pourra lui dire qu'ils ne se considèrent pas comme des méchants, mais comme des redresseurs de tort. Cependant, la jeune fille révèle que le garçon est mort pour la justice, mais pas pour une justice minable comme celle des mafieux. Après un silence, Ogyoho dit à Chaïpôn qu'ils vont apparemment devenir une unité de protection, ce à quoi celui-ci répond que cela leur ira très bien de jouer les justiciers. Tous les 2 rigolent et c'est la dernière apparition d'Ogyoho dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 17 : Inconnu.

    Higashino

    Ce personnage n'apparaît pas dans ces tomes.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.
    • Statut au volume 17 : Inconnu.

    Inspecteur Shôei Chôno

    Volume 15

    Alors que l’année 2015 débute, Chôno apprend comme tout le monde qu'Ami a été tué un soir, alors qu'il se trouvait dans une école. Un peu plus tard, le jeune homme doit interroger un immigrant clandestin italien avec l'inspecteur Asagawa. Comme l'homme est silencieux, Asagawa s’énerve et part manger. Ensuite, Chôno rend à l'homme son livre et essaie de communiquer. N'y arrivant pas, il regarde le rapport d'arrestation et apprend que l'homme a étalé plusieurs mafieux et envoyé 4 policiers à l’hôpital. L'homme prononce une phrase dans sa langue, et Chôno choisit de commander à manger. Mais l'italien prononce toujours la même phrase. Chôno finit par comprendre qu'il parle du pape, puis que le livre est une bible. L'homme est un prêtre et montre dans un dictionnaire le mot assassinat. Chôno comprend la situation et accepte de le faire sortir, mais avant, il veut qu'il mange. L'italien goûte ses ramens, et dit que c'est bon, les larmes aux yeux. Chôno le présente au père Nitani, et appelle Kanna. Quand celle-ci arrive à l’église, Nitani vient expliquer qu'il s'agit du père Luciano, qui était un ancien mafieux, et qui a découvert qu'il y avait un projet d'assassinat du pape toujours en cours, malgré la mort d'Ami. Mais la jeune fille déclare que son oncle Otcho et sa tante Yukiji auraient vu Ami, vivant, dans la rue. Peu après, Kanna et Chôno vont aller demander l'aide des mafias thaïlandaise et chinoise, et l'inspecteur constate que ces 2 mafias se sont associées. Les 2 boss disent à leurs hommes de baisser leurs armes, car le policier ne serait pas capable de les arrêter. Kanna dit qu'il y a peu, un garçon lui a demandé pourquoi les gens devenait méchants, alors qu'enfants, ils voulaient devenir des justiciers. Ogyoho, le boss chinois, lui dit qu'elle pourra dire à ce garçon qu'ils s'estiment être des redresseurs de tort. Mais la jeune fille révèle qu'il est mort pour la justice, mais pas une justice aussi minable que la leur. Cette réponse effraie Chôno, qui craint le pire, mais les 2 boss disent en ricanant qu'ils vont devenir une unité de protection, ce qui surprend l'inspecteur. Finalement, le pape visite l’église et repart sans problème. Chôno vient remercier Kanna et ses amis, dans l’église, car le quartier n'a jamais été aussi calme. Ensuite, il évoque la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, pour laquelle le parti de l’amitié a prévu de placer le cercueil d'Ami en face du pape qui doit faire un discours. Selon l'inspecteur, cela aurait été décidé à la dernière minute. Pour Otcho, il risque de se passer quelque chose à ce moment. Chôno fournit donc de faux badge de police à Kanna, Otcho et Yoshitsune, et ensemble, ils pénètrent sur le site de l'exposition, encore en construction. L'inspecteur sait qu'ils ne peuvent pas contrôler tous les ouvriers. Plus tard, une vraie équipe de déminage arrive sur le site, et le policier demande de partir rapidement. Otcho a trouvé plusieurs endroits suspects, mais il sait que le numéro 13, un tueur d'Ami qu'il connaît, va se trouver à un autre endroit. Durant la cérémonie, Chôno retrouve le père Luciano, et Otcho leur demande d'aller dans la tour du soleil, réplique de celle de l'exposition d'Osaka en 1970. Sur place, ils trouvent la porte ouverte, alors que seul Ami a la clé. Mais pendant qu'ils sont dans la tour et qu'ils repèrent quelqu'un, Ami se lève de son cercueil, devant les spectateurs, médusés. Il protège le pape du coup de feu du numéro 13, et ensuite, plusieurs autres coups de feu se font entendre, sans que l'on sache ce qu'il se passe. On ne voit plus Chôno par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.

    Volume 17

    Suite à la mise en scène de la résurrection d'Ami, l’ère chrétienne a pris fin pour devenir l’ère d'Ami, celui-ci étant devenu aussi le président du monde. Peu après la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, un nouveau virus mortel fait son apparition, et celui-ci est diffusé à travers le monde par des représentants en costume, portant un masque et une mallette contenant le virus. Tokyo est isolé du monde par un mur érigé par Ami tout autour de la ville. Chôno, lui, parvient à survivre, mais pour ce qu'il a fait lors de la cérémonie, il est rétrogradé et envoyé à la frontière nord du pays, un peu avant Hokkaido. En effet, par-delà la frontière qui est symbolisée par une énorme grille, les autorités déclarent qu'il n'y a plus personne de vivant, mais qu'en plus, c'est de cette frontière que viendront les extraterrestres pour attaquer la terre. Chôno n'y croit pas, et en l'an 3 après Ami, il s'ennuie ferme car cela fait 2 ans qu'il n'a vu personne venu du nord. Mais celui qui vient prendre la relève, Hoshi, y croit dur comme fer. Chôno s’apprête à repartir à vélo, quand une alarme se fait entendre. Le shérif Serizawa arrive avec sa voiture, et annonce avec son mégaphone qu'il y a un fugueur, donnant l'autorisation de tirer. Un homme passe sous la grille, et Hoshi pointe son arme. Celui-ci tremble, et Chôno lui dit de ne pas tirer. Soudain, un coup de feu se fait entendre, et le fuyard s'effondre, touché à la tête. Serizawa, qui est le tireur, dit à Chôno de se servir de son arme, en le saisissant violemment à l'entrejambe. Chôno s’écroule, et Serizawa lui rappelle que c'est pour cette raison qu'Ami s'est fait tirer dessus 3 ans auparavant. De plus, Chôno serait à la rue si le chef de la police n’était pas intervenu. Serizawa dit à Hoshi d'aller ramasser le corps, et à Chôno de récupérer le riz que cet homme cachait chez lui, se rendant ainsi coupable de fraude fiscale. En ramenant le riz à sir Richard, le dirigeant de la région, Chôno entend les paysans chanter une chanson. Sir Richard estime que la fraude est un crime de lèse-Ami, et va récompenser Serizawa. Chôno, lui, repart et continue sa vie en se demandant ce que devient Kanna. Un jour, Hoshi vient partager un repas qu'il a reçu de sir Richard. Il rappelle qu'Ami a interdit les déplacements dans le pays et trouve impardonnable de cacher du riz. Chôno voulait d'ailleurs en envoyer à sa mère, grâce à des économies sur son salaire. Celle-ci est normalement dans un hôpital de Tokyo, mais ne répond plus aux lettres depuis un an. Hoshi a, lui, perdu ses parents il y a 3 ans, à cause du virus. Serizawa interpelle alors Chôno, car il y a un malade au village. La vieille dame doit être emmenée à l’hôpital, d’où personne ne revient, et Serizawa suspecte une infection des jeunes enfants, alors qu'ils ont juste faim. Chôno veut emmener la vieille dame, mais son fils résiste. Celui-ci est alors abattu froidement par Serizawa pour tentative de contamination, tout comme la vieille dame. Chôno doit emmener les corps, et le soir, il revient dans la maison pour donner le riz économisé à la femme et aux enfants, totalement apeurés. Il s'excuse platement, puis entend une musique. Il découvre plusieurs personnes autour d'une radio, et les menace de son arme, rappelant l'interdiction des réunions nocturnes. Ceux-ci veulent apprendre une chanson, mais Chôno dit qu'il n'y a plus de diffusion radio. Pourtant, ces personnes sont certaines de l'avoir entendue, et essaie de la retenir. Ils ont ainsi un sentiment de liberté. C'est la dernière apparition de Chôno dans ce tome.

    • Statut au volume 17 : Vivant.

    Père Nitani

    Volume 15

    L’année 2015 débute mais soudain, les médias déclarent qu'Ami a été assassiné un soir, alors qu'il se trouvait dans une école. Peu après, le jeune inspecteur Chôno amène un italien chez Nitani car l'homme a parlé de l'assassinat du pape, et le policier ne le comprend pas. Sachant parler italien, Nitani apprend que l'homme est un prêtre, le père Luciano, et qu'il a autrefois lui aussi fait partie de la mafia. Celui-ci a trouvé des documents indiquant que le projet d'assassinat du pape n'a pas été abandonné. En sortant de son entretien avec Luciano, Kanna révèle que son oncle Otcho et sa tante Yukiji ont vu Ami vivant dans la rue. Lors d'une réunion avec ceux-ci, ils confirment leurs dires, et Yukiji précise qu'Ami, qui est en fait Fukube, l'un de leurs anciens camarades de classe, l'a regardé et lui a souri. De plus, Yoshitsune, un autre ami de Kenji, Otcho et Yukiji, est allé à Ami-land, un parc d'attraction qui est en fait un endroit où on lave le cerveau de ceux qui doutent d'Ami. Là-bas, il est allé avec Kanna dans un simulateur qui les a projeté dans la période où Kenji et ses amis étaient en primaire. Dans cette simulation, Yoshitsune a appris que Fukube avait déjà simulé à l’époque un suicide. La situation se corse avec l'apparition d'un nouveau virus qui vide ses victimes de leur sang. Et dans le "nouveau cahier de prédictions", il est écrit que 2015 sera la dernière année de l’ère chrétienne. Nitani a essayé d'annuler la venue du pape, mais sans succès. Après avoir demandé l'aide des mafias thaïlandaise et chinoise, Kanna va voir Nitani dans son église, qui raconte qu'il a rencontré celui qui est le pape aujourd'hui en 2001. C’était en janvier, dans la province de Gansu, en république populaire de Chine. Le prêtre voulait amener des vaccins dans le village où il prêchait, mais ne savait pas conduire. Nitani, lui, était un yakuza en fuite, et en voyant des policiers perquisitionner dans le bar où il était, est sorti par la fenêtre des toilettes, et a décidé de conduire le camion du prêtre pour éviter la police. Pour le prêtre, c'est Dieu qui l'a envoyé, mais Nitani lui a répondu qu'il ne croyait ni en Dieu, ni en Bouddha. Il a révélé qu'il a tué le chef d'une autre bande, pour venger son père. Sur le chemin, Nitani a dit qu'il se foutait des vaccins, mais qu'il ne voulait pas retourner au Japon. Le duo est arrivé devant un pont en bois, qui menaçait de céder sous l'effet du fort courant. Le prêtre était prêt à retenir les piliers du pont pendant que Nitani passerait, mais celui-ci la traité de crétin car il va être emporté par le courant. Nitani était prêt à prendre sa place, avouant au passage d'avoir vendu de la drogue et d'avoir tué à plusieurs reprises. Mais le prêtre lui a dit que Dieu le pardonne, et que de toute façon, il ne pouvait pas conduire le camion. Il a ajouté qu'il avait laissé une bouteille dans le village, et qu'ils la boiraient une fois sur place. Nitani est passé sur le pont, mais juste après son passage, le pont a cédé et l'eau a emporté le prêtre. Nitani a fondu en larmes pour un type aussi bien, avant d'aller sauver le village. Alors qu'il se trouvait seul avec la bouteille, il a vu arriver le prêtre et a retrouvé le sourire. C'est ainsi que Nitani est devenu prêtre, croyant plus au pape qu'en Dieu. Une fois la pape à Kabukichô, les mafieux se chargent de la protection, tandis que Nitani l'accueille dans son église. Le pape aimerait d'ailleurs partager avec Nitani une bonne bouteille. Ce dernier dit discrètement au pape qu'il est en danger, et qu'il doit quitter le pays. Mais celui-ci répond qu'il ne craint rien après avoir survécu au torrent en 2001. Le pape finit par repartir sans problème, mais plus tard, Chôno vient pour dire que lors de la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, pendant le discours du pape, celui-ci sera placé en face du cercueil d'Ami. Nitani et les autres pensent qu'il sera trop exposé, et Otcho estime qu'Ami va faire quelque chose de spectaculaire. Lors de la cérémonie, tous surveillent les alentours pour trouver le numéro 13, un tueur d'Ami qu'Otcho connaît bien. Mais soudain, Ami se lève de son cercueil et s'avance vers le pape. Un coup de feu se fait entendre et Ami se jette sur le souverain pontife. Ami est blessé à l’épaule tandis que le pape est évacué. Nitani essaie de lui dire qu'il s'agit certainement d'une mise en scène, mais il est bousculé par les gardes du corps. Finalement, Ami pointe l'index gauche vers le ciel, comme sur son symbole, confirmant son retour à la vie. Nitani n'apparaît plus par la suite dans ce tome.

    • Statut au volume 16 : Inconnu.

    Volume 17

    Après la cérémonie d'ouverture de l'exposition universelle, l’ère chrétienne a pris fin pour être remplacée par l’ère d'Ami. Celui-ci est d'ailleurs devenu le président du monde. De plus, des représentants en costume, et portant un masque à gaz et une mallette, ont diffusé à travers le monde le nouveau virus mortel, décimant la population mondiale. Pour soi-disant protéger les citoyens, Ami a fait ériger un mur tout autour de Tokyo, coupant la ville du reste du monde, en maintenant sa population dans la pauvreté. Un jour de l'an 3 après Ami, un jeune garçon, Katsuo, arrive dans l’église du père Nitani, toujours en poste, pour lui dire qu'un homme barbu, sans doute Otcho, le cherche. Nitani le suit, et arrive dans un bowling délabré, propriété de Dieu, un ancien SDF qui a parfois des rêves prémonitoires. Là, il retrouve Otcho, qu'il emmène dans sa voiture. Il s'excuse pour la climatisation qui ne fonctionne pas, et les fenêtres condamnées, mais il dit que personne ne fouillera cette voiture, car les autorités ne touchent pas à l’église. Otcho demande à Katsuo où est sa soeur, et Nitani révèle que celle-ci est allée voir la reine des glaces, une résistante qui est sans doute Kanna. Apparemment, les enfants ont rencontré un membre de la bande de Kenji, groupe dirigé par Yoshitsune, qui voulait avertir la reine des glaces de renoncer à son soulèvement armé. Otcho veut être amené sur place, mais Nitani lui répond qu'il a trop de poursuivants, et que ses hommes sont déjà allés la voir. Otcho dit en avoir assez des sacrifices. Il est allé au-delà du mur à la fin de l’ère chrétienne et pour lui, ça suffit. Nitani comprend qu'il a vu beaucoup de désespoir là-bas, et Otcho répond par le silence, le regard baissé. C'est la dernière apparition de Nitani dans ce tome.

    • Statut au volume 17 : Vivant.

    A suivre...

    Cronos


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :